Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Articles
Chroniques

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

HARAJUKU, LE NOUVEAU QUARTIER DE PARIS

Comment réconcilier Momoko la lolita et Ichigo la rebelle ? En leur faisant découvrir HARAJUKU, une boutique parisienne de vêtements et accessoires qui fait le grand écart entre les styles japonais les plus variés et habille tous ceux qui ont leur propre manière d’être différents.

"Tant que l’on n'est jamais allé à Harajuku1, on ne connaît pas le Japon", affirme Frédéric Ou, gérant de la nouvelle boutique parisienne et responsable de No Sphere (producteur de concerts Jrock). Alors, à défaut de nous offrir le billet d'avion, celui à qui l’on doit les premiers lives en France de Moi dix Mois, kagerou ou encore MUCC a décidé d'importer une petite parcelle de ce quartier si spécial de Tôkyô. Depuis début décembre, le magasin HARAJUKU Paris propose donc vêtements et accessoires made in Japan (gothic, punk, lolita…) en plein cœur du cinquième arrondissement.



La boutique, étroite et colorée, se repère de loin dans le quartier. Son enseigne dans les tons noir et blanc représente un crâne au graphisme enfantin dont un œil est barré de rouge. Représentatif de l'esprit ? C'est vrai qu'à l'intérieur, bonjour le choc des cultures ! Le sol ressemble à un échiquier, les murs sont ceux d’un boudoir rococo et les lustres évoquent quelque manoir hanté. En gros, le psychédélique côtoie le trash, avec juste un zeste de fantaisie et quelques pincées de luxe. Ambiance volontairement hétéroclite.

"Au départ, je n’avais pas envie qu’on définisse la boutique, qu’on lui colle une étiquette, confirme le gérant. J’avais envie de retranscrire un certain éclectisme et de donner une touche visual kei (rock japonais "visuel" dont clips et lives sont diffusés sur un grand écran LCD) grâce au mélange des genres, sans pour autant faire du visual kei. Mon but, c'est que chacun se sente chez soi et puisse s’identifier avec l’un ou l’autre style représenté dans les rayons". C’est pourquoi l’on trouve aussi bien des marques connues (Moi-même-Moitié, Vivienne Westwood, Putumayo…) que de jeunes stylistes japonais en devenir, et une gamme de prix très étendue, d’environ 20 à 300 euros pour un article de prêt-à-porter.



M
ais attention, dans cette caverne d’Ali Baba du 21ème siècle, pas question de tergiverser. Chaque modèle, ou presque, n’est disponible qu’en un seul exemplaire. Autant dire que la tendance est à la vigilance et à la concentration. Dans les quelques rayons et portiques qui occupent la première partie de la boutique se cache peut-être l’oiseau rare ! Qu’on se le dise, la chasse aux trésors est lancée. Première cible, une robe rose pastel, avec rubans assortis, volants froufroutants et dentelle blanche. Tout à fait le genre de choses que ne renierait pas Momoko, la petite poupée n’ayant pas froid aux yeux de Kamikaze Girls. Un peu plus loin, des mini-jupes écossaises avec des volants de dentelle noire rappellent les 70’s. Indubitablement, il y en a pour tous les goûts et pour toutes les tendances, surtout pour les filles, mais aussi pour les garçons. Et pour ceux que la mode nippone actuelle laisse de marbre, Harajuku propose des produits dérivés de groupes japonais (dont un tableau dédicacé par le groupe Calmando Qual et un collier en argent Hide), des goodies Hello-Kitty, des colliers à clous et même de très pacifiques chouchous agrémentés d’animaux (mention spéciale à l’éléphant rouge, adorable).



A quelques blocs du Manga café, de JVStore et de Jussieu, la boutique est à l’endroit idéal pour attirer une clientèle plutôt branchée et connaisseuse, fan de musique et d’animation japonaises. Mais les néophytes y trouveront tout autant leur compte, de même que ceux qui aiment juste être surpris. Entre l’accueil personnalisé (dans la mesure du possible, la musique est adaptée aux goûts du client) et l’ambiance bon enfant qui règne à l’arrière du magasin, chaque client, quelle que soit sa personnalité, a forcément l’occasion de sentir qu’ici, il est réellement unique.

Marie-Pauline Mollaret


HARAJUKU
17 rue Lagrange
75005 Paris
Ouverture : 13h-20h


Note :
1 - Quartier de Tokyo où l'on croise couramment cosplayeurs et amateurs de Jrock ou encore de visual kei habillés comme leurs idoles

Photos © HARAJUKU et Eric Oudelet

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême