Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

HALCALI en concert à JAPAN EXPO 2007 : reportage et vidéo

Sur la scène française, pour rester dans un généralisme certes réducteur, quand on associe "filles" et "rap" ou "hip hop", on pense soit à des garçons manqués revendicatifs, soit à des chaudasses en string se trémoussant sur des voitures de sport ou des hummers. Mais au Japon, ces demoiselles savent rester féminines, sans vulgarité ni déballage, voire kawaii ! Ce mot conceptuel nippon, que l’on résumerait par "mignon", convient d’ailleurs parfaitement pour qualifier les deux invitées les plus pop du festival JAPAN EXPO 2007 : Haruka et Yukari, duo de chanteuses hip pop unies sous le nom de HALCALI. Comme deux gamines lâchées dans un parc d’attraction, elles se sont amusées à JAPAN EXPO, et nous ont surtout offert un bien rafraîchissant concert au milieu des nombreux invités japonais issus de la mouvance rock. Place au reportage… et à une longue vidéo de 22 minutes !

Amies d’enfance passionnées par la danse, Haruka et Yukari ont un jour été séduites par le design du flyer d’un concours hip hop organisé par des membres de RIP SLYME, un célèbre groupe de rap nippon qui cherchait alors ses "petites sœurs". Cette simple curiosité dénuée d’ambition et l’envie innocente de s’amuser lors d’une audition aura changé leur vie : les deux filles remportent le premier prix et signent en 2003 chez Sony Music Japan, le label major d’un autre duo féminin déjantée : PUFFY. Ça tombe bien, Haruka et Yukari les adorent et leur musique suivra le même esprit : de la pop, du fun, mais contrairement au rock de PUFFY, HALCALI (contraction de Haruka et Yukari) explore le monde du hip hop. Elles sont aidées aux compositions et à l’écriture par DJ FUMIYA et RYO-Z, leurs mentors de RIP SLYME. 2007 : alors que le duo prépare son nouvel album Cyborg Oretachi, le voilà annoncé à l’affiche de JAPAN EXPO 8. Nana Kitade étant déjà confirmée pour une prestation lors du défilé de mode Laforet HARAJUKU, Sony en profite pour placer une autre franchise de son catalogue. Cet honneur revient à HALCALI qui se voit ainsi offrir son premier concert en Europe ; une venue qui surprend la niche "Jpop" européenne, la seule à connaître le groupe. Avec HALCALI, JAPAN EXPO gagne par la même occasion LE représentant pop qui lui manquait au milieu des nombreux artistes plus ou moins rock, et comme chacun sait, la Jpop est plus qu’impatiemment attendue et réclamée par le public asianophile européen !



Toujours en progression, JAPAN EXPO accueille cette année environ 83.000 visiteurs sur trois jours, ce qui en fait le plus important événement européen consacré à la pop culture asiatique. Le pôle musical prend une importance toute particulière, rivalisant avec les centres d’intérêt majeurs par tradition : le manga et la japanimation. On dénombre pas moins de neuf invités musicaux japonais (YOSHIKI, Ichirô Mizuki, etc.) et l’organisation de sept concerts dont cinq dans le cadre-même du festival. A travers les prestations de trois invités (OLIVIA, Nana Kitade et HALCALI) se dessinent plus particulièrement les stratégies et attitudes de deux poids lourds nippons de l’industrie du divertissement : avex pour le premier, et Sony Music Japan pour les deux suivants. Avec une Nana Kitade sur tous les fronts à l’emploi du temps surhumain (mini-concert, défilé de mode, conférence publique, trois séances de dédicace, séance photo publique et interviews pour la presse, le tout en une journée) et un duo HALCALI décidé à profiter de chaque seconde passée en France (concert à JAPAN EXPO, deux concerts improvisés dans Paris, dédicaces, tournage d’un reportage pour la télé japonaise, interviews…), Sony s’affirme comme le label nippon le plus conquérant, ouvert, avide d’expérimentations et de découvertes, le tout dans un très bon esprit inspirant la sympathie. A l’opposé, et dans la lignée de la récente annonce maladroite de m.o.v.e en Allemagne (une semaine seulement avant leur show), avex parait reclus sur lui-même avec une étonnante défaillance en matière de communication. Son artiste OLIVIA, en concert dans Paris le vendredi 6 juillet au soir, est mise à disposition au festival pour deux uniques séances de dédicaces chronométrée à la seconde près, et on ne parlera même pas de l’attribution obscure d’interviews aux media (pourtant non prévues selon son label français Wasabi records, interrogé à l’ouverture du festival).

Joker de Sony, HALCALI joue les trublions de JAPAN EXPO 2007. Haruka et Yukari sollicitent les visiteurs dans les allées, prennent des poses délirantes devant les appareils photo (MOON -kana- et Ichirô Mizuki seront tout aussi accessibles et détendus dans cet exercice, qui semble être peu/pas enthousiasmant pour OLIVIA et son encadrement étonnamment crispés), signent d’innombrables autographes même après la fermeture officielle du salon… Cette désinvolture et cet amusement de tous les instants, revendiqués lors de nos entrevues avec elles, leur valent de retarder le concert de Dio le dimanche 8 juillet, avec une répétition plus longue que prévue… Haruka et Yukari repartent ensuite tout sourire devant la file d’attente amusée. C’est plus tard dans l’après-midi, juste après la conférence publique de la rockstar YOSHIKI que nous les retrouvons sur scène pour un show singulier et pétillant. Le "public J-rock" semble avoir fuit instantanément, remplacé par une audience hétéroclite constituée de quelques dizaines de fans, et surtout environ 2.500 curieux, pas forcément amateurs de Jpop. On notera au passage qu’il s’agit d’une affluence record pour un concert Jpop en Europe.



Le set proposé pioche ses titres dans l’ensemble de la discographie de HALCALI, y compris dans l’album Cyborg Oretachi, lancé quelques jours plus tard au Japon. C’est par l’inédit éponyme que débute ce concert de trente à quarante minutes, après une surprenante introduction assez rock’n’roll. Alors que la salle était très calme, chacun étant sagement assis à sa place, deux musiciens inattendus ont en effet surgi sur scène… Le guitariste Yusuke@HOME s’est lancé dans un solo tandis que DJ GOTAN s’installait aux platines. Ce DJ aux airs de "Johnny’s" n’a d’ailleurs pas laissé les spectatrices indifférentes, s’attirant une nuée d’admiratrices pendant les dédicaces des chanteuses… Yusuke et GOTAN les accompagneront durant la totalité du show, y compris lors des "au revoir", un bain de foule auquel seuls Dio et GARI auront eu droit également. Haruka et Yukari déboulent alors, comme deux enfants turbulentes lâchées dans une cour de récré. Elles prennent la pose à l’extrémité du proscenium, devant les caméras. Tout autour d’elles, le public déconcerté se remet progressivement de cette entrée en la matière.



Bénéficiant d’un rendu moins robotique que sa version studio (tout comme Ni Fuku Hoshi quelques minutes plus tard), le hip hop électronique de Cyborg Oretachi ne parvient cependant pas à décoincer les spectateurs parqués par le staff du festival. A One Two ne fait guère mieux… jusqu’à son pont "aquatico-planant" : chanteuses et musiciens incitent la foule à se lever et à balancer les bras de gauche à droite, d’avant en arrière. L’ambiance monte et HALCALI dégaine son dernier tube, le plus populaire en France puisque générique de l’anime Eureka 7, Tip Taps Tip. Présenté en français par la petite Yukari, la chanson, mélange aérien réussie de pop, d’électronique et d’un soupçon de hip hop, charme progressivement l’auditoire. Les deux chanteuses tentent de faire venir le public à elle pour profiter de la chaude ambiance qui fait la réputation des Français dans l’archipel. La sécurité, débordée lors des précédents concerts rock, n’entend cette fois pas céder face à un public plus timide, beaucoup moins entreprenant, et cela malgré les sollicitations des artistes… Cette situation très ambiguë, entre d’un côté un public et un groupe désireux de se rencontrer, de se libérer et de s’exprimer librement, et de l’autre une service d’ordre voulant imposer à tout prix le calme, aura privé l’événement de sa plus chaude effervescence, aux dépends de spectateurs un peu désolés et frustrés, et d’artistes également déçues de se voir privées d’un accueil à la Dio ou à la GARI. JAPAN EXPO devra peut-être revoir la cohérence de ses infrastructures pour l’installation du public des concerts l’an prochain.



Après la jolie petite ballade printanière Shibafu (issue du second album) et un nouvel appel à la rébellion, HALCALI réussirait presque à mettre la foule en délire avec son bondissant Twinkle Star. Les premiers spectateurs réussissent enfin à envahir les allées et à approcher la scène alors que chanteuses et guitaristes sautent sur toute sa longueur. Dans un grand élan festif commun, la salle dessine une marrée humaine en agitant très haut les bras. Un très bon esprit, de la gaieté, mais point de folie : le staff JAPAN EXPO resserre les rangs. HALCALI propose ensuite une version pop et enlevée de Ni Fuku Hoshi, moins électronique qu’en studio car épurée en effets, puis Girigiri Surfrider issu du premier album. C’est l’un des titres les plus hip hop du set, et Yukari et Haruka profitent de cette chanson moins débridée pour proposer de charmantes petites chorégraphies de mieux en mieux synchronisées (on les voyait peu assurées dans leurs mouvements en tout début de prestation), à découvrir dans notre vidéo du concert ci-dessous.

Ravie par ce concert frais et pétillant, la salle applaudit et salue avec enthousiasme les quatre artistes qui se ré-aventurent enfin jusqu’au bout du proscenium pour faire leurs adieux, entourés d’une forêt de bras amicaux. Le public balaie enfin le service d’ordre, ce n’est pas trop tôt ! Si l’on se dit que peu de visiteurs auraient accepté de payer en sus pour assister à cette prestation, beaucoup en redemandent. Après quelques courtes minutes de silence laissant planer le mystère, HALCALI remonte sur scène pour un rappel semble-t-il improvisé. Yusuke gratte doucement son instrument, et c’est reparti pour un ultime Densetsu no Futari en acoustique. La ballade, interprétée dans une extrême simplicité, instaure une formidable communion, point final rêvé au programme musical événementiel de JAPAN EXPO 8, alors que YOSHIKI enchaîne les dédicaces auprès des fans de J-Rock en salle de conférence.



Ne jouant ni la carte du spectaculaire ni celle du snobisme des stars, HALCALI a misé sur son côté kawaii, fun, rafraîchissant et sa grande simplicité pour séduire. Très ouvertes et aventureuses, les filles ont toujours répondues présentes au public et aux media. Un très bon point pour Sony et ses partenaires tels que J-Music Store qui n’auront vu que des sourires détendus durant les trois journées du festival. On peut dire que HALCALI aura marqué les esprits de centaines de nouveaux auditeurs. Comme GARI ou Dio dans d’autres styles, ces artistes sont venus à JAPAN EXPO d’un pas décidé pour se montrer et séduire le plus grand nombre. Le festival peut quant à lui remercier ses uniques représentantes de la Jpop ou plutôt du hip-pop. JAPAN EXPO 8 n’aurait pas eu la même saveur sans elles, et l’on spécule désormais sur les invités possibles de la prochaine édition en juillet 2008, encore plus prometteuse. De nouveaux artistes Sony feront-ils le voyage ? On pense à L’Arc~en~Ciel, PUFFY, Tomoko Kawase (Tommy heavenly6/february6), POLYSICS, ORANGE RANGE, Cristal Kay, Nami Tamaki ou encore à Mika Nakashima. Des artistes Jpop majeurs pourraient même faire le déplacement pour représenter le Japon : 2008 est en effet l’année anniversaire des 150 ans des relations diplomatiques et de l’amitié franco-japonaise. Et là, presque tout est permis, surtout si avex se ressaisit et manifeste un soupçon d’orgueil et d’ambition…

Eric Oudelet





Setlist :
01 - Cyborg Oretachi
02 - A One Two
-MC-
03 - Tip Taps Tip
04 - Shibafu
-MC-
05 - Twinkle Star
06 - Ni Fuku Hoshi
07 - Girigiri Surfrider
-rappel-
08 - Densetsu no Futari





Photos HALCALI à JAPAN EXPO 2007 : Eric Oudelet, CINE QUA NON et Sophie Héry
Vidéo HALCALI à JAPAN EXPO 2007 : Eric Oudelet
Remerciements : JAPAN EXPO
Reproduction/réutilisation du reportage, des photos et/ou de la vidéo interdite.
Le site officiel d’HALCALI : www.halcali.com

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême