Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

GOTHIKA : interview au Klub de Paris le 19 décembre 2007

Un an après sa venue en France, GOTHIKA (anciennement appelé Euthanasie), est revenu à Paris le 19 décembre dernier. Quelques heures avant le concert au Klub, Andro (chant et programmation), Yoshiki (alias 449, synthétiseur) et Dee Lee (clavier et synthétiseur, musicien de session venant de la formation 2BULLET) nous ont fait part de leurs concepts, de leur musique électro-sexuelle et de leurs goûts, installés dans les canapés du Klub. Une ambiance pour le moins underground dans un lieu réputé en la matière…

Orient-Extrême : Comment définiriez-vous votre musique ?
Yoshiki : Electro… Mais pas de l’électronique commune… La nôtre a quelque chose de spécial : elle est teintée d’un esprit japonais et de plus particulièrement de sexualité.

Orient-Extrême : Parlez-nous du concept "Sexed Up Electronica" apposé à votre nom…
Andro : Un ami japonais s’est rendu à un de nos concerts à Tôkyô. Après le concert, il nous a décrit en employant ces mots-là, et on a trouvé ça excellent ! [rires]

Orient-Extrême : Pourquoi avoir choisi ce style ? La musique électronique n’est pas le genre le plus populaire au Japon…
Yoshiki : Non pas vraiment. Mais c’est une très bonne chose car nous voulions faire de la musique novatrice, qui nous soit propre et qui n’existe nulle part ailleurs. Il y a bien sûr une scène électro japonaise, mais ça sonne… comme de l’électro japonaise. Ce qui nous différencie est notre inspiration européenne et l’essence japonaise que nous y ajoutons. C’est très excitant comme mix.

Orient-Extrême : En effet, l’Europe détient certainement la plus grande scène electro. Quels groupes aimez-vous plus particulièrement et lesquels vous inspirent le plus ?
Yoshiki : :Wumpscut:, In Strict Confidence… A toi, Andro…
Andro : J’aime Dead Or Alive, Depeche Mode… et j’ai découvert plus récemment VNV Nation, And One et Covenant…
Yoshiki : Et toi Dee Lee ?
Dee Lee : Je dois vraiment le dire ? J’aime Suicide Commando par exemple.



Orient-Extrême : Auriez-vous des noms de groupes électroniques japonais à conseiller dans un genre proche du vôtre ?
Yoshiki : Aural Vampire est plutôt connu chez nous. Mais l’électro du Japon est beaucoup plus développée dans le clubbing. Notre style est vraiment trop novateur ou en dehors des standards, et est donc encore peu populaire.

Orient-Extrême : Y a-t-il une scène goth’ active au Japon, avec des rassemblements ?
Andro : Oui, mais peu étendue. On va parfois en soirées gothiques là-bas, c’est très sympa.
Yoshiki : Mais l’Europe est maître en la matière, c’est une scène excitante. C’est pour cette raison qu’on espère trouver le succès ici.

Orient-Extrême : Avez-vous testé les soirées gothiques à Paris ?
Yoshiki : En Angleterre, oui, comme au Slimelight de Londres… mais pas encore à Paris. Nous n’avons pas l’impression que ça soit très rependu ici non plus.
Orient Extrême : Ah si, quand même ! Il y a  au minimum une soirée par semaine à Paris depuis plus de dix ans ; et en Province également. Cette salle (le Klub) accueille d’ailleurs régulièrement des soirées de ce style, notamment fétichistes au sous-sol… [NDLR : le groupe, qui cherche aussi à tout prix à éviter une étiquette "visual-kei", semble alors d’autant plus satisfait de jouer dans un lieu qui leur semble pertinent].

Orient-Extrême : Était-ce votre but premier de faire de la musique pour faire danser les gens ?
Yoshiki et Andro : Oui, entre autres, il ne s’agit pas que de danser… Nous avons, de part notre musique, une philosophie à diffuser, une atmosphère…

Orient-Extrême : Yoshiki, vous avez habité à Londres. Ce n’est plus le cas ?
Yoshiki : Non, je suis retourné à Tôkyô. Cette période londonienne reste cependant très précieuse à mes yeux. J’y ai beaucoup appris. Mais il faut avouer que la vie est très, très chère là bas [rires] ! J’ai pu découvrir les clubs anglais et y apprécier leurs atmosphères ; c’est pour expérimenter par nous-même ces sensations que nous sommes venus en Europe.
Orient Extrême : Le but de ce déménagement était donc de préparer votre carrière artistique professionnelle en Europe ?
Yoshiki : Oui, un peu. Mais je voulais surtout m’imprégner de la musique européenne… et apprendre l’anglais qui est une langue-clé dans le monde de l’électro. L’électronique est une véritable culture à Londres. C’est si différent du Japon…

Orient-Extrême : Vous avez changé le nom du groupe pour passer d’Euthanasie à GOTHIKA. Pourquoi ?
Andro : Lorsque nous avons tourné en Europe en 2006, nous avons eu des difficultés à booker des concerts à cause du nom "Euthanasie". En Allemagne, ça a été pire qu’ailleurs, car ce mot est lié à la seconde guerre mondiale, à l’Histoire de l’Allemagne. Ça a été vraiment difficile… Afin de ne plus subir à nouveau ce genre de désagrément, nous avons préféré changer notre nom au début de l’année 2007.
Orient-Extrême : Aucun lien avec le nouvel album, donc ?
Yoshiki : Non, aucun.



Orient-Extrême : Votre premier album, 120 DAYS OF SODOM, est enfin disponible depuis le 15 septembre. Pouvez-vous nous parler de sa conception ?
Andro : Il s’agit en effet de notre premier album et il compte dix titres.
Yoshiki : Nous aurions souhaité passer beaucoup de temps dessus ; mais en même temps, nous étions pressés de le voir naître. En définitive il a été réalisé très rapidement.
Andro : Pour la conception, Yoshiki a écrit les musiques qu’il m’envoyait ensuite par internet. J’écrivais alors les paroles, titre après titre. Il s’agissait d’un gros challenge pour nous qui étions habitués à ne faire que des mini-albums. [rires]
Yoshiki : Nous étions à la fois ravis et soulagés qu’il soit terminé ! [rires]

Orient-Extrême : Alors, que racontent ces paroles, justement ?
Andro : Ça parle de perversion sexuelle, de "hentai" [NDLR : voire terme précédent], mais aussi "d’amour"… un autre style d’amour : quelque chose de bizarre, d’anormal, d’étrange. Par exemple l’amour entre homme et homme, entre femme et femme, entre mère et enfant…

Orient-Extrême : N@o, le guitariste, est parti il y a quelques mois. Comment l’avez-vous vécu ? Avait-il travaillé sur l’album 120 DAYS OF SODOM ?
Andro : Ça a été assez difficile. Mais cela s’est transformée en une grande chance qui s’est alors offerte à nous. Nous pouvions et devions changer notre musique.
Yoshiki : Nous avons rebondi sur le fait que notre musique serait dorénavant entièrement gérée par des ordinateurs, par l’électronique. Il fallait choisir une voie, et  GOTHIKA a évolué dans cette direction.

Orient-Extrême : Le titre de l’album, 120 DAYS OF SODOM, est également celui d’un livre du Marquis de Sade. Y a-t-il un lien entre les deux ?
Andro : À vrai dire, le film du même nom m’a beaucoup inspiré. Nos paroles sont en étroit rapport avec lui. Nous voulions choisir un titre qui soit en rapport avec une œuvre cinématographique, et celui–ci collait parfaitement. [sourires]
Yoshiki : De plus, personne n’avait encore pris ce titre dans l’univers musical, ce qui est d’autant plus plaisant !



Orient-Extrême : Parlons sérieusement. Les paroles, ces allusions permanentes aux perversions sexuelles, au sado-masochisme… c’est par provocation ou par… goût personnel ?
Andro : Humm… 50/50. [rires]
Orient-Extrême : Ah…euh… Enchantée ! [rires]

Orient-Extrême : Sodome et Nazareth, qui sont dans vos titres, font-ils directement référence à la Bible ?
Andro : Il ne faut pas chercher un sens aussi profond à tout ça [rires]. Non, j’aime le violent contraste de l’association entre le sacré et son opposé [NDLR : il cherche ses mots… qu’il ne trouvera pas]

Orient-Extrême : Les musiciens de session, qui sont donc avec vous sur scène, ne participent jamais aux enregistrements. De ce fait, y a-t-il des ambiances ou des rendus différents ?

Yoshiki : En effet. En concert, tout est différent de toutes façons. Le public ressent la musique différemment. L’énergie est différente. En live, il s’agit d’un échange, d’un dialogue.

Orient-Extrême : Merci infiniment messieurs. Bon concert !


Interview réalisée le 19 décembre 2007 à Paris par Mélody Ikasu.
Remerciements : Ramen-Events
Photos du concert de GOTHIKA à Paris le 19 décembre 2007 : Eric Oudelet
Toute reproduction/réutilisation des photos et/ou de l’interview est strictement interdite.

A lire également :
- la critique de Queer Chronicle d’Euthanasie
- l’interview de Yoshiki avant la tournée 2006
- interview et reportage sur le concert Euthanasie à Marseille en 2006
- reportage sur le concert Euthanasie à Paris en 2006
- reportage et photos du concert au Klub de Paris en 2007 : à venir très prochainement

Site officiel de GOTHIKA : antimass.cool.ne.jp
Page Myspace de GOTHIKA : www.myspace.com/gothikatokyo

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême