Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

BIGBANG is GREAT CONCERT : big live report sur la révélation 2007, en direct de Séoul

Élu révélation musicale asiatique de l’année 2007 par les Français aux Asian MUSIC eXtreme Awards 2007, BIGBANG se lançait le 28 décembre dernier dans une série de trois concerts soldout au stade Olympique de Séoul. Le groupe de hip-hop connaît un succès grandissant en Corée, notamment depuis la sortie de HOT ISSUE et surtout d’Always, le mini album qui les a définitivement fait exploser sur le marché local du boysband. BIGBANG is GREAT n’est pas leur première fournée de concerts (en moins d’un an et demi, BIG BANG a même déjà sorti un DVD live, THE REAL), mais ces trois dates de fin d’année étaient tout de même très attendues puisque les garçons se retrouvaient désormais avec un bon paquet de trophées sous le bras. Ils devaient donner le meilleur d’eux-mêmes ; et c’est ce qu’ils ont fait, jusqu’à leur dernier souffle. Orient-Extrême était là, ce 28 décembre 2007, pour le vérifier !

Quel(s) "plus" distingue(nt) BIGBANG des innombrables boysbands coréens ? Leur style musical s’éloigne tout d’abord des ballades trop récurrentes en Corée ; et, quand la plupart de leurs "rivaux" ne sont qu’interprètes, leur talent certain (eh oui !) permet aux garçons de composer et d’écrire la plupart de leurs titres. Peut-on d’ailleurs les considérer comme un boysband ? L’omniprésence de BIGBANG dans des émissions télévisées fastfood et délirantes en compagnie de Super Junior, TVXQ! ou d’autres produits musicaux nous pousse à leur coller cette étiquette. Pourtant, BIGBANG réussit à affirmer une différence. Le Coréen moyen se révèle ainsi moins honteux à avouer son attrait pour ce groupe, plutôt que pour Super Junior par exemple…

Une organisation des plus étranges… Le choc des cultures ?

BIGBANG is GREAT fut un triple concert complet en quelques minutes. La ruée des acheteurs a fait crasher bon nombre de sites de vente en ligne de tickets en Corée. Véritable soldout ? Que nenni, dans une amusante (ou pas) logique coréenne et alors que les fans s’étaient battues des semaines plus tôt pour se procurer des sésames à tout prix, les organisateurs vendaient officiellement des tickets le jour J… Il suffisait de faire la queue à partir de 16h, et le premier venu se retrouvait avec une place, et pas n’importe laquelle : parmi les premiers rangs ! Les Coréens n’étant apparemment pas davantage au courant de cette initiative, quelques sièges sont restés vides pendant tout le spectacle. C’est donc avec une belle place dans la fosse que le badaud n’ayant pas bataillé sur Internet se retrouvera. Cependant, il faut préciser que ce genre de concert coréen impose le sitting ; et quand on vous dit qu’il faut rester à sa place, ça ne veut pas dire qu’on peut s’exciter debout devant sa chaise ! Non, on DOIT bel et bien rester assis pendant tout le live… Ce sera le gros point noir ; les cinq garçons n’y sont pour rien, mais il est très frustrant d’assister à un show hip-hop aussi prenant en étant virtuellement attaché à son siège.

Pour les goodies, il fallait faire la queue plus tôt, dehors par -10°C, pour mettre la main sur les photobook, sac, couvertures et autres produits dérivés. Dans un élan de générosité, BIGBANG offre à tout détenteur d’un ticket un poster, un étrange-sachet-qui-devient-chaud-quand-on-le-craque (providentiel ce jour-là) ainsi qu’un tube de crème BB bud cream… (oui, BIGBANG a lancé une ligne de soin de beauté, notamment vendu sur YESASIA à un prix exorbitant). Autre solution pour se réchauffer : les fans entament la fameuse chorégraphie de Tell Me signée Wonder Girls, une danse à la mode que tout le monde connaît dans le pays.



Si ce n’est pas un boysband, les fans, elles, font tout comme…

Dans le stade, à quelques rangées de la scène en T, il est possible d’observer l’impressionnante faune ambiante. Le calcul est simple : le public est composé a 99% de filles, le pourcent restant regroupant essentiellement les cameramen et le reste du staff… Constat étonnant : tous les âges sont représentés, depuis la petite gamine de 12 ans (on se demande où se cachent ses parents…) jusqu’aux ajumma de 40 ans. Mais ces dernières constituent une minorité et la moyenne se situe évidemment entre 15 et 23 ans. Beaucoup ont acheté le BIGBANG light stick (lui aussi disponible sur YESASIA) en forme d’énorme couronne jaune du plus bel effet (sic). Dans les gradins, les bannières multicolores se multiplient pour crier un amour à tel ou tel membre du groupe ; alors qu’autour de la scène, différents clips de la compagnie YG ENTERTAINMENT sont diffusés sur écrans géants pour faire patienter. Par pitié pour nos oreilles, aucun clip de BIGBANG n’est alors projeté (l’effroyable niveau sonore atteint lorsque un membre apparaissait une seconde dans le clip d’un autre groupe nous laissait imaginer l’étendue des dégâts…). Dans une mécanique ludique et mercantile parfaitement huilée, chaque spectatrice pouvait envoyer un SMS à un numéro affiché sur l’écran, et son message apparaissait alors aux yeux de toutes. Encore plus fort : des textos étaient envoyés toutes les deux minutes par les membres de BIGBANG, avec montée effrayante de décibels à la clé.

Et enfin, le silence se fait… ou presque.

C’est presque à l’heure H que les lumières s’éteignent tour à tour pour lancer Crazy Dog. Le groupe au complet apparaît derrière le grand rideau blanc, habillé de brillantes vestes dorées… On reconnaît l’envie de passer pour des rappeurs purs et durs à leurs fringues brillantes, aux grosses lunettes, aux chaînes en or qui tombent par terre et aux casquettes de travers. Pour cette intro, BIGBANG reste au fond de la scène, et enchaîne sur une version courte de Hwansang sogui geudae -un titre de Seo Taiji and Boys- puis Shake it. Déjà rien de tel pour donner une horrible envie de se lever de son siège, et pas seulement pour secouer le light stick en rythme…

Première pause : les garçons se présentent un par un (une coutume un peu absurde devant un tel parterre de fanatiques dévouées) et TOP se met à faire du beatbox pendant les bavardages, ce qui entraîne ses camarades sur le titre Bigbang. C’est à partir de cette chanson que l’on découvre deux plateaux de part et d’autre de la scène : ils se déploient et laissent apparaître un groupe qui assurera l’orchestration par intermittence ! BIGBANG fait du hip-hop, mais rien ne les empêche d’avoir une batterie, deux guitares, une basse… Les musiciens apportent d’ailleurs encore plus de pêche à la chanson, et c’est dans une ambiance déchaînée que les cinq garçons se lancent pour la première fois vers la partie avancée de la scène en T, la passerelle au coeur du public. Durant Wild Wild West, le groupe se rapproche (dangereusement) de ses fans surexcitées… mais toujours assises !

Après un aller-retour des plus rapides dans les coulisses, G-Dragon revient, sa veste dorée et disco laissée au vestiaire, pour entonner un sobre We Belong Together, accompagné d’une chanteuse pour la voix féminine et de TOP au rap. Tout le monde rentre ensuite en backstage, et les écrans diffusent en avant-première le clip de How Gee, un titre inclus à For the World, le premier CD japonais à venir le 4 janvier 2008 et chanté uniquement en anglais. Très hip-hop dans le style, les chanteurs du groupe (Seungri et Daesung notamment) y sont à peine visibles. Bien que la Corée ne soit pas concernée par cette sortie nipponne, BIGBANG a tenu à présenter How Gee au VIP (nom du fanclub) en exclusivité, puisqu’il regroupe leurs premiers supporters.



Les solos

Après cette courte pause un peu déconcertante (pour la première fois, BIGBANG se balade dans un clip au milieu de grosses voitures et de filles à moitié dénudées) se développe une nouvelle atmosphère : désormais habillé d’une veste blanche et d’un jean, Seungri soulève un long tissu noir qui révèle… un piano ! Il se met alors à jouer sous les cris hystériques des fans qui retrouvent enfin leur cher magnae (nom donné au plus jeune d’un groupe) après une longue absence pour problèmes de santé. Arrive alors Daesung qui, accompagné de son partenaire au piano, chante son solo Try to laugh… avant de se mettre à la batterie ; encore un autre talent caché ! Il livre une petite démo qui semble, il faut le dire, davantage organisée pour exhiber une maîtrise dans le tournage de baguettes entre les doigts que pour prouver un niveau extraordinaire dans la pratique de l’instrument. Les véritables musiciens reviennent accompagner Seungri, toujours à son piano, pour son solo The next day.

Taeyang seul prend le relais pour son titre personnel : My Girl. TOP et G-dragon font une apparition pour le rap… et Taeyang déchire son t-shirt comme à son habitude, pour finir à genoux sous une cascade d’eau tombant du ciel. Un numéro bien huilé pour montrer avec subtilité (sic) le torse musclé (NDLR : double sic ?) du jeune homme… Nouvel enchaînement : Seungri remonte sur scène en noir et blanc, suivi de Daesung, et le duo commence I Don’t Understand. Taeyang a du battre un record de vitesse de changement de costume puisqu’il réussit terminer cette chanson avec ses collègues sur le devant de la scène… avant de tous re-disparaître aussi vite qu’ils étaient venus.

On installe un fin rideau blanc et cinq silhouettes se profilent derrière, chantant Oh Ma Baby… Mais soudain, des cris déchirent la salle… Rien d’exceptionnel sur scène… La foule se retourne en tous sens et cherche l’origine de ce vacarme… Apparaît alors TOP au beau milieu des gradins ! Il rape sa partie, entouré d’un bon groupe de gardes du corps qui l’amène à une nacelle… Peu rassuré au début, TOP finit son solo de rap en volant à quelques mètres au dessus du public avant d’être déposé en douceur sur la scène. Pendant ce temps, le voile est tombé et BIGBANG termine sa prestation au complet avant un nouvel entracte.

Les écrans géants diffusent alors une série de publicités avec BIGBANG pour héros. On croirait visionner des parodies, mais il s’agit de réels spots pour des marques existantes ! Pêle-mêle, on profite de G-Dragon et Daesung déguisés en fille, se tartinant le visage de concombres (et en mangeant au passage) ou encore de Taeyang regardant un magazine "pour garçons" dans les toilettes… No comment.



Prisonnier d’une chaise

Les chansons s’enchaînent ensuite plus rapidement : V.I.P, La-La-La (où G-dragon et Taeyang épatent la galerie par leurs sauts périlleux sans élan) puis Lies (après une petite pause) durant laquelle BIGBANG harangue les fans tout autour de la scène en T. Comme dans la version clip, le groupe s’amuse à provoquer un faux départ, commençant à quitter la scène… avant de revenir de plus belle ! Encore une fois (et tout spécialement pour ce titre, l’un des meilleurs) il devient très dur de ne pas se lever. Les spectatrices compensent avec un secouage de light stick de plus en plus ardent !

Les pauses s’enchaînent mais ne se ressemblent pas : la vidéo projetée laisse cette fois toutes les fans en émoi -et pour longtemps- puisqu’il s’agit d’une parodie du drama (série télé) à succès Coffee Prince ! TOP y joue le héros et G-Dragon l’héroïne !.. Au programme de cette dizaine de minutes : câlins… et baisers ! Avec un "S" s’il vous plait, puisqu’il y en a deux. On ne voit évidemment pas réellement les lèvres se toucher, mais le cadrage laisse largement de quoi fantasmer… Du fan service à gogo ; on ne peut plus se dire que BIGBANG n’est pas un boysband. Quand on repense au clip de How gee diffusé un peu plus tôt, on se demande tout de même ou ils veulent en venir…

Retour classe : le groupe vêtu de blanc et assis sur des chaises hautes s’est décidé à offrir quelques chansons softs. Après la ballade A Fool's Only Tear, pour se remettre des émotions précédentes, BIGBANG propose une version plus douce de Fool, en s’avançant près du public. G-dragon reste ensuite seul pour This love (reprise de la chanson de Maroon5, tiré du premier album)… mais c’est un faux départ. Il s’arrête et Seungri le rejoint… pour la partie rap ! Le reste de la bande surgit et tous finissent la chanson à quelques mètres des spectatrices.



Le grand n’importe quoi… et ça marche !

Après une énième pause café publique pour discuter de la pluie et du beau temps, BIGBANG abandonne ses fans pour une nouvelle flopée de (fausses) publicités. Les garçons avaient annoncé des invités spéciaux, et c’est le groupe de rock No Brain qui prend le relais pour trois chansons très rythmées (Nuh Nae Gae Bahn Haet Suh, You're Stuck On Me et juhlmun gudae). Cette fois, toute la salle se lève ! Cherchez l’erreur…
G-Dragon et TOP accompagnent No Brain pour le rap de You’re stuck on me, et le groupe au complet assure le featuring de juhlmun gudae, un moment unique puisque c’est la seule occasion pour toutes les fans d’être debout quand BIGBANG est sur scène. Relais express : Red Roc interprète Hello, TOP étant l’acteur principal du clip. Il rejoint donc Red Roc pour rejouer en live quelques scènes, dont la plus marquante restera la destruction d’une cabine téléphonique à coups de batte de baseball. TOP profite de sa présence pour chanter Pretending Nothing's Wrong (tiré du mini album Always) en solo. Grand privilège et joie intense pour toutes les fans : elles peuvent restées debout jusqu’à la fin du titre.

Un mime introduit le solo de G-Dragon,
But I love you. Les Coréens n’ont jamais peur de faire dans le kitch, BIG BANG encore moins, et G-Dragon est sûrement le plus shameless du troupeau (souvenons-nous de ses couvre-chef et de ses coiffures du plus bel effet…). C’est ainsi que le jeune homme se retrouve au milieu de la scène, sur une passerelle qui s’élève au gré d’énormes fleurs qui gonflent à ses pieds. La classe…

Le clou du spectacle arrive enfin ! Après autant de surprenantes vidéos, plus délirantes les unes que les autres, plus rien ne semblait susceptible de nous étonner. Et pourtant…

Seungri est le premier des cinq à réapparaître, costumé en Panda (références à ses poches sous les yeux ?) sur le thème musical de la panthère rose… Le ton est donné. TOP le suit de près, déguisé en dinosaure, alors que gronde la musique -terrifiante- de Jurassic Park. Le singe Taeyang, une peluche de lapin à la main, ne tarde pas à se joindre aux deux joyeux lurons. Le bestiaire s’agrandit avec G-Dragon la souris (un rat ?) et le brave Daesung qui se pointe à quatre pattes, déguisé en lion, sur l’opening musical du dessin animé Le roi lion. Une histoire centrée sur le lapin de Taeyang sert de guide à cette comédie, mais seuls les autochtones pourront l’apprécier. Les expressions des cinq joyeux drilles suffisent néanmoins à faire beaucoup rire ; et BIGBANG entonne Dirty Cash dans une folle ambiance. Malheureusement, la performance est ratée : les garçons, à bout de souffle et suffoquant dans leurs costumes, ne parviennent pas à chanter correctement. C’est d’autant plus regrettable car Dirty Cash étant un très bon titre, enlevé et rythmé, tout à fait pertinent pour des rappels.



Après s’être extirpé de son attirail peluché, le groupe respire mieux et enchaîne sur un medley composé de Put your hands up, victory, we are BIGBANG et Hot Issue ; puis passe à Unavailable Number et finalement Last farewell sur un rythme de fin de concert effréné. Le public est déchaîné, BIGBANG aussi, et les artistes sautent d’un bout à l’autre de la salle. Le rideau tombe sur les dernières notes en apothéose de cet au revoir… qui n’en est pas un ! Après la diffusion d’une petite vidéo résumant les dix-huit premiers mois de BIGBANG, le groupe revient, et arrive encore à surprendre : un énorme yacht, réplique exacte de celui aperçu dans le clip Always, débarque sur scène, avec les garçons à son bord en train de reprendre la fameuse chanson. Le public prend l’initiative de se lever pour cet ultime rappel ; et les chanceuses de la fosse se précipitent contre le bord de la scène. Apres être descendu du bateau, le groupe interprète son dernier titre de la soirée : Lies. Dans l’hystérie la plus totale, les garçons passent tous d’un bout à l’autre de la scène, G-Dragon et TOP tapant dans les mains des filles au passage, les autres sautillant dans tout les sens. Une formidable ambiance et un excellent bouquet final pour un concert en sitting. Après de nombreuses salutations et autres remerciements, BIGBANG prend congé, laissant des fans toutes retournées par les événements. Pour un retour en douceur sur terre, les écrans diffusent désormais les scènes coupées de la parodie et des publicités projetées un peu plus tôt.

Bientôt en DVD !

Malgré la position assise obligatoire, ce BIG BANG is GREAT a pu combler toutes les attentes (et même plus) par un spectacle à la hauteur des dernières productions CD, et digne des nombreux awards reçus. Impossible de s’ennuyer durant un tel show, les transitions étaient parfaitement menées et les vidéos optimisées pour plaire aux fans. Ce concert YG, très bien préparé, s’est prolongé les 29 et 30 décembre 2007 pour la joie de quelques milliers de spectatrices supplémentaires. Malheureusement, Seungri fut à nouveau blessé au milieu du concert le 29, avant d’être immédiatement conduit à l’hôpital. Le lendemain, TOP était à son tour aux abonnés absents… Côtés invités, 1TYM assurait le show en milieu de concert le 29, et JYP était dans la place le 30. BIG BANG is GREAT, le DVD live, sortirait le 27 février 2008 ; ne le loupez pas pour passer un très bon moment de hip-hop coréen, sans les frais d’un billet d’avion ! Plus d’informations dans nos pages, dès que nous en saurons davantage.

Alice Barthélemy


Setlist :
01 - Crazy Dog
02 - Hwansang sogui geudae
03 - Shake it (+
musiciens)
04 -
Bigbang
05 - Wild Wild West (+
musiciens)
06 - We Belong Together
07 - Forever With You (version courte)
- How gee (projection du clip)
08 -
Daesung solo - Try to laugh (+Seungri au piano)
09 -
Seungri solo - The next day (+Daesung à la batterie et musiciens)
10 - Taeyang solo - Ma Girl (+ TOP et G-Dragon au rap)
11 - I Don't understand
12 - Oh Ma Baby
- Publicités
13 - V.I.P
14 - La-La-La (+musiciens)
- Talk
15 - Lies
- Parodies Coffee Prince
16 -
A Fool's Only Tear
17 - Fool
18 - This Love (+
musiciens)
- Talk & publicités
19 - GUEST : No brain - Nuh Nae Gae Bahn Haet Suh, You're Stuck On Me (+G-Dragon et TOP), juhlmun gudae (+BIGBANG)
20 - GUEST : Red Roc - Hello (+TOP)
21 - TOP solo -
Pretending Nothing's Wrong
22 - G-Dragon solo - But I love you
- Sketch animaux
23 - Dirty Cash
24 - Medley : Put your hands up, victory, we are BIGBANG, Hot Issue
25 - Unavailable Number
26 - Last farewell
- Rappels
27 - Always
28 - Lies
- Scènes coupées des publicités et de la parodie Coffee Prince.


>> Acheter le BIGBANG Light Stick chez YESASIA (environ 24 euros)
>> Acheter des CD, DVD ou goodies BIGBANG chez YESASIA


Photos du concert © YG ENTERTAINMENT (sauf première série de clichés © Orient-Extrême)
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême