Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

ME:MO : interview janvier 2008 + concours. Electro chaleureuse dans un Pékin glacé

Imaginez-vous au milieu d’un Pékin enneigé, comme sur un détail de la pochette du dernier album de ME:MO... Quelle musique cela vous inspire-t-il ? Il y a tout à parier que ce serait un ersatz de chocolat chaud, une émotion suave, douce, réchauffante, même si -forcément- saisie dans un environnement glacial. ME:MO revient donc avec un troisième opus, acoustic view, où le son électronique, entre IDM et minimalisme, a gagné en chaleur humaine. Nous l'avons rencontré début 2008 pour comprendre cette nouvelle orientation artistique, ce qui nous amena, bon gré mal gré, à parler du vieux Pékin, des Jeux Olympiques, de l'importance de la culture chinoise et... de musique pardi !

Orient-Extrême : Tout d'abord, je tiens à te remercier d’accepter cette interview. Les lecteurs d'Orient-Extrême n’étant pas forcément familiers avec tes travaux,  pourrais-tu te présenter rapidement ?
ME:MO : Je m'appelle Zhai Ruixin mais mon nom d'artiste est ME:MO. J'ai commencé à produire de la musique en 2003 et j'ai sorti mon premier album éponyme ME:MO la même année sous mon label Fruity Shop. Mon second album, Static Scenery fut publié en 2006 par Modern Sky. Mon style est relativement varié. Plus IDM (NDLR : Intelligent Dance Music) au début, mais maintenant je définirais ça comme de l'électronique indépendante. Je viens juste de sortir mon dernier album acoustic view chez Shanshui. J'ai essayé avec cet album de faire passer des émotions plus douces et tendres.

Orient-Extrême : Nous reviendrons sur ton dernier album, mais tout d'abord, parlons un peu des précédents, comment les décrirais-tu ?
ME:MO : Sur mon premier album autoproduit de 2003, je n'arrivais pas encore à exprimer pleinement mon style propre. J'étais à cette époque trop influencé par la musique électronique allemande. Mon second album quant à lui a un style plus "glitch ambiante" (NDLR : un style de musique basé sur des sons issus des imperfections du matériel électronique, comme des bugs ou des crashes de système, dans sa forme ambiante et non dansante).

Orient-Extrême : Bizarrement, je trouve que, contrairement au reste de la scène pékinoise, ton style est, dès ton premier album, assez différent et personnel...
ME:MO : Merci.
Orient-Extrême : On ressent certes ton attirance pour la musique électronique, mais sans être omnibulé par les belles mélodies et la rythmique carrée. Etait-ce ton intention dès le départ ?
ME:MO : Pas totalement. Je prenais quand même les mélodies à coeur, mais je négligeais les rythmiques. Dès que j'ai commencé à faire de la musique électronique, je me suis reposé sur les émotions, sur l'expérience que je voulais donner aux auditeurs. Tu sais, en Chine, la plupart des amateurs actuels de musique électronique a commencé à s'y intéresser en 2002...
Orient-Extrême : Je ne savais pas...
ME:MO : OK, vers 2002 environ, le socle des scènes électronique et expérimentale a pris forme. Au plus tôt en l'an 2000. De la même façon, les Chinois ont commencé à faire de la musique électro vers 2001. Le développement de la musique électronique en Chine diffère de l'Occident. Cela ne s'est pas développé petit à petit, ce fut plutôt une explosion.



Orient-Extrême : Et toi, personnellement, quand et comment es-tu rentré en contact avec la musique électronique ? À la même époque ou avant ?
ME:MO : J'ai commencé à m'intéresser et à écouter de la musique électronique en 1999. Puis, en 2002, j'ai commencé à en produire. En fait, j'écoute tous les genres de musique, pas forcement de l'électronique.

Orient-Extrême : Alors pourquoi avoir choisi ce moyen d'expression ?
ME:MO : En fait j'ai commencé en 2001 à étudier certains logiciels, et j'ai commencé à m'en servir pour créer des choses. Petit à petit, mon intérêt pour la musique électronique s'est renforcé. Je me suis mis à faire de l'électro à proprement parler. Après avoir sorti mon premier album, j'ai passé une année sans savoir réellement si je souhaitais continuer dans cette voie, mais par la suite, j'ai opté pour la musique électronique et j'ai continué à créer avec ça.

Orient-Extrême : Et comment ton style a évolué durant cette période ?
ME:MO : C'est resté sur la base de l'électronique indé, de folktronica (NDLR : comme son nom l’indique, c’est un mélange de musique électronique et de folk), d'IDM, et ainsi de suite... Les grands changements entre les deux premiers albums furent d'abord une plus grande familiarité avec l'utilisation des logiciels, ça m'a donné une meilleure maîtrise de ma musique. Pour le dernier album en date, les changements stylistiques sont très importants. Cet album représente vraiment les émotions que je voulais faire passer. Quelque chose de chaleureux, de facile à écouter et de pékinois...

Orient-Extrême : Marrant, car le second album m'a toujours fait penser à une journée hivernale à Pékin. Tes albums précédents étaient relativement froids...
ME:MO : C'est ça. Le deuxième album était froid... Mais bon, l’hiver pékinois reste agréable quand le soleil donne, même avec un froid glacial (NDLR : entre 1 et -11 degrés environ). Lorsque le soleil rayonne sur ton corps, c’est chaleureux.

Orient-Extrême : C'est donc comme ça que tu voulais ton dernier album, froid, mais qui irradie et réchauffe les gens ? Une sorte de nostalgie ?
ME:MO : Pas faux... Je suis quelqu'un de très nostalgique... Honnêtement, est-ce que tu aimes Pékin ?
Orient-Extrême : Je viens de la campagne, donc... Ne le prends pas mal, mais non je n’aime pas trop Pékin...
ME:MO : En fait je n’aime pas non plus le Pékin d'aujourd'hui. J'aime le vieux Pékin. Pékin est devenu très bordélique, et très laid.

Orient-Extrême : Mais alors, pourquoi être passé du froid sur ton second album pour quelque chose de plus chaleureux ?
ME:MO : Ma musique change comme ma vie. Après avoir fait un album froid, j'ai voulu faire quelque chose de chaud. C'est juste la vie qui m'a donné cette envie...

Orient-Extrême : Quel élément de ta vie t'as poussé vers l'envie de partager de la chaleur ?
ME:MO : Les Chinois manquent de chaleur de nos jours. Ça m'a fait réfléchir. Quand je vois que l'on détruit les vieilles maisons, j'en souffre. Quand je vois les anciens Pékinois que l'on oblige à déménager, j'en souffre. Quand je vois toutes ces choses qui étaient les perles logées dans mes souvenirs disparaître, j'en souffre. Tous ces souvenirs qui maintenant me font souffrir sont chaleureux à la base, mais je ne peux que les garder en mémoire. Par conséquent, j'essaye de faire passer cette chaleur présente dans ma mémoire à travers ma musique... Je veux exprimer une part de ma mémoire. Exprimer ma nostalgie, le souvenir de cette ville d'avant, de ces gens d'avant.



Orient-Extrême : J'imagine que la venue des Jeux Olympiques ne doit pas te laisser indifférent, car ça change la ville radicalement...
ME:MO : Effectivement. Les J.O. ont bouleversé la vie de beaucoup de gens, un peu comme une catastrophe aurait pu le faire... Je ne pense pas que Pékin se devait d’organiser les J.O. C'était juste une idée de fonctionnaires, et le peuple n'a pu qu'obéir.

Orient-Extrême : Je vais me faire l'avocat du diable, les J.O. ont permis à Pékin de préserver certains de ses vieux sites (NDLR : programme de protection pour le tourisme durant les J.O.), de construire des édifices à l'architecture nouvelle comme le stade-nid, et du point de vue du pékinois de base, ça a permis de faire baisser les prix de transport et de nourriture (NDLR : afin de ne pas se mettre les Pékinois à dos à cause des dérangements dus à l’organisation des Jeux Olympiques 2008, la municipalité et l’Etat ont subventionné les transports en commun et les agriculteurs afin de maintenir au plus bas les prix dans la capitale)...
ME:MO : Non, je pense pas... car pour ces Jeux Olympiques, ils ont détruit encore plus de vieux quartiers pour y construire des bâtiment bizarres, le vrai Pékin a déjà disparu. Il ne reste plus que des problèmes... en relation avec la politique...

Orient-Extrême : Mais si on compare avec Chengdu, Guangzhou... Pékin reste épargné niveau destruction tous azimuts...
ME:MO : Non, je travaille aussi dans des organismes de protection du patrimoine culturel, donc je suis bien placé pour le dire.

Orient-Extrême : Tu penses que c'est une volonté nationale ou locale ?
ME:MO : C'est un problème national. Les dirigeants chinois considèrent que le développement passe par l'abandon des traditions, ils estiment que tout ce qui est occidental est forcément mieux, ce qui est assez ridicule.

Orient-Extrême : Ah ? Je pensais au contraire qu'ils revenaient vers du traditionalisme... Ils sont même en train de sacrifier des vacances communistes pour créer des vacances plus traditionnelles (NDLR : actuellement en Chine, un grand débat fait rage pour changer les vacances nationales de la fête du travail qui devraient être réduites, afin de créer des fêtes comme la fête des bateaux-dragons qui est une fête traditionnelle chinoise)...
ME:MO : Oui, mais ils détruisent encore plus de traditions de part leur ignorance. Les dirigeants ne comprendront jamais aussi bien la culture traditionnelle et la façon de la protéger que le peuple de base.

Orient-Extrême : En temps que musicien, tu utilises quand même une approche de la musique relativement éloignée de la conception traditionnelle chinoise...
ME:MO : Je pense que mes créations musicales reposent sur et se nourrissent de l'environnement dans lequel je vis. Ça ne se base pas seulement sur l'imagination créatrice. Mais ma musique ne comporte pas beaucoup d'éléments chinois. Quels sont les artistes électro ou expérimentaux chinois que tu apprécies ?
Orient-Extrême : Li Jianhong, Zeng Taishi, Sun Dawei... Par exemple, des gens comme Sun Lei ou Wang Fan, intègrent beaucoup de référence religieuses dans leur musique, des éléments très chinois, de là où ils viennent... Que penses-tu de cette approche ?
ME:MO : Je pense que leur musique est excellente, et chacun possède ses particularités.

Orient-Extrême : Quels sont tes directions, pour ton prochain album, les choses que tu voudrais essayer, s’il n'est pas trop tôt pour en parler ?
ME:MO : Pour mon prochain album, je voudrais trouver un ou une chanteuse. Avoir la voix de quelqu'un sur l'album. J'ai déjà composé la moitié des titres, mais j'aimerais m'amuser un peu avec d'autres personnes pour faire quelque chose de différent, mais je n'ai toujours pas trouvé la personne adéquate. Si jamais je ne trouve personne, j’essaierais peut-être de faire moi-même les voix, qui sait.

Orient-Extrême : Si l'on regarde ta discographie, l'élément organique a pris de l'importance au fil des albums, ça avait commencé avec de rares samples de sons humains sur le premier album, des samples de voix lointaines sur le second et maintenant tu cherches un chanteur...
ME:MO : J'ai besoin d'un chanteur pour obtenir des émotions nouvelles, pour diversifier ma musique. Ca ne me dérangerait pas plus que ça de faire un album pop. Qui sait, je m'orienterai peut-être vers une musique qui ne sera pas électronique, avec juste une guitare et du chant... J'aime essayer de nouvelles formes d'expression.

Orient-Extrême : Quels sont en ce moment les artistes chinois qui t'attirent le plus ? Les gars de Shanshui, des gens comme Nara avec qui tu joues en soirée, ou alors Wang Juan, trip guitare et chant...
ME:MO : Les artistes de Shanshui sont tous très bons, même si ils opèrent tous dans des styles très différents. Il y a peu d’artistes électroniques en Chine, à l'inverse de la musique expérimentale, mais la scène expérimentale chinoise n'est pas parfaite non plus. Beaucoup d'artistes électro proviennent de cette scène. Moi, je préfère le rock.
Orient-Extrême : Comme ?
ME:MO : Re-TROS, PK-14...
Orient-Extrême : Je suis fan... d'ailleurs serais-tu intéressé par l'idée de sortir un DVD comme celui que vient de produire PK-14 ?
ME:MO : Un documentaire ?
Orient-Extrême : Pas forcément, juste l'idée de faire un DVD. Car tu portes une attention particulière au visuel, ce qui est rare chez les artistes chinois...
ME:MO : Évidemment que ça m'intéresserait ! Faire un DVD avec des jeux entre musique et paysages.

Orient-Extrême : As-tu des projets avec l'Europe dans un futur proche ?
ME:MO : Récemment à Viennes s'est ouvert un truc en rapport avec l'art chinois, avec notre musique. Mais je ne me souviens plus très bien de ce que c'est concrètement.

Orient-Extrême : Une dernière question, concernant ton nom, pourquoi le concept de mémoire et d'enregistrement est-il si important pour toi ?
ME:MO : Tout simplement car, sans ça, ma création n'a plus de base.

Orient-Extrême : Certaines personnes pourraient dire que le passé limite, que les bases rattachent l'imagination au sol...
ME:MO : Non. D'ailleurs, les choses qui remplissent ma mémoire pourraient servir à faire dix albums et bien évidemment, je ne me repose pas seulement sur les souvenirs pour créer, je m'inspire aussi des choses de la vie de tous les jours, mais j'ai besoin de les comprendre et de les accumuler. Tiens, ça me donne envie de faire un disque de bruit... Pékin est devenu vraiment trop bordélique.

Orient-Extrême : Ça devrait se calmer après les Jeux Olympiques... D'ailleurs comment fais-tu pour faire une musique si calme à Pékin ?
ME:MO : J'habite à Bei Hai, à côté de la Cité Interdite, c'est le lieu le plus calme de Pékin...

La discussion devie sur la taille de la couche de glace recouvrant le lac de Bei Hai, et sur les bienfaits de la natation par rapport au patin à glace...


Interview réalisée par Guillaume Maximin, début 2008.
Remerciements à ME:MO et Shanshui pour nous avoir accordé cette entrevue.

Liens utiles :
Page MySpace de ME:MO : www.myspace.com/memozhairuixin
Le site officiel de Fruity Shop : www.fruityshop.com.cn
Page MySpace du label Shanshui : www.myspace.com/shanshuimusic
Le site Officiel de Shanshui : www.shanshui-records.com
MP3 téléchargeables sur la page officiel de l’album acoustic view :
www.shanshui-records.com/releases_012.htm
MP3 de one two téléchargeable sur la page officielle de la compilation dine together with 7 people :
www.shanshui-records.com/releases_002.htm
La page ME:MO sur le site de Modern Sky :
www.modernsky.com/bands/memo/memo_album.htm






CONCOURS ME:MO : GAGNEZ 3 ALBUMS DIGIPACK !

Le magazine Orient-Extrême et ME:MO mettent en jeu trois exemplaires du derniers album de l’artiste : acoustic view en version digipack. Pour gagner, du 21 février au 2 mars 2008 inclus, répondez correctement par email (-adresse supprimée car concours terminé-) aux questions ci-dessous, en prenant soin de bien indiquer vos nom, prénom et adresse complète. Nous procéderons à un tirage au sort pour départager les participants ayant cumulé trois bonnes réponses.

Attention : une seule participation autorisée par personne, concours sans obligation d’achat réservé aux résidents de France métropolitaine. Orient-Extrême est seul juge en cas de litige. Les fraudeurs seront systématiquement éliminés. Toute participation au concours signifie l’acceptation de son règlement exposé ci-dessus.

Question 1 : Quel est le label du dernier album de ME:MO ?

Question 2 :
En quelle année ME:MO a-t-il commencé à s'intéresser et à écouter de la musique électronique ?

Question 3 : Parmi ces titres, lequel n’est pas écoutable sur le MySpace de ME:MO ?
- day trip
- L 2 OP
- A Little Film In Musical Box
- Swing By PC
- rong
- fuzzy june

Les gagnants seront personnellement avertis par email courant mars 2008.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême