Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

POLYSICS UK & EU TOUR 2008 : reportage sur le concert du Nouveau Casino le 26 février 2008

Juste après le girlsband ska Pistol Valve et les metalleux gothico-carnavalesques de Dio, sûrement plus enthousiasmants pour leurs spectacles visuels que pour leurs musiques simplistes dans des genres très différents, les Français attendaient du lourd avec l’énième retour du quatuor japonais POLYSICS, l’une des références mondiales du synth-pop-rock. Ce mardi 26 février 2008, le Nouveau Casino de Paris était rempli à craquer, et les nouveaux fans du groupe, attirés puis conquis par les clips télédiffusés ou les reportages unanimement élogieux, se font de plus en plus nombreux, trop pour la capacité de la salle !

Il faut dire qu’à côté du parc parisien qui avait gracieusement rassemblé quelques 2.000 spectateurs devant la scène principale du festival VILLETTE SONIQUE le 10 juin 2007, POLYSICS ne pouvait cette fois contenter que les quelques centaines de petits futés qui s’étaient précautionneusement procurés un billet à l’avance (16 euros, un prix très abordable, soit dit en passant). Les Montpelliérains de MARVIN, composé d’un guitariste, d’un batteur et d’une demoiselle aux claviers, assurent une première partie rock noisy, essentiellement instrumentale. Malgré quelques coups d’éclats techniques du gratteux (qui lui coûtent une corde à la fin du set) et une partie percussion énergique, cet échauffement gentillet est assez mollement apprécié, les réglages sonores effaçant, hélas, une bonne part du jeu électro d’Emilie.



A l’apparition des mécanos oranges de POLYSICS, c’est toute la salle qui se transforme en une masse humaine difforme, les corps sautant et s’enchevêtrant les uns dans les autres au gré de la houle, un brassage permanent dicté par les décibels que crachent les enceintes. Cette ambiance de feu qui embrase l’avant de la fosse ferait passer le live de VILLETTE SONIQUE pour un concert en maison de retraite… Retranchés sur leur trop petite scène, les quatre Legos humains à lunettes sont fidèles à leur personnage, chacun déclinant à sa façon le même univers musical, mi-punk, mi-synthétique. Le chanteur Hayashi se bat comme un beau diable avec sa guitare et son micro, expédie son chant comme un Dragon Punch dans la face des spectateurs (avec des rafales de postillons en bonus), et prend quelques bains de foule dans ses crises d’hystérie. A gauche, la bassiste et vocaliste Fumi reste la plus sobre dans son joyeux headbanging, le batteur Yano très en retrait dans l’obscurité étant lui aussi à classer dans la catégorie des "gens normaux", mais très démonstratifs. A droite, l’autre personnalité du groupe, aux voix et gestuelle de cyborg, mystérieuse et d’autant plus attirante, est la chanteuse, flûtiste et claviériste Kayo. Sa grande discrétion, son côté inatteignable et son inexpressivité, à l’opposé de ses partenaires, semble lui valoir le rôle de mascotte de POLYSICS et le titre de "petite chouchou" du public français.



POLYSICS joue bien évidemment ses grands classiques, KAJA KAJA GOO, I My Me Mine, Baby BIAS, Coelakanth is Android ou encore Electric Surfin' Go Go ; c’est d’ailleurs peut-être durant ces deux excellents titres que la folie atteint son paroxysme, alors que quelques spectateurs en profitent pour nager au dessus des flots humains. Dans l’euphorie générale, le spectateur lambda en négligerait presque le mauvais équilibre du rendu sonore, les voix féminines étant par exemple étouffées au profit du leadvocal, de la guitare et des percussions. Le phénomène nuit plus particulièrement aux morceaux moins connus ou plus récents comme ROCKET, davantage "écoutés". Mené tambour battant et quasiment sans pause, le concert semble se terminer bien trop prématurément ; c’est bien connu, les bonnes choses se terminent toujours trop vite !



POLYSICS en concert, c’est l’assurance d’un spectacle musical et pas seulement visuel de première catégorie ; une tornade de bonne humeur qui nous arrache du quotidien, au milieu des petites bourrasques J-Music qui balaient de plus en plus fréquemment notre territoire. Pour cette nouvelle prestation parisienne, le groupe aurait juste pu prétendre à davantage de place pour s’exprimer, et à de meilleurs réglages sonores (ceux de VILLETTE SONIQUE étaient parfaits). Et nous, on aimerait bien que les responsables du merchandising prennent conscience que les Européens ne sont pas des lilliputiens. Ne proposer que des t-shirts kids ou M (les quelques rares tailles L se sont envolées en un instant), c’est un choix un peu restreint ! POLYSICS continue sa tournée européenne 2008 ; prochains rendez-vous français à Besançon, Mulhouse, Dijon, Agen et Nantes, étalés chaque soir du 28 février au 3 mars.

Eric Oudelet


Setlist :
01 - Iron Rocks
02 - KAJA KAJA GOO
03 - NEW WAVE JACKET
04 - PEACH PIE ON THE BEACH
05 - ROCKET
06 - Ah-Yeah!!
07 - I My Me Mine
08 - My Sharona
09 - Life in Yellow
10 - Coelakanth is Android
11 - Baby BIAS
12 - Electric Surfin' Go Go
13 - BUGGIE TECHINICA
EN1  - Shizuka is a machine doctor
EN2  - Black out Fall out

Photos : Eric Oudelet
Reproduction/réutilisation strictement interdite.

A lire également :
-
live report et vidéo POLYSICS à VILLETTE SONIQUE en juin 2007
- critique de l’album Now is the time! de POLYSICS
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême