Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Imitation PoPs Uchuu Sentaï NOIZ : concert et conférence de presse à Paris

Il faisait bien froid en ce dimanche 26 février 2006. Si quelques fans de J-Rock ont bravé la rudesse de l’hiver dès 8h00 du matin (chose d’autant plus étonnante compte tenu de la petite affluence attendue), les autres sont arrivés à la Locomotive pile pour l’ouverture des portes, laquelle s’est déroulée à 18h00 comme prévue. Quelques 250 spectateurs entrent alors tranquillement dans la salle parisienne. S’attendaient-ils à assister au concert de metal japonais le plus fou que la capitale ait connu ?


Les amateurs de rock ayant découvert NOIZ ces derniers mois avaient déjà une petite idée du concert à venir, ce sont d’ailleurs ces mêmes fidèles spectateurs (beaucoup plus de garçons que d’habitude) qui ont rameuté des dizaines de curieux impatients de découvrir le groupe délirant et immanquable qu’on leur a promis. Et pourtant, ils n’avaient peut-être pas imaginé ça… NOIZ a offert un show débridé au-delà de toute espérance ! La presse en a d’ailleurs eu un avant-goût avec une conférence pré-concert complètement délurée où le groupe est parti dans des délires cosmiques mêlant bouffe française, sex jokes et poses sentaï. Une dizaine de fans japonaises a aussi fait le déplacement : elles préparent leurs banderoles-éponges, révisent leurs chorégraphies et s’échauffent au pogo avant de s’entraîner à sauter du haut des coursives bordant la fosse.

19h00 : les spotlights s’éteignent mais plusieurs minutes s’écoulent avant de voir débouler successivement les cinq membres du groupe, annoncés comme des super héros intergalactiques par une voix off en français digne d’un jeu de baston. Chacun salue le public d’un kata sentaï à faire pâlir Bioman, ce qui met aussitôt la foule en délire, au point de se demander si des euphorisants n’ont pas été vaporisés dans l’air… Le groupe dégage un charisme incroyable et fascine par ses costumes flashy et burlesques réalisés spécialement pour cette tournée. Le chanteur Angel-TAKA, en noir et rose, porte une espèce de lance-missiles sur le dos, selon lui inspiré de la forme des baguettes de pain (et ses épaulettes feraient référence à des tranches de jambon… vous saurez tout dans le compte-rendu de la conférence de presse), sur sa poitrine brillent des pin’s clignotants et un gros badge électronique sur lequel défile le nom du groupe… En costume orange façon Son Goku, le guitariste MASATO n’arrête pas de donner des coups de pieds en l’air et fera le clown avec sa perruque dans le deuxième set ; s’il on en juge par les cris, il est devenu le favori de l’auditoire… Le bassiste KYO, tout en bleu et avec de longues tresses, porte un costume qui rappelle vaguement ceux du jeu Valkyrie Profile, remixés cyberpunk. Lors de sa présentation, il a sidéré l’assistance par sa voix et son accent français impeccable. Le batteur S@TT-ON, très efficace, était évidemment condamné à rester à son poste ; dommage qu’il ne soit pas venu faire le pitre sur le devant de la scène en plein live. Dernier musicien, et non des moindres puisqu’il s’agit du créateur des costumes : le guitariste TAKEswiy. Outre son sourire candide de tous les instants, il faisait bien rire avec son uniforme rouge, ses chaussures jaunes géantes de Mickey et son bicorne Napoléonien de carnaval.



Angel-TAKA, face à la foule : "A tous les jeunes hommes, allez-y gaiement !"

Le ton est donné, ce concert sera placé sous le signe du délire collectif et la Loco se transforme en salle de récré pour grands gamins attardés (mais qui s’assument), c’est un peu la Gloubiboulga Night version concert de metal. Les membres de NOIZ courent dans tous les sens et viennent régulièrement au bord de la scène recevoir la bénédiction du public complètement déchaîné. Encouragé à se défouler au maximum par Angel-TAKA, le public bondit, pogotte et slam dans la bonne humeur. D’ailleurs, MASATO a même fini par se jeter lui-même dans le public, pas assez dense pour le porter plus de deux secondes. Le staff est donc arrivé à la rescousse mais avec une foule aussi bon esprit, tout s’est très bien terminé. Tout le monde s’amuse dans une ambiance bon enfant, ce qui contraste beaucoup avec la lutte presque sauvage que se livrent certains fans sournois lors des concerts de visual kei. Il faut dire qu’ici, avec quelques 250 spectateurs, chacun peut à tout moment partir reprendre son souffle en retrait avant de retourner dans l’ambiance survoltée qui règne aux abords de la scène. A l’arrière de la fosse, les fans japonaises font la ronde, entament leur danse collective et se livrent à un "kawaii pogo" avec les envoyés spéciaux d’Orient-Extrême et de JMusicEuropa… Bref, chacun y trouve son compte et s’amuse, mais une centaine de spectateurs supplémentaires auraient été appréciés pour combler une fosse un peu trop vide, il faut bien l’avouer.

Même énergie sur scène : les cinq "extra-terrestres" enchaînent les plus gros hits de leur discographie, sans laisser la moindre place aux titres plus calmes : on entendra pêle-mêle Chromosome Six, CRY, From Skywalker ou encore Miracle-Rocket G5… Que du son puissant, le mix électro metal à la NOIZ dans toute son efficacité. Sur un accompagnement électronique playback, à tendance eurobeat, industriel ou hip hop selon les morceaux, les musiciens plaquent leurs riffs presque sans répit. Angel-TAKA est régulièrement accompagné au chant par ses acolytes, en particulier pour les quelques passages hip hop bestiaux particulièrement bien intégrés et appréciés par l’audience, pourtant rock addict. C’est l’occasion d’assister à des scènes presque surréalistes comme des gothic lolitas se trémoussant au son de ces parties "rappées"… Durant la soirée, NOIZ, et en particulier son chanteur, se lance régulièrement dans des talks en français, ou avec l’assistance d’un traducteur. Là encore, le délire est roi : entre les "kamehame" à la Dragon Ball Z et le "cassé" de Brice de Nice mimé et balancé de vive voix par MASATO, on a droit à l’apologie du sexe et de ses plaisirs selon Angel-TAKA.



Angel-TAKA vous le dit : "Faisons du bon sexe !"

Le concert était divisé en deux gros sets de plus d’une heure chacun, deux sets éreintants qui laissent pourtant une curieuse impression : celle d’avoir un peu réécouté la même chose dans la deuxième partie. Il faut dire que la setlist ne privilégiait pas la variété du rythme et des ambiances, d’où une certaine répétitivité. Autre reproche, puisqu’il faut bien souligner les quelques rares défauts de cette excellente soirée : le rendu sonore excessivement saturé ne permettait pas à la voix d’Angel-TAKA de se détacher suffisamment et, beaucoup plus dommageable : on n’a presque pas entendu le jeu du bassiste. Un réglage son bourrin qui aurait gagné à être plus subtile. A la mi-temps du concert, quelques clips et live de NOIZ ont été projetés sur grand écran. L’image et le son n’étaient pas terribles mais cela a permis de visionner des vidéos hilarantes et de faire connaître encore davantage le groupe.

Après le live, NOIZ s’est livré avec sourire au rituel de la séance de dédicace. Toujours en costume, mais version allégée, les cinq héros ont signé les posters, CD et autres goodies présentés (aucun DVD n’était vendu à la boutique malheureusement) et échangé poignets de mains et petits mots sympas. Les nouveaux fans étaient nombreux, tellement même, que le staff a du précipiter les signatures sur la fin.



Hormis des réglages son perfectibles, ce concert fut une franche réussite à tous points de vue. Pour un premier essai, l’association organisatrice Ongaku France a de quoi être satisfaite. Les spectateurs sont ressortis de la Locomotive ébouriffés et souriants. Comme Onmyouza en 2005 mais dans un univers différent, NOIZ, groupe inconnu et inattendu, a su instaurer une formidable complicité avec son public tout en livrant un show visuel et musical bluffant. NOIZ et ses fans ne font qu’un et il ne fait aucun doute que ce groupe attirera une foule plus massive pour son retour à Paris. Angel-TAKA l’a annoncé avant même la fin du live : ils ont envie de revenir. Soyez présents, ils le méritent et vous ne regretterez pas le spectacle !

Eric Oudelet


Setlist :

Premier Set
SE-1 : JAPAN TOY’S PANIC
S
E-2 : tatakae! Uchuu Sentai NOIZ no tema
M-1 : Battle Capsule kara Ai wo Komete
M-2 : ADVANCE
--MC--
M-3 : BELIEVE
M-4 : From Skywalker
--MC--
M-5 : ichigeki hissatsu PoPs
SE-3 : pray
M-6 : Lost
M-7 : Zero no Keifu
M-8 : T=S?L?
--MC--
M-9 : CRY
M-10 : Miracle-Rocket G5

Deuxième Set
SE-1 : Chikyuu he
M-1 : Commando NO.0069
M-2 : Chromosome Six
M-3 : PAIN
--MC--
M-4 : Shônen Ningyo
M-5 : (A+B)No.mal-QT?
SE-2 : We are Space Worriors
M-6 : Ouranos
M-7 : Igni+ion
--MC--
M-8 : Thank you for the MUSIC
M-9 : SPACE PIRATES (ch77.7)
M-10 : Typ;N




La conférence de presse

A peine plus d’une heure avant le début de leur premier concert en dehors du Japon, les cinq membres d’Imitation PoPs Uchuu Sentai NOIZ ont accueilli la presse pour une conférence chaleureuse et… coquine. Installés sur les banquettes de la Locomotive, les journalistes attendent patiemment l’arrivée du groupe, déjà costumé, qui se posera sur les tabourets du bar. Après un échange cordial de "bonsoir" souriants et la présentation de l’interprète Dora-chan, la conférence commence.

Gwenaelle durand


Presse : Vous êtes arrivés hier. Avez-vous eu le temps de visiter Paris ? vous nous aviez dit lors de la dernière interview que vous vouliez goûter à la baguette française, est-ce que c’est chose faite ?
Angel-TAKA : Oui nous avons mangé du pain français. Quand nous avons croqué dedans, on s’est fait mal à la mâchoire. (Rires)
KYO : Idiot ! (Rires)
Presse : Il était moins bon ou meilleur qu’au Japon ?
NOIZ au complet : Meilleur ! C’était délicieux !
Angel-TAKA : On a été très agréablement surpris par le pain français. C’est très bon.
AngelTAKA montre alors son bras gauche sur lequel repose une sorte de pistolet intergalactique rose fluo.
Angel-TAKA : Cet accessoire a été imaginé en pensant au pain français. (Rires) AngelTAKA montre ensuite l’accessoire bleu sur son dos et ses épaulières rose fluo.
Angel-TAKA : Cet accessoire-là a aussi été élaboré en pensant au pain français (dit-il en caressant les deux tubes de ce pseudo lance-missiles), et les épaulières en pensant au jambon ! (Rires)
Angel-TAKA : C’est une blague japonaise.
(Nouveaux éclats de rire du groupe)
Angel-TAKA : Nous avons fait l’expérience de la vente du pain français sur un marché de Paris, et c’est ce qui a été le plus intéressant. Nous avons demandé à la boulangère si l’on pouvait vendre du pain en portant notre tenue actuelle et elle a accepté (pour dix minutes, précise M. Nishiyama, responsable d’Euro Japan Comic).
KYO : Ensuite on a bu du vin qui était très bon (les autres membres de NOIZ approuvent).
Presse : En parlant de vin, l’un des titres du single From Skywalker s’appelle le vin. Qui a composé cette chanson et pourquoi une chanson en français ?
Angel-TAKA : On a écrit cette chanson quand on a su qu’on allait venir faire un concert en France. C’était un peu pour marquer le coup. L’auteur de le vin est notre… enfoiré d’ex-manager ! (tout NOIZ est mort de rire)
Presse : D’où vient le titre de la chanson 1988 ?
KYO : Il n’y a pas de thème particulier pour cette chanson, 1988 est l’année de naissance du groupe.
Presse : Vous dites que vous êtes des soldats et que vous vous battez pour la paix dans le monde. On aimerait bien savoir qui pourraient être vos ennemis ?
Angel-TAKA : Notre ennemi est le mal qui réside en chaque personne dans le monde entier. Nous espérons qu’en écoutant notre musique, les gens pourront éradiquer le côté sombre qui est en eux.
Presse : Combien de temps vous a pris votre séance de maquillage et d’habillage pour vous préparer ce soir ?
Angel-TAKA : Cela ne nous a pas pris de temps, on s’est juste transformé. Ceci est notre véritable apparence de notre naissance.
Presse : Comment avez-vous créé vos costumes ? Des influences particulières ?
TAKEswiy : C’est moi qui ai dessiné les costumes. Je me suis mis à la place des spectateurs et j’ai imaginé des costumes qui correspondraient le mieux à l’image de chacun des membres du groupe.
Presse : Vous faites beaucoup de concerts. Qu’est-ce qui vous attire autant dans les lives ?
Angel-TAKA : Ce qui nous plaît le plus, c’est de voir les spectateurs ou spectatrices contents de notre prestation. Voir notre public heureux nous rend très heureux. Ce que l’on souhaite, c’est que ce bonheur et ses sensations se transmettent à chaque personne qui est présente… Un peu comme le sexe ! (Rires)
KYO et Angel-TAKA (en faisant le signe du V de la victoire en même temps) : YES !
Presse : Pour en revenir aux costumes, est-ce que le responsable travaille aussi sur des projets externes, pour d’autres groupes ou séries télé par exemple, ou seulement pour NOIZ ?
TAKEswiy : Non, je ne crée que pour NOIZ.
Presse : Est-ce que vous vous inspirez de mangas ou de jeux vidéo, et quels sont vos goûts en la matière ?
TAKEswiy : On ne s’inspire pas d’animés ou de jeux, on crée de toute pièce.
Presse : Concernant les artworks sur les pochettes de CD, qui en est l’auteur ? Les dessins représentent souvent une jeune fille dessinée en style "manga", que représente-t-elle et est-ce qu’elle a un nom ?
Angel-TAKA : En fait, c’est la même jeune fille qui est représentée sur toutes les jaquettes. On veut qu’elle donne l’image d’une fille forte, que ce soit dans le passé, le présent ou le futur.
S@TT-ON : Son nom est "Miss France". (Rires)
NDLR : Notre précédente interview nous avait permis d’apprendre qu’un designer se chargeait spécialement de la conception des visuels des jaquettes.
Presse : Concernant les compositions, est-ce que vous travaillez en groupe ou bien en apportant chacun votre touche personnelle ?
MASATO : Je suis l’auteur–compositeur du groupe. Je crée des chansons puis je les soumets aux autres membres du groupe pour savoir s’ils les trouvent stylées. Ensuite on discute tous ensemble de ce qui va et ce qui ne va pas.
Presse : Quel est votre état d’esprit avant ce concert ?
KYO : On pense à vous répondre !...
Angel-TAKA : On pense aux Françaises…
MASATO : et au sexe ! En fait, nous sommes de vieux pervers, YEAH !
Angel-TAKA : YES !
Tout le monde éclate de rire, Angel-Taka commence à onduler son corps et à prendre des poses extravagantes en remuant les lèvres…
Presse : Est-ce que vous avez visité le quartier juste avant de venir (NDLR : Pigalle) ?
Tout le monde explose de rire.
Angel-TAKA qui mime les rabatteurs : "Come on ! Come on !" Oui nous l’avons visité et on l’a trouvé très joli !
KYO : La prochaine fois ça serait bien si on pouvait l’inspecter… plus en profondeur !
(Fou rire général)
Presse : C’est donc pour cela que l’on voit beaucoup le groupe nu sur des blogs… Vous aimez bien montrer votre corps ?
Les membres de NOIZ rigolent à nouveau.
MASATO : Ha… C’est le sex-appeal !
(Rires)
Presse : Comment imaginez-vous le public français et allez-vous faire quelque chose de spécial ce soir, par rapport au Japon ?
Angel-TAKA : Nous ferons comme d’habitude. Nous avons confiance en notre prestation et je pense que quiconque viendrait écouter notre musique serait content d’être là avec nous.
Presse : Pour en revenir à la musique, écoutez-vous des groupes occidentaux ? Qu’est-ce que vous écoutez au Japon ?
MASATO : On ne cherche pas trop à savoir d’où vient la musique qu’on écoute, on cherche plutôt du bon son quelque soit le pays d’origine.
Presse : Est-ce que vous connaissez des groupes français ?
MASATO : Je ne sais pas si nous avons des CD de groupes français dans notre discothèque, mais il y a de fortes chances pour qu’on en ait déjà entendu sans savoir qu’il s’agissait de groupes français.
Presse : Est-ce que l’on pourra revoir des images du concert de ce soir sur un futur DVD ?
MASATO : On va étudier la question (NDLR : la conférence de presse et le concert ont été filmés, mais sans moyen important).
Presse : Vous parlez dans votre biographie de singles et ceux-ci ne figurent pas dans votre discographie. Ces singles ne sont inclus dans aucun de vos albums… Est-ce que vous pensez les inclure dans un futur album ou en faire une compilation ?
MASATO : Nous n’y avons pas encore réfléchi. Peut-être que nous les inclurons dans un futur album. C'est vrai que pour l'instant ils sont introuvables mais ça fait leur charme.
Presse : A ce sujet, quelles sont vos prochaines sorties CD ou DVD prévues ?
Angel-Taka : Nous sortirons normalement un disque cette année.
Presse : Serez-vous contents si des gens viennent costumés en sentaï ce soir ?
NOIZ (dans un bel ensemble) :
"Haï !" (NDLR : oui)
Angel-Taka : je suis très excité à l’idée de voir ça !
MASATO : Nous apprécions particulièrement les gens qui prennent soin de leur apparence.
Presse : Où vous voyez-vous dans 10 ans ?
Angel-TAKA :
Une chose est sûre, c'est que nous serons toujours les Imitation PoPs Uchuu Sentaï NOIZ, Après... on adore la France, c'est génial, il y a des jolies filles et du bon vin, alors peut-être que l'on habitera à Paris ! Hou ! (Rires)

Presse : Pensez-vous donner des concerts dans d’autres pays ?
Angel-TAKA : Aujourd’hui c'est notre premier concert en dehors du Japon. Nous allons réfléchir à l’idée d’en faire de nouveaux dans d’autres pays.
Presse : Un mot pour vos fans français ?
KYO : "Je t'aime !" (Rires)
Angel-TAKA : Hé ! Mais c’était ma réplique ! Hum… Faisons du bon sexe !!!




Propos recueillis par Gwenaelle Durand et Eric Oudelet.
Photos : Eric Oudelet
Remerciements : NOIZ, Ongaku France et Euro Japan Comic

Toute reproduction/réutilisation partielle ou totale du reportage, du compte rendu de la conférence et/ou des photos est strictement interdite.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême