Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

machine en concert à JAPAN EXPO 2008 : reportage

Le peroxydé HAKUEI est l’égérie de la marque BLACK PEACE NOW, le chanteur de PENICILLIN et de machine… Venu au festival JAPAN EXPO 2007 pour représenter deux marques japonaises lors d’un défilé de mode underground, il a participé à une conférence en annonçant un possible retour pour un concert français. Parole tenue ! machine est, depuis l’annonce officielle de sa venue, l’un des groupes les plus attendus d’une édition 2008 pas très flamboyante sur le papier, puisque orpheline de X JAPAN et orientée "découverte". L’attente était-elle due au sex-appeal indéniable de HAKUEI, à son look décalé, au rock électrisé et assez bien ficelé de machine, ou tout simplement à la promesse d’un show censé être le plus survolté du week-end ? Quoi qu’il en soit, il fallait s’armer de patience pour le vérifier…

Le hall du J.E.’s Live House, nouvelle salle de concert dédiée, s’est transformé en Woodstock des temps modernes, voire futuristes, ce 4 juillet 2008 après-midi. machine devait monter sur scène depuis une heure, mais rien ; rien à part des bribes d’une courte répétition entendues dans la file d’attente, témoignant déjà du retard important causé par un problème technique. Ça râle dans la bonne humeur, ça somnole, mais les nombreux spectateurs excités, venus pour HAKUEI et son partenaire guitariste Kiyoshi (près de 2.500 personnes, parfois venues de Russie, d’Allemagne, du Japon…), doivent prendre leur mal en patience, qu’ils soient entassés aux premiers rangs ou assis par terre face à la scène et aux écrans géants.




Les musiciens menés par Kiyoshi finissent par percer les inquiétants nuages de brume colorée flottant sur scène. Mine patibulaire et regard de dog hargneux pour le bassiste, fashion-punk aux lunettes striées à la batterie, têtes de mort omniprésentes… Les premières secondes du concert le plus musclé de JAPAN EXPO font saliver. L’orage guette et HAKUEI, rageur, surgit au milieu des éclairs sous les cris de délivrance d’un public immédiatement déchaîné. Balayées, les ambiances d’Aoi, SCANDAL, Dead Sexy Inc… la salle s’embrase et la machine s’emballe, enchaînant les chansons sur un rythme fou, bien décider à éponger le retard en ne perdant plus la moindre seconde. in sphere puis Baby Blood, l’un des titres les plus entraînants du groupe, donne du fil à retordre au service de sécurité : fouettés par les crinière des fangirls et arrosés par la sueur, les vigiles en rang serré courbent l’échine en tentant de maintenir les barrières. Dans la tranchée, entre la meute des fans et la furie scénique, les photographes et cameramen ne savent plus où donner de l’objectif au milieu de ce spectacle à 360 degrés.



HAKUEI, toujours affublé de son fameux cache-œil de pirate, ne recule devant aucune extravagance niveau look : ses cheveux blonds comme les blés, tenus en palmier, s’agitent au rythme des sauts. Kiyoshi est fidèle à lui-même ; cheveux noirs tombant sur le visage, il headbangue en se concentrant sur son jeu. Dommage qu’on ne l’attende pas toujours, nous y reviendrons… "Bonnejour" sera seul élan de communication que le chanteur offrira au public puisque l’heure tourne. L’icône de mode porte aujourd’hui un débardeur noir très transparent - à tête de mort bien sûr - qui laisse apparaître ses tatouages, de quoi allumer les jeunes filles ! Pendant les titres rock-trash alléchants de machine, HAKUEI pose, montre son plus beau profil et ses plus beaux apparats. On en oublierait presque ses musiciens, tant il monopolise l’attention. Le summum est atteint lorsque, après avoir braillé d’une voix très saturée (ah oui, c’est vrai, nous assistons à un concert…), le chanteur au jean taille très basse enlève son haut, pourtant pas si épais, et en profite pour exhiber un torse luisant, tatoué et musclé juste ce qu’il faut (…). Tellement pris dans son show et occupé à se dépatouiller de son attirail audio qui prend la fuite, il en oublie de chanter juste… Kiyoshi amuse par son côté punk old school à la Dee Dee Ramone, il essaie de prouver sa présence en jouant un solo des plus sympas, bien qu’un peu prévisible, et prend les initiatives de s’avancer sur le mini proscenium, à bout de bras des fans en transe.



Un tel uppercut visuel pourrait facilement masquer quelques défaillances musicales, mais le problème est autrement plus grave. Les soucis rencontrés en amont du show, réglés ou pas, ont réduit les réglages de la sonorisation à du bricolage, et les haut-parleurs crachent une véritable purée à plein volume. Chant à peine audible, guitare jouant à cache-cache… Une véritable catastrophe qui renforce probablement la rage du quatuor, dont le sort repose entre les mains des techniciens / roadies déboussolés. Double scénette révélatrice de la situation : l’un d’eux s’affère de longues secondes derrière le fougueux HAKUEI, notamment en plein milieu du live, pour tenter lui raccrocher ses oreillettes et son boîtier transmetteur. Difficile dans ces conditions d’apprécier FALCON ou l’un des six autres titres, parfois peu reconnaissable dans le chaos ambiant. Ensuite… Ensuite rien, au bout de vingt-cinq minutes, le groupe déserte la scène : concert fini ! En dernier coup du sort, le trop grand retard précédemment accumulé a condamné le rappel souhaité par machine.



En résumé, le lion narcissique HAKUEI a fait son show, comme il sait si bien le faire. Il prend de l’eau dans sa bouche, la crache sur les filles… qui hurlent et en redemandent… Pour le reste, un rouleau compresseur de chansons bourrinées à la vitesse de la lumière, comme si machine avait des yakitoris sur le feu… Pas un mot à part un bonjour, on en appréciera ainsi davantage le talk-show détendu organisé une heure plus tard dans l’amphithéâtre, sans quoi le déplacement aurait coûté cher de la minute pour les fans étrangers… Dommage, très dommage, car la musique de machine, sans être des plus novatrices, a le mérite d’avoir de bonnes bases rock et des mélodies séduisantes. Dans tout les cas, on a assisté là au concert le plus fou de cette édition 2008, avec celui des surprenants AciD FLavoR peut-être…

Mélody Ikasu et Eric Oudelet


Setlist :
01 - in sphere
02 - Baby Blood
03 - FALCON
04 - GAME OF DEATH
05 - ATOMIC GOD
06 - reset human





A lire également :
- Interview de HAKUEI avant son retour à JAPAN EXPO
- Conférence publique machine à JAPAN EXPO 2008
- Conférence publique HAKUEI à JAPAN EXPO 2007


Photos : CINE QUA NON, Eric Oudelet, Kevin Racinoux et Sophie Héry
Remerciements : JAPAN EXPO
Reproduction/réutilisation des photos et/ou du reportage strictement interdite.




Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême