Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

BETTA FLASH à JAPAN EXPO 2008 : interview et reportage sur les concerts des 4 et 5 juillet

Parmi la dizaine de groupes programmés au J.E.’s Live House de JAPAN EXPO 2008, peu s’éloignaient de la mouvance rock omniprésente. C’est donc avec le plaisir assuré du dépaysement et une curiosité optimiste que nous découvrons, en compagnie des  quelques centaines de spectateurs les plus open-minded du festival, BETTA FLASH, un duo nippon récemment créé par la chanteuse Cyua et la compositrice claviériste TAMAYO. L’espace de deux concerts les 4 et 5 juillet, ces deux artistes nous ouvrent leur oasis de world music électronique et ethnique ô combien rafraîchissante dans le bouillonnement de l’agitation ambiante.

Présentées avec un orchestre complet dans des vidéos live promotionnelles en amont du festival, Cyua et TAMAYO demeurent une énigme pour l’auditoire français, et les deux Japonaises, seules sur la grande scène du live house, surprennent par le dépouillement de leur rudimentaire installation. Ce non-impact visuel - malgré de jolis costumes - refroidit quelque peu la salle qui va mettre plusieurs minutes pour se laisser charmer par leur univers envoûtant et chaleureux. Autour d’une base électronique relativement neutre s’organise un subtile mélange de nombreuses couleurs empruntées à différentes cultures : musique tribale, sonorités moyennes-orientales ou celtiques, une once de dance… Ce voyage riche en textures et cette touche électronique/synthétique aussi simple qu’efficace ne sont pas sans rappeler les différentes ambiances compilées dans les jeux de rôle japonais dans leur âge d’or, ainsi que leur rendu sonore caractéristique. Les expériences de TAMAYO dans l’industrie du jeu vidéo n’y sont probablement pas étrangères, BETTA FLASH nous rappelle par instant les bandes originales de grands RPG, ainsi que le travail de leurs illustres compositeurs tels que Yasunori Mitsuda sur Xenogears. Un revival savoureux pour qui s’amuse de ces références, ce qui ne semble pas être le cas du jeune public à la moue assez dubitative, mais faisant tout de même l’effort du défrichage. Autre analogie amusante, dans un véritable registre Jpop relativement récent cette fois, la ligne de basse et les percutions de la chanson BETTA FLASH rappellent étonnamment celles du célébrissime CUTIE HONEY de Koda Kumi ! BETTA FLASH / "Honey FLASH" !?



Comme évoqué plus haut, on regrette avant tout que la richesse instrumentale du duo soit ici principalement transmise par un enregistrement en playback. La paisible TAMAYO, qui assure au passage quelques chorus, ne pianote qu’occasionnellement les touches de son synthétiseur, alors que les timbres instrumentaux se multiplient à l’oreille : accordéon sur HORIZON, violon sur AGATA… et même cornemuse parmi tout un éventail de sonorités celtiques sur Nazaree. Il ne fait aucun doute que ce concert/showcase d’une quarantaine de minutes aurait bien plus prestigieuse allure en présence des musiciens concernés ; d’autant que la charmante vocaliste Cyua, qui tente de camoufler le vide scénique par quelques pas de danse et mouvements des bras, réalise une performance remarquable. Moins puissante que celle d’une KOKIA déjà bien implantée sur le marché J-Music français, sa voix n’a pourtant rien à lui envier ! Forte d’un timbre moins marqué, elle tire avantage de la polyvalence qui en découle en s’accordant avec justesse et facilité aux styles abordés par l’instrumentalisation, des simples envolées lyriques aux chants tribaux, avec autant de maîtrise dans les graves que dans les aigus. Un sans faute et assurément la plus belle performance vocale du week-end.



De tout le line-up de JAPAN EXPO, BETTA FLASH est probablement le groupe qui réussit le mieux à faire oublier son environnement survolté, emmenant son auditoire sur une autre planète. Il y avait KOKIA ou encore Akino Araï, voici désormais une nouvelle voix, deux nouveaux visages et surtout un merveilleux univers musical à retenir. Si les CD audio de BETTA FLASH permettent d’en retrouver toutes les saveurs et de mieux en apprécier les subtilités, on ne souhaite plus qu’un retour dans un cadre plus précieux, avec les musiciens et l’animation scénique qui ont tant fait défaut à JAPAN EXPO.

Eric Oudelet


Setlist :
01 - Beyond
02 - BETTA FLASH
03 - 6th body
04 - Erinyes
05 - HORIZON
06 - Nazaree
07 - AGATA













Samedi 5 juillet pendant midi, alors que le festival connaît une énorme affluence pour sa troisième journée d’ouverture, Cyua et TAMAYO nous accordent une interview entre deux concerts.

Cyua, chanteuse : "Je m’appelle Cyua, de BETTA FLASH".
TAMAYO, compositrice et claviériste : "Je m’appelle TAMAYO".

Orient-Extrême : Quels sont vos ressentis après le premier concert d’hier ?
Cyua :
Génial. Ça s’est passé très rapidement. On était très contentes que nos quelques mots de français aient eu des retours si enthousiastes : le public criait "oui !!!" à chaque fois. [Rires]

Orient-Extrême : En fonction de vos impressions et du déroulement de ce premier concert, allez-vous changer quelque chose dans celui de tout à l’heure ; ou bien sera-t-il différent, tout simplement ?
TAMAYO : Huuummm… Les chansons seront les mêmes, mais l’approche sera différente.
Orient-Extrême : Qu’allez-vous changer exactement ?
Cyua :
"Secret". [Rires]

Orient-Extrême : Est-ce la première fois que vous venez en France ?
Cyua :
Pour moi, oui…
TAMAYO :
J’étais déjà venue à titre privé, mais c’est la première fois que nous faisons des concerts à Paris.
Orient-Extrême : Quelles sont vos premières impressions sur notre pays ?
TAMAYO :
Les gens sont très chaleureux et on se sent très à l’aise avec les Français. Ça donne très envie de rester en France et pas du tout de rentrer. [Rires]

Orient-Extrême : Et que pensez-vous du festival JAPAN EXPO ? Vous vous attendiez à cette effervescence ?
TAMAYO :
C’est beaucoup plus impressionnant que ce que l’on imaginait du Japon. On était très étonnées de voir autant de monde, particulièrement aujourd’hui.
Cyua : Les queues pour rentrer sont gigantesques. On est surprises par l’ampleur de l’événement.

Orient-Extrême : Pouvez-vous nous parler de vos carrières personnelles respectives jusqu’à votre rencontre et la création de BETTA FLASH ?
TAMAYO :
J’ai commencé la musique à l’âge de 4 ans et j’ai continué durant toute mon enfance. J’ai pratiqué plusieurs instruments, essentiellement le clavier. Après avoir fini mes études à l’université, j’ai travaillé dans une société de jeux vidéo où je m’occupais de la musique des jeux jusqu’à la formation de BETTA FLASH.
Cyua : Je baigne dans le monde de la musique depuis ma sortie du lycée. Parfois j’ai travaillé en solo et parfois avec des groupes. J’ai chanté dans plusieurs petites salles à Tôkyô, puis j’ai voyagé dans tout le Japon pour participer aux bunkasai (c’est une sorte de fête annuelle dans les universités, un festival culturel qui dure une semaine et où s’organisent notamment des animations musicales).

Orient-Extrême : Comment s’est déroulée la rencontre qui a abouti à BETTA FLASH ?
Cyua :
C’est TAMAYO qui m’a entendue chanter et qui m’a proposé de collaborer avec elle.

Orient-Extrême : Est-ce que vous préparez vos tenues vous-même ou bien avez-vous un(e) styliste ?
TAMAYO :
Nous nous occupons personnellement des designs de nos costumes.
Cyua : On crée des accessoires, comme par exemple le bandeau à plume que vous pouvez voir sur certaines de nos photos. On travaille souvent avec nos petites mains !



Orient-Extrême : Vous avez interprété le générique de l’animé Night Wizard, comment s’est présentée cette opportunité ?
TAMAYO :
Comme j’avais déjà travaillé dans l’industrie des jeux vidéo, j’avais des contacts, des amis qui m’ont dit que j’étais tout à fait qualifiée pour m’en occuper.

Orient-Extrême : Le 1ier Juillet, vous avez publié une news sur votre site concernant un projet intitulé BETTA FLASH REMIX VERSION. De quoi s’agit-il ?
TAMAYO :
C’est pas encore terminé, mais deux de nos morceaux ont été remixés par un groupe anglais au style dance/trance : Juno Reactor. L’objectif est de sortir un album ou un maxi-single l’année prochaine.

Orient-Extrême : Présentez-nous le poisson bleu et jaune qui apparaît par exemple sur votre site officiel… C’est le fameux BETTA ?
BETTA FLASH :
En fait, le BETTA de BETTA FLASH est une espèce de poisson.
Cyua : C’est un joli poisson, mais il s’attaque aux autres… Il peut être méchant, c’est là tout le paradoxe…
Orient-Extrême : Pourtant, vous n’aviez pas l’air d’être méchantes sur scène ; au contraire. C’est peut-être pour aujourd’hui ?
Cyua : Merci, ça me fait plaisir. [Rires]

Orient-Extrême : Nous avons parcouru votre blog qui est relié à votre site officiel et on a pu voir Cyua "faire de la batterie". Allez-vous jouer de cet instrument dans le projet BETTA FLASH ?
Cyua éclate de rire avant même la fin de la question :
Je ne sais pas… mais j’y réfléchis. Peut-être que je vais me mettre à la batterie… En fait, sur la photo, je tenais un couteau et une fourchette [NDLR : la chanteuse rejoue la scène devant nous…] parce que nous étions en train de manger un gâteau au fromage à ce moment-là. [Rires]

Orient-Extrême : A ce propos, il y a beaucoup de photos de nourriture et plus particulièrement de gâteaux sur votre blog…
Cyua rit :
C’est vrai, on adore manger et faire la cuisine. Je m’arrange toujours pour pouvoir exploiter au mieux tout ce qui se trouve dans le frigo.
Orient-Extrême : Est-ce que vous avez pu faire une heureuse découverte en France dans ce domaine ?
Cyua, de plus en plus enthousiasmée par ces sujets culinaires : Je n’ai pas encore vraiment eu l’occasion de goûter la cuisine française. Ce matin, j’ai mangé un croissant [NDLR : Cyua réussit plutôt bien à prononcer ce mot difficile] ; il était très bon mais j’ai été surprise. Ce n’est pas qu’il soit meilleur que chez nous, mais les croissants japonais sont sucrés alors que les croissants français ont davantage le goût du beurre. On ne peut pas vraiment les comparer, c’est totalement différent.



Orient-Extrême : Sur votre blog, on peut voir une photo de la disquette de sauvegarde de Night Wizard, avec probablement les données du générique. Une mauvaise aventure avec cette chanson-là ?
TAMAYO :
J’ai dû composer la chanson dans un temps très limité, ce qui m’a beaucoup stressée. C’est pour cette raison que je l’ai mise sur disquette, pour avoir une copie de sécurité en cas d’erreur. Il n’y a pas eu de souci particulier.

Orient-Extrême : Avez-vous un autre générique en vue, pour un animé, un jeu vidéo voire un drama ?
TAMAYO :
Pour l’instant, non.

Orient-Extrême : Quels sont vos projets ?
TAMAYO :
On a prévu de sortir le CD de remixes au style clubbing dont on parlait tout à l’heure…
Cyua : …et on va surtout faire beaucoup de concerts au Japon à notre retour.

Orient-Extrême : Avez-vous déjà songé à une collaboration avec un artiste ?
TAMAYO et Cyua réfléchissent un instant.
Cyua : En fait, avant de collaborer avec un autre artiste, nous souhaitons composer un plus grand nombre de morceaux personnels.
TAMAYO : Pour le moment, nous n’en avons pas beaucoup et nous devons augmenter notre répertoire, puis faire des concerts pour nous faire connaître. C’est notre priorité.

Orient-Extrême : Vous avez des morceaux - ou des parties de morceaux - qui sonnent clubbing. Votre collaboration avec Juno Reactor va dans ce sens… Êtes-vous des clubbeuses, aimez-vous aller en boite ?
Les deux Japonaises rient, et plus particulièrement TAMAYO…
TAMAYO : J’ai fréquenté des boites de nuit quand j’étais un peu plus jeune. Maintenant, j’y vais moins.
Cyua : J’y vais car j’aime bien danser.
TAMAYO : Plus généralement, on aime bien sortir en boite.

Orient-Extrême : Pour le moment, nous avons principalement interviewé des garçons à cette JAPAN EXPO (pas uniquement en musique). Au Japon, des gens leur avaient dit que les Françaises étaient mignonnes, et tous semblent aujourd’hui approuver ces dires avec un certain enthousiasme. Profitons de votre présence pour avoir le ressenti féminin équivalent : vous a-t-on parlé des Français, et quelles sont vos premières impressions ?
TAMAYO :
"Kawaii" [NDLR : ils sont mignons].
Cyua : "Kawaiiiiiii !!!" Il y a beaucoup de garçons qui ont l’air cool et qui nous plaisent. [Rires]

Orient-Extrême : Un dernier mot à destination des Français ?
TAMAYO regarde Cyua pour l’inciter à parler en premier, et Cyua tape sur la cuisse de TAMAYO pour lui laisser cet honneur. [rires]
TAMAYO :
Hum… On va s’efforcer de composer le plus possible et on espère que le public français nous suivra.
Cyua : Je n’attends qu’une chose : revenir en France et rejouer devant le public français. On compte sur lui pour revenir nous voir !

Orient-Extrême : Merci beaucoup.
BETTA FLASH :
"Merci beaucoup".






Photos : Eric Oudelet, Sophie Héry et CINE QUA NON
Interview : Eric Oudelet
Remerciements : J-Music LIVE, RAGE TOUR et Rightsscale
Reproduction/réutilisation des photos, de l’interview et/ou du reportage strictement interdite.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême