Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Ra:IN à JAPAN EXPO 2008 : interview et reportage sur le concert du 6 juillet

A l’apparition de YOSHIKI à JAPAN EXPO 2007 succédait cette année celle de PATA, guitariste du même groupe mort puis ressuscité, X JAPAN. Moins remarquée et/car moins mise en avant que celle de miyavi, véritable star par défaut de cette édition 2008, la venue du musicien a cependant été moins figurative que celle du batteur puisqu’elle s’est soldée par un showcase de son groupe rock instrumental et 80’s Ra:IN. PATA était à cette occasion accompagné du bassiste michiaki, mais pas de Tetsu ni de D.I.E., malheureusement cloués au Japon. Ce mini-concert clôturait le dernier jour du marathon JAPAN EXPO 2008, promouvant dans la foulée le troisième album METAL BOX, distribué en France par Paris Visual Prod..

Histoire de rendre supportable la déception due à l’annulation du concert de X JAPAN (prévu le 5 juillet au Parc des Expositions qui héberge JAPAN EXPO), PATA et michiaki apparaissaient de prime abord comme des lots de consolation rajoutés au programme à quelques jours de l’ouverture. Et si l’on considère la fréquentation du concert (près de 3.000 spectateurs) et de la séance de dédicaces déchaînée de Ra:IN malgré la concurrence du concert soldout de miyavi à L’Olympia, on imagine que les déçus furent vraiment nombreux. La performance du charismatique PATA et du mystérieux grand corbeau michiaki a-t-elle rempli son contrat ? Flashback



Après une petite intro mystique, durant laquelle des lumières violettes tournoient sur scène et le public hurle le nom du quatuor, arrivent PATA et michiaki, l’un très sobrement, l’autre déjà très en phase avec le public. Evidemment, l’âge a attaqué les deux papis rockers : le guitariste fourbu et échevelé et son bassiste décharné n’ont pas la prestance pleine de vitalité de leurs successeurs ; tous deux dégagent néanmoins une aura mystérieuse, le fantôme planant de X JAPAN n’y étant sans doute pas étranger…

Les musiciens sont donc accueillis honorablement, en particulier avec la chaleur attendrie - pour na pas dire hystérique - des amateurs. Le set débute par la chanson titre de leur dernière production, METAL BOX. Discret dans sa chemise à fleurs, PATA fait chanter sa guitare sur les longs titres instrumentaux de Ra:IN, bien loin du genre de MONO, malgré la commune absence de vocaliste. La musique de la formation reste la pierre angulaire du concert : le jeu irrésistiblement coulant de PATA ravage, et les mélodies note à note forment un paysage sonore luxuriant. Comme prévu, la guitare est la star de l’après-midi ; fondation de l’entière discographie de Ra:IN, la belle grince autant qu’elle chuchote. PATA, dans un solo infini, explore son manche de haut en bas, ses deux mains grimpent le long des cordes, et les accalmies succèdent aux tempêtes.



Le guitariste dissimule sa concentration extrême derrière un sourire assuré et imperturbable, et choisit à point le moment de s’avancer vers le public, ou de hisser son instrument au-dessus de sa tête. michiaki, quant à lui, prend le parti de se mettre constamment en avant. Le visage impassible, il harangue la salle du bras, lève la main au ciel, s’avance brusquement, ou encore traîne sa basse par terre en se promenant nonchalamment le long de la scène, provoquant les hurlements de la salle. Il en vient même à exhiber son torse en fin de concert, ce qui ne lui donne pas moins l’air d’un croquemort tant il est squelettique. "C’est ça le rock !", comme dirait l’autre.

Afin d’illustrer ses mérites et la pleine légitimité de sa présence (les autres instruments étant relayés par une bande en playback), michiaki s’accorde un long solo de basse en milieu de set, dont on n’arrive à déterminer s’il est volontairement dissonant. La justesse de son rythme et de ses choeurs sporadiques et distordus restent d’ailleurs discutables ; quoi qu’il en soit, la musique de Ra:IN n’aurait pu atteindre en live la clarté des versions studio, ne serait-ce qu’à cause de la surexcitation générale. Les conditions techniques n’étaient d’ailleurs pas des plus favorables, on pourrait à ce sujet citer les tentatives désespérées de PATA qui courait d’un micro - en panne ou déconnecté - à l’autre pour dire deux mots au public. Il se résout finalement à s’incliner et s’éclipser, tout confus.



Le son de Ra:IN, qui aurait dû se déployer sur 45 minutes, ne durera que 25 minutes, soit le temps de quatre titres. Un peu court pour un show dont on attendait un peu naïvement une révélation. On aimerait alors remonter le temps pour assister au concert parisien du groupe au complet à l’Élysée Montmartre en mai 2005, qui fut un terrible fiasco d’audience à l’époque mais qui connaîtrait assurément un destin plus heureux aujourd’hui. On hésite désormais à espérer revoir PATA sur scène aux côtés des membres de X JAPAN à Bercy le 22 novembre 2008, pour un live d’une toute autre envergure mainte fois confirmé… dont les places n’ont toujours pas été mises en vente. Inquiétant.

Aurélie Mazzeo


Setlist :
01 - METAL BOX
02 - Trilin’ High
~ Bass solo ~
03 - Wish
04 - Happy !









Interview Ra:IN à Paris le lundi 7 juillet 2008

Le lendemain du showcase, PATA et michiaki, encadrés par trois Japonaises, nous accueillent à leur hôtel parisien, peu avant une nouvelle séance de dédicaces à la boutique de mode HARAJUKU. De manière inattendue - mais pas à la demande des artistes -, il s’agira de l’entretien le plus policé que nous ayons connu à Orient-Extrême, peut-être davantage même qu’avec Mana de Moi dix Mois !

Orient-Extrême : michiaki, PATA, pouvez-vous nous donner vos impressions sur le concert et la séance de dédicaces d’hier à JAPAN EXPO ? Avez-vous senti un changement chez le public depuis votre concert français en 2005 ?
PATA : Eh bien, cette fois-ci, nous ne sommes pas venus en groupe, puisque nous n’étions que deux… Nous ne sommes presque venus que pour faire de la promotion, c’est donc très difficile de comparer. En 2005, c’était un vrai live à L’Élysée Montmartre, tandis que là ça s’est fait dans une structure complètement différente.

Orient-Extrême : Avez-vous préféré jouer à l’Élysée Montmartre ?
PATA : Hum, moui…
michiaki : Pour résumer, nous sommes assez frustrés puisque les deux autres membres du groupe devaient venir et leur venue a été annulée 48 heures avant le départ pour la France. Évidemment, nous regrettons un peu la tournure des événements. Mais c’était quand même rigolo !

Orient-Extrême : Ra:IN est l’abréviation de "Rock & Inspiration". Quelle inspiration ? D’où cette inspiration ? Pourquoi cette inspiration ?
michiaki : Le design de Ra:IN a été travaillé par notre ami hide. Par inspiration, nous ne voulons pas dire "notre" inspiration, mais plutôt inspirer le public, l’âme des spectateurs, leur façon de voir les choses… Notre souci est donc plutôt l’inspiration que l’on veut offrir au public.

Orient-Extrême : Pour le néophyte, la première lecture  de votre nom s’arrête sur le terme anglais signifiant "pluie", qui peut évoquer des choses déprimantes aux gens…
PATA, amusé : Hum… évidemment, ça n’a rien à voir avec la pluie.
michiaki : Au début, on voulait mettre un "l" ; mais on s’est dit qu’avec un "r", "ça le faisait" davantage car ça renvoyait à "rock". Ce n’est qu’à la fin, après avoir travaillé le logo, etc., que l’on s’est aperçus que, hors contexte et sans connaissance du groupe, le nom pouvait être interprété comme "pluie".
PATA, selon la traductrice : Nous nous en sommes vite satisfaits : la pluie, ça nettoie et c’est toujours suivi d’une éclaircie. Il y a donc dans ce nom une promesse de renouveau "après la pluie"…
Orient-Extrême, ayant remarqué que la fin de la réponse ne correspondait pas à ce qu’avaient dit PATA en japonais : Euh……
La traductrice : Je suis manager [NDLR : !!!???], donc c’est la SEULE interprétation.

Orient-Extrême : Hum… OK… Puisque nous parlons des origines, pourquoi avoir choisi une musique presque exclusivement instrumentale ?
PATA : Au début, on s’est dit que quelqu’un chanterait peut-être.
michiaki : Puis on s’est dit qu’au fond, on voulait surtout faire ce qu’on savait le mieux faire, c'est-à-dire de la musique. On est restés assez puristes dans la démarche. Ce n’est donc pas du tout calculé, ça s’est fait naturellement. Comme le vrai rock, ce n’est "que" de la musique et qu’il n’y a pas besoin de langage pour le comprendre, nous avons décidé de respecter sa pureté absolue.

Orient-Extrême : Aimeriez-vous composer des bandes originales de films (le titre Wish serait idéal…) ?
PATA sourit pour approuver le choix du titre.
michiaki : En jouant une musique instrumentale et la quasi-totalité de nos titres étant imagés, nous y avons pensé. Mais pour l’instant, aucune occasion n’est venue…

Orient-Extrême : Vous avez tout de même fait quelques chansons avec voix comme BEFORE THE SIREN dans l’album éponyme, ou WITHIN YOU dans le dernier METAL BOX. Quelle est la place des vocalises dans votre "art" ?
michiaki : Euh… On voulait juste changer un peu, mettre de la nouveauté… faire quelque chose qu’on n’avait pas fait avant.

Orient-Extrême : En écoutant votre musique, on croit revenir dans les années 80, peut-être l’âge d’or du rock japonais (les chansons freakout et Your Wonderland de votre dernier album, par exemple). Voyez-vous cette période avec nostalgie ?
michiaki :
Non, du tout.
PATA : Comme nous sommes passes par les années 80, nous en avons très certainement gardé des traces. Ça fait partie de notre passé… et on ne construit pas son passé sans futur. [NDLR : fin de phrase ajoutée par la traductrice]

Orient-Extrême : Vous vous inscrivez dans le prolongement de cette époque ? Pensez-vous avoir changé ? Par rapport au monde du rock, au public, qui ont changé…
michiaki :
On ne se prend pas trop la tête. C’est vrai que ce qui marche en ce moment, c’est le visual ; mais ça, on s’en fiche un peu. Nous, on se contente de faire de la vraie musique. Voilà !

Orient-Extrême : Quelle a été la réaction des fans et des media japonais quand Ra:IN s’est formé ?
PATA :
Il y a eu deux réactions différentes. Du côté des media, ça n’a pas vraiment marché, mais il faut comprendre que le Japon est un pays qui aime avant tout la nouveauté et médiatise surtout ce qui vient de sortir. En revanche, du côté des fans de longue date, ils ont signé pour nous suivre durant vingt nouvelles années [rires].
michiaki : Ce que l’on trouve toujours amusant, et qui fait partie des clins d’œil de la vie, c’est que j’étais très ami avec hide, et c’est grâce à hide que j’ai rencontré PATA. On devait faire un groupe à trois. La tragédie est arrivée, il n’est plus parmi nous, mais nous avons toujours un peu l’impression qu’il est présent.

Orient-Extrême : PATA, n’avez-vous parfois pas peur que votre appartenance groupe de légende, X JAPAN, n’attire davantage les fans que pour la musique de Ra:IN, très différente de celle d’X JAPAN ?
PATA :
Je ne me pose pas plus de question que ça, je n’ai pas particulièrement peur… Je me dis que, si ça fait venir du monde, tant mieux ; et que de toute façon, s’ils reviennent nous voir par la suite, ce ne sera que pour Ra:IN. Il y a des fans d’X qui aimeront Ra:IN, d’autres qui n’aimeront pas… Personnellement, ça n’a pas d’importance.

Orient-Extrême : A ce propos, PATA, pourquoi avoir mis un terme à Dope HEADz, le groupe que vous aviez formé avec HEATH ?
PATA, méditatif, retrouve la mémoire :
Euh… En effet, j’ai fait ça ! [rires] Que dire si ce n’est que ça s’est défait naturellement.

Orient-Extrême : Certains de vos titres ont-ils une histoire (ce ne pourrait être qu’une prouesse technique) ? Si oui, comment vous y prenez-vous pour la raconter à votre public ?
La traductrice explique cette question difficile en donnant des exemples comme michiaki allongé dans l’herbe regardant le ciel et pensant à quelque chose, ou bien PATA perdant son chien. Les yeux brillants, michiaki et PATA l’écoutent religieusement, puis concluent par un "c’est super, ça !!!"
michiaki :
En fait, artistiquement, chaque morceau a son histoire personnelle. Ça peut commencer n’importe comment… un de nous joue de la guitare chez lui, une mélodie lui vient, puis ça fait un morceau, ou bien d’autre fois, on se vide la tête en tapotant sur l’ordinateur... mais rien de précis comme vous l’espéreriez… [rires]

Orient-Extrême : On sent des influences perceptibles de grands noms comme Pete Townsend (des Who), Van Halen, Randy Rhoads (d’Ozzy Osbourne)… En tant que guitaristes, quelles sont leurs influences ?
PATA :
je n’ai pas particulièrement d’influence. J’aime beaucoup ces artistes, j’ai probablement et inconsciemment leur travail quelque part dans ma tête, mais ils ne m’influencent pas pour autant de manière directe.
michiaki :
Je me prends un peu pour John (Lennon). [rires]

Orient-Extrême : Que pensez-vous des guitaristes actuels comme l’Américain Satriani qui ont les mêmes influences que vous et qui ont eux aussi choisi de jouer de l’instrumental ?
michiaki :
Joe Satriani ? Je connais de nom, mais je ne sais pas trop ce que ça donne !.. [rires]

Orient-Extrême : Votre troisième album METAL BOX est distribué en France par Virgin Mega en téléchargement légal, et par Paris Visual Prod. via son site officiel. Il y est présenté avec l’accroche "excentrique occidentalisme". Pouvez-vous nous expliquer ce concept ?
A ce moment s’instaure un climat d’incompréhension et de panique latente, les musiciens font fi de la traduction et sourient.
PATA : Euh… parce qu’on vient de l’Orient !
Orient-Extrême : Hum oui… mais il est écrit "Occidentalisme", pas "Orientalisme"…
La traductrice traduit la phrase d’origine et insiste sur le fait que dans notre langue, ça donne "Orientalisme"… Conclusion…
La traductrice :
Héééééééé… [stupeur] Eh bien… on s’est trompés. [énormes rires de tout le monde] On voulait écrire orientalisme !
Orient-Extrême : Ah ! Ça a le mérite d’éclaircir le mystère.
[NDLR : l’erreur a été supprimée depuis l’interview]

Orient-Extrême : La dernière piste de votre METAL BOX, Ballroom in Spaceship, est moins metal et plus planante que les autres. Pourquoi finir cet album sur cette note ?
michiaki :
METAL BOX ne signifie pas pour autant que l’on ne doit faire QUE du metal.
Orient-Extrême : Bien sûr, mais y a-t-il une raison particulière pour avoir choisi un morceau de ce style en conclusion ?
michiaki, pensif :
Non, pas vraiment. C’est juste qu’on aime bien le glamrock, et qu’à ce moment-là, ou voulait un truc plus planant, donc plus proche de ce style.

La question suivante, beaucoup plus technique, effraie la traductrice… Essayons de faire simple…
Orient-Extrême : PATA, êtes-vous personnellement davantage adepte de sons saturés simples, ou plutôt d’effets divers (chorus, reverb...) ?
PATA grimace en riant :
Oulà, attendez un peu…
Le guitariste se lance dans une intense réflexion, puis nous regarde droit dans les yeux, et répond en anglais, le pouce en l’air…
PATA : "Simple sounds !" [rires]

Orient-Extrême : Un aparté sur X JAPAN. PATA, pouvez-vous nous donner vos impressions sur les trois concerts du printemps dernier, au Tokyo Dome ? L’ampleur et le côté spectaculaire de l’événement ne vous ont-ils pas donné envie de VRAIMENT ressusciter l’aventure X JAPAN ?
PATA, les yeux écarquillés : J’ai oublié ! Mais il va y avoir un live en France cette année…

Orient-Extrême, désireux de finir l’entretien par une touche gaie : PATA, pourquoi porter aussi souvent des chemises à fleurs ?
La traductrice :
Mais il ne porte pas QUE des chemises à fleurs !
Nos regards se tournent alors ostensiblement vers PATA et sa chemise du jour, au motif fleuri…
Orient-Extrême : Régulièrement, tout de même…

PATA :
Ahahaha… C’est juste que j’aime les choses colorées ! [rires]

Orient-Extrême : Et votre guitare, votre Gibson Les Paul… a-t-elle une histoire ?
PATA :
Eh bien, étant donné qu’elle ne me quitte jamais, on pourrait dire que si Ra:IN était une société, elle en serait la vice-présidente. [rires] J’en parle presque comme si c’était quelqu’un, sur qui je peux compter en cas de problème.
Orient-Extrême : Elle a un nom ?
PATA :
Jomuko [rires]

La manager de Ra:IN qui s’était éclipsée durant l’interview fait alors son retour et nous rejoignons le jardin pour prendre quelques derniers clichés de PATA et michiaki avant leur départ pour HARAJUKU.




A voir également : photos de Ra:IN en concert à JAPAN EXPO 2009


Interview préparée par Aurélie Mazzeo, propos recueillis par Alexandre Martinazzo
Photos concert Ra:IN à JAPAN EXPO : Alice & Peter Punk, Sophie Héry, et Camille Poulain.
Photos interview Ra:IN : Eric Oudelet
Remerciements : Paris Visual Prod. & JAPAN EXPO
Reproduction/reutilisation des photos, du reportage et/ou de l’interview strictement interdite.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême