Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Aoi : conférence publique à Chibi Japan Expo 2 le 1er novembre 2008

En 2007, la première édition de Chibi Japan Expo, nouvelle petite sœur automnale de la gigantesque convention estivale annuelle JAPAN EXPO, avait beaucoup déçu par son contenu maigrelet. Du 31 octobre au 2 novembre 2008, la société organisatrice SEFA réagit avec une seconde édition délocalisée, recentrée sur le Japon et mieux armée en animations et en invités. Le "chibi" lui va désormais comme une mitaine et quelques invités musicaux ont fait le déplacement, dont l’ange ténébreux Aoi. Ce jeune chanteur au style rock visuel avait lancé sa carrière française par un concert à JAPAN EXPO l’été dernier (le marché européen est devenu vital pour un genre en pleine décrépitude dans l’archipel) et son retour si rapide, pour une simple conférence publique et des dédicaces, a de quoi surprendre. Y avait-il serpang sous racaillou ? Réponse durant ce trop court talk-show organisé par Euro Japan Comic.

Programmée samedi 1er novembre, journée la plus chargée en contenu musical, la conférence est laborieusement inaugurée par la projection des trois premiers clips d’Aoi. Maquillé et en tenue de scène, le chanteur fait ensuite son apparition en saluant, en français, les 150 fans présents. De l’enthousiasme, mais pas d’hystérie à signaler. On sent qu’Aoi a encore beaucoup à faire avant d’égaler un miyavi ou un Gackt.

Présentatrice : A quel âge avez-vous créé/composé votre première chanson ?
Aoi :
J’ai oublié. [rires]
Présentatrice : Comment s’intitulait cette chanson ?
Aoi :
Eve. Ça parlait d’Adam et Eve.
Présentatrice : Le premier amour ?
Aoi rit :
Euh non, non ! Il s’agissait d’une histoire inventée, une sorte d’Adam et Eve remanié. Vous comprendriez mieux avec les paroles.

Présentatrice : Pourquoi avez-vous commencé à faire de la musique ?
Aoi :
Pour moi, seule la musique comptait. Il n’y avait que ça et j’aimais tellement ça que je me suis lancé…

Présentatrice : Qu’est-ce qui vous a influencé ?
Aoi, en français :
J’aime David Silvian. Vous connaissez ? [NDLR : un chanteur, musicien et compositeur anglais qui a débuté dans le groupe Japan]

Présentatrice : Que signifie Aoi ?
Aoi :
C’est mon nom. [rires de l’assistance]
Présentatrice : Selon le dictionnaire, ça signifierait bleu et vert à la fois.
Aoi, en français :
"Je m’appelle Aoi" [rires], c’est simplement mon nom.

Présentatrice : Vous avez sorti trois CD en solo, le premier en décembre 2007 (le single VISION), le second en mai 2008 (le single EDEN) et le troisième en juin 2008 (l’album Veil). Quel serait le point commun entre ces trois CD ?
Aoi :
Le point commun de ces trois disques est la représentation du monde, clos, fermé… un monde sans liberté.
Présentatrice : Le prochain abordera-t-il la liberté ?
Aoi :
Peut-être, mais pour le moment, je ne sais pas.

Présentatrice : Vous avez fait un autre album avec un musicien, KAZUYA, qui appartient à la même agence de management. Ensemble, vous avez créé le groupe BOUNTY, mais pourquoi ce nom ? Est-ce une allusion aux révoltés du BOUNTY ?
Aoi :
Non, le nom a été choisi par mon collègue KAZUYA, sans référence particulière.
Présentatrice : C’est un choix purement phonétique ?
Aoi rit :
D’après KAZUYA, ça sonnait bien.



Présentatrice : L’une de vos chansons s’intitule GHOST IN THE SHELL. Pourquoi ? Est-ce une allusion au dessin-animé ?
Aoi :
Oui.
Présentatrice : Vous êtes fans de Mamoru Oshii ?
Aoi :
Non. [Le caractère expéditif des réponses du chanteur finit par faire rire les spectateurs]
Présentatrice : Pourquoi y faire référence alors ?
Aoi :
Mon ami(e) intime parlait tout le temps de cet anime. Je ne le connaissais pas mais le titre me plaisait.
Présentatrice : Le concept de l’enfermement (évoqué plus haut) également ?
Aoi :
Oui, en effet.

Présentatrice : Vos chansons parlent donc beaucoup d’emprisonnement, d’univers clos, de bulles, d’espaces hors du monde… Est-ce que vous parlez de vous, ou plus généralement de votre génération ?
Aoi :
Je ne cherche pas à présenter la solitude de quelqu’un. C’est une image, une histoire que je crée. Je ne parle pas de moi-même.

Présentatrice : Avez-vous l’impression de ressembler aux autres garçons japonais de votre âge ? Ou au contraire d’être très différent du reste de votre génération ?
Aoi :
Je pense être différent des autres.
Présentatrice : Ne serait-ce qu’en étant seul… Un artiste qui travaille seul au Japon, c’est exceptionnel. [les regards s'échangent dans le public, interloqué par cette étrange affirmation]
Aoi :
Je ne souhaite pas spécialement me faire remarquer, mais faire moi-même quelque chose de nouveau, que personne d’autre n’a proposé jusqu’à maintenant.



Présentatrice : Vous venez de tourner un vidéo clip dans un château des environs de Paris. Quel est le nom du morceau ? De quoi parle la chanson et quand le clip va-t-il sortir ?
Aoi :
Je ne sais pas encore quand il sortira, mais ce sera vraisemblablement l’année prochaine, vers février. Quant au titre, désolé, mais je ne peux pas vous le révéler pour le moment.
Présentatrice : Pourquoi avoir choisi un château près de Paris ?
Aoi :
Je suis venu en juillet pour mon premier concert français à JAPAN EXPO, et j’en ai profité pour visiter un peu. J’ai bien aimé ce château qui correspondait à mon univers. C’est là que je me suis décidé.

Présentatrice : Quels sont vos projets ?
Aoi :
Je mène deux projets de front, l’un en tant qu’artiste solo, l’autre en tant que membre de BOUNTY. Vous avez désormais connaissance du clip en solo, et je vais sortir un nouveau single avec BOUNTY en décembre : BLACK OUT.

Présentatrice : Merci beaucoup, Aoi.
Aoi :
"Merci beaucoup [sous les hurlements des fans], salut !"

Aoi se prête ensuite à la traditionnelle séance de dédicaces. Tout comme la conférence, celle-ci ne dure que 15 minutes et Aoi enchaîne 150 signatures et poignées de main selon une mécanique japonaise parfaitement huilée. Rendez-vous est pris en backstage pour une interview privée… à venir prochainement sur Orient-Extrême.




A lire également :
-
L'interview d'Aoi après la conférence publique
- Reportage sur le concert d’Aoi à JAPAN EXPO 2008
- Compte rendu de la conférence de presse d’Aoi à JAPAN EXPO 2008


Photos : Eric Oudelet
Remerciements : Euro Japan Comic, SOL BLADE et Chibi Japan Expo
Reproduction du compte rendu et/ou des photos strictement interdite.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême