Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

AciD FLavoR : interview à Paris le 31 octobre 2008

AciD FLavoR, le quatuor pop-rock japonais qui a créé l'une des plus grosses surprises du festival JAPAN EXPO 2008 cet été, était déjà de retour en Europe la semaine dernière pour une première mini-tournée passant par l’Allemagne, la France et la Belgique. En compagnie de nos confrères de WebOtaku, nous l'avons rencontré quelques minutes avant son concert au Café de la Danse à Paris. Si le groupe au complet participe à l’entrevue, c’est le leader, compositeur et guitariste Ryo qui répond à la plupart des questions.

Après votre premier mini-concert à JAPAN EXPO 2008 cet été (2500 spectateurs environ), vous revenez à Paris pour un vrai et long show dans une vraie salle. Quelles sont vos attentes pour ce nouveau concert ?
Ryo :
Je me rends compte que les fans qui sont venu(e)s nous voir à JAPAN EXPO seront probablement de retour ce soir ; peut-être pas tous, mais la plupart. On a déjà eu une interview radio dans laquelle on avait affirmé notre envie de faire un concert un peu plus intimiste, avec moins de monde et une plus grande proximité. Finalement, ça s’est tout de suite réalisé. Ça va probablement être très sympathique et très amusant.

Vous avez connu un gros succès à JAPAN EXPO. Est-ce que vous vous y attendiez ?
Ryo :
Si gros que ça ? [rires] Je n’irai pas jusque là, mais je comprends ce que vous voulez dire. On imaginait quelque chose de bien, mais là… ça a dépassé toutes nos espérances ! C’était incroyable !

Est-ce la perspective et le désir de retrouver la même ambiance de folie qui vous ont fait revenir si vite ?
Ryo :
On est un groupe, on fait de la musique, et on fait donc des concerts, c’est normal… Mais quand on apprécie quelqu’un, quand on aime quelqu’un, c’est tout aussi normal de vouloir aller le voir, d’autant plus souvent qu’on l’aime. C’est un peu pareil avec le public européen.

Vous étiez très à l’aise sur la grande scène du Live House de JAPAN EXPO, vous l’avez parfaitement exploitée comme des habitués. Aviez-vous déjà joué dans une salle aussi grande auparavant au Japon ?
Ryo :
JAPAN EXPO était un concert unique et vraiment agréable car on ne peut pas accéder à ce genre de salles au Japon à moins d’être très connu. C’était comme un petit rêve et on en a profité un maximum.



"Ryo-sama".... On a entendu beaucoup de "Ryo-sama" à JAPAN EXPO… [tout le groupe pouffe de rire et Ryo baisse la tête en souriant] Ryo, est-ce que les fans japonaises vous appellent aussi comme ça ? Ça fait quel effet ? [NDLR : le suffixe "sama" indique une dévotion et une profonde admiration de son auteur envers son interlocuteur]
Ryo :
Oui, effectivement, j’ai entendu [rires]. Au Japon aussi, parfois. Ça fait très chaud au cœur ! Deux types de public nous aiment au Japon : l’un plutôt fan d’anime, de manga, de jeux… l’autre fan de visual kei. Ce sont deux publics différents qui agissent et réagissent de façon différente. C’est plutôt le camp visual kei qui m’appelle "Ryo-sama".

Comment avez-vous trouvé le public de JAPAN EXPO ? On dit souvent que les Français sont plus "hot" que les Japonais. Est-ce qu’il en va de même avec votre public ?
Ryo :
La différence est vraiment flagrante. Le public français est vraiment très, très chaud. C’est impressionnant. Je ne voudrais pas paraître méchant ou dédaigneux envers mon pays, mais les Japonaises prennent trop sur elles quand elles aiment quelque chose. Elles gardent tout à l’intérieur, même quand elles sont très excitées [le bassiste Tei est mort de rire sur son sofa] Les latines sont incroyablement plus déchaînées. On sent la tension monter dans la foule, presque davantage que sur la scène. On se prend toute cette puissance dans la figure, et on a envie de répliquer deux fois plus fort ! [rires]

Comment se passe la composition au sein du groupe, avez-vous des thèmes de prédilection ?
Ryo :
Je m’occupe de cet aspect du travail. Parmi les thèmes, il y a particulièrement l’amour, abordé dans deux ou trois chansons du premier album. Je ne parle que d’histoires qui viennent de se terminer. J’aborde régulièrement ce thème de l’amour perdu… comme sur le deuxième album en piste 3, 6… L’un des autres thèmes principaux parle de notre désir de réussite en tant que groupe.

Shigeru, vous vous présentez comme le plus petit des chanteurs japonais. Être petit est vraiment un avantage ? Est-ce que vous avez plus de succès avec les filles en criant ça ?
Shigeru qui s’endormait est désormais au centre d’une franche partie de rigolade.
Shigeru nous refait son numéro en français : Oui… "Je suis le plus petit chanteur japonais". Je suis déjà petit au Japon, alors imaginez en France… En fait, je ne suis honnêtement pas le plus petit. La raison pour laquelle je me présente comme ça en français, c’est pour m’introduire de façon originale, intéressante et marquante. C’est une affirmation qui ne se veut pas vraie, mais qui est drôle et c’est l’essentiel. Je me dis que certaines personnes ne captent peut-être pas le côté ironique de la chose, mais ce n’est pas grave.

Vous sortez assez peu d’albums comparé à d'autres groupes : on n’en compte que deux alors qu’AciD FLavoR existe depuis 2001, 2003 pour la formation actuelle.
Ryo, tout d’abord songeur :
Huuum… Oui, en effet… Il faut savoir qu’on a deux maisons d’édition différentes, l’une au Japon où on a sorti notre premier album en 2006, l’autre depuis peu en Europe. Il y a un décalage pour les sorties sur ces deux continents. En France, seuls nos deux albums sont disponibles. On a par ailleurs un nouveau single qui sort aujourd’hui au Japon [NDLR : FEELING, générique de l’anime Hakushaku to Yôsei] où nous avons commercialisé beaucoup plus de CD. J’ai par exemple mon mini-album solo, CONCRETE 0.1, qui est aussi arrivé en Europe aujourd’hui ; et puis il y a également les chansons de Shigeru en solo au Japon, mais je ne sais pas si elles arriveront un jour chez vous. Si c’était faisable, ça lui ferait certainement plaisir.





Interview réalisée par Eric Oudelet et "Faye-Valentine" (de WebOtaku) à Paris le 31 octobre 2008
Photos live : Eric Oudelet
Remerciements : J-Music LIVE et Râmen Events
Le site officiel d’AciD FLavoR : www.livegate.jp/acidflavor
Reproduction/réutilisation des photos et/ou de l’interview strictement interdite.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême