Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Dio - distraught overlord : interview le 17 novembre 2008 à Paris

Deuxième tournée européenne en 2008 pour Dio - distraught overlord, dont le concert parisien du 29 novembre au Trabendo affiche déjà complet (700 spectateurs). Quelques heures avant la séance de dédicaces du groupe de visual kei au MANGA CAFE, le 17 novembre à Paris, plusieurs fans sont déjà là, le nez collé aux larges vitres de la boutique. A l’intérieur, après quelques parties de GUITAR HERO III (une découverte qui a marqué certains membres), les cinq Japonais costumés de cuir et vinyle noir aux surpiqûres dorées se prêtent au jeu des interviews en prévision de la sortie de DICTATOR, premier album à paraître le 10 décembre*. L’équipe d’Orient-Extrême a sorti la parka, Dio (pour faire plus court) a fait péter les tenues SM… Quelques explications s’imposent…


Orient-Extrême : On peut constater que, depuis ses débuts assez récents (deux ans), Dio a changé… On note une certaine évolution du style musical : le chant de mikaru se fait par exemple plus clair, le son devient moins lourd / plus pop…
mikaru (chanteur) :
Pour moi il s’agit d’une curieuse évolution. Entre Heaven’s Call / CARRY DAWN et le prochain DICTATOR* il y a un net changement de mon timbre, de la couleur de ma voix, comme si j’avais mué pour la deuxième fois.

Orient-Extrême : Votre style vestimentaire a aussi évolué : vous passez du velours au vinyle. Y a-t-il une raison particulière ? Est-ce pour aller vers plus violente, plus de sexualité ?
[NDLR : Alors que le bassiste ivy remonte ses cuissardes…]
erina (guitariste) : On ne peut pas vraiment mettre le changement de style vestimentaire sur le compte d’une évolution de Dio. Il s’agit plus simplement d’un changement de look en adéquation au CD que nous sortons, aux thèmes que nous souhaitons aborder. Ce n’est qu’une question de visuel. Nous choisissons le plus adéquat, nous ne tendons pas vers quelque chose de précis, sexy ou autre… Ce n’est pas un concept approfondi.

Orient-Extrême :
Et le style que vous portez aujourd’hui (voir photos), c’est évidemment le style DICTATOR ?
erina : Oui, c’est plus agressif.

Orient-Extrême : Votre notoriété grandit [NDLR : toutes proportions gardées, puisque Dio reste très underground sur le marché nippon], vous avez décidé de créer un fan-club appelé Dearest il y a quelques mois. Pensez-vous l'étendre au reste du monde ? Ou au moins à l'Europe ?
erina :
Comme nous n’avons pas une longue carrière derrière nous, l’idéal aurait été de lancer le fan-club simultanément dans le monde entier ; mais chaque pays a ses particularités (langue…) et nous n’avons pas encore eu le temps ni les moyens nécessaires pour organiser un lancement mondial dans de bonnes conditions. Ce qui est pratiqué au Japon n’est pas forcement faisable en France ; et inversement, ce qui est possible en France ne correspond pas toujours aux attentes des Japonais. Il est préférable de tenir compte des particularités de chaque pays et de faire le maximum selon les coutumes.



Orient-Extrême : Votre premier album DICTATOR sort le mois prochain au Japon*, que pouvez-nous nous dire sur sa réalisation et son contenu ?
erina :
Cet album est constitué de dix morceaux. Cinq d’entre eux sont déjà connus du public puisque précédemment sortis en singles. Nous avons constaté que la couleur du chant de mikaru avait changé, alors nous avons réorchestré, réenregistré ces titres. Ces nouvelles versions, couplées au cinq inédits, vont permettre aux fans de Dio de prendre conscience de l’évolution établie en deux ans. Cet album, c’est un peu notre histoire, comme un journal allant de nos débuts à maintenant.

Orient-Extrême : Nous avons lu dans une interview japonaise que les paroles du dernier album, DICTATOR, seraient écrites comme des petits films, expliquez-nous !
mikaru :
Effectivement, chaque morceau a une histoire. Je parle par exemple d’un criminel, ou d’un amour romancé… mais comme si j’étais dans la peau d’une femme ! [rires] En tant que garçon, je peux parler de l’amour vécu par un garçon mais j’ai voulu imaginer la façon dont une femme pouvait raconter son amour. Habituellement, j’aime bien explorer des thèmes existentiels comme "Que signifie la vie ?" ou "Pourquoi vit-on ?". Contrairement aux chansons prises indépendamment, l’album en lui-même n’a pas de thème précis, ni une continuité dans le récit. Je trouve ça dommage que les paroles que j’écris ne soient pas fidèlement traduites en français, ça serait formidable que ça soit le cas prochainement.



Orient-Extrême : DICTATOR est un mot qui évoque le pouvoir absolu, la force… Sur quoi Dio a-t-il l'ambition de régner ? Sur son genre musical ?
mikaru :
Il n’est pas question de dominer les gens, de régner sur qui que ce soit, mais plus de partager. Pour vous, DICTATOR est un mot à fort caractère ou connotation politique. Nous, on se fiche de ce sens-là. Nous voulons créer un univers propre à Dio, avec la musique que nous composons, chantons, jouons… Nous nous habillons selon nos envies, nous avons une liberté totale sur scène… C’est un univers à nous, comme un pays propre à Dio. Dans ce pays il y a des habitants, des citoyens… [gros silence]. Dans le royaume de Dio, nous partageons tous la même valeur de liberté [Le silence s’installe de nouveau ; mikaru semble mûrement réfléchir, ce qui déclanche le rire des autres membres du groupe]

Orient-Extrême : Vous ajoutez toujours des DVD à vos CD. Y aura-t-il de nouveaux clips avec DICTATOR ? Du live peut-être ? Un making-of pour la première fois ?
mikaru :
Le making-of n’est pas vraiment d’actualité, mais on a enregistré deux nouveaux clips.

Orient-Extrême et Dio, en chœur : "Arigato gozaimashita !"








A lire : reportage complet sur le concert de Dio au Trabendo le 29 novembre 2008

*NB : La sortie japonaise de DICTATOR a été repoussée au 19 décembre 2008


Interview réalisée par Mélody Ikasu le 17 novembre 2008
Photos : Eric Oudelet
Remerciements : J-Music LIVE & MANGA CAFE

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême