Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Le dernier B.B. chinois : Bruit et Bondage - Torturing Nurse et LI JianHong

Il pleut, les nuages luttent avec la pollution au milieu des grattes ciels, et des tortionnaires ont envahi les musées d’art moderne, pour rappeler que la vision de Kandinsky ne devait pas se limiter à la peinture, mais pouvait aussi s’appliquer à la musique. Voilà, l’abstrait s’empare de la musique, qui en devient bruit, phénomène asiatique s’il en est. Le bruit, popularisé par le Japonais Merzbow, a traversé la mer jaune et transmis ses envies "bondagisantes" aux Shanghaiens de Torturing Nurse, tandis que LI JianHong, envoûté par les oeuvres de Derek Bailey, part en chasse pour redécouvrir la guitare et ses cordes...



Le bruit, généralement considéré comme du son non désiré, semble par sa nature même, un temps soit peu contradictoire avec la musique, qui se voudrait une séquence de sons harmonieuse... Oui mais voilà, c’était sans compter le développement de l’ère industrielle et son influence sur l’art contemporain et l’abstrait, qui ont fait de cet antagonisme une réalité artistique dès le début du 20e siècle à travers des installations musicales dans un premier temps, puis des compositions musicales. Le "genre" du bruit naquit donc sous l’impulsion de la recherche du son pur, sans réelle composition, ni rythme, juste le son en lui-même (le claquement d’un trousseau de clé tombant sur le sol par exemple)... Par la suite, les mouvements rock et indus s’approprièrent en partie cette approche du son devenant bruit, créant ainsi des groupes comme Sonic Youth ou Throbbing Gristle. Cette scène émergeant de milieux généralement industriels (entre usine et chantier) et pauvre (nécessité d’instruments peu coûteux), façonnée par son environnement, se dirigea naturellement vers le bruit qui lui était si naturel. Tout ça pour quoi ? Non non, point une réédite de l’art sonore, mais bel et bien un troisième volet sur l’électronique et l’expérimental chinois. En effet, cette vague trouva son écho dans les nouveaux pays industriels mi 20e siècle, et infiltra la culture japonaise. La scène se radicalisa sous l’influence des autres sub-cultures nippones (notamment s-m et apocalyptique, mais aussi la culture poétique version haïku, court et tranché), et accoucha d’un phénomène que l’on qualifia de "harsh noise" (sans oublier ses déclinaisons...), c’est-à-dire du bruit violent. Plus simplement, cela peut être le même bruit de clés tombant sur le sol multiplié par 1000, puis agitées près du micro, en y ajoutant des claquements de portes pour le plaisir et des distorsions, faisant passer le tout sous filtre et micro pour en ressortir des larsens. Du Japon à la Chine il n’y a qu’une mer, surtout quand les causes se ressemblent (environnement industriel à outrance et nécessité commune d’instruments peu onéreux car population précaire et technologie bon marché). Shanghai, Beijing ou Hangzhou virent donc fleurir des scènes de bruit... Aujourd’hui, le bruit chinois suit son collègue japonais, s’étendant dans le harsh noise, tendance s-m à travers Shasha Records et les Torturing Nurse, le bruit simple comme LI JianHong (2pi records), mais aussi visitant le rock noisy (2Pi, Junkyard) et expérimentant le bruit poétique (voir partiellement l’art sonore, à découvrir dans notre précédent dossier).



Harsh Noise : Torturing Nurse

Merzbow, pièce centrale du bruit japonais, a expliqué que sa musique était une manière de dominer le public, de le talonner, de l’écraser, en quelque sorte de faire comprendre à l’auditoire leur propre plaisir masochiste à la souffrance auditive. Une sorte de NawaGei (art de la corde / bondage) musical, le bruit remplaçant les restreintes… Certes, cela offusqua Alec Empire, mais le fait est que cette approche du bruit comme un exutoire pour faire souffrir l’auditeur se retrouve en Chine, à travers les Torturing Nurse (à savoir Youki, Misuzu, Miriam et Junky)... Non, ne partez pas tout de suite, car loin d’être violement inhumain, cela est effectivement jouissif pour peu que l’on se laisse prendre au jeu. Les Torturing Nurse partent d’un antagonisme avec la culture et musique pop (si omnipotente dans l’empire du milieu), citent volontiers Masonna dans leurs influences, et clament à tout va leur haine du rythme et de la mélodie. Il en résulte donc des albums denses, écorchés, violents, absurdes et intrigants, sans réelles poses, une destruction complète de la raison (et des amplis si ceux-ci sont de qualité moindre). Les titres rappellent les émotions bruts, viscérales, voir agonisantes, comme contraintes depuis trop longtemps, une émotion passant les lanières de cuirs, vengeresse... Les représentations live de Torturing Nurse se basent par exemple sur l’agression physique de Junky (chanteur), donnant un aspect authentique et un sens aux cris étranglés. A base de carreaux explosés au sol, de larsens, de crémation de micro, d’hurlement, d’aigus perçants et de basses vibrantes, les CD meurtrissent, comme une infirmière vous torturant les tympans à la fraiseuse du dentiste. Une fois l’envie de déclarer l’objet abject, immonde et irrecevable car de pure folie, on s’habitue et on entre peu à peu dans cet univers et ses non logiques. L’écoute glisse entre les neurones et se révèle enivrante, libératrice, bien qu’écrasante. On aurait envie de reprendre la théorie du Nawaikido en y substituant le bruit : "Il rend la personne impuissante, dans cet état de perte de contrôle, la personne ne peut que se rendre" en y ajoutant "et s’abandonner à l’autorité méditative de ses sens"… Voilà, les infirmières qui torturent (Torturing Nurse), c’est un soulagement mental par la souffrance auditive.



En dehors du projet Torturing Nurse (environ une trentaine de CD et autres contributions, inégaux en qualité, distribués à travers le monde via une kyrielle de label : Ultra Eczema en Belgique, Seven Sermones en Italie...), les membres de Noishanghai (association regroupant les "bruitistes" Shanghaiens et fondée autour des Torturing Nurse) se retrouvent aussi sur d’autres projets moins jusqu’au-boutistes, tel les projets solo de Miriam et XuCheng, orientés art sonore ou "bruit simple", OO (comprendre : deux zéros) ou encore les tentacules noisy de Junky sur le punk de Peppermint Candy ou le rock de Junkyard (déjà avec Misuzu et B6), ou sur le projet internet Jedung Kying. Enfin, Torturing Nurse est aussi à l’origine du label bruitiste Shasha, éditant évidement les efforts des différents membres de Noishanghai, mais aussi de Ronez par exemple.




Bruit Simple : LI JianHong

Comme expliqué en introduction, le bruit ne se limite pas à la composante "harsh noise bondagisante" prévalente chez les Torturing Nurse, mais s’étend à tous les styles qui prennent le bruit comme base. Hangzhou, un Chambord chinois (paisible, élégant, raffiné...), était moins enclin à accoucher d’une furie industrielle que Shanghai. LI JianHong, membre fondateur de 2pi, fait lui la part belle à la recherche fondamentale du bruit, n’utilisant qu’un seul et unique objet par album, et le malmenant de toutes les façons possibles et imaginables pour en ressortir le plus de combinaisons / variations possibles. Par exemple, son second album, RTV-702 (du nom d’un vieux model de téléviseur chinois), se compose de différents bruits créés grâce à une télévision (entre écran en panne / grésillé / éteint, bruits du courant électrique, bruit de la ventilation…) avec des titres évocateurs (Alone Television, Flowing and Unrepeat Screen, Resume and Dominated Screen). Son troisième album Drama Script quant à lui décline les différentes recherches de bruits obtenus grâce à des cordes de guitare (cordes étirées, cordes frottées, cordes coupées, cordes frappées...). Pour les curieux, Netwav Records a repris dernièrement une partie de ses travaux sur le Collected Works 2001-2005 disponible gratuitement sur internet. Bref, imaginez des vidéos de gros plan de fleurs qui s’ouvrent, où la beauté naturelle transparaît plus aisément… LI JianHong opère une chose similaire avec le son, le centralisant, le décomposant et en faisant ressortir ses différentes facettes. Evidement, certains diront que cela n’a plus rien à voir avec de la "musique", on leur répondrait qu’un tel consensualisme est dommageable.
Hormis ses enregistrements solo, LI JianHong fut le guitariste du groupe rock-noisy 2pi (normal pour quelqu’un citant Sonic Youth, Derek Bailey ou Napalm Death dans ses références, on sent déjà que la guitare lui tient à cœur). Il se lance désormais dans un nouveau projet, D!O!D!O!D!, plus orienté grindcore dixit l’intéressé. La piste figurant sur Emotions, From Somewhere To Nowhere (compilation éditée par Doufu Records regroupant aussi Hetleveiker ou le Français GoGooo) semble le confirmer : une guitare et une batterie, simple et efficace. 2pi n’est pas mort pour autant, à travers la création d’un label homonyme éditant différents essais sur le bruit (LI JianHong mais aussi certains Torturing Nurse) et organisant un festival annuel lui aussi appelé 2pi à Hangzhou, regroupant la scène bruitiste et expérimentale.



Enfin, le bruit peut aussi se révéler grâce au format poétique. Suivant des structures réglementées (Haïku, Sonnet, Alexandrin, bref des aabb / abab et ainsi de suite, remplaçant les rimes par des sonorités similaires). Ces structures sont reprises principalement par les artistes d'"art sonore".

La Chine est plus jeune que jamais. Depuis sa renaissance, elle découvre, expérimente à droite et à gauche, rendant sa scène musicale réellement vivante. Le bruit en est un nouvel exemple, mixant des influences japonaises avec des sensibilités chinoises, et essayant tel le nouveau né, de confirmer les enseignements du maître, s’obstinant à apprendre par l’expérience. Le bruit se redécouvre, affaire à suivre de près...

Guillaume Maximin


Liens utiles :

Torturing Nurse :
Noishanghai : www.noishanghai.org (anglais)
Page sur noiseMP3 : www.noisemp3.com/artists/torturing_nurse (anglais)
Vidéo sur RoilNoise : www.roilnoise.com/webreleases11.htm (anglais)
Blog : http://torturingtortur.blogdriver.com/torturingtortur/index.html (anglais)
ShaSha records : www.noishanghai.org/shasha/index.htm (anglais)
Page Myspace : http://myspace.com/torturingnurse
Site Artscope : www.artscope.cn
Blog Junky : www.artyouth.org/blog/index.php?blogId=9 (anglais / mandarin simplifié)
Blog Miriam : www.blogcn.com/user36/yaa_chang/index.html (mandarin simplifié)
Blog Misuzu : www.blogcn.com/u/25/39/misuzu1980/index.html (mandarin simplifié)
Review : www.auralpressure.com/review/t/torturing_nurse_doesutmost.html (anglais)

LI JianHong :
Site officiel www.2pi.com.cn
Page Netwav : www.reconfiguration-records.com/Li_jianhongselectedwork.htm
Blog LI JianHong : www.blogcn.com/User13/lijianhong/index.html (mandarin simplifié)
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême