Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Yui Makino : interview le 21 juin 2010 pour la Fête de la Musique à la MCJP

Notre fête de la Musique, grand rendez-vous populaire annonciateur de l’été, fait des envieux hors de nos frontières. Elle commence même à s’exporter, notamment en Chine. En France, quelques artistes japonais viennent désormais se produire chaque année dans nos rues ou nos salles de spectacle. Après HALCALI et DUSTZ, le label EPIC RECORDS JAPAN nous envoie Yui Makino, la pianiste et chanteuse aperçue l’an dernier à JAPAN EXPO. Avant son concert féérique à la MCJP, nous l’avons rencontrée pour une interview…

Née en 1986 et pianiste depuis sa plus tendre enfance, Yui Makino est également chanteuse et actrice de doublage. C’est d’ailleurs auprès des fans férus de japanimation qu’elle se fait plus particulièrement connaître, grâce à l’interprétation de génériques comme celui de l’anime Sôsei no Aquarion et du film Tsubasa Chronicle. Devenue compositrice de ses propres chansons, elle s’oriente vers un style plus pop, joliment illustré par son dernier single tout kawaii, Fuwa Fuwa. C’est LE titre-succès de son concert gratuit à la Maison de la Culture du Japon à Paris. Après une première apparition à JAPAN EXPO en 2009, la petite artiste était en effet de retour en Europe pour une mini-tournée de deux dates, soutenue par son guitariste-pianiste et sa violoniste. Dans une salle comble de 300 spectateurs envoûtés, l’heure un quart de féérie offerte par Yui Makino relevait de l’enchantement. Nous avons pu l’interroger dans les loges quelques minutes avant le début du concert.





Yui Makino :
Bonsoir, je suis Yui Makino, enchantée.

Orient-Extrême : Vous avez démarré le piano très jeune, puisque votre père était pianiste. Quels sont les premiers morceaux que vous avez appris ?
Yui Makino :
Ce n’est pas mon père qui m’a apprise le piano, mais un de ses collègues. La première chose que j’ai apprise… Je pense que c’était Do-Re-Mi no Uta (la gamme).

Orient-Extrême : Le réalisateur Shunji Iwai, qui accorde beaucoup d’importance à la musique, vous a remarqué très tôt, à 7/8 ans. A quelle occasion ? Qu’est-ce qui a retenu son attention ?
Yui Makino :
Remedios, une connaissance de mon père, était le responsable de la musique sur le film Love Letter. Cette personne, pour je ne sais quelle raison, a montré au réalisateur Iwai une vidéo dans laquelle je jouais du piano. Ma façon de jouer lui a plu, il a trouvé que j'étais une enfant intéressante de par ma façon d'exprimer le son, d'exprimer la musique. Et c'est ainsi qu'il m'a fait jouer dans son film Love Letter. Je n'ai appris toute cette histoire qu’à l’âge adulte.

Orient-Extrême : Durant votre enfance et votre adolescence, vous avez donc joué dans trois films de Shunji Iwai (dont Love Letter). Quel genre de réalisateur est Shunji Iwai ?
Yui Makino :
A la base, c'est une personne taciturne, très silencieuse. Quand il parle, il marmonne. C'est un homme qui vit profondément dans son monde. Mais il y a aussi des faces cachées dans sa personnalité... Par exemple, lors de l'enregistrement, j'avais laissé un ours en peluche sur le pupitre et quand il n'y avait personne, il allait s'amuser avec la peluche. Il la faisait parler, la faisait marcher sur les touches du piano. Il faisait ce genre de choses… Je crois que c'est une personne espiègle.

Orient-Extrême : Comme vous étiez jeune, ces expériences au cinéma ont dû avoir de l’influence sur votre personnalité ou votre vie plus généralement…
Yui Makino :
Oui, sur mon caractère effectivement, et aussi sur mon approche de la musique. J'ai eu la chance de jouer dans les films d’Iwai quand j'avais entre 8 et 17 ans, un moment très important dans le développement de la personnalité. Monsieur Iwai ne me demandait pas un jeu parfait. Il cherchait comment et jusqu’à quel point on pouvait exprimer de la couleur, des senteurs, des sentiments par la musique.

Orient-Extrême : En 2004/2005, vous avez participé à une audition pour chanter un générique de
Sôsei no Aquarion composé par Yoko Kanno. C’est une double réussite car ce fut le début de votre carrière de chanteuse, et vous avez été remarquée par le producteur de l’anime Tsubasa Chronicle qui vous a fait devenir comédienne de doublage. Est-ce que vous pouvez nous raconter comment s’est passée cette audition ?
Yui Makino :
L’audition pour la chanson de Sôsei no Aquarion s’est déroulée à la mi-novembre 2004. C'est à ce moment-là qu'on m'a parlée de l'audition pour le doublage de Tsubasa Chronicle. Début décembre, alors que j'enregistrais la chanson d’Aquarion, se déroulait l'audition pour le rôle de Sakura. Comme j’étais là, on a enregistré une réplique-test dans le même studio que pour Aquarion. Ensuite, il y a eu un nombre incroyable d'auditions pour Tsubasa Chronicle, ce qui est rare en animation. La plupart des castings de dessins animés se décident en une seule fois ; mais pour Tsubasa Chronicle, il y a d’abord eu une sélection par enregistrement sur cassette, puis une audition individuelle, puis une collective pour accorder les voix des différents doubleurs… Au final, j'ai auditionné pour Sakura jusqu'au début de l'année suivante.



Orient-Extrême : Vous avez joué d’autres personnages par la suite… Quels ont été ceux que vous avez préféré doubler ? Ceux qui ont été les plus durs ?
Yui Makino :
Le plus difficile ? Tous les rôles sont difficiles. Quant à mon préféré… Ce doit être celui qui me laisse le souvenir le plus marquant puisqu'il fut mon premier rôle, Sakura.

Orient-Extrême : Quand on pense "Yui Makino", on entend une petite voix douce, enfantine. Est-ce qu’il existe une autre Yui Makino ? Est-ce que vous pouvez nous faire une réplique de méchante avec une voix sauvage et démoniaque ?
Yui Makino :
Je l’ai déjà faite ! J'ai participé à Negibôzu no Asatarô, un dessin animé qui passe au Japon et qui met en scène des légumes. Le héros est un oignon, il y aussi de l'ail et plein d'autres personnages. J'ai doublé la fille du samurai concombre. Elle est très puissante. Vous voulez entendre un aperçu ?
Orient-Extrême : Là ? Maintenant ? Avec plaisir !
Yui Makino :
J'y vais, mais regardez là-haut, hein ! Vous n'allez pas en revenir de cette voix ! [rires]
Yui Makino se tourne, se cache à moitié le visage et, de sa voix la plus grave et sévère : Tu vas trop loin, Asatarô !!
Yui Makino reprend ensuite sa voix kawaii :
Ça n’a rien à voir avec ma voix habituelle…
 
Orient-Extrême : D’après nos recherches, vous auriez eu votre diplôme de piano à la Tôkyô Ongaku Daigaku avec la meilleure note de votre promotion. Est-ce vrai ? On ne voit pas ce détail sur votre biographie…
Yui Makino :
Ça, ce n'est qu'une rumeur ! D'où peut-elle bien venir ? Où avez-vous eu cette info ? [rires]
Orient-Extrême : C’est ce qu’on peut lire sur certains sites Internet, alors on aimerait connaître la vérité !
Yui Makino :
J’ai peut-être une idée de l’origine de cette méprise. Lors des examens de quatrième année, il y a des duos au piano et ceux qui arrivent dans les 20 ou 30 meilleurs participent à un grand concert de fin d'année. J’étais effectivement dans les 20 ou 30 qui ont fait ce spectacle, et il est possible que ça ait prêté à confusion.


Orient-Extrême : Vous appréciez particulièrement les comédies musicales. En tant que spectatrices, quelles sont vos préférées ?
Yui Makino :
Oooh ! En effet, j’adore les comédies musicales. J’aime beaucoup Le Fantôme de l’Opéra et Miss Saigon que j'ai vus en japonais. Ces derniers temps, j’achète beaucoup de CD et j'apprécie particulièrement la version américaine des Misérables. Je voudrais jouer Cosette un jour ! Ce serait bien si je pouvais… [rires]

Orient-Extrême : Ça tombe bien ! Vous venez de nous confirmer que vous vous essaieriez bien à la comédie musicale pour y jouer, y chanter… Mais on s’est demandé si vous pourriez aussi y danser !
Yui Makino :
Dans le cas des Misérables, ce sont des scènes très statiques où je n’aurais pas à danser. Ça me paraît faisable ! Mais, mais, mais ! J’ai déjà eu des cours de danse, alors si je dois danser pour participer à une comédie musicale, je m’appliquerai du mieux possible pour réussir et avoir le rôle !



Orient-Extrême : Vous avez commencé à écrire vous-même vos chansons. Quel est votre processus créatif ? Quelles sont vos inspirations pour composer ?
Yui Makino :
Ça se déroule en plusieurs étapes en commençant par la musique pour finir par les paroles. Tout d’abord, je tapote mon piano jusqu’à trouver la mélodie. Ensuite, j'enregistre, j'ajoute progressivement les instruments d’accompagnement, puis je termine par l’écriture et l’insertion du chant. Enfin, je présente le tout à ma maison de disques.

Orient-Extrême : L’an dernier, vous avez fait votre premier concert français au festival JAPAN EXPO. Quels souvenirs gardez-vous de ce concert ?
Yui Makino :
Je me souviens particulièrement du moment où je jouais You Are My Love, la chanson de Tsubasa Chronicle, au piano. C'est le premier morceau que j'ai interprété. Je suis entrée sur scène, me suis assise au piano sans rien dire, et j'ai commencé à jouer naturellement. A cet instant, la salle est devenue euphorique, j’entendais crier "Woooooo !" et ça m’a marquée, impressionnée… C’est pour cela que je vais à nouveau l’interpréter ce soir.

Orient-Extrême : Samedi, vous étiez à Rome pour la première fois. Comment avez-vous été accueillie par le public ? Qu’avez-vous apprécié dans cette ville ?
Yui Makino :
Oui, c’était mon premier séjour à Rome. Quand on étudie la composition musicale, il y a souvent des références à l'histoire de l'architecture, des références à tel château ou à tel monument italiens. J'ai pu découvrir tout cela en "vrai" depuis la voiture. Rome une très belle ville. En plus, la nourriture y est vraiment très bonne ! Pour couronner le tout, beaucoup de monde est venu au concert ; c’était très plaisant. J’ai chanté quelques titres en italien ! J'espère que ça a fait plaisir à tout le monde.
Orient-Extrême : Une préférence pour Paris ou Rome ?
Yui Makino :
Ça peut rester secret ?
Orient-Extrême : Euh, oui…
Yui Makino :
[censuré] Ce serait déplacé pour les habitants d’une des villes de devoir choisir entre les deux.

Orient-Extrême : Le nouvel et troisième album sur lequel vous travaillez est-il toujours prévu pour cette année ? Est-ce que vous pouvez nous en dire plus à son sujet ? En dehors de ce CD, il y a une autre actualité beaucoup plus proche : comme d’autres artistes Sony tels que HALCALI ou RSP, Vous collaborez avec Takano Kenichi / pal@pop. Est-ce vous pouvez nous parler de ce projet intitulé feat.PLUS où vous participez à la chanson ZIPPER et qui sort le 14 juillet 2010 ?
Yui Makino :
Mon troisième album est en pleine phase de réalisation. Je chanterai d'ailleurs quelques morceaux de ce futur disque au concert de Paris. Une fois rentrée au Japon, j'ai encore beaucoup de travail de composition, mais j'espère le sortir d'ici la fin 2010. J'ai hâte que vous l'écoutiez. Quant à l’album de Takano Kenichi qui sort au Japon en juillet, on m’a permise de chanter la première chanson, ZIPPER, qui est un titre très difficile ; mignon, mais très difficile. L’enregistrement a été particulièrement laborieux car il faut chanter trèèès vite ! Pensez à écouter aussi cet album !

Orient-Extrême : Un dernier message pour votre public ?
Yui Makino :
Merci à tous de m’encourager. Je vais continuer mes efforts au Japon et essayer de revenir à Paris. J'espère revenir en France quand mon troisième album sera terminé. S’il vous plaît, encouragez-moi en visitant mon site et mon blog ! Bye bye !





Le site officiel de Yui Makino : www.yuiyuimakino.com

Interview avec Yui Makino réalisée le 21 juin 2010 à la Maison de la Culture du Japon à Paris.
Photos et interview par Eric Oudelet et Camille Poulain
Remerciements : EPIC RECORDS JAPAN, Naoki Sekine, la MCJP et Aya Soejima
Traduction : Emmanuel Bochew et Lorraine Edwards
Reproduction / réutilisation des photos et/ou du compte-rendu strictement interdites.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême