Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Plastic Tree : dédicaces et conférence publique à Japan Expo 2006

Cette année, JAPAN EXPO a fait son grand retour en s’installant dans le grand hall du Parc des Expositions Paris Nord Villepinte. L’événement a pris des airs de "Rungis du manga" avec toute la foule et la cacophonie qu’on redoutait, mais Japan Expo est devenu du même coup le plus grand festival européen dédié à la culture et aux loisirs japonais. Samedi 8 juillet, alors qu’Anna Tsuchiya chantait sur la scène du Tokyo Style Collection et que Gackt annonçait une tournée en Europe, le groupe de rock Plastic Tree, invité par No Sphere, donnait une séance de dédicace puis une conférence publique animée par Orient-Extrême devant plusieurs centaines de fans.

Ces derniers étaient venus en grand nombre et ont du s’adapter, tout comme nous, au changement de programme de dernières minutes : la dédicace et la conférence ont du être inversées pour ne pas trop souffrir du bruit provoqué par le Tokyo Style Collection. Des surprises, il y en a eu d’autres, comme le moment où nous avons découvert la "salle"… Celle-ci se présentait en effet comme un simple petit parc préfabriqué, entouré d’un muret d’un mètre de haut… C’est donc au milieu du brouhaha général de JAPAN EXPO qu’il allait falloir guerroyer verbalement en espérant que le public entende… Les accréditations staff étant réduites au strict minimum et le matériel adéquat désespérément absent, la file d’attente de la dédicace n’a pas pu être correctement encadrée, ce qui a fait le bonheur des resquilleurs.



A peine descendus de l’avion, les quatre membres de Plastic Tree se sont donc rendus à Japan Expo avec une demi-heure de retard, embouteillages obligent. Après un passage express par la case maquillage et la découverte du mini magazine Orient-Extrême (spécialement imprimé pour le festival) ainsi que de la critique de leur single namida Drop, Ryutaro, Tadashi, Akira et Hiroshi, entourés d’une escorte, traversent prestement et discrètement toute la convention en se faufilant facilement au milieu de la foule. A croire que les Raybans rendent anonyme… A la fois heureux de découvrir les passionnés français venus en nombre, inquiets et intimidés de devoir leur parler en public, ils reçoivent un accueil très chaleureux, confirmé par un tonnerre d’applaudissement lors de la conférence. Mais dans un premier temps, une séance de dédicace d’une heure permet à plusieurs dizaines de personnes de faire signer leur CD ou leur poster. Ce fut malheureusement trop court pour faire passer les centaines de fans agglutinés autour de la salle, dont une paroi a bien failli rendre l’âme sous la pression…



La plupart ont heureusement pu prendre place pour assister à la conférence publique d’une durée de quarante cinq minutes. Après un résumé de leur carrière (une dizaine d’albums, une trentaine de singles, une demi douzaine de DVD et deux changements de line-up), Plastic Tree répondait sereinement aux questions de la presse et des autres spectateurs. La traduction n’en était pas moins fortement compliquée par le bruit environnant, les décibels du karaoké voisin et l’absence de retour de scène : les acteurs principaux de cette conférence s’entendaient à peine et ont parfois du lire sur les lèvres de leurs interlocuteurs… En ce qui concerne les infrastructures et les moyens destinés à accueillir des conférences de ce type, on peut dire que Japan Expo a fait un très grand pas en arrière (voire un triple saut) par rapport aux éditions 2003 et 2004 au CNIT. Il n’y avait même pas d’écran pour projeter la vidéo de présentation du groupe ! Il a fallu improviser avec les moyens du bord… Lumière du jour et petite toile de fortune ont eu raison du film, pratiquement indiscernable dans ce contexte. Restait la musique, avec certains extraits particulièrement ovationnés… (cela a peut-être donné quelques idées au groupe pour le concert du lendemain à la Locomotive).

L’événement particulièrement attendu a rencontré le succès : le public s’est pressé en masse pour rencontrer Plastic Tree. Pouvoir écouter et dialoguer directement avec un de ses groupes préférés est un instant privilégié rare, mais les conditions extrêmes ont gâché une partie de la fête. Espérons que JAPAN EXPO, d’autres manifestations ou d’autres producteurs proposeront à l’avenir un lieu et des moyens adaptés à ce type d’événement. Les artistes et le public demandeur le méritent.

Eric Oudelet





A 18h10, la conférence est lancée par une première question presse, déconcertante pour un début…

Presse : Qu’auriez-vous fait si vous n’aviez pas été musiciens ?
Le groupe réfléchit quelques instants.
Ryutaro (chanteur) : Je pense que j’aurais aimé écrire des petites histoires drôles et légères.
Tadashi (bassiste) : Moi, j’aurais bien aimé fabriquer des petits meubles, des petites tables… [ce qui fait rire le public, mais aussi le musicien]
Akira (guitare) : Je ne peux pas dire que j’aurais voulu être fleuriste, mais j’aurais bien aimé trouver un travail en relation avec les fleurs.
Hiroshi (batteur) : J’aurais essayé de trouver un travail où on utilise des ordinateurs parce que je suis assez fort en informatique.
Le public applaudit après chaque réponse et les membres du groupe répondent par de grands sourires.

Orient-Extrême : Vous venez d’effectuer votre premier concert en Europe, à Berlin [NDLR : et non pas en Finlande qui sera la troisième date du tour, mea culpa]. Comment avez-vous trouvé les fans européens ? Quelles sont vos premières impressions ?
Ryutaro : Les gens sont vraiment très chaleureux. On s’est bien amusé.
Le reste du groupe acquiesce.

Presse : Comment élaborez-vous vos chansons ? Quel est le processus ?
Le micro se trouve devant Ryutaro qui le tend avec autorité à Tadashi pour qu’il réponde, ce qui fait rire ce dernier.
Tadashi : En fait cela dépend, c’est différent pour chaque membre du groupe. Ryutaro commence par créer la mélodie. Akira, lui, commence par les arrangements. Moi je m’occupe des finitions et je discute avec les autres membres du groupe pour bien comprendre la finalité de la chanson. Hiroshi lui ne prend pas part à l’écriture des chansons.

La conférence est ensuite interrompue pour diffuser la vidéo de présentation de Plastic Tree, vidéo dont nous avons parlé précédemment, et que regardent avec beaucoup d’intérêt Ryutaro, Akira et Hiroshi. Tadashi se concentre sur l’écoute et sourit à chaque fois qu’il reconnaît l’extrait musical. On explique ensuite au groupe que l’on passe aussi des extraits de live pour donner envie aux personnes qui les découvrent d’aller les voir en concert le lendemain soir à la Locomotive. Ryutaro en profite pour dire un mot…

Ryutaro : C’est la première fois que nous sommes en concert en France. J’étais un petit peu inquiet au début, je pensais que personne ne s’intéresserait à nous. Mais en voyant tout le monde ici, j’ai hâte de faire notre premier live en France demain soir et j’espère que je vous y retrouverai.
La foule applaudit alors chaleureusement le chanteur qui salue son audience à son tour.

Marie (une gagnante du concours Orient-Extrême) : De nombreuses fois, à travers vos chansons mais aussi votre look, vous faites référence au domaine de l'enfance, en évoquant le cirque, les marionnettes, les poissons rouges, les balançoires... Pourquoi ce retour incessant au monde de l'enfance ?
Ryutaro réfléchit un petit moment. Il essaye de faire parler Akira en lui tendant le micro mais ce dernier refuse et lui renvoie la balle.
Ryutaro : En fait, je ne m’étais pas vraiment rendu compte que je parlais souvent de l’enfance… Je vois plutôt cela comme un paysage, celui qui existe au fond de mon cœur. Ce paysage est tout à fait naturel pour moi. Et c’est de là que vient mon inspiration. La musique que je compose vient de mon cœur.
Le public applaudit cette réplique émouvante.

Rénise (une gagnante du concours Orient-Extrême) : Il y a beaucoup d'artistes comme Ayumi Hamasaki ou Karimero qui parlent d'un oiseau bleu comme dans votre chanson Aoi tori. Cet oiseau, je voudrais savoir ce qu'il représente ici, parce que Ryutaro l'interprète avec une certaine émotion.
Ryutaro : Cet oiseau bleu est tout simplement pour moi l’emblème du bonheur. J’utilise cet oiseau pour le représenter.



Frédérique (une gagnante du concours Orient-Extrême) : Cela fait plus de dix ans que Plastic Tree existe, et quatre ans maintenant avec Hiroshi. Quel est votre souvenir le plus mémorable (concert, personne rencontrée, anecdote…) ?
Ryutaro : Mon meilleur souvenir reste le tour que nous avons effectué à travers tout le Japon.
Tadashi : Pour moi c’est ma première venue à Tôkyô à l’occasion de notre premier concert en "oneman". [Applaudissements nourris…]
Akira : Il ne s’agit pas d’un bon souvenir, mais plutôt du contraire, qui se répète malheureusement. Souvent les gens considèrent que Plastic Tree, c’est Ryutaro et Tadashi seulement, parce qu’ils étaient là tous les deux au début du groupe. Moi, on m’oublie très souvent. Je suis un peu envieux.
Des "ooooh" de compassion fusent dans le public. Tadashi, assis juste à côté d’Akira, lui tapote sur l’épaule et le réconforte un petit peu en japonais.
Hiroshi : Pour moi, c’est pendant la première tournée. Durant ce tour, on ne savait vraiment pas ce que l’on ferait le lendemain, et on apprenait parfois le jour même ce que l’on attendait de nous. Du coup, cela m’est arrivé de devoir apprendre une chanson en une semaine. C’était très sportif.
Des sifflements admiratifs se font entendre dans la foule et Hiroshi remercie d’un mouvement de tête ceux qui compatissent à son dur labeur.

Aurore (une gagnante du concours Orient-Extrême) : Comment vous a inspiré l'auteur Tolstoï pour votre album ? [NDLR : on retrouve par exemple l’histoire d’Ivan Ilyich, conté par Tolstoï, dans Pet Shop de l’album Traümerai, avec une musique et des basses qui retranscrivent le désespoir de l’homme hypocondriaque]
Les membres du groupe se regardent entre eux, sceptiques. La prononciation de "Tolstoi", légèrement différente en France et au Japon, a en effet rendu difficile sa compréhension.
Tadashi : En fait, on connaît Tolstoï, mais seulement de nom. Donc on n’a pas pu être inspiré par ce qu’il a fait.
Orient-Extrême : Ce serait donc une coïncidence.

Public : Quel est l’animé ou le manga que vous préférez ?
Ryutaro : Pour moi c’est le manga Ge Ge Ge no Kitarô.
Tadashi : Mes deux manga préférés sont Trick et Mushishi qui est aussi un animé.
Akira montre son éventail IDP à la foule.
Akira : J’aime bien Aishiteru ze baby [NDLR : après son goût pour les fleurs, voici un pur shojo !..]
Il retourne ensuite son éventail et montre l’autre côté.
Akira : J’aime Cobra aussi.
La foule connaît bien et lui fait savoir qu’il a bon goût.
Hiroshi : Je ne peux pas dire que je lise beaucoup de manga, mais I’ll the best est l’un de mes préférés.

Public : Est-ce que vous avez fait un peu de shopping à Paris ?
Plastic Tree : Non, nous venons juste d’arriver.
Ryutaro : On vient tout juste d’arriver, on n’a pas eu le temps de faire quoi que ce soit, mais j’aimerai bien visiter Paris, en particulier le Louvre.

Orient-Extrême
: Il est malheureusement temps de nous quitter. Merci beaucoup à Plastic Tree de nous avoir accordé cette conférence.
Ryutaro se lève…
Ryutaro : "Dômo arigatô gozaimasu" [Merci beaucoup, dit-il en se baissant humblement].
Le public crie son contentement et l’applaudit bien fort.
Ryutaro : Venez absolument nous voir demain au concert. Nous vous attendons !
Le public applaudit de plus belle.

Les autres artistes se lèvent aussi et saluent le public. Tadashi montre fièrement le dessin qu’ils ont reçu en cadeau lors de la séance de dédicaces. Ils quittent la salle tranquillement, prenant le temps de se livrer au jeu des photos avec leur photographe attitré et en faisant de grands signes de main à leurs fans.



Retranscription de la conférence :
Gwenaelle Durand
Photos : Eric Oudelet, Lorraine Edwards, Elie Demichelis et Charlotte Rioult
Toute reproduction partielle ou totale du compte rendu et/ou des photos est strictement interdite.

Remerciements : Eric Dangeard, No Sphere, Paradox, Plastic Tree et JAPAN EXPO

A lire également :
- Reportage sur le concert de Plastic Tree à la Maroquinerie de Paris le 4 novembre 2007
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême