Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Calmando Qual en conférence de presse le 30 juillet 2006

C’est lors d’un dimanche pluvieux, le lendemain de leur concert à la Scène Bastille organisé par Kazane/Nanimato, que s’est tenue la conférence de presse de Calmando Qual dans une ambiance intimiste et détendue. Shio, Hibiki, Kenka, Tasc et Tak nous ont reçu à leur hôtel, décontractés et sans maquillage, les jeunes gens venaient tout juste de prendre leur petit déjeuner à une heure de l’après-midi.


Presse : Bonjour. Comment avez-vous vécu votre concert et votre séance de dédicaces d’hier ?
Hibiki (chant) : Le concert d’hier était probablement l’un des meilleurs que nous avons fait en Europe jusqu’à présent. C’était vraiment super.
Tak (guitare) : Cela faisait au moins deux ans que l’on avait envie de venir, et on peut dire que l’ambiance pendant le concert a comblé nos attentes.

Presse : La seule vidéo live disponible de Calmando Qual est la piste cachée du DVD Inner Trip qui est ANTI FLAG. Pourquoi ce choix et comptez-vous sortir un jour un DVD live ?
Tasc (synthétiseur) : En fait, on a fait la vidéo live d’ANTI FLAG parce qu’on s’est dit que les gens aimeraient peut-être voir une autre vidéo plus spéciale, quelque chose d’un peu plus original.

Presse : Est-ce que vous vous revendiquez "visual kei", "eroguro" ou tout simplement "gothique" ?
Hibiki : En fait, on n’a pas vraiment choisi… Je dirais que notre style est plutôt "gothique", mais certainement pas "visual kei". On n’aime pas le visual kei !

Presse : Que vous a apporté votre venue en Europe ?
Tak : Les gens en Europe sont très gentils. Ici, c’est chaud !

Presse : Hum… Le public ou le climat ?
Tak : Le public est très chaud ! [rire]
Kenka (basse) : Autrement en Europe, il fait frais !
Rire général de l’assemblée qui semble bien au courant du temps au Japon (38° et une humidité étouffante à Osaka au moment de la conférence) !



Presse : Il parait qu’Hibiki avait envie de distribuer des flyers dans les rues de Paris avant le concert, est-ce qu’il l’a vraiment fait ?
Hibiki : Je voulais le faire, mais je n’ai pas eu le temps. [NDLR : en fait, le groupe en a distribué à Koln mais pas en France]

Presse : Vous venez d’intégrer un nouveau batteur dans le groupe, Shio. Comment cela s’est-il passé ? Est-ce que cela a changé vos habitudes ?
Tak :
Travailler avec Shio c’est agréable. Le feeling est tout de suite bien passé. Avec le changement de batteur, notre style de musique a aussi évolué. Il est très agréable et amusant.

Presse : Certains comparent votre style avec celui de Marylin Manson. Est-ce que vous le prenez bien ou est-ce que vous trouvez cela malvenu ?
Hibiki : On s’inspire plutôt de la musique proche de nous, qui nous entoure [NDLR : donc de la musique japonaise]. On connaît Marylin Manson et c’est vrai qu’on lui ressemble un peu par certains côtés, donc la comparaison ne nous dérange pas.

Presse : Votre premier album s’appelle Heretical God. Pourquoi avoir choisi un nom aussi contradictoire par sa composition de deux termes opposés ?
Hibiki, Kenka, Tasc et Tak discutent un petit peu. Shio semble trop fatigué pour participer.
Tasc : Nous avions bien conscience que ces deux mots ont des sens opposés. On avait justement envie de faire un jeu de mots, donc...

Presse : Hier, vous avez interprété une nouvelle chanson lors du concert, est-ce qu’on la trouvera sur votre prochain album ? Quand sortira ce nouvel album ?
Hibiki : La chanson sera sur le nouvel album. Cet album sortira en automne et ce sera un CD extra, avec de la vidéo en plus de la musique.

Le prestation du groupe la veille à la Scène Bastille n’ayant duré qu’une heure, et à la lecture d’un mystérieux "and more…" non joué à la fin de la setlist, une question se pose…
Presse : Si le concert avait pu durer plus longtemps, quelles chansons auriez vous aimé jouer ?
Hibiki : Ben… Si on avait eu plus de temps, on aurait rejoué les mêmes chansons, encore et encore !
Kenka, en riant : Parce que la setlist était super bonne !

Presse : En dernière chanson du concert vous avez joué ANTI FLAG. C’est une chanson qui bouge beaucoup et qui était très attendue par les fans. Le sujet de cette chanson peut porter à polémique en France, d’où certains "changements" [NDLR : la censure d’un "salut"…]. Est-ce que c’était pour donner un dernier choc au public avant de partir ou bien juste un choix innocent ?
Hibiki : Non, il s’agissait simplement de la dernière chanson de la setlist.
Tout le groupe rigole.
Hibiki : On n’a pas trop réfléchi… Mais l’esprit de cette dernière chanson c’était "fight, fight, fight !".

Presse : Sur Heretical God, vous avez une chanson qui s’appelle Uta qui est très douce. Sur cette chanson, Hibiki parait très fragile. Elle change beaucoup des autres chansons…
Hibiki : C’est une question très difficile…
Hibiki commence alors son explication puis se retrouve à cours de mots. Il fait des mouvements avec les bras en regardant la traductrice, impuissant, ce qui finit par faire rire tout le monde. Il trouve finalement les mots pour exprimer son idée…
Hibiki : L’image que l’on souhaite faire passer dans cette chanson, c’est… un peu comme si je devais mourir alors que je n’ai pas du tout envie de mourir. C’est un peu l’histoire d’une longue agonie…



Presse : Vous avez fait un album de remix en décembre, c’est une démarche purement musicale ou bien vouliez-vous donner une nouvelle approche aux morceaux ?
Hibiki : Là, c’est à Tasc de répondre !
Tasc : En fait, ce sont des vieux remix, ça fait longtemps que je les ai faits. L’électro est un hobby pour moi ; c’est pour cela qu’à chaque nouvelle chanson de Calmando Qual, j’écoute plus particulièrement la batterie, j’essaye de voir quels rythmes et éléments électro je pourrais caler dessus, pour en mettre un maximum. Ce sont vraiment des remix personnels, c’est ma vision. Je n’ai pas vraiment de message à faire passer, j’aime l’électro, c’est tout.

Presse : Si vous n’étiez pas musiciens, que feriez-vous ?
Hibiki : Si je ne faisais pas de la musique, je crois que je mourrais.
Tak : Je ne ferais rien.
Kenka : Je ne sais rien faire d’autre… Je me saoulerais à mort au sake !
Tout le monde est mort de rire
Tasc : Je serais salaryman.
Tout le monde explose de rire, Tasc en premier.
Shio (batterie) : Je serais policier !
Les membres du groupe sont encore plus morts de rire que nous.

Presse (après avoir repris son sérieux) : Vous changez souvent de look. Comment choisissez-vous ou fabriquez-vous vos costumes ?
Hibiki : Déjà, on n’a pas de styliste. Ça nous arrive d’acheter nos vêtements nous-mêmes, ou bien on les fait fabriquer dans des boutiques spécialisées. C’est souvent moi qui m’en occupe avec Tak. Mais bon, n’importe quoi fait l’affaire. On aime le style vestimentaire "visual", mais uniquement le style vestimentaire ! Tout est bon.

Presse : Sur vos dernières photos vous avez changé radicalement de look, ce qui a beaucoup surpris vos fans. Pourquoi ce changement, était-ce volontaire ?
Hibiki : On ne suit pas vraiment de concepts prédéfinis, on ne réfléchit pas. On fait nos photos à l’instinct, selon nos envies du moment.

Presse : Quels sentiments ou messages voulez-vous faire passer par votre musique ?
Hibiki : Nos chansons sont sombres, c’est vrai, mais on veut en fait dire aux gens de persévérer dans la vie, de ne pas abandonner. Notre message est plus optimiste qu’il n’y parait.

Presse : Dans Killer Fiction, il y a plusieurs titres qui sont des noms de serial killers célèbres. Pourquoi ?
Hibiki : A ce moment là, j’étais dans ma période "serial killers". Je me suis dis que cela irait bien avec la musique de Calmando Qual alors j’ai bricolé pour insérer des noms de serial killers.

Presse : Et est-ce que vous avez lu le fameux livre Killer Fiction de Shaefer ?
Hibiki : J’ai tout juste commencé à le lire mais je ne l’ai pas fini. J’ai beaucoup aimé la couverture et le début ! Il faut dire que c’était mon obsession du moment.

Presse : Vous êtes en France depuis très peu de temps, y a-t-il quelque chose qui vous ait marqué ? Que ce soit durant le concert, à la dédicace ou dans la rue…
Hibiki : Pour le live, on a été surpris et contents car le public bougeait vraiment beaucoup.
Tasc : Rien que le fait de voir plein de pays différents d’un coup comme ça c’est surprenant et génial. Le public est toujours très chaud et différent d’un pays à l’autre.
Kenka : En France il y avait beaucoup de garçons à notre concert, c’était bien ! J’étais heureux !
Kenka réalise soudainement la portée de ses propos...
Kenka : Mais, heu, je précise que je ne suis pas homo, hein !
Tout le monde rigole.
Kenka : C’est juste qu’au Japon, il n’y a que des filles à nos concerts. Dans les autres pays, il y a des garçons et des filles ; mais en France, il y avait vraiment beaucoup de garçons ! Et en plus, ils sautaient vers la scène et tout ! J’étais super heureux de voir des gens se jeter sur la scène pour moi.

Presse : Alors comptez-vous revenir en France ?
Hibiki : On a envie d’aller dans le monde entier, mais on espère bien revenir en France !
Kenka : D’ailleurs, je veux apprendre le français.
Hibiki : Moi aussi ! Le sale français des bad boys ! [NDLR : précise-t-il avec un grand sourire]

Presse : Merci beaucoup.
Calmando Qual : Merci beaucoup.
Kenka : On adore la France !
Tout le monde se lève alors.
Hibiki (innocemment) : Au fait, pour notre prochain CD, le nom du groupe va changer !...
Presse : Ah ?
Hibiki : Oui, on vient juste de le décider.
Et il ne nous a rien dit de plus, ce sera donc la surprise.


Retranscription de l’interview : Gwenaelle Durand
Traduction : Migo
Photos : Yuko de Kazane
Remerciements :
Calmando Qual, Nanimato et Kazane
Toute reproduction ou réutilisation de l’interview et/ou des photos est strictement interdite.

Le reportage complet sur le concert de Calmando Qual à Paris :
www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique&sub=artistes&article=330
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême