Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Tamiya Terashima : interview du compositeur de Gedo Senki, le nouveau film du studio Ghibli

M. Tamiya Terashima est né le 10 Avril 1958 à Kumamoto. Le peu de réussite qu’il obtient dans ses études le pousse à arrêter très vite le lycée. Il se passionne depuis l’âge de quatre ans pour la musique, ce qui le conduit à faire de son hobby un métier après avoir été trompettiste durant son adolescence. Tamiya Terashima devient compositeur pour des animes (Yuyu Hakusho, les OAV de Key : The Metal Idol, Plastic Little), des drama (séries télé "live"), des jeux (Y’s, Wizardry…) et collabore avec des artistes pop (Iwao Junko, Ikezawa Haruna…). Il réalise aussi des bandes originales de films : Han ochi, Misuzu… Cette année le nom de Tamiya Terashima apparaît au générique de Gedo Senki (TALES of EARTHSEA), le nouveau film du prestigieux studio Ghibli (Princesse Mononoke, Le Voyage de Chihiro…) ; une promotion exceptionnelle pour le compositeur qui succède en effet au mondialement connu Joe Hisaichi. Le film est annoncé pour 2007 en France, mais son titre adapté n’est pas encore connu. Début août 2006, alors que Gedo Senki vient à peine de sortir au Japon, M. Terashima nous accorde une interview exclusive…


Orient-Extrême : On n’entre pas facilement dans l’immense famille Ghibli, comment cela s’est-il produit ?
Tamiya Terashima : Tout a commencé par un coup de fil de monsieur Akiyoshi qui travaille pour la société Yamaha, et qui est aussi un habitué du studio Ghibli. Cela faisait longtemps qu’il ne m’avait pas contacté. Il commença par me poser la question : "est-ce que tu continues toujours à créer de la musique ?" ; "Bien sûr" lui ai-je répondu ! Il m’a alors annoncé que le studio Ghibli n’avait pas encore trouvé de compositeur adéquat pour son nouveau film, qu’il appréciait mon style et voudrait que je présente mon travail à l’équipe. Le réalisateur a tout de suite apprécié mes productions, et ils décidèrent rapidement de m’embaucher. J’étais très surpris qu’ils me choisissent.

Orient-Extrême : Monsieur Goro Miyazaki (fils de Hayao Miyazaki) réalise avec Gedo Senki son premier long métrage. En tant qu’homme d’expérience, comment avez-vous vécu cette situation ?
Tamiya Terashima : C’était le premier travail de ce réalisateur. Au début, je pensais que cela allait être périlleux. Mais en fréquentant régulièrement monsieur Goro Miyazaki, je me suis rendu compte qu’il savait exactement ce qu’il voulait pour son film. C’est un homme qui s’investit à fond dans son travail. Il est franc dans ses remarques, mais elles sont toujours réfléchies. Par exemple, quand je doute de la pertinence d’une composition pour un certain passage, je le consulte pour savoir si cela lui parait bon ou pas... et il repère aussitôt les mauvais points. Quand je pense qu’un passage est bon, il est toujours d’accord avec moi. Nous avons de nombreux points communs, je crois que nous nous entendons bien. Enfin de compte, je n’avais pas l’impression de travailler avec un débutant. Il a un vrai don pour le métier.

Orient-Extrême : Le film est adapté du roman d'Ursula Le Guin. Comment vous êtes-vous approprié l'environnement sonore de cette œuvre, occidentale de surcroît... ? Etiez-vous motivé par cet aspect ?
Tamiya Terashima : Je n’ai lu que les trois premiers livres de la saga. L’image de la poussière et l’odeur de la terre me vinrent à l’esprit. En construisant la bande originale du film, ce sont des éléments qui m’ont influencé durant toute la production. Cette histoire est d’origine occidentale et j’ai donc donné ce style à ma musique, sans me baser sur un pays précisément, mais sur une culture occidentale en générale. J’ai ainsi utilisé des instruments européens, mais j’ai aussi incorporé des instruments du Moyen-Orient et d’Inde. Les mélodies ne viennent pas d’un pays en particulier, c’est un mix de nombreux pays.

Orient-Extrême : La bande originale de Gedo Senki est très axée heroic fantasy, est-ce votre choix ou est-ce le support qui vous a obligé a choisir ce style ? Quels sont les thèmes qui ont guidé vos compositions ?
Tamiya Terashima : J’adore l’univers de heroic fantasy depuis toujours. Dès le début, je me suis décidé à utiliser ce style. Après avoir lu l’histoire du film je sentais encore davantage en lui l’univers fantasy. Je suis donc rentré facilement dans son univers sonore et les sons me sont venus naturellement. Comme l’équipe du réalisateur appréciait mon travail et comme l’équipe musicale était enjouée, tout le monde prenait plaisir a travailler.



Orient-Extrême : Avez-vous eu des influences particulières pour cet album ? [NDLR : la bande son de Gedo Senki est disponible en CD audio en Japon]
Tamiya Terashima : Vers 4 ou 5 ans, j’adorais tellement la musique de Ben Hur que j’écoutais le vinyle jusqu’à ce qu’il soit totalement usé. J’ai peut-être été influencé inconsciemment par la bande son de ce film. Vers 10 ans, j’allais presque tous les jours au cinéma. Je regardais principalement des films étrangers. Durant cette période, je ne comprenais évidemment pas les dialogues et la profondeur scénaristique, mais même sans ça, ça m’amusait beaucoup. Cette grande expérience du cinéma a certainement du m’influencer.

Orient-Extrême : Aoi Teshima est à la fois la doubleuse du personnage de Teru et la chanteuse du thème principal. Est-ce vraiment seulement un coup de coeur de monsieur Miyazaki ?
Tamiya Terashima : Au moment où ils m’ont appelé, ils avaient déjà décidé de prendre Aoi Teshima comme chanteuse. Je n’en sais pas plus sur la motivation de ce choix. J’ai entendu dire que Goro Miyazaki et le producteur, monsieur Suzuki, se sont très vite décidés après avoir entendu sa voix. Quand je l’ai écoutée la première fois, elle avait 17 ans, j’ai été très surpris par sa voix. Je pense que cette fille à vraiment un don en tant que chanteuse.

Orient-Extrême : Beaucoup de fans on été surpris que votre nom soit retenu en tant que compositeur pour le nouveau film. Cela n’a pas été trop dur d’être "la relève" de Joe Hisaishi ? Vous ressentiez une pression ?
Tamiya Terashima : Monsieur Hisaishi a crée de merveilleuses compositions pour le studio. Nous ne travaillons pas de la même manière, nous n’avons pas non plus le même style musical. Je ne ressentais pas de pression particulière car nous sommes trop différents. Quand je travaille, je ne pense pas à ce genre de choses, je ne pense qu’à moi-même et à ce que je dois faire.
Les fans doivent sûrement être déçus que ce ne soit pas Joe Hisaishi le compositeur du film [rires].



Orient-Extrême : En ce qui concerne Theru no uta, le chanson thème, en quoi consistait votre travail ?
Tamiya Terashima : Je me suis occupé de l’arrangement musical mais ce fut très difficile. Je devais faire très attention à la symbiose entre le chant et l’accompagnement, pour ne pas altérer leurs qualités propres. Je devais créer une chanson encore plus belle que la performance seule d’Aoi Teshima. Je me suis donc mis une pression énorme car j’étais déjà devenu fan de cette chanteuse.

Orient-Extrême : Existe-t’il un style Ghibli ? Avez-vous vu eu carte blanche ou deviez-vous vous inscrire dans une certaine continuité de style ? Le producteur Suzuki était exigeant ?
Tamiya Terashima : Je ne sais pas s’il y a un style Ghibli même si j’ai regardé presque tous les films du studio. Dans tous ces films, la musique est fantastique mais cela ne m’a pas empêché de faire ce que je voulais, j’étais totalement libre dans mes créations. Je pense que monsieur Suzuki est une personne intuitive. Même si la musique est parfaite selon moi, il se fie toujours à son intuition pour le choix définitif. Il est parfois sévère mais parfois aussi infantile. C’est une personne remarquable. Je comprends maintenant pourquoi le studio Ghibli n’a créé que des films extraordinaires. Selon moi, c’est grâce à lui et à son caractère qu’ils ont pu atteindre un tel sommet.

Orient-Extrême : Comment la presse et le public nippon ont-ils accueilli votre travail sur Gedo Senki ?
Tamiya Terashima : Majoritairement, les gens me disent que la musique est bonne mais le film divise abruptement les spectateurs en deux parties. Il y a ceux qui ont bien aimé et ceux qui détestent. Que tout le monde me dise que seule la musique est bonne… cela ne m’intéresse pas. Elle a été créée spécialement pour le film et ne fonctionne qu’avec lui, c’est un tout. Après avoir visionné Gedo Senki, beaucoup l’ont compris et d’autres non. On trouve aussi d’autres personnes qui débattent sur le classement de ce film dans tel ou tel genre… C’est pour ces débats suscités que ce film est génial.



Orient-Extrême : De quoi êtes-vous le plus satisfait sur cette bande originale ? Inversement, y a-t-il un point qui ne vous satisfait pas et que changeriez aujourd’hui ?
Tamiya Terashima : Hum… Difficile de choisir un point qui m’ait plus satisfait qu’un autre…
Avec ce film j’ai rencontré pleins d’interprètes formidables. Grâce à eux, ma musique a vraiment pris du volume. Je pense sincèrement que nous sommes devenus de vrais amis. Comme je pense aussi avoir donné le meilleur de moi même dans ce projet… Non, même aujourd’hui, je ne voudrais rien y changer.

Orient-Extrême : Si on vous comparait à Howard Shore, qu'est-ce que cela vous inspirerait ?
Tamiya Terashima : Vous pensez vraiment que ma musique ressemble à celle de monsieur Shore ? [rires] Je ne connais pas vraiment son travail.
Orient-Extrême : C’est le compositeur de la trilogie du Seigneur des Anneaux.
Tamiya Terashima : Aaaaah… oui ! J’ai pu avoir des infos par internet. Il y a quelques temps de cela, un ami est venu chez moi m’apporter le CD du film, et nous l’avons écouté ensemble. J’ai été un peu surpris car le son des cordes ressemble beaucoup a mon style. Je ne me rappelle plus exactement… mais on se ressemble un peu. Un jour, j’aimerais écouter posément d’autres musiques de sa composition…

Orient-Extrême : Vous avez maintenant plusieurs bandes originales de film à votre actif, est-ce que cela vous motive pour en faire une spécialité ?
Tamiya Terashima : J’ai aussi réalisé des bandes son de drama ou d’animes pour la télé, mais il s’agit de mon quatrième CD. J’aimerais faire d’autres choses que des bandes originales, mais j’adore ça. Je n’aimerais toutefois pas en devenir un spécialiste, je préfère avant tout faire de la bonne musique.

Orient-Extrême : Si vous pouviez travailler sur le projet de vos rêves, en quoi consisterait-il ?
Tamiya Terashima : Gedo Senki fut vraiment une expérience passionnante. Avant, je faisais beaucoup de travail a la chaîne, mais Gedo Senki a été un véritable investissement, un vrai projet. Cela m’a remotivé dans mon travail et je me dis aujourd’hui : "Vraiment, j’aime ce boulot !". A partir de maintenant, peu importe la grandeur du projet, je prendrai plaisir à travailler. En y réfléchissant, tenter l’aventure dans un film étranger… ça me botterait bien ! [rires]



Orient-Extrême : Parlez-nous de vos projets…
Tamiya Terashima : Je prépare un CD deux titres sur Gedo Senki mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment, je le crée petit à petit. Pouvoir faire ce genre de choses, ça m’amuse beaucoup.


Interview réalisée par Pierre-Yves Tonin avec la participation d’Eric Oudelet et Arnaud Lambert.
Traduction : Pierre-Yves & Chie Tonin
Site officiel de Tamiya Terashima : www.dd.iij4u.or.jp/~tamiya
Site officiel du film : www.ghibli.jp/ged
Crédits photo pour le film : © 2006 Nibariki GNDHDDT
Toute reproduction partielle ou totale de cette interview est strictement interdite.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême