Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

MUSIC BANK in Paris à Bercy le 8 février 2012 : compte rendu et vidéo-reportage

Huit groupes coréens se sont retrouvés pour la première fois à l’affiche de Paris-Bercy le 8 février 2012 : GIRLS’ GENERATION, SHINee, BEAST, 2PM, 4minute, SISTAR, T-ara et U-KISS. La Kpop ose tout et déploie son clinquant manège dans la plus grande salle de spectacle de la capitale, exhibant là certaines des stars asiatiques les plus en vogue du moment. Après la sensation du SMTOWN et ses 2 soldout au ZENITH qui ont stupéfait tous les media généralistes et producteurs français en juin 2011, le concert MUSIC BANK de Bercy était attendu au tournant, et a fait beaucoup de bruit ! Des moyens inédits, 75 media accrédités, un record d’audience pour un show asiatique… mais un projet aux limites du raisonnable. Place au compte rendu et au vidéo-reportage de 18 minutes !

On n’arrête plus le phénomène hallyu. Il entraîne une émulation sans précédent chez les dirigeants coréens. Des projets de plus en plus démesurés se montent les uns à la suite des autres, et le show musical MUSIC BANK de la chaîne KBS a entamé une tournée mondiale dont Paris n’est qu’une étape sur une liste qui rassemble Tôkyô, Hong-Kong, Los Angeles ou encore Buenos Aires. L’entertainment total "à la coréenne" est désormais sous les projecteurs. Il attire désormais l’attention et la considération de personnalités influentes dans notre pays pourtant si frigide face à l’inconnu et à la nouveauté. Parmi elles, Jack Lang et le PDG de France Télévision ont fait une apparition remarquée en backstage VIP, le second annonçant une collaboration avec KBS, dont on ignore les détails pour le moment. Filmé par toute une batterie de caméras dont deux sur grue, le spectacle de deux heures s’est aligné sur les standards internationaux et fut diffusé en Corée le 18 février, accordant une large exposition aux 10.000 fans venus de toute l’Europe, et même d’ailleurs.



10.000 fans, c’est presque le double de L’Arc~en~ciel ou X JAPAN au ZENITH, mais c’est aussi les deux tiers de la capacité de Bercy, loin d’être comble. En considérant l’annulation du 9 février, on comprend aisément que KBS et le coproducteur Caramba avaient vu trop grand. Excessivement cher pour un public essentiellement adolescent, programmé en pleine semaine de cours et sans les deux boysbands les plus populaires, le MUSIC BANK in Paris s’est enchainé à autant de boulets pour l’empêcher de concrétiser son défi : remplir la plus grande salle de France pour un concert asiatique historique.

Le show proposé n’en restait pas moins impressionnant et rivalisait avec ceux des plus grandes stars internationales, sans pour autant égaler les meilleures, toujours à cause de décors dépourvus de personnalité, comme au SMTOWN (alors que le second show était officiellement annulé à cause d’installations trop longues à démonter…). Mise à part cette critique de perfectionniste, le reste de packaging en impose : sonorisation parfaite, lumières de folie, huit groupes parmi le top de la Kpop, une setlist gavée de tubes, une retransmission live sur écrans géants… le combo envoie au tapis X JAPAN et la quasi-totalité des concerts nippons vus jusqu’à présent sous nos latitudes.



KBS a choisi de n’accorder que deux chansons et un medley à chaque artiste. C’est peu et on comprend la frustration des fans qui auraient souhaité profiter plus longuement de leurs idoles. Toutefois, cette décision a permis l’exposition et la découverte de groupe à la popularité moindre. 2PM, et surtout U-KISS, ont énormément profité de cette opportunité pour élargir leur audience. Leur implication et leur application manifestes, associés à des performances spectaculaires et très efficaces, ne peuvent que jouer en faveur d’un retour. 2PM semblait d’ailleurs déjà prêt à composter son billet.

Des special stages, spécialement préparés pour Paris, ont insufflé ce qu’il fallait de magie au MUSIC BANK. Faisant fi de la ringardise et en toute ignorance des risques de l’exercice, tout le plateau est monté sur scène pour reprendre - en français et à la surprise générale - Aux Champs-Élysées de Joe Dassin en ouverture. Il fallait oser, et ça a marché ! Dans une féérie de lumière reproduisant la plus belle avenue du monde, les paroles étaient presque compréhensibles et le moment particulièrement touchant. Un peu plus tard, Soohyun de U-KISS et Hyorin de SISTAR en duo ont magnifiquement chanté Love always finds a reason (Un roman d’amitié en VF, par Elsa et Glenn Medeiros en 1988). La qualité de l’interprétation a largement compensé la méconnaissance de ce classique pour la jeune assistance. Encore plus surréaliste, une dizaine de fans sélectionnée par concours a eu l’honneur de se produire sur la scène de Bercy pour une session cover dance, rejointe au final par T-ara pour danser sur le tube disco-pop Roly-Poly. Autre surprise : le concert s’est terminé dans un délire festif sur Bounce With Me, un hit plus connu chez nous pour sa reprise par le Japonais DJ OZMA !

On pourra reprocher le recours partiel au play-back, essentiellement sur les sections riches en effets ou en chorégraphies sportives, il serait mensonger et trop facile d'accuser tous les artistes d'en abuser. Des téléspectateurs fustigeaient GIRLS’ GENERATION qu'ils soupçonnaient avoir fait du playback dans Le Grand Journal sur Canal+, la prestation équivalente sur la scène de Bercy, entachée par des problèmes de coupure micro, a montré que les nouvelles sirènes du label français Polydor ne valent pas que pour leurs paires de jambes. L’outil reste néanmoins un très rassurant voire quasi-indispensable parachute pour d’autres…



Le MUSIC BANK in Paris a certes honoré sa promesse en termes de divertissement, offrant un panel inédit de Kpop-stars au public européen (du rêve, ne serait-ce qu’il y a un an !), le show nous laisse néanmoins sur une impression de manque [NDE : comme quand on sort d’un restaurant végétarien]. Chaque groupe n’a assuré qu’une présence minimale pour aboutir à un spectacle de deux heures ressemblant un peu trop à un showcase de luxe géant, ce qui rend le prix du ticket d’autant plus dur à digérer. Les premiers rangs en ont pris plein les yeux, mais les spectateurs en gradin regrettaient sûrement d'être si loin comparé au ZENITH. On aurait aussi apprécié une traduction live de la présentation en coréen pour donner un supplément d'âme au concert. Bref, on reste sur notre faim après avoir dégusté l'an dernier le festin SMTOWN et ses plus de trois heures menées à un rythme étourdissant. Sans hésitation, le(s) SMTOWN du ZENITH reste(nt) la référence ultime que les SUPER JUNIOR, et probablement BIGBANG, tenteront d’égaler ou de surpasser en 2012.


Eric Oudelet




Le vidéo-reportage MUSIC BANK in Paris,
une production Orient-Extrême :
























Remerciements : Korean Connection et KBS
Photos et vidéo MUSIC BANK in Paris © Orient-Extrême
Reproduction/réutilisation du reportage, des photos et/ou de la vidéo strictement interdite.






SMTOWN WORLD TOUR Live in Paris : reportage

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême