Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

TAIWAN MUSIC NIGHT 2013 : compte rendu de la conférence de presse avec Jolin Tsai, William Wei, Salamander, Lu Qinglong, Vincent Degiorgio et Fiona Commins

Comme pour les concerts Kpop et leur cohorte de journalistes coréens suréquipés, de nombreux media chinois ont fait le voyage en France fin janvier, rejoints par quelques télés, magazines et webzines français pour couvrir la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013. Pour la deuxième année consécutive, cette soirée parisienne en marge du MIDEM sert de vitrine à la scène musicale taïwanaise, dont les ambitions de développement international s'affirment de plus en plus. La popstar Jolin Tsai partageait l'affiche avec le chanteur folk-pop William Wei (révélation 2011 aux Golden Melody Awards) et le duo de DJ électro Salamander (triple-vainqueur aux Golden Indie Music Awards). On les retrouve tous en conférence de presse une heure avant le spectacle, accompagnés de quelques personnalités : Lu Qinglong (prolixe ambassadeur de Taïwan en France), Vincent Degiorgio (producteur-compositeur canadien) et Fiona Commins (manager de Jean-Michel Jarre). Tout ce beau monde pour promouvoir la musique taïwanaise et chinoise, ça rappelle une certaine conférence S.M. ENTERTAINMENT à Paris, avec des moyens certes plus modestes ici. Vous verrez aussi le rôle moteur joué par le gouvernement taïwanais, lui aussi proche du modèle coréen, qui tient à se détacher de la mauvaise réputation de la Chine continentale...

Eric de Fontenay, fondateur et président de MusicDish*China (entreprise/agence américaine qui travaille au développement de la musique en mandarin dans le monde) est l'hôte de la TAIWAN MUSIC NIGHT du 30 janvier 2013. Ce concert parisien au prestigieux Trianon fait suite au séminaire Comment les superstars françaises et taïwanaises ouvrent la voie au plus grand marché d'Asie organisé dimanche 27 janvier au MIDEM 2013.

A voir :
le live report de la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013 au Trianon
les premières photos de Jolin Tsai en concert à la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013
les premières photos de William Wei en concert à la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013












Compte rendu de la conférence de presse TAIWAN MUSIC NIGHT 2013 au Trianon

Eric de Fontenay (président de MusicDish*China) : Le séminaire du MIDEM 2013 à Cannes s'est focalisé sur le cas de deux stars internationales : la chanteuse Jolin Tsai et le compositeur de musique électronique français Jean-Michel Jarre [NDLR : star nationale et pionnier de la musique électronique ambient / new age dans les années 80/90]. Jean-Michel Jarre fut le premier musicien occidental autorisé à se produire en Chine. Le but commun du séminaire et du concert de ce soir est d'illustrer la collaboration entre les professionnels internationaux et taïwanais pour produire musique et concerts. Il s'agit notamment des collaborations futures pour des spectacles de grande envergure en Europe et en Chine dans le cadre du projet mondial Oxygene, initié par Jean-Michel Jarre.
J'aimerais remercier le ministère taïwanais de la culture ainsi que Great Capital Arts Entertainment pour le support qu'ils ont apporté à ce projet. Ils nous ont permis de réunir les invités internationaux qui sont venus aider à promouvoir la musique taïwanaise en France. J'aimerais particulièrement remercier l'ambassadeur de Taïwan en France, Monsieur Lu, et son équipe qui ont rendu cette nuit possible. Monsieur Lu va maintenant nous parler de ses efforts pour organiser les tournées internationales de grands artistes taïwanais.



Lu Qinglong (ambassadeur de Taïwan en France) : Bonsoir ! C'est une joie infinie pour moi de partager cette soirée avec vous. Dès la création de notre ministère de la culture, le 20 mai 2012, notre ministre écrivain a mis l'accent sur le développement des échanges culturels. Cette TAIWAN MUSIC NIGHT est une première pour notre ministère, mais ce n'est pas la première pour Taïwan. Depuis 4 ou 5 ans, on évolue, on modernise nos stratégies de communication, essentiellement avec nos amis parisiens. Auparavant, les artistes ou groupes professionnels taïwanais allaient uniquement au MIDEM. Ces séjours cannais sont bons pour l'économie de Cannes, mais ce n'était pas suffisant et on ne rentre désormais plus directement à Taipei. Nous avons réussi à ajouter une escale à Paris [NDLR : depuis 2012], c'est un progrès pour le gouvernement taïwanais.
Le marché de la musique chinoise représente 1,5 milliard de dollars américains, et nous savons très bien - au sein de la communauté chinoise au sens large - que si un chanteur, un compositeur ou un parolier veut réussir sur ce grand marché, il doit commencer par Taïwan. Taïwan a aujourd'hui énormément amélioré ses relations avec la Chine continentale, mais il faut savoir que 85% des résultats ont été accomplis par les Taïwanais. La présence de nos artistes à Paris est porteuse d'un message important. Taïwan est un pays avec qui on peut travailler, un pays qui respecte la propriété intellectuelle. Les Taïwanais qui travaillent correctement sont toujours disponibles et font preuve de bonne volonté pour concrétiser les échanges avec la communauté internationale.
Avec 0,8 % de budget national alloué à la culture, et l'appui du directeur du centre culturel de Taïwan à Paris, on est sur la bonne voie. J'espère que vous réfléchirez à collaborer avec nous, et je suis là avec Le Guide Vert TAIWAN de Michelin. Taiwan est connu pour ses smartphones HTC, ses produits informatiques ASUS et ACER... mais Taiwan est aussi une belle île ! Les marins portugais l'ont ainsi appelée Formose ("belle") à la fin du 17ème siècle. Je vous souhaite une bonne soirée, du succès et un très bon voyage à Taiwan avec la compagnie EVA Air.



Eric de Fontenay : Il y avait aussi une TAIWAN MUSIC NIGHT à Paris en 2012, c'était au Divan du Monde [NDLR : une soirée taiwanaise existait précédemment, mais sans cette appellation]. Cette année, c'est au Trianon. L'an prochain, ce sera peut-être dans un grand stade, on ne sait jamais... Je souhaiterais maintenant inviter Fiona Commins, manager de Jean-Michel Jarre, qui va exposer les plans de Jean-Michel avec les artistes taïwanais, pour des projets de concerts et tournées internationales liés au projet Oxygene.

Fiona Commins (manager de Jean-Michel Jarre) : Bonsoir à tous, je représente Jean-Michel Jarre et je vais vous présenter nos projets de collaboration avec des musiciens et grands artistes taïwanais et chinois. Comme le rappelait Eric, Jean-Michel Jarre a eu l'honneur d'être le premier artiste occidental invité à jouer en Chine en 1981. Depuis, nous avons eu l'occasion d'y retourner et une forte amitié culturelle s'est tissée entre Jean-Michel et nos amis chinois et taïwanais. On a pu promouvoir cette amitié et ces échanges culturels au MIDEM, à Cannes ce week-end, et je peux vous affirmer que cette amitié n'en est qu'à ses débuts. Nous allons créer des ponts pour mieux faire connaître les artistes taïwanais et chinois ici, en Europe et dans le reste du monde. On voudrait aussi ouvrir le chemin de la Chine à des artistes européens et occidentaux, afin qu'ils puissent se produire et collaborer avec des artistes chinois et taïwanais. Ce soir, vous allez découvrir un petit aperçu de ce qui se fait de mieux à Taiwan et en Chine, on est ravi de partager cela avec vous.



Eric de Fontenay : J'aimerais vous présenter Vincent Degiorgio, président et fondateur de Chapter Two Productions, auteur, compositeur et éditeur canadien reconnu mondialement. Il va partager son expérience en tant que collaborateur avec de grandes stars internationales. Il a participé à plus de 300 albums à travers le monde, et fourni 25 chansons en Chine parmi lesquelles Zheng Yi Zhi Yan Bi Yi Zhi Yan composée pour Jolin Tsai. Vincent, peux-tu nous parler de ta collaboration avec Jolin Tsai ?

Vincent Degiorgio (auteur-compositeur, président et fondateur de Chapter Two Productions) : J'ai découvert Jolin en tant qu'artiste aux Singapore Hit Awards. Tout en elle m'a impressionné et la rencontrer est devenu une de mes priorités, afin qu'elle interprète une de mes chansons. Durant chacune des trois années suivantes, je suis allé à Taïwan pour tenter de rencontrer le staff de Sony Music. Je suis parvenu à obtenir un rendez-vous, mais il n'a duré que 6 minutes à cause d'un accident de taxi. C'était le meeting le plus court de ma vie, mais j'ai fourni cinq chansons dont celle que vous avez "magnifiquement" citée en chinois (Zheng Yi Zhi Yan Bi Yi Zhi Yan). Comme j'ai été assez chanceux pour que Jolin interprète une de mes chansons, ça m'a ouvert l'ensemble du marché asiatique, à moi et mes collaborateurs paroliers. J'ai fourni des musiques à Shin et Rainie Yang, quatre pour Joanna Wang, six pour Show Luo... mais mon souhait est de continuer avec Jolin autant que possible puisque c'est elle qui m'a lancé.



Eric de Fontenay : Il est temps de laisser la place aux vedettes du soir en commençant par DJ Kloette et DJ Phoenix du duo Salamander. Vous avez été pris en charge à vos début en 2007 par le producteur Yu-Huan Lee, pionnier de la scène électronique et techno à Taiwan. Décrivez-nous cette scène taïwanaise et dites- nous comment Salamander y a évolué.

DJ Kloette (Salamander) répond en français : Je me suis associé à DJ Phoenix après son arrivée à Taïwan. Il connaissait déjà ce producteur réputé sur l'île. Yu-Huan Lee était le premier et le seul à remporter un succès commercial sur le créneau de la musique électronique. Phoenix a travaillé avec lui et a beaucoup appris à ses côtés. Plus tard, Phoenix a créé sa propre musique. On a donc commencé à produire du son électro en 2005. Presque personne ne connaissait ce genre. C'était jouissif de pouvoir créer par soi-même. Par la suite, on a mis ça sur Internet et ça nous a beaucoup aidé. Auparavant, il était difficile de faire écouter notre production hors de Taïwan, on était "prisonnier". Internet a vraiment tout changé !

Eric de Fontenay : On dit que la musique électronique peut traverser les frontières plus facilement que d'autres styles. Vous allez jouer à Paris, peut-être à Berlin le mois prochain...

DJ Kloette : On va faire de la techno, un peu de minimal et du mélodique... mixée avec nos sons, nos "armes secrètes"...



Eric de Fontenay : William Wei est vraiment un parfait exemple d'artiste du 21ème siècle qui rencontre le succès en travaillant en toute indépendance. William, vous avez commencé à diffuser votre musique sur la plateforme de blogs taïwanaise Streetvoice, en accès mondial, en 2006. En 2010, vous sortez votre premier album éponyme, écrit, produit et enregistré par vos propres moyens, et vous remportez le prix du meilleur nouvel artiste aux 22èmes Golden Melody Awards en 2011. Quelles sont les causes de votre succès ?

William Wei : D'après moi, ça vient en grande partie de la chance et d'Internet. Internet est un fantastique outil technologique. Cependant, l'essentiel reste le contenu. Vous devez avoir de bonnes chansons, de bonnes mélodies et de bons textes pour capter l'attention des gens à qui vous donnez l'opportunité de vous écouter. Nous sommes à l'âge de l'explosion de l'information et les gens zappent très rapidement. S'ils écoutent votre chanson et ne trouvent pas ça bon immédiatement, ils passeront aussitôt à autre chose. C'est pour cela que je me concentre toujours et en priorité sur l'écriture des chansons.

Eric de Fontenay : Vous avez aussi été champion 2007 du concours de chant pour les étudiants dans l'émission de variété Happy Sunday sur CTS. Quel est le rôle joué par ces concours de chant dans les débuts de carrière des artistes taïwanais ? Comment en as-tu profité ?

William Wei : Ce concours nous donne la possibilité de construire plus rapidement une sorte de fanbase. Dans le même genre, il y a The Voice, American Idol... Tu fais le show, éventuellement un seul passage, et tu peux déjà avoir des milliers de fans, rien qu'en interprétant une chanson, tout simplement parce que ça passe à la télévision.



Eric de Fontenay : J'ai maintenant le plaisir de vous présenter la superstar internationale et reine de la pop asiatique, Jolin Tsai. Jolin, vous avez eu l'opportunité de participer au MIDEM et j'aimerais vous reposer une question entendue là-bas : qu'est-ce que ça fait de travailler sur le nouveau projet de Jean-Michel Jarre ? Pouvez-vous donner quelques détails à la presse ?

Jolin Tsai : J'avais hâte de travailler avec Jean-Michel parce que c'est un grand artiste. J'aime me produire en concert avec des artistes différents car on peut expérimenter à partir d'une grande variété de sons. Il m'a beaucoup inspiré.

Eric de Fontenay : Quand j'ai annoncé votre venue, on m'a dit que tu vous étiez l'artiste la plus bosseuse de toute l'Asie...

Jolin Tsai : Merci. J'aime m'imposer des challenges dans les performances, et cette réputation doit venir de là. Tout ce qui est nouveau m'attire. J'aime affronter les difficultés et c'est probablement pour cela que le public pense que je suis une artiste bosseuse. J'en suis fière, j'ai une forte volonté et je m'obstine à accomplir ce que je veux faire. Je tiens aussi à surprendre mon public, mes fans, avec de nouveaux concepts dans mes albums ou mes concerts.



Eric de Fontenay : Tout à l'heure, j'ai présenté Vincent qui a réalisé des chansons pour vous. Au MIDEM, vous avez dû rencontrer d'autres producteurs désireux de vous apporter des chansons. En quoi est-ce important d'avoir un son produit par des créatifs internationaux ? Comment travaillez-vous avec ces producteurs dispersés dans le monde entier ?

Jolin Tsai : Je pense qu'il y a de talentueux paroliers, compositeurs et producteurs partout dans le monde. C'est un honneur de travailler et d'avoir de bonnes interactions avec eux. Ils nous apportent de bonnes idées, des éléments de culture occidentale qui s'ajoutent et renouvellent notre culture chinoise. Je continuerai dans cette voie et je suis ravie de pouvoir rencontrer ce genre de personnes à Cannes, ou même ici car il y en a l'une de ces personnes en coulisses. Il pourrait me composer une chanson.




A voir :
le live report de la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013 au Trianon
les premières photos de Jolin Tsai en concert à la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013
les premières photos de William Wei en concert à la TAIWAN MUSIC NIGHT 2013



Compte rendu et photos réalisés par Eric Oudelet et Camille Poulain
Remerciements : Bureau de Représentation de Taipei en France, BL Music Productions
Photos © Orient-Extrême
Reproduction / réutilisation du compte rendu et des photos strictement interdites








Dying Art interview




Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême