Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

TEEN TOP en concert au Trianon à Paris le 9 février 2013 : live report

Un concert soldout malgré des prix exorbitants en billetterie, une foule record sur les trottoirs devant la salle, des cris de fangirls si puissants qu'ils couvrent la sono... Le concert du boysband coréen TEEN TOP au Trianon le 9 février 2013 est une nouvelle illustration du succès de la Kpop, en comparaison directe avec la TAIWAN MUSIC NIGHT (Chine) et à Kyary Pamyu Pamyu (Japon) qui ont peiné à remplir. Le plus explosif des concerts de la première tournée européenne de TEEN TOP, c'était à Paris !

Lors de la visite promotionnelle de PSY début novembre 2012, les journalistes coréens nous posaient déjà la surprenante question d'un déclin français de la Kpop suite à l'affluence décevante du MUSIC BANK à Bercy (10.000 spectateurs sur 15.000 possibles et une date annulée) et au non remplissage de SUPER JUNIOR au ZENITH. L'apparente délocalisation des concerts de la France vers l'Angleterre ces derniers mois, et la désertion presque totale de la presse coréenne pour TEEN TOP confirmeraient l'application par les Coréens de cette conclusion... aberrante et bien trop hâtive ! Avec ou sans concert, la vague Kpop continue d'éclabousser notre pays, et les businessmen de Séoul se fourvoieraient complètement en confondant les erreurs fatales de tarification, de programmation et de marketing des deux événements de 2012, avec une baisse aussi brusque qu'imaginaire de popularité. TEEN TOP n'a pas rogné sur les prix (près de 65 euros !!!), mais le choix très pertinent d'une belle salle de 1300 places, tout à fait adéquate pour un jeune boysband de troisième rang, et l'absence de concurrence sur le même créneau dans notre pays (au contraire de l'Angleterre où les concerts de Kpop et Cpop stars se sont multipliés), ont fait de ce show un énorme succès. Les Coréens ont pu se gaver un maximum en remplissant le Trianon à ras bord, et le producteur français TORPEDO PRODUCTIONS / B7KLAN dispose désormais d'une ligne très flatteuse sur son CV pour négocier, peut-être pas des pointures triple A qui ne jurent que par des mastodontes comme Live Nation, mais d'autres groupes coréens attendus comme 2PM, JYJ, BEAST, CNBLUE...



Fort Alamo à Paris : c'est la guerre, mon colonel !

Les fans de TEEN TOP - des adolescentes pour la plupart - ont fait la queue pendant des heures, certaines des jours entiers, dans la froideur hivernale. Le staff du Trianon, assiégé de toutes parts, n'avait jamais vu une telle pagaille et pareille affluence à ses portes. Débordés, les agents de sécurité ne pouvaient que protéger l'entrée du sanctuaire, aidés par quelques barrières sur lesquelles s'écrasaient les centaines d'adolescentes hurlant et grimaçant sous la pression... On ne se rappelle même pas avoir vu un chaos semblable aux plus gros concerts de visual kei, quand le genre était "à la mode" en France il y a quelques années.

Le froid sévissait dehors, mais à l'intérieur, ça bouillonnait ! Pendant le remplissage sur les musiques de TEEN TOP, les incroyables chants entonnés par les fans, qui connaissaient apparemment toutes les paroles par cœur, instauraient une ambiance presque magique, magnifiée par l'acoustique du lieu, étoilé par une constellation d'accessoires lumineux en tout genre. Rempli à craquer des crash-barrières au fond de la fosse et jusqu'au balcon, le volcanique Trianon s'apprêtait à exploser comme aucun autre concert coréen ne l'avait fait à Paris. Dès l'apparition des six jeunes membres du boysband - âgés de 17 à 20 ans - et presque jusqu'aux dernières secondes de leur concert, une forte houle agitait la marée humaine. C'était la guerre pour voir la tête, une épaule ou un sourire de son chéri, ou pour prendre une malheureuse photo avec son smartphone Samsung. A l'avant de la bousculade géante, les plus faibles et les plus fatiguées par l'attente étaient évacuées à tour de bras par la sécurité, comme à un concert de metal... La comparaison ne s'arrête pas là puisque la sono à plein volume, comme chez les metaleux, parvenait difficilement à émerger au dessus des hurlements hystériques presque permanents, et douloureux pour les tympans, même pendant les discours des idoles. Ils n'avaient déjà pas grand chose à dire puisqu'ils ne parlaient qu'en coréen contrairement à leurs confrères en 2011 et 2012, mais on ne les entendaient même pas, ou difficilement. Il faut dire que les TEENs ont fait une entrée au TOP pour enflammer leurs Angels.




Le show le plus CRAZY du TEEN TOP LIVE TOUR IN EUROPE 2013

En démarrant en trombe par une série de hits dance pop pour le plus grand plaisir des media (qui ne pouvaient shooter et filmer que durant les trois premières chansons), TEEN TOP a fait un carnage, au propre (les pertes au front évoquées dans le paragraphe précédent), comme au figuré. Supa Lov, Be My Girl et ses fumigènes, et le très attendu No More Perfume On You ont enflammé la salle tandis que les objectifs des photographes et cameramen, habitués aux débuts poussifs et mal éclairés, se délectaient du spectacle. Les Coréens pensent vraiment à tout, et le soin extrême apporté aux vidéos d'interlude projetées sur écran géant en étaient une énième démonstration. Habillage clinquant, montage hyper rythmé, ces vidéos hollywoodiennes à base de clips tenaient le public en haleine pendant les courts breaks, si bien que le show ne semblait jamais s'arrêter pendant une heure et demi ; une recette diabolique déjà éprouvée par S.M.E au SMTOWN Live in Paris et au SUPER SHOW 4 des SUPER JUNIOR. Rajoutez une bonne louche de fan-service avec des caresses de fesses, des tentatives de baiser, et quelques centimètres carrés de torse imberbe, et vous tenez le cocktail idéal pour faire tomber les minettes.




TEEN TOP n'a fait l'impasse sur aucune de ses chansons les plus populaires, et les garçons ont gonflé leur setlist, non pas avec des titres anecdotiques personnels qui auraient endormi l'auditoire comme chez Kyary Pamyu Pamyu, mais avec des reprises de récents hits internationaux : Trouble Maker d'Olly Murs et Flo Rida, Good Time d'Owl City et Carly Rae Jepsen, et Count on Me de Bruno Mars, ce dernier étant revisité par Chunji en solo. Là par contre, le jeune homme a écarté le playback, salvateur sur la plupart des titres à chorégraphie, pour un résultat allant progressivement du catastrophique au passable. A peine le temps de grimacer qu'on était surpris un mix hip-hop / électro / dubstep assez ébouriffant dansé puis chanté par Ricky, Changjo et L.Joe, le tout gratifié par un saut / grand écart et une petite descente de scène histoire de rajouter de l'huile sur le feu côté fosse. Cette séquence électrisante avait de quoi réveiller en sursaut les plus réfractaires aux balades et à la pop guillerette de TEEN TOP.




Les quelques titres pop down-tempo mollassons, le solo de Chunji et la reprise vocalement ratée d'All you need is love en final ne sont que quelques taches sur un concert phénoménal par son ambiance, et mené à un rythme trépidant, sans temps mort. Tous les hits dance à chorégraphie de TEEN TOP, déjà très efficaces en version clip, étaient au rendez-vous, la production sonore et visuelle avec écran géant, fumigènes et serpentins était d'un bon niveau et le fan-service aura comblé les spectatrices françaises et européennes qui ont rempli comme jamais le Trianon (les trop rares représentants de sexe masculin nous pardonneront ce léger raccourci). C'était tout de même fou et regrettable qu'on ne puisse parfois plus entendre la musique et les garçons au micro, mais ce fantastique engouement collectif aura certainement ravi le groupe, son management, et les producteurs dont on attend avec impatience les prochaines annonces de concerts. Reste qu'à 65 euros, sans les décors grand-spectacle et les murs de lumière du ZENITH ou de Bercy, ça reste affreusement cher !


Eric Oudelet













Setlist :
01 - Supa Luv
02 - Be My Girl
03 - No More Perfume On You
04 - Beautiful Girl
05 - Baby You
06 - First Kiss
07 - The Back of My Hand Brushes Against Yours
08 - Angel
09 - Trouble Maker (Olly Murs ft. Flo Rida)
10 - Good Time (Owl City & Carly Rae Jepsen)
11 - Clap
12 - Chunji en solo : Count On Me (Bruno Mars)
13 - Ricky, Changjo et L.Joe : hip hop dance stage
14 - C.A.P. et Niel : special duo
15 - To You
16 - Girlfriend
17 - Where's My Girl
18 - Shake It
19 - Crazy
20 - All you need is love

A voir : Compte rendu de la conférence de presse TEEN TOP à Paris le 6 février 2013

Remerciements : TORPEDO PRODUCTIONS / B7KLAN
Photos © Orient-Extrême, sauf mention contraire
Reproduction / réutilisation du reportage et des photos strictement interdite








Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême