Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

ASIAN KUNG-FU GENERATION en concert au Bataclan, à Paris, le 2 juin 2013 : live report

Perfume, ONE OK ROCK, the GazettE... 2013 est une année exceptionnelle pour la J-Music en France ! Parmi les grands groupes qui jouent à guichet fermé dans certaines des plus belles salles parisiennes, ASIAN KUNG-FU GENERATION se produisait le 2 juin au Bataclan devant près de 1500 fans. Populaire grâce à ses génériques de NARUTO et FULLMETAL ALCHEMIST, ASIAN KUNG-FU GENERATION n'en reste pas moins un excellent quatuor rock, une référence de la musique japonaise dépourvu d'artifices guignolesques et loin du star-system. AKG a su garder son âme indies et la mainmise sur son œuvre, à l'image de son chanteur très engagé dans la lutte anti-nucléaire. Après le compte rendu de la conférence de presse publié quelques heures après le fin du show, place au live report !



Très connu au Japon, ASIAN KUNG-FU GENERATION a gagné une fanbase occidentale principalement grâce à des tie-up : l'interprétation de génériques d'animes à succès que peuvent être NARUTO et FULLMETAL ALCHEMIST. Etait-ce suffisant pour remplir le Bataclan, seconde date de la toute première mini-tournée européenne d'AKG, alors que d'autres artistes comme Kyary Pamyu Pamyu et MAN WITH A MISSION échouent dans des salles équivalentes ? Le label Bishi-Bishi a finement manœuvré en proposant un tarif ultra abordable et attractif : moins de 25 euros. Décision pertinente et pari gagné ! A moins de la moitié du prix insensé de Kyary, AKG démocratise la J-Music et attire un public pas nécessairement habitué des concerts, mais aussi des Japonais installés en France (une population nouvellement concernée, contrairement aux concerts coréens qui touchaient d'emblée leur communauté).



Si la soirée fut une réussite, elle aurait pu tourner court : le chanteur-guitariste Masafumi Gotoh a annulé des interviews et a failli en faire de même avec la conférence de presse quelques heures plus tôt pour préserver sa voix, menacée par un mal de gorge. Certes un peu sur la retenue, il aura assuré jusqu'au second rappel, sans faiblir, bien au contraire, prenant même du plaisir devant la ferveur grandissante du public. Une certaine timidité a laissé place à des sourires, avant que le leader d'AKG ne se lâche en dansant, comme pendant Blue Train, jusqu'à en perdre ses lunettes !



Sourires aussi dans le public, modéré dans la démonstration de son bonheur d'assister pour la première fois à un concert d'ASIAN KUNG-FU GENERATION en France après des années de faux espoirs. Il faut dire que le premier tiers du concert, composé de titres posés, anciens ou méconnus, comme la belle ballade rock No Name, pouvait décontenancer les spectateurs qui ne connaissaient AKG que par ses musiques d'animes. Entre plaisir, émerveillement et découverte, ils ne savaient pas toujours sur quel pied danser, mais les prochains titres allaient mettre tout le monde d'accord...



Les premières notes de Haruka Kanata, générique de NARUTO, ont alors fait exploser le Bataclan qui reprenait en chœur son refrain. Avec Rashiban ou encore Rewrite, générique de FULLMETAL ALCHEMIST, c'était la confirmation d'une seconde partie de concert beaucoup plus énergique, avec un public très démonstratif qui a pu chanter Rewrite a capella.

Outre la très belle Anemone No Saku Haru Ni et sa mélodie universelle tirée de Landmark (sorti en 2012), le concert s'est achevé sur la très attendue Soranin, forte en émotions. De quoi planer pendant les rappels, et partir les yeux plein d'étoiles quand les lumières invitant à quitter les lieux se sont rallumées. Il manquait Soredewa, Mata Ashita ? Le groupe est soudainement revenu la jouer alors que des centaines de spectateurs avaient malheureusement franchi les portes du Bataclan ; une bonus track déconcertante dans un contexte plus intimiste et une ambiance survoltée, galvanisée par la surprise, en pleine lumière.

En dépit d'un son assez saturé et manquant de nuances, on aura apprécié la balance réalisée par un membre de l'équipe japonaise. Elle mettait à l'honneur la basse et ses mélodies, particulièrement importantes dans les compositions d'AKG, jouées par Takahiro Yamada.



La J-Music nonchalante et bousculée par la Kpop renait cette année avec des groupes comme ASIAN KUNG-FU GENERATION, auteur d'un très beau concert, complet, au Bataclan. Le Japon avait toujours l'avantage de proposer en France une grande variété d'artistes et de genres musicaux, mais la hausse des prix, la redondance des programmations, l'attente vaine d'artistes populaires et le marketing catastrophique finissait par couler le navire J-Music face à l'armada coréenne menée par SM ENTERTAINMENT et PSY (pour ne citer qu'eux). Avec Perfume, ONE OK ROCK, the GazettE, NIGHTMARE, Kyary Pamyu Pamyu... et ASIAN KUNG-FU GENERATION, 2013 voit déferler une nouvelle vague, pleine d'espoir pour les fans, et peut-être pour le Japon également. Pour se développer en Europe, il devra pourtant y mettre de la bonne volonté et faire évoluer au plus vite ses techniques marketing souvent archaïques afin que ses événements ne passent pas inaperçus auprès d'un plus large public ; sauf si ça reste le cadet de ses soucis... En l'occurrence, il est regrettable qu'ASIAN KUNG-FU GENERATION n'ait pas autorisé de reportage vidéo, même pour la chaîne spécialisée Nolife qui a tant fait pour la promotion du concert. "Pour vivre heureux, vivons cachés", ça aurait pu être un des sujets de philo au bac, d'ailleurs...


Eric Oudelet







Setlist :
01 - Shinseiki no Love Song
02 - Magic Disk
03 - Angou no Waltz
04 - Siren
05 - Re:Re:
06 - N.G.S.
-MC-
07 - World World World
08 - No Name
09 - Night Diving
10 - Gekkou
-MC-
11 - Jyuuni Shinhou no Yukei
12 - Korogaru Iwa Kimini Asagafuru
13 - Blue Train
14 - Haruka Kanata
15 - Rashinban
16 - Loop & Loop
17 - Rewrite
18 - Kimi to iu Hana
-Encore 1-
19 - Soranin
20 - Anemone No Saku Haru Ni
-Encore 2-
21 - Soredewa, Mata Ashita

Remerciements : Bishi-Bishi
Photos © Orient-Extrême
Reproduction/réutilisation des photos et/ou du reportage strictement interdites







Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême