Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

JAPAN EXPO 2012 : live reports et reportage J-Music - partie 1 sur 3

JAPAN EXPO a continué sa croissance en juillet 2012 en recensant près de 220.000 visiteurs sur 4 jours, probablement grâce au développement du Comic Con'. Le festival annuel reste un rendez-vous incontournable du divertissement et de la pop culture japonaise, avec un plateau d'invités musicaux inégalé en quantité, notamment composé cette année-là du phénomène électro-pop fashion Kyary Pamyu Pamyu, du groupe de rock FLOW et du girlsband Momoiro Clover Z. L'audience en baisse du Live House, l'appauvrissement dramatique de l'offre CD et l'invasion de la Kpop sur les stands commerciaux suscitaient néanmoins des inquiétudes légitimes quant à l'avenir de la J-Music à JAPAN EXPO et plus généralement en Europe.



Que les choses soient claires côté exposants, la Kpop a complètement balayé la J-Music à JAPAN EXPO 2012. Comme un symbole de cette conquête, le drapeau coréen accroché au stand d'un magasin était le premier à apparaître aux yeux des visiteurs dans l'allée principale du festival, bien que celui-ci ait été déplacé dès le second jour d'ouverture, certainement à la demande d'organisateurs embarrassés... Reflet de la tendance et de la demande chez les consommateurs, les piles de CD BIGBANG, SUPER JUNIOR, GIRLS' GENERATION et autres groupes coréens envahissaient les rayonnages des boutiques, comme aucun artiste J-Music ne l'avait fait auparavant en terme de stock. Des flashmobs Kpop préparées par les fans s'organisaient dans les allées, renvoyant tragiquement à la disparition des stands de découverte J-Music tenus "jadis" par les fans quand les Japonais n'imposaient pas une mainmise sur ce business... Bref, JAPAN EXPO 2012, c'était la fête de la Kpop et le phénomène devrait encore s'amplifier en 2013. La J-Music se faisait de plus en plus discrète chez les éditeurs français KAZE / Wasabi et Ankama / Bishi-Bishi. Dans les linéaires "import", privilégiés par les connaisseurs, seules certaines popstars (en particulier les idols comme les Johnny's, le H!P, AKB48...) et quelques artistes rock parvenaient à survivre... quitte à être bradés à -50%. Pas la peine de s'appesantir davantage sur les conséquences du marketing japonais désastreux et de son équivalent coréen inversement efficace et surpuissant ; vous savez désormais ce que vous pouvez espérer trouver au festival en 2013, pour le bonheur des uns et le désespoir des autres.



Heureusement, la J-Music préserve un bastion inviolé : le Live House ! Cette salle de concert de 8.000 places programme chaque jour plusieurs showcases de quelques dizaines de minutes, à l'exception du vendredi 6 juillet où le public n'a pu profiter que d'un (talk-)show Momoiro Clover Z. Le Live House était en effet prématurément fermé pour préparer le grand concert optionnel de FLOW, avec billetterie séparée. Globalement, les showcases étaient un peu moins nombreux que les années précédentes, les doublons plus réguliers (ex : DaizyStripper jeudi et dimanche, Tanaka Kohei et Iwao Junko jeudi et samedi...) et la qualité globale des prestations en baisse (Anli Pollicino décroche le bonnet d'âne). Le Live House proposait toujours une variété appréciable de styles en accentuant la présence des plus populaires (pop-idols féminines et visual kei) et en programmant pour la premier fois un artiste hip-hop (ViRGO). Il permet d'exposer au plus grand nombre de bons groupes comme MAN WITH A MISSION et Hemenway, nos coups de cœur de cette édition 2012. Porté disparu, le metal ne réapparaîtra malheureusement pas en 2013, bien que JAPAN EXPO n'ait jamais déçu en la matière. A l'instar d'un marché J-Music vacillant depuis des mois (voire quelques années), l'affluence du Live House semblait en nette baisse ; le line-up moins prestigieux et donc moins attrayant n'a pas aidé...

D'autres événements J-Music étaient organisés à JAPAN EXPO : de courts showcases annexes, quelques conférences comme celle avec Kyary Pamyu Pamyu et Idoling!!, et des dédicaces. Dans la limite des places disponibles, les festivaliers ont chaque année l'occasion rare d'approcher et parfois d'échanger quelques mots avec leurs idoles ou leur coup de cœur lors de ces rendez-vous.

Bref, beaucoup de choses à faire et à voir à JAPAN EXPO cette année encore, avec de bons plans live (MAN WITH A MISSION, Hemenway et Tanaka Kôhei et Iwao Junko) et en boutique (les promotions en import !). Revenons maintenant plus en détails sur les performances des artistes avec les live reports de JAPAN EXPO 2012 !


 


LIVE REPORTS JAPAN EXPO 2012


 


MAN WITH A MISSION


Kyary Pamyu Pamyu et son univers monstrueusement kawaii a peut-être été propulsée tête d'affiche musicale de JAPAN EXPO 2012, les vrais connaisseurs étaient surtout à l'affut de la meute MAN WITH A MISSION, encensée par les sites spécialisés et la blogosphère. Pour un jeudi, le Live House était bien rempli et les loups échappés de Tôkyô n'ont fait qu'une bouchée des sceptiques et des jeunes fans de visual kei principalement venus pour DaizyStripper en ouverture du Live House. L'imparable fusion rock / hip-hop mainstream aux accents californiens de MAN WITH A MISSION, principalement chantée et rappée en anglais, a fait bondir et hurler la foule de plaisir avec des hits comme FLY AGAIN et la fameuse reprise du cultissime Smells Like Teen Spirit de NIRVANA. L'enchaînement de ces deux titres restera d'ailleurs comme l'un des moments les plus jouissifs de JAPAN EXPO 2012, à en donner la chaire de poule.

Des mélodies furieusement addictives, des scratchs et raps incisifs, une ambiance énorme, un public "fucking awesome" selon le chanteur Tokyo Tanaka... Le showcase MAN WITH A MISSION était assurément le meilleur spectacle musical de l'édition 2012. 40 minutes, c'était évidemment trop court, surtout avec de longs breaks silencieux qui cassaient un peu le rythme. Grâce à Soundlicious, les fans auront heureusement pu se rassasier quelques mois plus tard avec un vrai concert à la Machine du Moulin Rouge le 3 mars 2013.


 


Tanaka Kôhei et Iwao Junko


Traditionnellement peu rempli quand il s'agit d'artiste plus âgés au son moins pop, le Live House n'a pas fait exception pour accueillir l'invité d'honneur "anime" de JAPAN EXPO ce jeudi 5 juillet 2012. Le compositeur Tanaka Kôhei a œuvré sur des titres mondialement connus comme ONE PIECE, mais aussi sur GUNBUSTER, Gate Keepers ou encore les jeux Sakura Taisen. Au synthé et au chant, il s'est adjoint les services d'Iwao Junko, comédienne de doublage (dans EVANGELION, Card Captor Sakura...) et ex-idol. Resplendissante dans sa robe de soirée, elle n'avait rien à craindre des jeunes concurrentes plus tape-à-l'œil et assurément moins douées quand il s'agit de chanter (un euphémisme quand on pense à Kyary et Momoclo). Le showcase feutré du duo et de leur deux musiciens, Jazzy et lounge à souhai, berçait les festivaliers malmenés dans la fourmilière du hall/mall principal.

Avec Kamura Ryu à la basse et Suzuki Naoto alternativement à la batterie et à la guitare sèche, le duo a repris à sa façon quelques classiques de l'animation, de ONE PIECE à Dragon Ball en passant par l'incontournable Zankoku na Tenshi no These d'EVANGELION. Délicat comme une caresse, Yakusoku wa iranai (générique de l'épique Escaflowne) a mis un terme à la fébrilité du début de concert pour plonger davantage le public dans l'ambiance apaisante et nuancée du showcase, d'abord très jazz, puis  mélancolique... Tanaka Kôhei, de sa voix claire et posée, s'accordait parfaitement avec Junko ; mais c'est le dialogue entre la voix du compositeur et les cordes sur le générique de Dragon Ball qui a apporté la petite touche amusante et pétillante à ce showcase de 50 minutes, reconduit le 7 juillet. Plaisant, relaxant, joliment chanté, il pouvait s'avérer un peu longuet dans une si grande salle où seuls les premiers rangs profitent de la gestuelle et des expressions subtiles des artistes, l'arrière du public étant qui-plus-est pollué par des bavardages intempestifs et fatals pour l'immersion. Chaleureusement applaudis par un public d'animes-fans plus âgé que la moyenne, Tanaka Kôhei et Iwao Junko ont - sans qu'on s'y attende vraiment - écrit l'une des belles pages du Live House édition 2012.






Momoiro Clover Z


A l'écoute de ses musiques pop criardes et enfantines, le profane les imaginerait avoir le même public enfantin que les Teletubbies, mais c'est une horde de mâles bien poilus au menton, ou au moins sous les bras, qui s'est pressée aux trois showcases du girlsband Momoiro Clover Z durant JAPAN EXPO 2012. Les groupes d'idols ont toutefois la particularité d'avoir une part de fanbase féminine en Europe et Momoiro Clover Z, avec son concept délirant de Bioman en jupette [NDLR : les escadrons de justiciers colorés appelés sentai], n'échappe pas à la règle.

En trois showcases à la setlist distincte (de quoi ravir les fans), les cinq adolescentes costumées ont interprété la plupart de leurs tubes en dansant sans discontinuer devant un public survolté, galvanisé par cette sensation de faire partie intégrante d'un spectacle son et lumière, que ce soit par les chorégraphies des bras (avec un ou plusieurs bâtons lumineux pour les mieux équipés) ou en assurant les chœurs (les fameux fanchants virils qui contrastent avec les piaillements des idols). Momoiro Clover Z a dépensé beaucoup d'énergie dans les chorégraphies de sa kermesse géante, en particulier durant le sportif Pinky Jones égayé de quelques pirouettes acrobatiques. On se laissait même presque entrainer par Mugen no Ai, générique de Mouretsu Pirates avec ses chorus masculins théâtraux, mais on ne pouvait s'empêcher de faire la comparaison avec d'autres idols asiatiques très en vogue actuellement : les girlsbands et boysbands coréens aux looks beaucoup mieux soignés, aux performances mieux synchronisées, et surtout aux chants autrement plus audibles. Le playback étant un autre débat, tout ce qu'on peut relever ici, ce sont les souffrances horribles provoquées par les cris atrocement faux des Momoiro Clover Z lors de "leurs interventions solo" durant l'intégralité de leurs showcases. Les connaisseurs de leur discographie étaient prévenus puisque les versions studio sont du même acabit. Après 40 minutes de live le jeudi, la dernière chanson Momoclo no Nippon Banzai poussait presque au suicide [NDLR : idée-cadeau pour les troupes de Bachar !]. Les refrains chantés en chœur étaient heureusement plus sympathiques ; avec les chorégraphies amusantes, ça nous empêchait de larguer les amarres. Depuis AKB48 devenu phénomène au Japon puis les Morning Musume., le standing des invitées idols de JAPAN EXPO diminue année après année et Momoiro Clover Z peut difficilement prétendre à une meilleure note dans notre dossier malgré l'ambiance et la satisfaction des fans hardcore.

Le show du vendredi 6 juillet s'avérait de nature très différente puisqu'il s'agissait principalement d'un talk-show dédié aux 20 ans de Sailor Moon, en liaison vidéo directe avec Roppongi au Japon où se trouvaient les comédiens de doublage de Sailor Moon et de l'homme masqué. Costumées comme les héroïnes du manga, les filles ont officialisé en exclusivité la diffusion en 2013 de la nouvelle série anime dont elles chanteront le générique. Avec l'interprétation de quatre titres seulement (dont une reprise du générique original de Sailor Moon), l'événement a surpris le public venu pour du live ; le caractère exceptionnel de la rencontre en duplex du Japon compensait néanmoins l'éventuelle déception.




Prof Sakamoto


Avec sa console Nintendo vissée sur la tête, Prof Sakamoto a vraiment l'air d'un type louche. Mais si vous y encastrez une cartouche (dans la console, pas ailleurs, bande de pervers !), il se met à jouer les thèmes musicaux du jeu correspondant sur son synthé. Artiste itinérant à JAPAN EXPO 2012, Prof Sakamoto a donné plusieurs petits showcases qui ont ravi les fans de rétro-gaming Nintendo période 8 et 16 bits, et les amateurs de musique 8bits/chiptune. Les joueurs qui ont ratissé de fond en comble les Mario, Final Fantasy et autres Castlevania de la NES et Super Famicom ont apprécié, en particulier les thèmes des boss finaux qui rappellent d'épiques souvenirs.






Idoling!!!


Cinq membres d'Idoling!!!, le girlsband créé par Fuji TV, sont arrivés à Paris la veille du talk-show Japan in Motion (une émission de la chaîne Nolife) programmé le 7 juillet sur la scène Japan Expo, avec la participation de plusieurs jeunes mannequins tokyoïtes et bien sûr de Kyary Pamyu Pamyu, la chanteuse au style guro-kawaii invitée d'honneur "mode" de JAPAN EXPO 2012. Le troupe au complet a drainé une foule impressionnante, et la salle d'environ 600 places, bondée, n'a bien évidemment pas pu accueillir tout le monde. Dommage pour les centaines de malheureux, journalistes inclus, qui n'ont pas fait la queue une bonne heure plus tôt...

La performance pop mignonette de 15 minutes des cinq Idoling!!!, d'abord fébriles, ne restera pas dans les annales, ponctuée d'hésitations et de problèmes de micro. Elles chantaient tout de même moins faux que Momoiro Clover Z, mais les chorégraphies simplistes, le manque de puissance vocale et les mélodies Kleenex ne jouaient pas en leur faveur. On aurait également pu se passer du sempiternel générique d'EVANGELION au couplet massacré par la sono asthmatique autant que par les idols aux capacités limitées. Reste le spectacle donné par une vingtaine d'ardents supporters aux premiers rangs : des fanchants et du wotagei (la danse des fans d'idols) toujours aussi impactants et indispensables pour l'ambiance !




>> La 2e partie de nos live reports JAPAN EXPO 2012 avec Hemenway, Anli Pollicino et DaizyStripper
>> LA 3e et dernière partie de nos live reports JAPAN EXPO 2012 avec Kyary Pamyu Pamyu, FLOW et ViRGO aka HAMMER


Dossier et photos réalisés par Eric Oudelet, Julie Carvalho, Camille Poulain, Colinda d'Andresy et Alice Barthélemy
Reproduction / réutilisation du reportage et des photos strictement interdite.
Remerciements : SEFA EVENTS / JAPAN EXPO









Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême