Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Kylee : interview à JAPAN EXPO le 5 juillet 2013

A 14 / 15 ans, Kylee était l'un de nos coups de cœur avec ses tous premiers singles et mini-album pop-rock indies. Aujourd'hui, la chanteuse mi-américaine mi-japonaise de 19 ans sort ses CD au Japon chez DefStar Records, un label de Sony. Elle rêve toujours d'une carrière internationale et son premier album 17 vient d'ailleurs de sortir au format digital dans 20 pays dont la France. Ce 5 juillet 2013, Kylee donnait son tout premier showcase en France au festival JAPAN EXPO près de Paris. La presse online l'a rencontrée un peu plus tôt dans l'après-midi, et nous y étions.

Kylee : Bonjour à tous, je suis ravie de vous rencontrer. Je m'appelle Kylee et je suis chanteuse au Japon, mais aussi aux Etats-Unis.

Presse : Quel a été le déclic pour vous lancer dans la chanson ?
Kylee :
J'ai chanté l'hymne américain à un match NBA à l'âge de 11 ans. C'était la première fois que je me produisais devant un large public, avec un micro et tout le reste... C'était si amusant, j'ai pris tellement de plaisir à chanter. Je n'étais pas du tout nerveuse. Tout était fantastique à ce moment-là, j'étais imprégnée de la musique. C'était vraiment émouvant et je voulais désormais chanter davantage. Le côté international est venu plus tard.

Presse : Vous avez sorti votre premier single Vacancy à seulement 14 ans. A cet âge-là, comment arrive-t-on à gérer à la fois sa vie d'adolescente, l'école et sa carrière musicale ?
Kylee :
A cette période, j'allais à l'école et on avait deux semaines de vacances tous les deux mois : vacances de printemps, d'été, d'automne et d'hiver. Pendant ces périodes de repos, on planifiait mes activités de chanteuse et j'allais au Japon où je faisais tout : enregistrement en studio, tournage de clips... Tout était soigneusement préparé car tout devait être bouclé durant ces périodes bien définies. Je retournais ensuite en cours, je faisais mes devoirs puis je repartais deux semaines, et ainsi de suite. C'était bien car très équilibré : je ne faisais ni trop d'étude, ni trop de chant. C'était parfait.



Presse : Quand vous avez commencé votre carrière, votre style était plus rock et vous aviez un groupe de musiciens. Une fois signée chez une major, votre son est devenu plus pop. Allez-vous revenir au rock dans le futur, ou préférez-vous maintenant la pop ?
Kylee :
Au début, c'était plus rock, puis ça a évolué vers la pop. D'après moi, c'est juste parce que j'étais très jeune et je n'étais pas sûre de ce que je voulais vraiment faire. J'aime les deux, le rock et la pop. Aujourd'hui, je voudrais mélanger ces deux "périodes" de ma vie, faire quelque chose qui soit à mi-chemin entre le rock et la pop.

Presse : Pourquoi avoir choisi le Japon pour faire carrière plutôt que les Etats-Unis ?
Kylee :
J'ai vécu toute mon enfance aux USA. J'y ai grandi, j'ai toujours parlé anglais... tout ça dans le mode de vie américain. Cependant, je n'ai pas tellement eu d'opportunités de développement parce que j'étais métisse : moitié japonaise, moitié américaine. Que se passerait-il si ma moitié japonaise "revenait à la maison" ? J'ai voulu en savoir plus sur cette partie de moi, sur la culture du Japon, le mode de vie... En plus, j'aime le Japon à cause de mes origines maternelles. Ma mère cuisinait japonais, regardait des films japonais... A la maison, je vivais dans un mélange de cultures américaine et japonaise. J'adore chanter japonais et je voulais en savoir plus. J'ai cherché un label sur le net avec ma mère, pour envoyer mes démos vidéo. On a trouvé une entreprise japonaise et on s'est dit "essayons, on envoie et on voit ce qui se passe". Ils nous ont répondu et on était super enthousiastes de pouvoir enfin démarrer. Au tout début, on pensait que ça se ferait peut-être un jour aux USA parce qu'on vit là-bas. Finalement, on s'est dit qu'il fallait tenter le Japon puisqu'il nous ont répondu positivement. Je n'ai jamais su comment tout ça allait évoluer. J'ai réfléchi, ça impliquait beaucoup de changements : l'école, revoir ma famille au Japon, ma mère, mes grands-parents, mes cousins, ma famille... J'aime le Japon et j'allais pouvoir y aller, j'adore voyager en plus ! Alors je me suis dit que ce serait cool d'aller y chanter.



Presse : Vous avez récemment donné votre premier vrai concert aux USA. Avec le recul, comment avez vous vécu cette expérience ?
Presse :
Chanter dans mon propre show aux USA était une expérience nouvelle et très cool. J'ai beaucoup appris, c'est très différent d'une représentation au Japon. J'ai beaucoup appris sur ce qui différencie les publics, c'est une véritable première étape dans l'optique de devenir une chanteuse aux USA et au niveau international. C'était une expérience que je n'oublierai jamais.

Presse : L'année dernière, vous avez contribué à l'albums de reprises de YUI dans lequel vous avez chanté My Generation. Comment avez-vous eu cette opportunité ?
Kylee :
Ils m'ont demandé si ça m'intéressait de participer au projet puisque j'aimais YUI. J'ai répondu "ouais, j'adorerais reprendre une des chansons !". J'ai choisi My Generation simplement parce que je m'amusait beaucoup à la chanter, elle est joyeuse et c'est mon style. J'étais excitée de me mettre au travail.

Presse : Vous aimez YUI et vous avez fait une reprise de My Generation. Comme vous adorez aussi Utada Hikaru, laquelle de ses chansons aimeriez-vous reprendre si vous en aviez l'occasion ?
Kylee :
Hum... Je pense que j'aimerais vraiment... Ah non, il y en a trop !... Ce serait entre Prisoner Of Love, Hikari... ou Simple and Clean, la version anglaise de Hikari.



Presse : Vous avez récemment fait une reprise de Just Give Me A Reason en duo avec Sam Tsui [NDLR : une "star" des reprises de chansons sur YouTube, lui aussi métisse]. Qu'est-ce que ça vous a apporté ? Avez-vous prévu d'autres collaborations ?
Kylee :
C'était vraiment par hasard, et aussi une sorte de première fois sur YouTube aux Etats-Unis. C'était aussi la première fois que je faisais plus de 2 millions de vues sur YouTube ! C'était cool et excitant ! En plus, comme j'avais beaucoup travaillé au Japon, je voulais vraiment refaire quelque chose aux USA. On a décidé de travaillé avec Kurt Schneider. Ce producteur nous a arrangé la chanson originale, nous a fait enregistrer en studio et filmer un clip. Tout s'est passé très vite mais c'était vraiment fun. Peut-être que je referai une reprise avec lui, peut-être avec une autre personne... Les collaborations, c'est cool !

Presse : Sur votre premier album 17, vous avez fait un titre avec la guitariste Orianthi. Comment l'avez-vous rencontrée et comment avez-vous décidé de faire cette excellente chanson ?
Kylee :
On ne s'était jamais réellement rencontrées auparavant. Elle travaillait au Japon sur le spectacle This Is It de Michael Jackson. Elle participait au projet, avec des danseurs... On s'est rencontrée et on a décidé d'enregistrer une chanson ensemble. C'est une expérience très cool de travailler avec une fantastique guitariste comme elle. D'habitude, quand on dit "collaboration", on pense à deux chanteurs, mais là, c'était chanteuse et guitariste. C'est une artiste guitariste expérimentée mais aussi une femme très féminine. Elle a les deux atouts combinés et j'aimais vraiment ça. D'une certaine manière, je voudrais moi aussi avoir ces qualités dans le monde de la chanson.











Le site officiel de Kylee :
www.kylee.jp

Compte rendu et photos : Eric Oudelet et Julie Carvalho
Remerciements : JAPAN EXPO, SEFA EVENTS et les autres media ayant participé à l'interview
Réutilisation du compte rendu et des photos strictement interdite.









Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême