Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

miwa en showcase à Paris pour Tohoku-wa : reportage et interview

La chanteuse et musicienne miwa était la petite vedette de l'événement Tohoku-wa, la renaissance, organisé au Champ de Mars à Paris le dernier week-end d'août 2014, trois ans après la catastrophe qui a dévasté la région au Nord-Est du Japon. Aux pieds de la Tour Eiffel et au milieu d'un chœur d'une centaine de lycéens du Tohoku, miwa a interprété l'hymne qu'elle a spécialement composé pour cette fête porteuse d'espoir et d'optimisme.

Née en juin 90 dans la préfecture de Kanagawa, miwa a commencé à composer dès 15 ans. En 2011 et alors qu'elle n'avait que 21 ans, la chanteuse pop réussissait une performance rare : être numéro 1 au top Oricon hebdomadaire avec son premier album guitarissimo. L'année précédente, peu de temps après son premier single, la petite miwa (1m49) se révélait auprès du grand public nippon et des fans d'anime du monde entier grâce à chAngE, 12ème générique de BLEACH. Appréciée des jeunes, elle a été plébiscitée par les lycéens de la région de Tohoku, chargés de préparer l'événement Tohoku-wa à Paris sous l'égide de l'OCDE. Ce festival aux airs de kermesse, convivial et réellement efficace pour restaurer l'image de la région sinistrée, s'est déroulé en plein air au Champ de Mars les 30 et 31 août 2014, et nous vous invitons à le (re)découvrir à travers notre reportage publié courant septembre.





Voir une chanteuse de Jpop connue en concert à Paris, ça n'arrive pas tous les jours ! Malheureusement pour miwa, peu de fans français ont pu en profiter puisque Tohoku-wa n'a bénéficié de quasiment aucune promotion, le programme et la participation de la chanteuse n'étant révélés sur le site français que quelques heures avant l'inauguration. Les informations ont par contre été diffusées en avance sur le site japonais et les media nippons ont déployé de gros moyens pour sa couverture. L'événement semblait de ce fait privilégier le public japonais, puis les touristes de passage. Invitée le samedi pour l'inauguration et un showcase, miwa a fait l'unanimité auprès des fans, informés par les réseaux sociaux et les sites spécialisés, et des curieux.

miwa a interprété pour la première fois Kibô no WA, le bel hymne de Tohoku-Wa qui sortira en single le 12 novembre 2014, entourée d'un chœur de lycéens submergés par l'émotion. Après les témoignages de sinistrés rescapés et les instants de recueillement pendant la cérémonie d'ouverture, les larmes coulaient sur les visages des jeunes Japonais et de certains spectateurs. Un instant mémorable qui vit ensuite le départ inattendu de miwa, alors que le programme annonçait son showcase. Désappointée, une partie des fans s'en allait déjeuner, loupant hélas son retour impromptu avec près d'une heure de retard sur le programme pour le mini-concert tant attendu.





A la guitare et accompagnée de sa pianiste, la souriante miwa a chanté Hikari E puis le hit chAngE, générique du très populaire anime BLEACH, avant de reprendre Poupée de cire, poupée de son (de France Gall) en français et en japonais, clin d'œil mignon au public parisien. La ballade fédératrice True Colors (de Cyndi Lauper) en anglais, fut le magnifique point d'orgue de sa courte prestation devant la Tour Eiffel, bien évidemment applaudie par les quelques 400 spectateurs.

Il fallait avoir de la chance pour apprécier en live cette première apparition publique de miwa à Paris. Rares sont les concerts de chanteuses Jpop connues en France, et les fans, qui attendaient pourtant sa venue depuis des années, ont du se montrer très réactifs face à l'annonce trop tardive, avant de devoir déjouer les embuches de la programmation, étonnamment pas respectée par des Japonais presque aussi perdus dans leur communication qu'à Fukushima... Les malchanceux auront peut-être une occasion de revoir l'artiste si le souhait évoqué en interview (ci-dessous) se réalise. Quant aux Japonais, ils pourront apprécier les débuts de miwa au cinéma dans le film Maestro, inspiré du manga éponyme, le 31 janvier 2015 !


Eric Oudelet





Setlist miwa à Tohoku-wa à Paris :
01 - Kibô no WA
02 - Hikari E
03 - chAngE
04 - Poupée de cire, poupée de son (France Gall)
05 - True Colors (reprise de Cyndi Lauper)


Interview avec miwa et deux délégués des élèves après le showcase


Orient-Extrême : Bonjour à tous les trois. une petite présentation s'impose !
miwa :
Bonjour, je suis miwa. A 15 ans, j'ai commencé à composer mes propres morceaux. A 17 ans, j'ai chanté pour la première fois dans une salle de concert. A 19 ans, j'ai sorti mon premier single major, don't cry anymore... Maintenant j'ai 24 ans. Je suis encore jeune ?
Sato Riku, 18 ans : Je m'appelle Sato Riku, leader des lycéens de l'école OCDE de Fukushima, et je suis en terminale.
Mayu : je m'appelle Mayu, sous-chef des lycéens de l'école OCDE de Sendai. Je suis en première.

Orient-Extrême : Quel message venez-vous porter à l'occasion de l'événement Tohoku-wa à Paris ?
miwa :
Depuis le terrible tremblement de terre, nous essayons d'aller de l'avant en restant optimistes et solidaires. En tant qu'artiste, je souhaite transmettre cette volonté et cette image de sourire retrouvé aux peuples du monde entier.



Orient-Extrême : Mayu et Riku, quelles sont les lieux à visiter ou les spécialités à découvrir dans votre région ? Conseillez nos lecteurs !
Mayu :
Dans ma région, la mer est magnifique et le poisson très bon. J'aimerais que les gens viennent la visiter.
Sato Riku : Ma région est connue pour ses histoires de samouraïs et de ninjas. Les étrangers adorent et cet aspect historique devrait les passionner.

Orient-Extrême : Trois ans après le tremblement de terre, le tsunami et la catastrophe de Fukushima, est-ce que le Japon a tiré un enseignement de ces événements ? Est-ce que des changements sont survenus ?
Sato Riku :
Cela fait trois ans que le tremblement de terre a eu lieu, et ça a eu une incidence terrible sur la vie quotidienne de la population. Il faut maintenant mener une grande réflexion sur la façon de se protéger au cas où un tel événement serait amené à se reproduire.

Orient-Extrême : miwa, qu'avez-vous pensé de la réaction du public au showcase de ce samedi, et comment ça s'est passé hier quand vous avez improvisé un street live dans les rues de Paris ?
miwa :
Je suis venue à Paris pour participer à l'événement Tohoku-wa et je suis très heureuse de pouvoir communiquer avec des gens que je ne connaissais pas, notamment des étrangers. Hier, j'ai vécu une expérience formidable quand j'ai joué dans la rue, près de l'Hôtel de Ville. C'était un peu improvisé, très naturel, et une jeune femme est venue m'embrasser après ma prestation. J'ai eu un très bon contact avec les spectateurs !



Orient-Extrême : Envisagez-vous de revenir pour donner un vrai concert en France ? Les fans français attendent cela depuis longtemps.
miwa :
J'aimerais avoir la chance de revenir et de chanter à nouveau en France, par exemple à JAPAN EXPO.

Orient-Extrême : Quelles impressions allez-vous garder de Paris ?
miwa :
Je trouve que Paris est une ville magnifique, remplie d'Histoire et de vieux édifices. Je peux maintenant dire que je l'ai vue de mes propres yeux.



Photos : Ekin et Eric Oudelet (sauf photo à l'Hôtel de Ville)
Remerciement : Place Grand Public
Reproduction / réutilisation des photos et / ou du compte rendu strictement interdite.











Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême