Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Onmyouza : conférence de presse du 29 septembre 2005 à Paris

Onmyouza est un groupe peu connu en Europe même parmi les fervents adeptes du visual-kei. Les quatre musiciens aux cheveux longs et leur distinguée chanteuse viennent pourtant de faire leurs premiers pas sur le vieux continent avec trois concerts, à Bruxelles, à Paris et à Francfort au début de l'automne. La conférence de presse donnée au Hard Rock Café la veille du concert parisien n'était pas un luxe pour faire la lumière sur ce groupe un peu atypique.


Le nouveau single...

Onmyouza ne vous dit peut être rien, pourtant il est possible que certains d'entre vous aient déjà entendu leur nouveau single, Kouga Ninpou Chou sorti le 27 avril dernier, celui-ci servant de générique de début à l'anime Basilisk. Quelques questions sur ce sujet étaient donc de circonstance et les réponses brèves du leader placide Matatabi nous apprennent le pourquoi du comment de cette affaire.

Son groupe a fait le générique de cet anime parce qu'il apprécie énormément la nouvelle qui en est la base : Kouga Ninpou Chou de Fuutarou Yamada, novelliste connu pour ses histoires de ninja. Il se dit d'ailleurs tout à fait prêt pour refaire un générique si il se présente un autre anime dont l'univers convienne à celui de Onmyouza.

Le vif du sujet : les concerts

Lorsqu'on se retrouve devant un groupe qui remplit des grandes salles dans son pays mais qui vient tout juste de faire son premier concert sur notre continent, ce sont toujours les mêmes questions qui nous brûlent les lèvres : pourquoi sont-ils venus ? Quelles sont leurs premières impressions ?.. C'est encore le leader, bassiste et chanteur Matatabi qui répond à nos grandes interrogations.



Si Onmyouza nous gratifie de quelques concerts, c'est simplement parce que nous, européens, en avons émis la volonté. L'idée les a intéressés, l'expérience leur paraissait bonne, et les voilà pour trois dates sur le vieux continent. Comme à chaque tournée, ils étaient ravis de pouvoir se produire sur scène même si ils n'avaient aucune idée de ce sur "quoi" ils allaient tomber en matière de public, ne sachant pas jusqu'ici qu'Onmyouza avait des fans en dehors du Japon. La chanteuse Kuroneko affirme tout de même être tout a fait prête à jouer avec le public parisien de la même façon qu'au japon si celui-ci répond présent, en particulier avec le jeu des éventails !



Introduction au concept "Onmyouza"

Onmyouza a donc une particularité, le vocal principal est une femme : Kuroneko. La chose est assez rare dans ce style de musique au Japon et soulève forcement quelques interrogations. Les réponses nous révèlent alors une partie du concept du groupe : "Onmyou" fait référence au yin et au yang, ainsi ils cherchent à faire ressortir l'idée de "dualité" dans chaque élément de leur univers en commençant par le duo chanteur/chanteuse. Mais le plus flagrant est certainement l'association d'un visuel qui s'inspire de l'époque Heian, période culminante de la culture de cours au Japon et d'un son heavy metal un peu vieille école. On découvre aussi un autre paradoxe lorsque Matatabi confie s'inspirer des vieilles histoires japonaises pour écrire les chansons d’Onmyouza, quand il ne puise pas directement dans sa vision du monde et ses sentiments.

Comprendre "Onmyouza" nécessite donc quelques explications, alors, comment transmettre un concept aussi ancré dans la culture japonaise au public européen ? La réponse est claire, il faudra qu'il vienne chercher de lui même les clefs de l'univers de groupe ; hors de question pour le leader de passer par une traduction qui dénaturerait sans doute les paroles, le message et tout le monde d'Onmyouza.



Après cette réponse ferme, on aborde des questions un peu plus... divertissantes, l'atmosphère se fait plus légère. Quels sont donc leurs goûts musicaux en matière de musique occidentale ? Chacun des musiciens cite quelques noms : Metallica, Judas Priest, Dream Theater, Gary Moor... Kuroneko explique quant à elle qu'elle s'attache à la mélodie, aux paroles de certaines chansons mais n'affectionne pas un genre ou en groupe en particulier. Question suivante ; pourquoi donc les guitaristes jouent-ils de la guitare, le bassiste de la basse, le batteur de la batterie ? Matatabi répond humblement qu'il a choisit la basse pour pouvoir chanter tout en jouant d'un instrument, les deux guitaristes, Maneki et Karukan se contentent de dire que la guitare c'est "cool" et le batteur, Tora avoue vouloir contrecarrer les guitaristes en jouant de la batterie. Kuroneko à qui l'on a demandé si elle avait pris des cours de chant, répond simplement que non, et qu'elle espère pouvoir continuer à chanter ainsi sans avoir à s'entraîner.



Cette journée de premier contact avec les français se finit pour le groupe par une séance de dédicace où l'on pouvait également se procurer quelques goodies malgré la rafle des belges (la plupart des articles étaient en rupture de stock avant même d'atteindre la frontière française). Kuroneko semble avoir échappé à la séance "bise" et comme elle l'espérait, les fans de Onmyouza se sont bien tenus. On attend maintenant de leurs nouvelles, nous ayant confié qu'ils étaient loins d'être contre une plus grande tournée... mais tout dépendra de l'accueil du public européen. Affaire à suivre.

Lorraine Edwards



Site officiel du groupe : www.onmyo-za.net
Remerciements : Paris Visual Prod.
Crédits photos : Eric Oudelet (dernière photo par Lorraine Edwards)

Toute reproduction ou réutilisation de l’article et/ou des photos est strictement interdite.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême