Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

EUTHANASIE : reportage sur le concert parisien du 5 décembre 2006

Mardi 5 décembre 2006, le groupe de digital new wave EUTHANASIE est de passage à Paris dans le cadre de sa première tournée européenne pour un concert dans la petite salle du Palais Bar. Bien que le public soit trop peu nombreux à se déplacer pour un groupe de la trempe d’EUTHANASIE, certes peu connu mais digne d’intérêt (manque de publicité, rude concurrence au niveau des concerts avec notamment Merry le dimanche précédent, et très prochainement MONO et kagerou…), ceux qui ont répondu présents connaissent le groupe sur le bout des doigts. De même, les trois artistes japonais identifient aussitôt leurs fans, l’ambiance devient alors immédiatement conviviale et très amicale. Si le public, composé majoritairement de filles, ne se lâchera vraiment que vers la fin du spectacle, le groupe enflamme la scène dès la première chanson ! Ils offrent un show dynamique, envoûtant et… sensuel !



Promenant leur musique électro rock new wave très expressive, aux sons variés et aux mélodies tantôt mélancoliques tantôt dynamiques, EUTHANASIE est arrivé lundi dans la capitale. L’organisateur de la tournée, Nanimato, avait prévu une petite séance de dédicaces qui s’est tenue dans la nouvelle boutique de mode japonaise Harajuku. A cause de -ou "grâce à…" !- la petite affluence, les personnes présentes ont eu le temps de faire signer tous leurs goodies et de discuter longuement avec le groupe très sympathique. Andro (le chanteur) et Yoshiki (qui ne joue plus de la guitare mais s’occupe du clavier et de la programmation pour EUTHANASIE) sont très ouverts et plutôt bons en anglais. Ils parlent aussi bien de leurs impressions concernant le début de cette première tournée européenne (ils ont été très bien accueillis en Russie) que de ce qu’ils ont mangé la veille (une raclette qu’ils ont apparemment bien appréciée). Les dédicaces sont suivies d’une séance photo puis d’une bonne nuit de sommeil afin d’être en forme pour le concert du lendemain, ouverture des portes 20h30.



Le mardi 5, après une première partie rock gothique avec les parisiens Black Flower Child, dont les chansons sont énergiques mais l’attitude globale un peu timide, Yoshiki, N@o et Andro se mettent en place sur scène avec une rapidité et une efficacité incroyable. Le concert débute avec Ringetsu et un Andro aux grands yeux noirs maquillés, vêtu d’un kimono ultra court et d’un pantalon en bas résille super sexy. Difficile de ne pas être tout émoustillé devant une telle vision, les cris des fans en témoignent. Yoshiki et N@o, tout aussi bien accueillis (les filles avaient du coffre), rejoignent ensuite leur chanteur pour Angel’s Trumpet, l’un des plus beaux morceaux sentimentaux du groupe. Devant un public bien présent qui les dévore des yeux, les trois compères vont ensuite enchaîner tous les titres de leur répertoire issus des mini albums Savage Messiah, Gloomy Sunday et Queer Chronicle, nous offrant même un extra avec une reprise d’Enola Gay d’Orchestra Manœuvre in the Dark. Si N@o reste discret et dans l’ombre, Andro et Yoshiki s’affichent clairement sur le devant de la scène. Niveau charisme et prestance, Andro égale largement Mako de feue deadman. Ses costumes de scène mi-traditionnels mi-modernes sont très travaillés, son déhanché très fluide et il sait haranguer le public avec une attitude dynamique et charmeuse. Yoshiki, quant à lui, assure la programmation et le clavier, le tout en murmurant les paroles des chansons et en se démenant comme un beau diable devant son synthé et son ordinateur. On voit qu’il aime les chansons qu’il joue. N@o maîtrise sa gratte et ne se lâchera vraiment qu’une seule fois pendant le concert. Le reste du temps, il regarde un peu timidement le public tout proche.



Les membres d’EUTHANASIE parlent anglais et c’est vraiment un bonheur de pouvoir converser avec eux. Andro et Yoshiki se risquent même à plusieurs "Merci Paris !", "Je t’aime Paris !" dans un français impeccable. Lors de la pause, pendant qu’Andro se change et N@o se rafraîchit, Yoshiki s’empare du micro et s’offre une petite discussion sympathique avec son public. Il est tout excité et parle très vite mais tout le monde comprend son anglais et les réactions ne se font donc pas attendre. Lorsqu’Andro revient sur scène, il a troqué son kimono ras des fesses contre un superbe kimono long stylé et modernisé, tout noir, se fermant avec une fermeture éclair et avec des dessins de fœtus blancs hypnotisant sur les manches. Un habit taillé sur mesure pour cette personnalité extravertie et captivante. Le groupe redouble alors d’énergie et de bonne humeur, lançant des ballons en forme de lapin pour jouer avec le public. Yoshiki se jette même dans la foule à la surprise de tous, action osée qui a pour effet de définitivement libérer les filles de leurs dernières inhibitions. Le plus époustouflant reste cependant le rappel pour lequel le groupe joue la chanson la plus réclamée, ici Delusion a go go !. EUTHANASIE demande alors à tous ses "amis" (terme exact employé par Andro et Yoshiki) de se rapprocher de la scène. Ravis d’entendre à nouveau leur morceau préféré et d’être aussi près des trois musiciens, les spectateurs restent ébaubis en voyant Andro venir se mêler à eux, en prendre trois par la main et les entraîner sur scène. Il fait de même avec la moitié de la salle, mélangeant le groupe à son public et terminant le concert en méga boum party, la frontière entre les "stars" et les fans étant complètement abolie. On a rarement vu une fin de concert aussi joyeuse.



EUTHANASIE salue ensuite son public et retourne humblement dans sa "loge", située juste en face du stand goodies. On note d’ailleurs le prix très abordable des articles (trois CD pour 15 euros, le t-shirt de la tournée à 10 euros, etc.). Le groupe se change lentement entre les compliments des fans qui n’hésitent pas à venir les voir pour leur serrer la main et leur exprimer toute leur gratitude en anglais, voir en japonais pour certain. EUTHANASIE est un trio accessible avec un très fort potentiel, à la créativité infinie et d’une gentillesse incroyable. Ils méritaient plus de monde et une meilleure salle. Espérons que c’est ce qu’ils obtiendront s’ils reviennent nous voir pour promouvoir leur futur premier album.

Gwenaelle Durand


L'interview de Yoshiki avant la tournée :
www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique&sub=artistes&article=505
Le reportage sur le concert de Marseille et interview du groupe :
www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique&sub=artistes&article=536
Le site officiel d’EUTHANASIE :
http://antimass.cool.ne.jp
Remerciement : Nanimato
Photos : Gwenaelle Durand
Toute reproduction ou réutilisation des photos ou du reportage est strictement interdite.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême