Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

the studs : interview le 17 juin 2007 au lendemain du concert à la Maroquinerie

C’est le lendemain midi de leur concert parisien à la Maroquinerie -le premier et le seul du groupe en Europe- que nous avons eu le plaisir de rencontrer the studs au complet pour une petite interview décontractée. Sans fard ni fioriture, c’est pour la plupart la clope au bec que Hibiki, Daisuke, Yukino et Aie ont répondu à nos questions. Au programme, explications sur la création et l’état d’esprit de ce nouveau groupe rock japonais, et retours avec enthousiasme (contenu) sur le concert de la veille.


Orient-Extrême : Comment présenteriez-vous the studs ? Quels en sont les concepts-clés ?
Aie : the studs un groupe qui se veut profondément humain, dans tous les sens du terme, ce qui inclut les mauvais côtés de l’Homme. Nous ne voulons pas d’artifice, ni essayer de frimer… Nous acceptons les erreurs et tous les mauvais côtés de l’être humain. Nous faisont partie de ces gens qui jouent de la musique en ne pensant qu’à s’éclater et cet état d’esprit doit se retranscrire dans leur son.

Orient-Extrême : Auparavant, mis à part Daisuke, vous avez déjà joué tous ensemble [NDLR : Aie, Yukino et Hibiki ont tous les trois fait partie du groupe kein]. Comment se sont passées les retrouvailles ? Comment avez-vous intégré Daisuke ?
Aie : Effectivement, on a joué ensemble dans le passé, mais en fait, ce n’est pas vraiment Daisuke qui a été ajouté… Je le connaissais déjà, c’était un pote, et on s’est retrouvé avec Yukino pour discuter d’un groupe. Il nous manquait un batteur et on s’est dit : "Bon… Il y a Hibiki qui glande en ce moment… Tant pis, on n’a pas le choix, on va le prendre."
Rire général du groupe, y compris de l’intéressé.
Aie : Nous avons donc invité Hibiki à nous rejoindre pour former le groupe. Mais il faut qu’il progresse ! J’espère qu’il va bien continuer à s’entraîner parce que c’est un peu un boulet.
Tout le monde rigole à nouveau.

Orient-Extrême : Vous avez tous changé de groupe au moins une fois, comment avez-vous vécu ces déménagements ? Votre association pour the studs a-t-elle été facile ?
Daisuke : C’est quelque chose de naturel, qui n’entraîne aucun sentiment précis. Il ne s’agissait pas de choix imposés. Par conséquent, quand on change de groupe et que l’on se met avec quelqu’un avec qui on avait envie de faire la musique, ce n’est pas un passage difficile. On n’est pas tenu de le faire, on le veut, donc tout se passe bien.
Le reste du groupe approuve d’un signe de tête.

Orient-Extrême : Est-ce que vos expériences passées dans vos anciens groupes ont encore aujourd’hui une influence significative, de quelque manière que ce soit, dans the studs ?
Aie : Tous autant que nous sommes, nous avons toujours eu les mêmes envies, les mêmes influences, la même manière de penser la musique. Plus qu’une influence que l’on aurait subi des groupes, ce sont nos différents groupes qui ont subi nos influences. Quand on s’est rencontré tous les quatre, nos pensées communes ont formé the studs.

Orient-Extrême : Êtes-vous toujours en contact avec certains de vos anciens compagnons de scène ? Ou font-ils partie du passé ?
Hibiki : Nous sommes tous restés très potes. On va régulièrement boire un coup ensemble. Ce n’est pas parce que l’on ne fait plus de musique ensemble qu’on ne s’entend plus.

Orient-Extrême : Sur votre premier CD studs, bien que la base soit toujours rock, on trouve des accords funky dans thursday ou pop dans false the skin. On a l’impression que vous essayez d’intégrer différents styles de musique par petites touches.
Aie : Effectivement, sur plusieurs chansons on sent des influences différentes. Plus qu’une véritable volonté de rajouter des petites touches de-ci ou de-là, cela se fait naturellement, tout en authenticité et honnêteté. C’est notre crédo en fait. On lâche nos idées, on les mélange ensemble et ça donne ce que ça donne. Après si cela tend à aller vers un style musical… ce n’est pas spécialement voulu.

Orient-Extrême : Toujours dans studs, certaines chansons sonnent plus masculines et violentes (comme disclosure) que d’autres qui semblent s’adresser à un public plus large, comme false the skin ou tonight is the night. Est-ce que, consciemment, vous avez envie de toucher plus de personnes avec votre musique qu’avec vos précédents groupes [NDLR : on pense ici à deadman en particulier] ?
Aie : Hmm… Hmmmm…. Quand je faisais partie de deadman, j’étais plus fermé, j’avais un état d’esprit plus sombre. Maintenant, je me suis calmé, je suis plus compréhensif, j’ai évolué naturellement et je me suis ouvert. En plus, je joue avec de nouveaux musiciens. Tout cela m’amène donc forcément à quelque chose de différent. Cette nouvelle alchimie entraîne la création de chansons plus violentes ou plus accessibles, mais elles sont créées sans aucune volonté ou réflexion sur un éventuel public spécifique à toucher.

Orient-Extrême : Vous entamez une tournée à peine votre premier maxi single, studs, sorti. Ce CD comprend six chansons dans sa version européenne. Lors du concert de Paris hier soir, vous avez joué des chansons inédites. Est-ce que nous les retrouverons sur un futur CD ?
Daisuke : Ça devrait arriver cette année.

Orient-Extrême : Pourquoi avoir décidé de vous ouvrir à l’international dès la création du groupe (avec une sortie CD mondiale et une première tournée avec une date parisienne) ?
Hibiki : Nous avons fait un concert à Paris car notre planning nous le permettait. Durant l’automne prochain, nous souhaitons sortir un nouveau CD, on aimerait qu’il soit vendu à l’international, et il serait peut-être suivi d’une tournée européenne, donc ça rentre dans un processus logique.

Orient-Extrême : Pourquoi avoir choisi la France pour votre seule date européenne ?
Les membres du groupe restent muets un instant puis discutent entre eux avant de nous donner une réponse qui semble les satisfaire.
Aie : Quand j’étais venu la dernière fois à Paris [NDLR : deadman au Trabendo], même si ce n’était pas avec le même groupe, j’avais vraiment beaucoup apprécié l’accueil du public français. Comme on avait l’occasion de refaire une date à l’étranger, je me suis dis que ce serait sympa de revivre l’expérience française…

Orient-Extrême : Daisuke et Aie, vous êtes déjà venus en Europe. Yukino et Hibiki, c’est votre première fois ?
Hibiki et Yukino avec des grands hochements de tête : Oui.

Orient-Extrême : Quelle est votre première impression ?
Hibiki : J’aime beaucoup les constructions, l’architecture, c’est vraiment beau et différent de chez nous. Je me suis baladé dans la rue avec le responsable de GAN-SHIN FRANCE (l’organisateur du concert), il m’avait appris quelques mots… Pas grand-chose, juste dire "bonsoir", par exemple. Du coup, j’ai dit "bonsoir" à tous les gens que je croisais dans la rue, et beaucoup m’ont répondu ! J’ai été très touché parce qu’on ne m’aurait pas répondu au Japon, on ne m’aurait même pas regardé. Cela m’a beaucoup ému.
Yukino : J’ai eu une très bonne impression de la France. Les bâtiments sont très jolis. Et même si on ne peut pas se comprendre à travers les mots, on ressent une volonté de la part des gens de vouloir communiquer. Même si on ne parle pas la même langue, on arrive tout de même à échanger indirectement, par le biais d’expressions ou autres. Je l’ai ressenti aussi pendant le concert et ça me donne très envie de revenir !

Orient-Extrême : Entre votre concert parisien et votre prochain concert japonais, à Kanagawa, il y a une semaine d’écart. Allez-vous profiter de cet intervalle pour visiter la France… ou l’Europe ?
Aie : Nous devons repartir demain soir. Aujourd’hui, nous avons encore beaucoup de travail [NDLR : dont des dédicaces au Hard Rock Café], mais on aura peut-être le temps de visiter un peu la ville demain matin et en début d’après-midi.

Orient-Extrême : Quels sentiments gardez-vous par rapport au concert d’hier soir ? En êtes-vous satisfaits ?
Tous : Oui ! C’était très sympa.

Orient-Extrême : Daisuke et Aie, vous êtes déjà connus en Europe [NDLR : Daisuke était le chanteur de kagerou et Aie le guitariste de deadman] et vous avez déjà fait des concerts dans l’hexagone. Pensez-vous que les fans de kagerou et deadman se sont retrouvés dans votre nouveau groupe ?
Aie (en riant puis en répondant avec détermination) : Nous avons chacun nos fans. Là, on se regroupe ensemble, et oui, on pense pouvoir les garder !

Orient-Extrême : Voulez-vous enfin dire quelques mots plus personnels à vos fans français ?
Aie : Hier, l’ambiance était géniale et j’aimerais vraiment revenir rapidement en France, avant que les fans ou moi-même n’oubliions ces émotions-là.
Yukino : Hier, c’était tellement bien que je serais capable de refaire un live dès ce soir ! L’ambiance était excellentissime. Il y avait tellement d’énergie, cela me motive beaucoup pour revenir très vite !
Daisuke : J’aimerais revenir rapidement… cette année… pour revoir tous les amis que j’ai ici et ce beau pays qu’est la France ! Cela me rendrait vraiment heureux !
Hibiki : Ça m’a tellement plu que j’emménagerais bien ici !


Interview réalisée le 17 juin 2007 à Paris par Gwenaelle Durand.
Remerciements : GAN-SHIN FRANCE
Toute reproduction ou réutilisation est strictement interdite.
Photo © GAN-SHIN FRANCE









-- Interview the studs - english version --

Orient-Extrême : How would you describe the studs? What are the band’s crucial concepts ?
Aie : It’s a band that wants to be deeply human, in every meaning of the word, including the bad sides of mankind. We don’t want any artifices neither we want to try to act as kings, we just accept the mistakes and all the dark sides of the human being. We are people that play music, only thinking about having fun, and this should be shown through the sound.

Orient-Extrême : Except Daisuke, you had already play all together before, [Aie, Yukino and Hibiki were members of the band kein]. How did the reunion go on ? How did was Daisuke integrated to the band ?
Aie : It’s true that we’ve played together in the past, but it’s not that Daisuke was added. I already knew Daisuke, he’s a friend, and we met with Yukino to discuss about a potential new band. We were out of drummer so we thought : "Well Hibiki’s fritting away his time at the moment… Too bad ! There’s no choice ! We have to pick him !"
General laugh of the band.
Aie : So we contacted Hibiki and the studs was formed. But he needs to progress. I hope he will continue to exercise with tenacity because he’s a little dumb.
Everybody laugh again.

Orient-Extrême : You all switched band at least once, how did you live these changes ? Was your association for the studs easy ?
Daisuke : It’s something natural ; it doesn’t lead to any precise feeling. The changes are not imposed choices so when we change of band and we form a new one with someone we wanted to play music with anyway, it’s not a difficult path. We do not have to do it, we want it, and so everything goes well.
The rest of the band nods.

Orient-Extrême : Did your past experiences in your ex-bands still have a significant influence today, in whatever way, in the studs ?
Aie : All as we are, we always had the same desires, same influences and the same way of thinking about music. More than being under the influence of our ex bands, it’s more likely the bands that were under our influences. When the four of us met, our commune thoughts formed the studs.

Orient-Extrême : Are you still in contact with your ex colleagues ? Or are they part of the past?
Hibiki : We all stayed buddies. We regularly go in bars to share a drink together. It’s not because we don’t play together that we don’t get along anymore.

Orient-Extrême : In studs, even though the basis of the music is still rock, there are funky chords in thursday or pop chords in false the skin. It seems that you are trying to integrate different styles of music by hints.
Aie : Indeed on several songs one can feel different influences. More than a real will to add little hints here and there, it happens naturally, totally authentically and with honesty. In fact it’s our creed. We let out our ideas, we mix them and the result is what it is. After, if it tends to approach a certain style of music… it’s not especially wanted.

Orient-Extrême : In studs, some songs sound more manly and violent (like disclosure) than others which seems to aim at a larger audience, like false the skin or tonight is the night. Is it consciously that you want to touch more people with your music that with your previous bands for example [we specifically think about deadman here]?
Aie : Hmm… Hmmmm…. When I was playing with deadman I was withdrawn, I was in a dark mood. Now I calmed down, I’m more understanding, I evolved naturally and I opened to the world. Moreover now I play with different musicians, so it obviously brings something new. Combined to a new alchemy within myself, it brought about the creation of new songs more violent or more accessible, but they were all created without the will… nor the thought about what audience we wanted to touch.

Orient-Extrême : You’ve been starting a tour while your first maxi single, studs, was just released. This maxi single is counting six songs in its European version. During your live show in Paris last night, you performed original songs. Will those songs appear on a future CD ?
Daisuke : It should happen this year.

Orient-Extrême : Why did you decide to open to the international market from start ?
Hibiki : Concerning the Paris live show, it’s just that our planning allowed us to do it. Moreover, this autumn we would like to release a new CD. We would like it to be sold in foreign countries, and it may be followed by a European tour, so it totally comes into a logical process to do so.

Orient-Extrême : Why did you choose France to do your only one European date ?
The bands members stay quiet for a bit then talk among them to find an answer than would satisfy them.
Aie : When I first came to France with my previous band [deadman at the Trabendo], even if it wasn’t the same band, I really appreciated the welcome of the French audience, and as we had the opportunity to do another date abroad, I thought that it could be cool to live the French experience again.

Orient-Extrême : For Daisuke and Aie, it is not the first time that they are coming to Europe, but maybe it is for Yukino and Hibiki ?
Hibiki and Yukino nodding : Yes it is.

Orient-Extrême : What is your first impression?
Hibiki : I really like the buildings, the architecture; it is really beautiful and different from home. Once I walked in the streets with GAN-SHIN FRANCE’s boss, he has taught me a few words like "Bonsoir" and such. As a result, I said "Bonsoir" to every French people I was passing by in the street, and a lot of them greeted me back. I was really touched because in Japan, nobody would have answered me, and looked at me even less. It really moved me.
Yukino : I also had a very good impression of France. The monuments are really beautiful. And even if we can’t understand each other through words, you can feel the will to communicate from the people. Even if we don’t speak the same language, we still succeed in having an exchange, indirectly, by expressions and such. I even feel it during the live show, and this really gives me the desire to come back !

Orient-Extrême : Between your live show in Paris and your next live show in Japan, Kanagawa, there is a gap of a week long. Will you take advantage of this time to visit France or Europe ?
Aie : We have to go back home tomorrow. Today is very busy with work but tomorrow we may have the time to visit the city during the morning and the afternoon.

Orient-Extrême : What are your feelings concerning last night’s concert ? Did you enjoy it ?
All : Yes ! It was really great.

Orient-Extrême : Daisuke and Aie, you are already known in Europe [Daisuke was kagerou singer and Aie was deadman guitarist]. You’ve already performed live shows in France. Do you think that your respective fans are following you in your new band ?
Aie (laughing, and answers with determination) : Each of us has his fans, now we are playing together, and yes, we think we will succeed in keeping our fans !

Orient-Extrême : Do you have any special messages for your French fans ?
Aie : Yesterday the atmosphere was excellent and I would really like to come back quickly to France, before our fans or myself forget those strong emotions.
Yukino : Yesterday was so great that I could perform a new live show tonight ! The atmosphere was fantastic. There was so much energy ; it really boosts me to come back quickly !
Daisuke : I would like to come back very soon… this year… to see again all the friends that I have here and the beautiful country that France is. This would make me very happy !
Hibiki : I enjoyed it so much that I would like to stay here and live in Paris !


June 17, 2007 in Paris. Gwenaelle Durand.
Special thanks : GAN-SHIN FRANCE
Any reproduction is strictly prohibited.
Photo © GAN-SHIN FRANCE
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême