Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

HALCALI : double interview à JAPAN EXPO 8 les 6 et 8 juillet 2007

Quand deux fofolles comme le duo hip pop HALCALI débarque en France, on ne peut pas le louper ! Haruka et Yukari, deux amies d’enfance dont le potentiel commun fut révélé dans un concours de rap organisé par des membres de RIP SLYME en 2002, étaient en effet du voyage pour la grand messe JAPAN EXPO début juillet 2007. Leur planning contenait non seulement un mini concert et des dédicaces, mais aussi d’autres activités secrètes telles un live sauvage dans les rues de Paris et un reportage à tourner pour la télé nipponne… Orient-Extrême avait bien sûr pris rendez-vous avec les demoiselles pour une interview privée peu avant leur concert du 8 juillet, mais a pu, en bonus, participer de façon plus improvisée à une autre rencontre avec le duo, deux jours auparavant, en compagnie d’une envoyée spéciale d’Ip-Paï (une émission de la radio "Fréquence Mutine"). Commençons par le compte rendu de celle-ci…



L’interview HALCALI / Orient-Extrême / Ip-Paï

Orient-Extrême et Ip-Paï : Bonjour HALCALI.
HALCALI, en faisant "coucou" de la main : "Bonjour !"

Orient-Extrême : Vous sortez cet été votre troisième album Cyborg Oretachi ?
Yukari : Oui !
Orient-Extrême : C’est évidemment une sortie japonaise, le 18 juillet 2007, mais va-t-on pouvoir le trouver quelque part en France ?
Yukari : Si c’était possible, ce serait génial ! Mais pour l’instant, officiellement non.
Orient-Extrême : Peut-être chez des importateurs… dans des boutiques spécialisées…
Le management du groupe : En fait… oui, chez J-Music Distribution / J-Music Store…

Orient-Extrême : J-Music Distribution distribue quelques-uns de vos CD japonais importés en France, mais aussi en Europe ?
Le management du groupe : Pour l’instant, uniquement en France.

Orient-Extrême : Bien que nous ayons déjà pas mal d’éléments, est-ce que vous pouvez ré-évoquer un peu les débuts de votre duo ? Comment en êtes-vous arrivées à votre victoire lors d’un concours organisé par des membres du groupe de rap RIP SLYME ?
Yukari : Nous nous sommes rencontrées à l’école de danse quand nous étions petites, puis nous avons passé des auditions ensemble il y a cinq ans.



Ip-Paï : Dans votre enfance, quelles étaient vos passions ?
Yukari : Euh, en dehors de la danse… la danse !
Haruka : Toujours la danse ! [rires]

Ip-Paï : Qu’est-ce qui vous a amenées à passer de la danse au chant ? Il semble que vous étiez davantage orientées vers la danse dans votre enfance…
Haruka : Eh bien… Si depuis le départ, notre objectif était de devenir danseuses, on s’est progressivement mises à chanter, tout naturellement. Pourquoi, donc ? On ne se souvient pas très bien.
Yukari : Pendant des auditions, on s’est mises à faire du rap, et c’est parti comme ça.

Ip-Paï : Comment s’est passée votre rencontre avec les artistes de RIP SLYME ?
Yukari : Toujours pendant les auditions, on a eu la chance de se produire avec RIP SLYME.
Haruka : A ce moment, l’organisateur/producteur d’un de ces concours musicaux était Ryô-Z de RIP SLYME.
Ip-Paï : Et c’est là que vous avez été remarquées ?
Yukari : Oui.
Ip-Paï : C’était lui qui organisait de bout en bout le concours, ou bien était-il simplement dans le jury, lorsqu’il vous a remarquées ?
Yukari : En fait, le but de ce concours créé par RIP SLYME était de trouver la "petite sœur" du groupe. Ryô-Z était un peu là en position de manager de l’événement, mais pas dans le jury. Lorsque nous sommes passées, il ne faisait donc pas vraiment partie du jury… mais il était là. Et nous avons gagné le concours.

Orient-Extrême : Plus généralement, pourquoi le rap ? Pouvez-vous nous parler de votre style et de son évolution vers la pop ?
Haruka : Nous avons commencé à chanter lorsque nous avions douze/treize ans. A cette époque, nous n’étions pas vraiment conscientes de ce qu’était la musique, de ce qu’était le rap, etc. Pourquoi a-t-on évolué ? Peut-être justement parce que nous en sommes plus conscientes qu’avant.

Ip-Paï : Mais tout de même, ce changement musical, puisque vous êtes passées d’un rap, même léger, à un son de plus en plus pop, a-t-il été décidé par vos producteurs, ou bien était-ce un choix de votre part de faire quelque chose de plus accessible et de moins "spécialisé" ?
Yukari : Cela dépend du morceau en fait. Parfois, le producteur décide de tout et on ne joue que le rôle d’interprètes ; parfois, c’est nous qui choisissons le concept de la chanson, le texte, la composition de la musique… Les situations sont assez variées.

Ip-Paï : On vous connaît plus particulièrement pour vos clips. Il parait que certains d’entre eux, qui se révèlent être des parodies d’autres clips, ont été censurés au Japon. Pouvez-vous nous en dire plus ?...
Yukari, en souriant : Hum… non, nous n’avons jamais été censurées.
Ip-Paï : Il s’agirait de clips reprenant certains éléments tirés de clips d’artistes américains par exemple, et qu’une petite censure aurait été pratiquée pour des raisons de copyright…
Le management du groupe : Haaaaaa… On croyait que vous parliez d’une autre forme de censure, parce que nous ne tenons pas de propos politiques, ni rien de ce genre… Nos chansons sont surtout remplies de pensées positives. Peut-être parlez-vous du clip que l’on a fait une fois avec Super Mario. Nous nous étions bien amusées, on attendait la censure… Et puis… il n’y a pas eu, ça a du plaire à Nintendo !

Orient-Extrême : Ok, ok… A propos de ces ondes positives, comptez-vous continuer à faire de la musique kawaii, ou bien souhaiteriez-vous un jour peut-être vous lancer dans quelque chose d’un peu plus rock n’ roll ou subversif ? [NDLR : un peu comme Tommy february6 et Tommy heavenly6]
Haruka : Peut-être un jour, qui sait ! Parce que tout dépend de notre état d’esprit à ce moment-là ; nous écrivons nos textes spontanément.
Yukari : Si quelque chose de violent nous traverse l’esprit, alors on ne manquera pas de faire quelque chose de… violent ! [rires]
Orient-Extrême : Pour l’instant… rien de violent en vue ?
Haruka : Rien du tout ! [rires]



Orient-Extrême : Peut-être que des voyages à l’étranger comme ce week-end en France va vous faire entrevoir de nouvelles choses. Au sujet de ce genre de mini-concert comme celui qui vous attend dimanche à JAPAN EXPO, comptez-vous renouveler l’expérience ?
Yukari : Oui, bien sûr ! On aimerait faire le tour du monde !
Orient-Extrême : Et… quand ça ?
Haruka et Yukari explosent de dire en répétant en choeur la question.
Yukari : Dès que possible !
Orient-Extrême : Des pays en particulier ?
Haruka : Partout où nous avons des fans ! N’importe où dans le monde ! [rires]

Orient-Extrême : Nous avons appris sur des sites japonais que vous alliez faire un concert sauvage demain [NDLR : samedi 7 juillet 2007] dans les rues de Paris, devant le centre George Pompidou. Pouvez-vous confirmer et surtout nous dire à quelle heure exactement !?
Haruka : Vers 11h00 du matin.
Yukari, qui fait en même temps le signe "11" avec les mains : Venez, s’il vous plait ! Ah ! A ce propos, ce soir aussi, nous allons chanter dans un café dans le XVIIIème, le Café des deux Moulins… Vous savez, celui de Amélie ! [NDLR : le café où a été tourné Amélie Poulain, au 15 rue Lepic]
Orient-Extrême, surpris : Oh !… à quelle heure ?
Le management du groupe : Vers 22h00.
Orient-Extrême : Nous essaierons d’y être, bien que notre équipe ait déjà prévu de couvrir le concert d’OLIVIA… Vous avez déjà visité ce café ?
Yukari : Non
Orient-Extrême : Mais vous aimez Amélie ?
Yukari, en souriant : "Oui".

Ip-Paï : Pouvez-vous nous parler de vos goûts musicaux et cinématographiques ?
Haruka : Eh bien, puisque nous sommes venues en France, nous nous sommes procurées quelques films français. Celui qui nous a bien plu, c’était Moi, César, 10 ans ½ , 1m39, l’histoire d’un petit garçon, en pleine campagne… on ne sait plus où… en Italie ou en Angleterre… Les gens, le paysage… c’était très mignon ! Ça nous a impressionnées.

Orient-Extrême : Forcément, un film de Richard Berry… Et au rayon films ou musique japonais ? …à moins que vous ne soyez vraiment influencées et/ou attirées que par la pop-culture occidentale ?
Yukari : On aime un peu tout, tant ce qui vient de chez nous que ce qui vient de l’étranger, qui est si varié…
Orient-Extrême : Décidément, vous ne donnerez pas de noms d’artistes !?
Yukari : Si, si ! Missy Elliot. On adorait quand nous étions au collège.



Orient-Extrême : Hum… Encore une fois, un artiste étranger… Au Japon, les gens se contentent davantage de leur propre rock ou pop par rapport à des pays comme le nôtre, bien plus influencés, paradoxalement, par la pop-culture américaine à défaut d’en avoir une vraie, à nous…
Devant les interrogations transcendantales que trahissent leurs moues perplexes, nous faisons un geste de la main et…
Orient-Extrême : Attention, vous n’êtes pas forcées de donner un nom, hein !
Haruka : Ah !
Elles rient toutes les deux.

Ip-Paï : Une question, plus précise, au sujet de votre, ou plutôt de vos looks. Par exemple, sur une pochette, vous portez des vêtements un peu "vieille Europe", un point d’interrogation entre les mains ; puis sur une autre, vous portez des vêtements bien plus colorés avec des morceaux de tissu de toutes les couleurs… Pouvez-vous nous dire comment vous choisissez les vêtements que vous portez en de telles occasions ?
Yukari : Pour les pochettes d’albums, un styliste choisit ce que nous portons.
Haruka : Pour le reste, c’est nous qui choisissons.
Ip-Paï : Il s’agit toujours du même styliste ?
Yukari : Non. A chaque photoshoot, ce sont des stylistes différents.
Orient-Extrême : Vous n’avez pas un style vestimentaire préféré ?
Yukari : Non, pas particulièrement.

Ip-Paï : Question de gourmets [NDLR : les artistes adorent ce genre de questions…] : vous avez des plats favoris ?
Haruka : On adore le pain ! [Rires] On adore manger… Et quand on vient en France, on en profite pour manger du pain, il y est très bon !
Orient-Extrême : Ce n’est pas comme l’espèce de faux pain que l’on trouve chez n’importe quel Paul à Tôkyô…
Haruka : Oui, oui ! C’est vrai que l’on peut acheter du pain au Japon aussi, mais l’ambiance est très différente.
Orient-Extrême : Et le prix sera surtout plus élevé. Bon… ça a peut-être changé depuis la dernière fois que j’y suis allé ; mais au Japon, la cuisine française est très tendance, et se permet donc d’être vendue très chère. Par exemple, un croissant à 10 euros…
La traductrice : Maintenant, avec le yen très faible, ça a changé. On peut acheter plus facilement.
Orient-Extrême : Hum. Ca veut dire que, inversement, vous allez avoir du mal à faire beaucoup de shopping ici !
Yukari : Oui… de toute façon, nous n’avons pas le temps ! [rires] Tout ce que nous avons acheté, c’est un porte-clefs Tour Eiffel que nous avons accroché à nos portables… c’est très sympa.



Orient-Extrême : Jusqu’à quand restez-vous en France ? Avez-vous un peu visité le pays ?
Yukari : On reste jusqu’au 9 juillet. Si plein de lieux nous intéressaient en lisant le guide, nous n’avons finalement vraiment pas eu le temps de faire grand-chose.
Haruka : Mais on a pu remarquer certaines choses amusantes… par exemple, quand nous étions au restaurant, nous avons vu deux serveurs parler ensemble… Ça n’arrive jamais au Japon ! Là, nous avons senti la liberté. Bien sûr, du point de vue des services, les différences sont énormes ; mais nous avons adoré observer les deux serveurs bavarder en laissant les clients.
Orient-Extrême, sceptique : Il arrive que les serveurs ne soient pas très amicaux ou courtois avec les clients...
Yukari rie
Toutes les deux, après avoir réfléchi un peu : Ça, nous ne l’avons encore jamais vu… !
Orient-Extrême : Vous en avez, de la chance !... Pour le moment…
Haruka : Il y en a beaucoup ?
Orient-Extrême : Ça arrive !

Ip-Paï : Pour conclure, un petit mot sur l’accueil que vous ont fait les Français ?
Haruka : Vous êtes très sympas et très gais.

Orient-Extrême : Merci !
Haruka et Yukari : Merci !


Interview réalisée le dimanche 8 juillet 2007 par Alexandre Martinazzo et l’équipe Ip-Paï de la radio Fréquence Mutine. Pour écouter l’émission hebdomadaire Ip-Paï : 103.8 FM Brest, émission spéciale les 24 et 31 juillet 2007
Reproduction de l’interview et/ou des photos interdites.


------------------------------------------------------------------------------------------


L’interview privée HALCALI / Orient-Extrême du dimanche 8 juillet 2007 à JAPAN EXPO 8

Dimanche midi, entre la balance et le mini-concert, nous retrouvons le duo en salle d’interview…

Orient-Extrême : Bonjour Yukari et Haruka !
HALCALI : "Bonjour !"

Orient-Extrême : Vous vous connaissez depuis l’école primaire et cela fait maintenant quatre années que vous vous êtes associées en tant que duo hip pop HALCALI, après avoir gagné un concours organisé par des membres de RIP SLYME. Mais revenons plus en arrière dans le temps… A quel âge avez-vous commencé à vous intéresser à la musique ?
Yukari : On écoute de la musique depuis toujours, mais on ne s’est mise à la danse qu’en troisième année d’école primaire. On devait avoir…
Haruka : Un peu plus de dix ans…
Yukari : Oui, douze ans environ.

Orient-Extrême : En tant que duo pop au style punchy, énergique et déjanté qui s’appuie sur une grande complicité, on ne peut s’empêcher de vous comparer à PUFFY… Que pensez-vous de cette comparaison et des similitudes qui puissent exister ?
Yukari : Nous sommes très honorées de la comparaison, c’est un commentaire qui revient souvent, bien que le genre soit tout de même différent.
Orient-Extrême : Bien sûr. Un petit avis personnel au sujet de leur musique ?
Haruka : On les écoute depuis toutes petites et nous aimons beaucoup.
Yukari acquiesce.



Orient-Extrême : Hier, samedi 7 juillet, vous avez fait un concert sauvage surprise dans les rues de Paris pendant midi, devant le Centre George Pompidou.
Yukari : Un "street live" !
Orient-Extrême : Pris par l’événement JAPAN EXPO, nous n’avons malheureusement pas pu y assister. Comment cela s’est-il passé ? Y avait-il du monde ? Une partie du public vous connaissait ?
Haruka : On avait amené notre musicien. Des gens ont dansé avec nous, d’autres ont chanté, c’était très bon esprit, ça s’est très bien passé et nous en sommes très heureuses.
Yukari : Et quelqu’un a fait un duo à l’harmonica avec nous !
Orient-Extrême : Sympa !
Yukari : Et le truc génial : avec l’argent que j’ai récolté en faisant ce show improvisé, ça m’a permi de financer mon porte-clés Tour Eiffel ! [rires] Par contre, on n’y a pas croisé de fan vu que nous n’avions rien annoncé [NDLR : Orient-Extrême n’avait pu publier les détails confirmés que durant la nuit précédente] et nous n’avions ni affiche ni panneau sur place.
Orient-Extrême : Aviez-vous déjà fait ce genre de live improvisé au Japon ?
Haruka et Yukari : Non, jamais.

Orient-Extrême : Cette après-midi, vous allez chanter devant un public qui vous attend, en particulier vos fans. Comment appréhendez-vous ce concert devant des milliers de spectateurs français ? Un peu de stress ?
Haruka et Yukari rient.
Yukari : Non, ça va, pas de stress. Nous avons visité la salle, c’est vraiment très grand, le lieu est impressionnant…
Haruka : Nous sommes vraiment contentes de nous produire dans un tel endroit. Pas de stress, mais on a un peu la pression, notre cœur bat très fort. [rires]

Orient-Extrême : Vos chorégraphies amusantes et kawaii sont un peu devenues l’une de vos marques de fabrique. Allez-vous essayer d’en apprendre une ou deux au public français tout à l’heure ?
Haruka : On aimerait vraiment beaucoup danser avec les fans. Ils seront sûrement proches de nous et connaîtront les chansons. Ce sera plus facile avec eux.
Orient-Extrême : …en espérant que le reste du public suive le mouvement !

Orient-Extrême : Vous "travaillez" ensemble depuis quatre ans. Avez-vous envisagé des carrières solos, à moyens ou longs termes, éventuellement en parallèle à HALCALI ?
Yukari : Ça pourrait arriver un jour, mais pour le moment, nous n’en avons pas l’envie.
Haruka : Ça fait dix ans que nous nous connaissons, que nous sommes devenues amies, ça fait quatre ans que nous avons commencé notre carrière avec HALCALI et que nous nous amusons beaucoup… Nous avons envie de continuer comme cela !

Orient-Extrême : En parlant d’amusement, vous tournez souvent vos clips dans des lieux insolites : dans un supermarché Carrefour, dans un port, en pleine rue…beaucoup de lieux "bruts et naturels", à la différence des studios. Est-ce un choix conscient, et si oui, pour quelles raisons ?
Yukari : C’est vrai que nous tournons beaucoup à l’extérieur, mais ce n’est pas parce que nous n’aimons pas les studios. On s’amuse énormément, que ce soit en studio ou dans tous ces lieux communs. A chaque fois, ça se fait dans un élan de spontanéité, pour rigoler et se faire plaisir.
Haruka : On adore les clips et on adore tourner dedans. Tout ce qu’on veut, c’est s’amuser !



Orient-Extrême : Vous avez beaucoup d’activités prévues -plus ou moins secrètes- à l’occasion de votre venue à Paris et à JAPAN EXPO : des dédicaces, le live de tout à l’heure dont vous venez de terminer les essais, le concert sauvage d’hier et celui au "Café d’Amélie", le tournage d’un reportage vidéo pour la chaîne SPACE SHOWER TV… Mais pour en revenir aux clips dans des endroits originaux, avez-vous repéré en France des coins sympathiques pour tourner une éventuelle nouvelle vidéo ? Peut-être même avez-vous déjà prévu ou enregistré un clip en nous le cachant !?...
Yukari : Nous avons visité Paris et pris de nombreuses photos, par exemple à l’Arc de Triomphe, mais simplement en amateur avec nos appareils numériques de poche.
Haruka : C’est très joli, lumineux, mais nous n’avons rien prévu en terme de vidéo pour le moment.

Orient-Extrême : Au sujet du reportage que vous tournez durant le week-end à JAPAN EXPO… Y aura-t-il une diffusion autrement que par la télé japonaise ? Peut-être un futur DVD avec le mini-concert d’aujourd’hui ?
Yukari : En effet, nous sommes allées filmer hier dans la convention, interroger des gens… Si l’occasion se présentait, on aimerait bien que les Français puissent voir ces vidéos, mais à part la diffusion à la télé au Japon en rentrant, rien n’est prévu malheureusement.

Orient-Extrême : Au sujet de la contraction de vos prénoms qui a donné HALCALI… Pourquoi HALCALI et pas… YUKARUKA ?
Yukari, amusée : YUKARUKA !? Hannn ! Vous voulez nous taquiner ?
Haruka, fait les gros yeux : Oh ! Vous trouvez que YUKARUKA aurait été mieux !?
Orient-Extrême : Non, du tout [rires], simplement, pourquoi avoir choisi HALCALI plutôt que YUKARUKA, par exemple… ?
Haruka éclate de rire.
Yukari : C’est vrai, tiens… Pourquoi pas ?
Haruka : Ça vous travaille tant que ça ? [rires] Mais oui, c’est pas mal non plus, on aurait pu choisir ça il y a quatre ans.
Yukari s’amuse à haute voix… : HARUKARI… YUKARUKA… YUKARUKARI…

Orient-Extrême : Le concert de cette après-midi devrait très bien se passer, mais il sera court : environ trente minutes. Pensez-vous déjà revenir pour un vrai live, plus long ? Attendez-vous de voir les réactions pour envisager cela ?
Yukari : Bien sûr, si nous recevons des propositions, nous reviendrons !

Orient-Extrême : On a flashé sur vos ongles [NDLR : Yukari et Haruka sont visiblement des adeptes du nail art], pouvez-vous nous les montrer ? Et par la même occasion à nos lecteurs !
Yukari : Oui ! Nous sommes vraiment fans de nail art.



Orient-Extrême : Merci beaucoup et bon concert. A bientôt.
Haruka : Merci beaucoup ! Et nous avons des cadeaux exprès pour vous !
Yukari et Haruka appellent leur staff et nous offrent des éventails en papier.
Yukari : "For you"
Orient-Extrême : Oh, merci, c’est trop gentil…
[rires]


Interview réalisée le dimanche 8 juillet 2007 par Wendy Roeltgen.
Traduction : Sophie Lac et Alexandre Martinazzo.
Reproduction interdite.




Notre reportage et notre longue vidéo sur le concert de HALCALI à JAPAN EXPO 8 :
www.orient-extreme.net/index.php?menu=musique&sub=artistes&article=1014
Le site officiel d'HALCALI : www.halcali.com
Remerciements : Epic Records Japan & J-Music Distribution
Photos interviews : Alexandre Martinazzo
Photos dédicaces : Sophie Héry
Photos concert : CINE QUA NON
Reproduction interdite.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême