Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

the GazettE - TOUR2006-2007 DECOMPOSITION BEAUTY FINAL : Meaningless Art That People Showed, AT YOKOHAMA ARENA (version européenne)

On ne présente plus le quintet the GazettE : l'un des groupes de visual kei les plus réputés de l'archipel, et l'un des derniers rares représentants de cette mouvance Jrock à pouvoir remplir les grandes salles locales. Sa renommée le précède en Europe puisque le BATACLAN et ses 1.500 places, rapidement soldout pour le concert parisien du 26 octobre 2007, ne suffisent pas à accueillir les fans qui l'attendaient de pieds fermes. Pour se faire une petite idée du show a venir, pourquoi ne pas jeter un coup d'œil au DVD live de la tournée 2006-2007, sorti dans nos contrées grâce au label allemand CLJ Records et à la promotion française de J-Music Distribution ? Ce DVD simple, dépourvu de bonus, suffira-t-il à enthousiasmer ?

Meaningless Art That People Showed
, filmé au YOKOHAMA ARENA le 11 mars 2007 dans une salle comble de 17.000 places, est le concert final de la longue tournée nipponne Decomposition Beauty de the GazettE. Ce live fait doublement figure d'événement car il fête par la même occasion les cinq ans d'existence de la formation. Les fans attendaient donc particulièrement ce DVD qui, extérieurement, ne semble pas bien riche en bonus ou autre exclusivité, mis à part le livret de 44 pages inclus à la first press japonaise.



Alors que le public frappe dans ses mains, le spectacle s'ouvre dans la pénombre avec une introduction au piano accompagné de percussions et du clapotis de gouttes d'eau. Quelques images accélérées du remplissage de la salle, intercalées ici, précédent l'arrivée des voix féminines de Filth in the beauty, et le rideau tombe aux premiers sons de guitares. Le ton est donné : ce concert ne va pas être de tout repos ! La foule complètement survoltée ne cesse déjà plus de headbanguer !

Globalement, la prestation de the GazettE est explosive, sans être exceptionnelle pour autant. On passe un bon moment à regarder les cinq énergumènes s'éclater dans l'arène, sans s'ennuyer une seule fois. Quelques brefs moments de fanservice contenteront à coup sûr les attentes d'une partie du public féminin. Sur scène et sur la vidéo, tous les membres du groupe parviennent à s'exprimer et à affirmer leur présence. Le chanteur Ruki trépigne, saute, s'adonne au parapara (sur Red one pease qui possède un son assez jazzy), se jette à genoux… Bien souvent, on a l'impression qu'Uruha maîtrise mieux sa guitare que son compère Aoi, car c'est lui qui s'attaque le plus souvent aux solos les plus techniques. Mais Aoi, musicien aux gestes élégants, alterne très bien entre guitares électrique et acoustique, sur Defective Tragedy par exemple.



La setlist compile les titres les plus violents du répertoire de the GazettE, de quoi donner des torticolis aux spectateurs les plus expressifs en fin de concert. Entre l'excellent COCKROACH, Worthless War ou GO TO HELL (entièrement dédié au live pour mettre le public en transe) : pas le temps de reprendre son souffle ! Meaningless Art That People Showed réussit un joli coup en faisant apprécier
certaines compositions issues de la période NIL qui ne convainquaient pas en version studio. Bath Room, Maggots et DISCHARGE, tous trois bien intégrés au set, passent ainsi très bien.

Selon le principe de l'alternance, les moments agressifs laissent de temps en temps la place à des chansons aux mélodies parfois plus douces, sensibles ou torturées. Citons par exemple REGRET, Bath room et TAION. Néanmoins, il est regrettable qu'il n'y ait pas une seule véritable ballade. A ce titre, Baretta aurait été la bienvenue. Au rayon des petites déceptions, le manque de titres plus anciens se fait sentir même si le traditionnel LINDA ~candydive Pinky heaven~ en bouquet final comble de bonheur le public très réactif. On comprend que le groupe souhaite promouvoir ses dernières productions au profit des titres certes très appréciés, mais "déjà rentabilisés". La satisfaction est donc très grande lorsque résonnent les premières percussions de Maximum Impulse : il aura fallu attendre la quasi totalité du concert pour entendre un titre datant d'avant NIL ! C'est vraiment l'extase pour tous les fans de cette période qui se surprendront à reprendre les "ohoho" devant leur téléviseur. Quand à THE $OCIAL RIOT MACHINE$, il nous emmène vraiment dans le glorieux passé de the GazettE, d'autant plus qu'apparaît à l'arrière de la scène l'étendard de la tournée DISORDER, affichant l'ancien nom du groupe : "Gazette". Comme pour signifier la fin de cette époque, cet étendard est remplacé aux premières notes du très bourrin DISCHARGE par un second où est simplement écrit "the GazettE". Heureusement, toutes les chansons jouées ne sont pas aussi furieuses que DISCHARGE : le nouveau style plus violent de the GazettE, avec les beuglements de Ruki, ne fait pas l'unanimité et une ou deux compositions de cet acabit suffisent pour se défouler et rendre supportable ce passage.



Si l'enregistrement proposé sur ce DVD s'avère professionnel et apte à répondre aux attentes des amateurs de visual kei, on relève quelques ombres au tableau. Tout d'abord, l'insertion peu judicieuse des séquences backstage d'avant concert, placées juste avant les rappels, coupent complètement la dynamique du montage. Il est également bien dommage que le DVD ne restitue pas l'intégralité du final de YOKOHAMA, laissant un sentiment de frustration au visionnage des extraits du second rappel, une apparente apothéose uniquement dévoilée pendant le générique de fin… et dont on se sent privé. La dernière faiblesse est quant à elle commune à bon nombre de DVD live japonais. Il s'agit bien évidemment du manque de bonus, quasi-inexistants… On apprécie néanmoins les sous-titres anglais et allemand proposés par l'édition européenne de CLJ Records.

En cinq ans, si le style de the GazettE a énormément évolué pour passer d'un son jazzy à davantage de violence (un peu comme Dir en grey), le groupe reste une des références du rock visuel made in Japan en gardant un son et une énergie personnels. Meaningless Art That People Showed est un DVD très bien réalisé, que ce soit au niveau du son ou de l'image, et the GazettE assure en plus une prestation de qualité. Si le manque de petits "plus" n'en fait pas forcément un indispensable, l'édition européenne moins onéreuse que la japonaise permettra donc aux 1.500 futurs spectateurs du BATACLAN de se faire une idée du concert explosif qui les attend (même s'il faudra sûrement faire une croix sur la pyrotechnie…) et fera découvrir aux autres l'un des représentants emblématiques de la scène visual kei contemporaine nipponne.

Julie Carvalho


Sortie japonaise : 13 juin 2007
Sortie européenne :
27 août 2007
Référence européenne :
CLJ 8819.8
Site officiel :
www.pscompany.co.jp/gazette

Tracklist :
01 - Opening
02 - Filth in the beauty
03 - Hyena
04 - Maggots
05 - COCKROACH
06 - Worthless War
07 - Red one pease
08 - Psychedelic Heroine
09 - Crucify Sorrow
10 - Defective Tragedy
11 - Bath Room
12 - TAION
13 - CHIZURU
14 - Nausea&Shudder
15 - GO TO HELL
16 - Rich Excrement
17 - Maximum impulse
18 - THE $OCIAL RIOT MACHINE$
19 - DISCHARGE
20 - REGRET
21 - SILLY GOD DISCO
22 - LINDA ~candydive Pinky heaven~

Visuels © PS COMPANY Co.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême