Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

RSP - Lifetime Respect -Onna hen-

RSP n’est pas que la Radio des étudiants de Science Po’, c’est aussi Real Street Performance, un sextet hip pop / R&B mixte né il y a à peine un an au Japon. A l’origine de ce projet de groupe préfabriqué, digne de nos 2be3, se trouvent Yomiuri TV et Sony Music Entertainment. Rassemblez quatre filles et deux garçons élevés dans la mouvance hip hop, look inclus, et vous obtenez un magnifique fashion band made in Japan. Suite au bide de leur premier single A street story en décembre 2006, Sony tente de rattraper le coup avec une recette classique : la reprise d’un (pas si) vieux tube reggae, Lifetime Respect de Miki Dozan.

Composé de la chanteuse Ai (22 ans), de Saki en backvoice (26 ans) et des danseurs Tomo (24 ans), Eri (22 ans), Hiromu (21 ans) et Yui (18 ans), RSP fait ses débuts sur la chaîne Yomiuri TV en 2006. Pour valoriser son lancement, RSP devient le héros d’une fiction, sous la forme d’une mini-série de quatre épisodes tournés dans le quartier américain d’Ôsaka (Amemura), le plus branché de la mégalopole. Le drama (aujourd’hui disponible en DVD) fait un flop malgré la sortie synchronisée et en grandes pompes d’un premier single, A street story. Cette chanson électro-pop du pauvre ne se distingue en rien, et certainement pas en qualité, pour aboutir à des chiffres de vente désastreux. On pense alors le projet mort et enterré, mais Sony prépare un plan de sauvetage à moindre coût en misant sur une reprise. RSP signe ainsi son retour en août 2007 avec une nouvelle version de Lifetime Respect, titre avec lequel le DJ reggae Miki Dozan a fait sensation en mai 2001. Première et unique réussite de Miki, l’original fut le premier titre reggae à atteindre la première place du Top Oricon singles, vendu a plus de 900 000 exemplaires. L’artiste n’aura jamais renoué avec la gloire, mais Sony a négocié avec Tokuma Japan Communications, détenteur des droits, pour faire revivre Lifetime Respect et tenter de sauver son nouveau groupe en difficulté.



Peu de changements sont apportés au texte. Les passages parlant de sexe, inappropriés pour le grand public visé, se voient adaptés et le titre devient Lifetime Respect -Onna hen- (version fille), réponse "cool cool zen zen" au tube original selon les principaux intéressés (pas dans l’esprit d’un Michael Youn pastichant Diam’s avec Obispo). Le texte classique et lissé de la version 2007 parle d’amour et de passion, et la musique se voit légèrement remixée, ajoutant un peu de hip hop au reggae, tout en gardant la voix de Miki pour le refrain. Le sample musical original, typique, très simple et mis en boucle (sur lequel évoluent les chants nonchalants), se voit complété, avec bon goût et dans un esprit de modernisation respectueux, par un léger violon et une guitare acoustique.

La composition épurée fait reposer la mélodie sur les chants et met en valeur la jolie voix très légèrement roque d’Ai. Elle délivre son flow simplement, avec justesse, de temps en temps relayée ou mise en relief par Saki et son timbre plus clair. Miki Dozan reste présent lors des refrains, apportant consistance et assise. Sans prétention comme le veut le genre, Lifetime Respect -Onna hen- fonctionne bien, comme tout bon titre commercial, et continue de flotter dans la tête de nombreuses minutes après son écoute. On pourra juste lui reprocher sa répétitivité vite rébarbative pour qui aurait activé la fonction loop de son lecteur. Le vidéo-clip (sur le DVD de l’édition limitée), sobre, s’inscrit bien dans cette atmosphère relaxante. Le groupe chante et danse son hymne au respect et à l’amour dans un loft aux couleurs sépia. L’idée, déjà présent dans la première version, de faire apparaître des figurants, couples et familles de tout âge, est bien maîtrisée. Ambiance peace and love dégoulinante de bons sentiments garantie.



On change violemment de registre avec la deuxième piste du single, Natsu onna (fille de l’été) et sa pop électronique qui n’a presque plus rien de hip hop. On hésite quelques secondes selon les passages : vague croisement de POLYSICS et de HALCALI contrefaits pour grabataires ? du All Saints en plus mauvais ? … Et puis non, ce titre horripilant au rythme lourdaud ne mérite pas que l’on y consacre davantage de patience à chercher les quelques productions qu’il pourrait rappeler. Les filles y chantent comme de vulgaires teens-pouffes en solde alors que Natsu onna bascule petit à petit dans la dance asthmatique. Etonnant, de une pour un groupe soi-disant hip hop ; de deux car le titre est co-signé RSP / Dozan…

Si Lifetime Respect -Onna hen- laissait penser que RSP pouvait produire du hip hop, du R&B voire du reggae sympathique, on retombe de très haut avec l’infâme Natsu Onna. On se dit alors que, sans le véritable héritage copié/collé de Miki Dozan, Real Street Performance serait sûrement déjà à la rue. La face B du single n’incite pas à l’optimisme, mais on leur laissera le bénéfice du doute, en attendant le prochain opus. Profitons du bon titre présent dont le single s’est vendu à un peu moins de 100.000 exemplaires, rentrant dans le top 5 de l’Oricon. C’est digne de considération par les temps qui courent, d’autant plus que Lifetime Respect -Onna hen- marche également bien en téléchargement avec une bonne place dans le classement Chaku Uta.

Pierre-Yves Tonin


Sortie japonaise : 8 août 2007
Référence Regular Edition : SRCL-6610
Référence Limited Edition : SRCL-6608
Site officiel : www.ytv.co.jp/real-st/top.html


Tracklist CD :
01 - Lifetime Respect -Onna hen-
02 - Natsu onna
03 - Lifetime Respect -Onna hen- (instrumental)

Tracklist DVD :
01 - Lifetime Respect -Onna hen- Vidéo clip
02 - Making of Lifetime Respect -Onna hen-

Visuels © Sony Music Records Inc.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême