Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Minori Chihara - Contact

Nouvelle coqueluche de la japanimation, la belle seiyû Minori Chihara séduit en recyclant les intonations typiques des comédiennes de doublage dans ses chansons, avec une musique dance sucrée aux instrumentaux synthétiques. Aujourd’hui plus popularisée pour sa participation à Lucky Star, la série kawaii événement de l’année dans l’archipel, Minori Chihara s’est offert à la mi-octobre 2007 une brève apparition dans le top 15 hebdomadaire de l’Oricon avec le 6ème character single de la série, l’enjoué Damatto Yasumi Jikan. Elle revient quelques semaines plus tard avec un nouvel album dans l’espoir de poursuivre sur cette lancée. Celui-ci donnera lieu à un premier grand concert d’ores et déjà complet, le i melody~Minori Chihara Birthday Live 2007~, le 18 novembre à l’ASTRO HALL d’Harajuku. En attendant, revenons sur le nouveau CD, Contact, sorti le 24 octobre sur le label Lantis.

Minori Chihara, jeune femme de 27 ans surnommée Minorin par ses fans, cumule déjà deux carrières. En effet, elle a d’abord commencé à travailler en 2003 comme seiyû (comédienne de doublage -un métier très populaire au Japon-) pour des drama radiodiffusés qui l’ont amenée à entamer par la suite une grande carrière dans le doublage de séries animées (Tenjho Tenge [Enfer et Paradis], Samurai Gun, The Melancholy of Haruhi Suzumiya, etc.). Poussée par avex trax et King Records, ses deux maisons de production, elle profite de ces premiers succès pour sortir un album, HEROINE, en décembre 2004. Ce premier opus ne décollera jamais malgré la stratégie marketing jouant sur une image "manga" dès la sortie du premier single. Résignée, Minori Chihara se recentre sur le doublage, et ses participations ne cessent d’augmenter avec une spécialisation progressive dans les séries animées pour filles.

Ne pouvant participer qu’à des chansons d’animes, elle ronge son frein… Et c’est début 2007 que le tant attendu déclic se produit ! Sa deuxième vie commence, elle est partout, dans toutes les séries populaires du moment : Lucky Star, Claymore, Les sœurs de Wellber, Ikki Tousen : Dragon Destiny… Mais la starlette veut retourner à son véritable amour, la chanson, et signe avec le label Lantis pour monter une nouvelle carrière solo. Deux singles naissent de cette collaboration : Junpaku Sanctuary en janvier, puis Kimi ga Kureta Anohi en juin. Les fans accrochent et achètent, mais ces deux premiers disques ne dépassent pas le cercle des otakus. En parallèle, elle chante toujours pour les séries TV et c’est finalement sous l’impulsion du succès de Lucky Star qu’elle tente à nouveau sa chance et part en studio pour un nouvel album solo.

Contact est un album jpop-dance classique, dans la plus pure tradition de ce que la japanimation propose depuis le début des années 80 (on se souviendra de groupes comme Two Mix ou encore de la chanteuse Megumi Hayashibara). Le genre est aujourd’hui totalement codifié, si ce n’est formaté, et le chemin de notre petite Minorin s’étend bien balisé à ses pieds, entre synthés à gogo et "voix manga" (les personnages féminins y parlent souvent avec une expressivité exacerbée, un timbre bien particulier et un langage qui n’est généralement pas employé dans "la vraie vie", sauf par les otakus et les illuminés…), le tout enrobé de sons extra-terrestres et entraîné par un tempo de folie. Le disque de la demoiselle est composé de douze titres, pour un peu moins d’une heure de musique, mais les chansons se succèdent et se ressemblent sans qu’il soit possible d’en distinguer une seule du lot. Chihara a la chance d’être comédienne et de savoir a priori jouer de sa voix pour la maquiller et simuler la présence de plusieurs interprètes. Mais sur ce Contact, la partie vocale est couverte par une musique mal équilibrée, et c’est au final davantage les sons dance environnants que le chant que l’on entendra.

L’air de Junpaku Sanctuary est enjoué, bien trouvé, mais cela sent trop le déjà entendu. Les violons synthétiques en fond n’arrangent en rien ce qui aurait dû être le titre phare de l’album. On peut émettre la même critique envers le deuxième titre sorti en single, Kimi ga Kureta Anohi, qui s’embourbe dès les premières notes dans une rythmique dance de mauvaise facture, même si, à la différence de Junpaku Sanctuary, la voix pleine de pêche est d’avantage mise en valeur. Et pourtant ! Le tout laisse un goût amer : on se croirait écouter un énième générique de GUNDAM qui, après une petite vingtaine d’épisodes, disparaît des écrans et des mémoires. Les cris stridents de Kimi ga… donnent vite mal à la tête et l’auditeur n’a plus qu’une seule idée : arrêter ce supplice et passer à une autre piste (voire à un autre CD). Contact, qui aurait pu et dû être le nouveau tube inédit de l’album, se révèle à l’image de tout le reste de qui nous est proposé : formaté. Néanmoins, si l’on est adepte du genre, un titre comme Shijin no Tabi est rempli de bonne énergie dans le plus pur style Megumi Hayashibara, et peut être apprécié. Vitaminé et pour une fois bien dosé entre dance et chant, le qualifier "d’appréciable" est déjà un fait remarquable en soi par rapport au reste. Mais la l’ensemble reste à consommer avec modération.

L’homogénéité est de mise quand on aurait voulu un peu plus d’originalité. On peut dire que Minorin et Lantis n’ont pris ici aucun risque : l’album qu’ils ont concocté est archi-commercial, sans saveur et sans charme ; une déception après la bonne surprise du précédent single, Damatto Yasumi Jikan. Entourée d’une bonne équipe, sur un projet anime d’envergure, cette artiste peut faire de bonnes choses ; mais seule, force est de constater que Minori Chihara n’est pas à la hauteur d’un album, d’autant plus sur sa longueur. Espérons pour elle que l’avenir nous contredira. Difficile d’imaginer qu’il puisse y avoir des fans pour ce genre de produit… et pourtant ! Les otakus japonais seraient-ils de vraies vaches à lait sous hypnose ? Le talent de la chanteuse serait-il ailleurs !? La structure archi-codifiée du genre musical japanime semble être l’une, si ce n’est la principale cause de cette compilation indigeste.

Pierre-Yves Tonin


Sortie : 24 octobre 2007
Référence : LACA-5705
Le site officiel de Contact :
www.lantis.jp/special/chihara-contact.html
Le site officiel de
Minori Chihara : www.chiharaminori.jp

Tracklist :
01 - Contact
02 - Shijin no Tabi
03 - Futari no Reflection
04 - Junpaku Sanctuary
05 - Dears ~Yuruyaka na Kiseki~
06 - Cynthia
07 - sleeping terror
08 - too late? not late…
09 - Natsu wo Wasuretara
10 - mezzo forte
11 - Kimi ga Kureta Ano hi
12 - truth gift

Visuels © Lantis & avex
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême