Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

LM.C - GLITTER LOUD BOX (version européenne)

LM.C, alias Lovely MocoChang, est un tout jeune groupe que nous avons le plaisir de découvrir en France grâce à Soundlicious. Débutant en octobre 2006 avec deux singles, le duo sort le mini-album huit titres GLITTER LOUD BOX dès janvier 2007. En le complétant aujourd’hui de six bonus tracks pour son édition européenne, le label a encore su choisir le meilleur de la fusion japonaise contemporaine. Bien différent de GARI, mais tout aussi bon, le "New Century electro-rock" de LM.C se distingue d’emblée par une fraîcheur détonante dans des chansons pleines d’énergie positive au rythme trépidant.

Comme à son habitude, Soundlicious livre un packaging soigné avec livret incluant les paroles en kanji et romaji. Toutefois, il faudra faire l’effort d’aller chercher leur traduction en français sur le site officiel. Ce souci du détail, apprécié, permet de rentrer de plein pied dans le monde coloré de maya (chant) et Aiji (guitare).

La première approche est déjà prometteuse : on ne peut s’empêcher de pousser un cri de surprise et de satisfaction en mettant la main sur cette édition européenne de GLITTER LOUD BOX. La pochette, soigneusement designée, capte tous les regards avec un arc-en-ciel de couleurs aux formes variées (cœurs, étoiles…) qui assure l’auditeur d’un amusement musical garanti sans prise de tête. Le livret accentue cette impression par le très impactful logo du groupe : un lapin irrésistiblement choupi et piercé à l’oreille droite, promis à un très bel avenir en matière de merchandising pour d’éventuelles peluches ou t-shirts. Vous l’aurez compris, les LM.C se veulent mignons et déjantés, des qualités que l’on retrouve dans leur production. Le style du chanteur maya est très fluide, jeune et expressif, tandis qu’Aiji manie sa guitare avec désinvolture, propageant des sons doux ou agressifs avec le même amusement. Mais attention, on peut être kawaii… et rebelle, en témoignent les paroles très critiques sur la société ou sur l’amour. Les quatorze titres de GLITTER LOUD BOX s’enchaînent avec fluidité et nous entraînent dans des dimensions souvent étranges, parfois réalistes, mais toujours avec une happy touch. Bienvenue dans l’électro du XXIème siècle !



A l’écoute, le début du CD laisse pantois. NO.9 ne doit pas son titre au hasard : le duo reprend dans un grand délire électronique les neuf premières notes de L’hymne à la joie, la neuvième symphonie de Beethoven. Remixé avec des scratchs sur une rythmique à la We will rock you, ce classique change littéralement de personnalité ; mais on se prend vite au jeu et c’est dans un nouvel état d’esprit, paré à l’aventure, que l’on découvre les différentes ambiances distillées au fil de l’album. L’une des grandes réussites de LM.C et de parvenir à dessiner musicalement tout un univers. Avec BOOST+BUSTERz, on atterrit sur une planète en fusion où les riffs aiguisés lacèrent les scratchs et slams hip-hop (un mélange qui rappelle ORANGE RANGE) sur fond d’électro et de voix trafiquées. Les backvoices féminines retravaillées renvoient à l’ancien groupe Babylon Zoo et son unique hit Spaceman ; mais il s’agit ici d’un "otaku sauveur de l’humanité" en lutte contre les envahisseurs extra-terrestres dans son robot géant... D’autres fantaisies restent à découvrir, comme @Funny Phantom@ avec ses petits sons indus’ et la voix tantôt enfantine, tantôt colérique de maya ; et Haunted House make a Secret (avec son imitation de clavecin) où Aiji fait valser de gentils fantômes siffleurs par sa programmation et son jeu de guitare.

Habituellement, on écoute plus souvent et plus attentivement les premières pistes d’un album, au détriment des dernières, implicitement mois appréciées à leur juste valeur. Pour une fois, lancer une lecture aléatoire s’avère de bon conseil. Ainsi, si l’on s’extasie à la première écoute sur le tonifiant Loud_Mucker_Complex (et ses premiers riffs rageurs en contraste brutal avec l’intro qui précède) puis l’excellent Boon!! et son refrain accrocheur, on tripera une autre fois davantage sur un METALLY aux grattes lourdes et bourrines, électrisé par un solo de guitare tonique. Les morceaux suivants, de facture équivalente, rentrent dans une sorte de routine qui rend l’album plaisant, sans permettre d’y déceler toutes les finesses des compositions. Pourtant, -SORA Namida iro- et Yellow Beauty (avec un tout petit coté T.M.Revolution) se distinguent comme deux chansons magnifiques, plus aériennes et légères, abordant avec beaucoup de subtilité les relations amoureuses. A l’opposé, BOOST+BUSTERz (avec ses sons industriel) et l’épileptique -mais bien trop court- CRAZY A GO GO donnent envie de pogotter comme des fous.



Bien leur en fasse, les LM.C ont créé un univers enjoué et dynamique qui incite à une visite régulière. Avec les écoutes successives, l’intérêt se reporte sur des titres en premier lieu délaissés. On découvre alors avec bonheur Rock the LM.C (encore de la fusion metal/hip-hop) dont le refrain fait sourire par la prononciation japonaise approximative des "r". Ça n’empêchera personne de chanter "Lock ! Lock ! The LM.C" à tue-tête. @Funny Phantom@ prolonge la mouvance électro-rock qui atteint son summum avec little Fat Man boy, une forte incitation à se défouler en concert. Si la voix de maya s’y fait mélodieuse et douce, la guitare d’Aiji est endiablée ! Arrivent ensuite mR.century et ses samples de sirènes d’alarme. Les ruptures de rythme sont bien orchestrées entre deux salves de guitare répétitives. La fin du CD approche avec OH MY JULIET, single qui surfe sur la vague du sentimentalisme. Mi-triste, mi-colérique, c’est peut-être le moins bon morceau de l’album. Haunted House make a Secret sera la dernière escale du voyage, sur une petite note moqueuse et malicieuse, comme un message subliminal qui dirait "Hin, hin ! Vous croyez avoir tout vu ?" On espère bien que non !

GLITTER LOUD BOX est un album qui séduit, dès le premier regard par son packaging, ensuite et surtout par le rock électronique enivrant des Lovely MocoChang. Certains passages peuvent référer à Uchuu Sentaï NOIZ, d’autres à ORANGE RANGE… Si la musique dégage une innocence déconcertante, les paroles sont très sérieuses et parfois empruntes de détresse. Même si les sujets abordés ne sont pas spécialement joyeux, la "positive attitude" de maya et Aiji est assez communicative pour que tous les titres deviennent euphorisants. L’effet de surprise joue beaucoup ; GLITTER LOUD BOX est unique en son genre mais obligera ses créateurs à poursuivre leurs expérimentations pour renouveler les sensations. C’est donc avec curiosité que l’on attend la suite… et leur venue en France. Si les ventes de CD marchent bien (disque disponible au prix très abordable de 15 euros), le groupe pourrait se produire dès l’année prochaine dans l’hexagone.

Gwenaelle Durand


Sortie européenne : 9 novembre 2007
Site officiel de LM.C : www.lovely-mocochang.com
Site de Soundlicious avec extraits audio de tous les titres : www.soundlicious.com

Track list :
01 - NO.9
02 - Loud_Mucker_Complex.
03 - Boon!!
04 - METALLY
05 - -SORA Namida iro-
06 - CRAZY A GO GO
07 - *BOOST+BUSTERz*
08 - Yellow Beauty
[BonusTrack]
09 - Rock the LM.C
10 - @Funny Pantom@
11 - little Fat Man boy
12 - mR.century
13 - OH MY JULIET.
14 - Haunted House make a Secret


A lire également :
- Live report et photos du concert LM.C 2009 à La Loco
- Compte rendu de la conférence de presse LM.C 2009 à Paris

Visuels © Soundlicious & lovelyMocoChang

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême