Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Merry - SCI-FI nu Chemical Rethoric -first cut-

Après une carrière indies remarquée, Merry a pu passer les portes de la major Universal l’automne dernier et ainsi, sortir son troisième album, nu Chemical Rethoric. Pour fêter dignement ce changement de statut et ce nouvel opus, les cinq garçons ont donné un concert évènement en one man au Hibiya Yagai Ongaku-do, célèbre salle à ciel ouvert en plein centre de Tôkyô. Le nouveau label de Merry, bien décidé à propulser au plus vite le groupe dans les hauteurs du Visual Kei major, sort dans la foulée un DVD live du fameux concert, le premier dans la discographie de Merry.

Le punk jazzy de Merry en live

Le concert s’ouvre avec dejii note et on est surpris de voir qu’il y a déjà du monde qui erre sur scène, des hommes entièrement vêtus de lambeaux de tissu noir… vision étrange qui nous laisse perplexe. Alors que la bande d’ouverture abandonne l’électro pour s’adonner au rock jazzy, les pseudo-zombies momifiés se volatilisent pour laisser place aux quatre musiciens de Merry suivis de près de Gara, boitillant, visiblement paré à faire le cinéma habituel au chanteur de Visual Kei. Ils chauffent leur public déjà bien excité et commencent sans plus attendre avec un des morceaux les plus entraînants de nu Chemical Rethoric, meisai no shinshi.

Merry se jette corps et âme dans son concert, les cinq compères sont tous en nage à la fin de leur premier morceau. L’assistance délaisse les sièges du Yagai Ongaku-dô préférant se trémousser les cheveux et accompagner Gara dans ses chansons le poing de la victoire tendu vers le ciel avec frénésie. Et nous aussi dans notre salon, scotché au fond de notre canapé, on ne peut rester calme bien longtemps : quand Nero bat les premières mesures de Misemono tengoku, il est impossible de ne pas se laisser entraîner aux danses de dératé de Gara.

La setlist reprend la quasi totalité de nu Chemical Rethoric qui s’avère être une véritable bombe en live alors qu’il était juste sympathique sur CD. Energique à l’origine, il est ici explosif, les deux guitaristes enchaînent les riffs piquants, Nero se déchaîne sur sa batterie comme un forcené pour des morceaux incisifs au rythme enlevé. La prestation vocale de Gara est propre sans être révolutionnaire. Il n’a pas une voix remarquable, profonde comme les trois quarts de ses collègues nippons, il n’a ni le coffre, ni la puissance qui pourrait l’en démarquer, ce qui joue énormément en sa défaveur à l’écoute de l’album. Pourtant, on se sent forcé de saluer sa performance live, pas une fausse note même lorsqu’il chante les fesses par dessus la tête et une interprétation intense avec tout ce qu’il faut de grimaces et mimiques pour faire vivre ses chansons et capter l’attention des quelques 3000 personnes en face de lui.

On a aussi le plaisir de retrouver des titres plus anciens qu’on pensait ne jamais voir en concert dont leurs grands succès en indépendant, Ve-Doro, Japanese modernist

Le chanteur, le batteur et les autres

On comprend très rapidement en visionnant ce DVD que les figures dominantes de Merry sont Gara et Nero. Les plans ont une tendance compulsive à se serrer sur ces deux singuliers personnages, et si Tetsu a ses moments de gloire, il faudra se contenter de quelques secondes par ci par là pour apprécier le jeu des deux guitaristes ; Yuu reste concentré, solitaire dans son coin, Kenichi, plus sautillant, s’efforce de conquérir son bout de scène mais n’a malheureusement aucune chance face au charisme de Gara et l’énergie débordante de Nero.

Passant donc l’heure et demi du concert à détailler le jeu scénique de Gara, un nom nous vient à l’esprit, celui du vénéré et très controversé chanteur de Dir en grey. On avait déjà pu remarquer que Kyô avait fait école parmi les chanteurs orientés Visual Kei, et Gara apparaît ici comme un des ses élèves assidus. Il nous fait la totale, headbang furieux avec jeté de pieds, gestuelle saccadée et démarche bancale, séance de masturbation pudique devant un public majoritairement féminin et accessoirement en délire. Son admiration est d’autant plus flagrante qu’il empreinte beaucoup au code visuel du célèbre chanteur, lentilles claires, cheveux blonds explosés, veste et chapeau noirs, pour un peu, il nous ferait un cosplay. Qu’on se rassure, il sait tout de même se détacher de son mentor et a quelques habitudes bien à lui ; on retrouve à l’avant de la scène le bureau d’écolier sur lequel il s’accroupit pour chanter ou fait le poirier quand il ne sert pas tout simplement à calligraphier des messages que le public lit en coeur.

Mais Gara se voit dans l’obligation de partager la gloire et la scène avec Nero, batteur très présent, voir omniprésent, et ultra expressif. Loin de jouer à l’homme reclus derrière son instrument, il arbore fièrement une sublime chemise tendance psychédélique comme on n’en voyait que dans Parker Lewis, ses cheveux rouges pétants jurant magnifiquement avec le bleu intense des grosses caisses de sa batterie. Il a ses privilèges : c’est lui qui a la charge du speech de fin de concert et il a le monopole du solo, un solo grandiloquent qui n’est pas sans rappeler les prises de pouvoir de Yoshiki à l’époque de X Japan. Nero n’a certes pas la même technique mais est tout aussi excentrique et le regarder jouer est un plaisir, il chorégraphie ses gestes, danse sur son tabouret…

Concrètement ?

Merry joue les pères noël avec une édition limitée qui regorge de bonus et de cadeaux inutiles mais tellement jouissifs quand on est fan ! Le bonus sur le DVD est une version multiangles de T.O.P où chacun peut admirer son favori sous toutes les coutures et on retrouve sur la deuxième galette de SCI FI nu Chemical Rethoric –first cut-, un CD audio de deux titres inédits, mousou rendez vous et Tokyo ni fuyu yuki qui sentent la commande express... Le bonheur se trouve évidemment dans les babioles et autres fioritures : cinq cartes postales (une pour chaque membres) et un mini poster pour décorer avec goût votre chambre. Le meilleur reste le fourreau cartonné qui déguise votre vulgaire boîtier de DVD en plastique en édition collector de luxe, très classieux.

Ceux qui se tourneront vers le second pressage ne seront pas lésés, ils auront droit à un livret de 16 pages contenant des photos du concert mais devront se passer du CD audio qui n’est, au fond, pas une grande perte. A noter, le bonus ici est l’intégrale des "Nerolizm" (comprendre les solos de Nero), programme très attrayant, et au final, on est tenté d’abandonner les cadeaux futiles et le fourreau cartonné de l’édition limitée pour profiter de ce qu’offre l’édition régulière. Si on veut pinailler, on peut regretter le menu réduit à sa plus simple forme : concert, chapitres, bonus selon la version.

SCI FI nu Chemical Rethoric –first cut- est la première occasion pour nous, non résidents japonais sans le sous, d’apprécier une performance live du groupe dans son entier, et on en est plutôt satisfait. On ne s’ennuie pas une minute, la musique, flattée par le bon son du DVD, est excellente, et le show est de taille. Un peu conservateur dans l’âme, on boude les zombies du début qui refont surface de temps à autre, Merry n’a vraiment pas besoin d’aide pour occuper la scène et les messieurs momifiés de noir sont plus ridicules qu’autre chose. Mais ce détail insignifiant ne gâche en rien notre enthousiasme et on a désormais qu’une hâte, que Merry vienne faire un tour dans notre beau pays pour tâter de leur live en direct.

Lorraine Edwards

Sortie : 21 décembre 2005
Référence de l’édition limitée : VIZL-165
Référence de l’édition régulière : VIBL-314
Spécifications : DVD japonais zone 2 NTSC
Site officiel : www.merrymate.jp

Setlist :

01 - dejii note
02 - meisai no shinshi
03 - yasashisa kid
04 - Atama ga ZAKURO
05 - Lost Generation
06 - Seishun neurose
07 - misemono tengoku
08 - R-246
09 - omoide sunset
10 - Bara to katasumi no blues
11 - kubitsuri rondo
12 - Dekiai no suisou
13 - Aikoku ~masurao~
14 - Ve-doro
15 - nihilistic
16 - Japanese modernist
17 - Hi no ataranai basho
18 - T.O.P
19 - Violet Harenchi
20 - Yellow girl
21 - karappo na uta
22 (replay) - Violet Harenchi

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême