Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Akeboshi - Meet Along the Way

Loin des strass et des paillettes de la scène pop (et rock aussi, finalement) au Japon, Akeboshi fait partie de ces artistes qui coupe le souffle à chaque nouvelle sortie. Véritable orfèvre de la musique, il mature chaque chanson, et prend un soin particulier lors de la phase d’écriture et d’arrangement. Distingué par le tout-venant grâce à sa chanson Wind, magnifique premier générique de fin de la série Naruto, et plus tard avec Yellow Moon, l’œuvre d’Akeboshi n’est cependant pas grand public. Après un premier full album en major, Akeboshi (2005), et deux mini albums, Yellow Moon (2006) et Rusty Lance (2007) chez Epic Records, l’artiste revient avec ce deuxième magnifique opus, Meet Along the Way.

Une des particularités d’Akeboshi est de proposer à chaque nouvelle sortie un CD qui ne repose que sur de nouvelles compositions. La qualité y est toujours impressionnante. Le Japonais prend en effet le temps de réfléchir un morceau, et de sélectionner les instruments de musique qui y prendront part. Parmi ses favoris, on notera le piano, le violon et surtout la thin whistle, cette petite flûte irlandaise. Pour Meet Along the Way, Akeboshi est allé encore plus loin en incorporant des uilleann pipes (cornemuse irlandaise), car Akeboshi aime la musique celtique plus que tout. Il en découvre l’intensité au Liverpool Institute for Performing Arts (LIPA), où il reçoit sa formation musicale, et importe ces sonorités au Japon dans une œuvre métissée, fine et incomparable. Parmi les références à l’Irlande, Akeboshi propose une piste, Coille gan crann, petite interlude musicale à la harpe chantée en gaëlique, et une référence dans Broken Bridge à The Chieftains, un mythique groupe de musique traditionnelle et folk dublinois qui officie depuis 1963.

À la première écoute de Meet Along the Way, on s’étonnera en réalisant que tous les titres sont chantés en anglais, un anglais parfait où pointe un bout d’accent irlandais ! Par ailleurs, Akeboshi renoue avec la sonorité pop, qu’il avait laissée de côté depuis ses trois mini-albums de sa période indies (Stoned Town, White Reply Faerie Punks). De ce fait, Meet Along the Way est beaucoup plus musical et moins entraînant que Yellow Moon ou Rusty Lance qui flirtaient avec la musique électronique. Les seules rescapées de cet univers plus métallique, Close my Door et Fukurou Album ver., déjà présente sur un précédent maxi-single, rappellent l’inclination d’Akeboshi pour une musique électro très planante.

Dans Meet Along the Way, Akeboshi nous parle d’actes manqués, de ces choses dont on aurait voulu parler et que l’on a gardé secrètes, de rencontres qui nous ont marqués, bref, de la vie et des émotions qui naissent et laissent une trace indélébile en notre for intérieur. Portée par la mélancolie d’un piano, la tranquillité d’une batterie, le sanglot d’un violon ou bien la joie de la flûte, la musique d’Akeboshi s’immisce avec douceur pour faire ressurgir ce qui était peut-être enfoui en nous.

Sky in the pond
ouvre et résume très bien le propos et la musicalité de Meet along the way, avec sa mélodie languissante, sa guitare folk subtile, et les notes égrenées sur un piano comme tomberaient des gouttes de pluies sur la lande. On retrouve les mêmes ingrédients pour Seeds, où se rajoutent au fur et à mesure des violons virevoltants, des percussions sourdes et de cairdin (accordéon irlandais), pour Shadow of the wind, où Akeboshi murmure plus qu’il ne chante, comme un souvenir emporté par le vent, ou pour Green Eyes, une superbissime ballade, douce et onirique. En parallèle de ces chansons folk, on appréciera des titres pop empreints de cette musicalité celtique, comme The Cliff et ses violons ou Village Stone. Village Stone n’a, en fait, rien à voir avec de la musique "japonaise" au sens où vous pouvez l’imaginer, puisque c’est une gigue, instrumentale, convenant mieux à un album de musiques traditionnelles. Ce titre en est époustouflant de maîtrise, subtil et joyeux grâce aux notes de plusieurs thin whistles et aux tambours légers. Personnellement, j’ai un faible, un éternel tressautement quand tous les instruments s’effacent devant les quelques accords plaqués sur un piano jusqu’alors en retrait.

Au registre à proprement parler pop, il reste Yellow Bird, comptine finement pensée dans laquelle le piano répond aux paroles d’Akeboshi, comme une seconde voix virtuelle, et où un couple de violon vient s’en mêler, prêtant à Yellow bird une réelle beauté. Mais c’est véritablement sur des ballades lancinantes comme Diamond Dust, Broken Bridge ou Mercury is rising et de ses cuivres, que la voix grave et légèrement rauque d’Akeboshi est pleinement mise en valeur. On ne pourrait pourtant pas la qualifier d’exceptionnelle, peut-être pas assez "m’as-tu-vue" ou criarde, mais toujours juste. Akeboshi compense une voix peu travaillée avec la qualité de composition et d’arrangement de ses morceaux.

Meet along the way est une nouvelle perle que nous devons à Akeboshi. Bien que plutôt "émo", le CD est ponctué de pistes plus légères et joyeuses qui apportent à chaque fois une bouffée d’air frais et d’optimisme dans une ambiance mélancolique. Cette multitude de sonorités, obtenue pourtant avec les mêmes instruments, exprime tout le génie d’Akeboshi en matière de composition : il se montre ainsi capable de jouer dans la cours très traditionnelle de la musique celtique, ou très avant-gardiste de la musique électronique. L’album n’est certainement pas réservé aux amateurs de musique japonaise, mais de musique tout court ! Avec ses treize pistes incontournables, c’est un investissement presque obligé, une valeur sûre qui ne pourra se déprécier au fil du temps. A noter que la version double CD propose un mini-disque avec trois titres bonus que sont les singles Rusty Lance, Yellow Moon et Along the Line (sur Colorful Drops).

Wendy Roeltgen


Sortie : 7 novembre 2007
Référence édition  limitée CD+miniCD : ESCL-3021
Référence édition simple CD : ESCL-3023
Site officiel :
www.akeboshi.com

Tracklist CD :
01 - Sky in the pond
02 - The Cliff
03 - Yellow Bird
04 - Broken Bridge
05 - Seeds
06 - Shadow of the wind
07 - Green Eyes
08 - Village stone
09 - Mercury is rising
10 - Diamond Dust
11 - Coille gan crann
12 - Close my Door
13 - Fukurou Album ver.

Tracklist Bonus CD :
01 - Rusty Lance
02 - Yellow Moon
03 - Along the line

>> Acheter l’édition officielle simple CD chez YESASIA

Visuels © Epic Records Japan

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême