Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

KAT-TUN - Best Of

Presque 5 ans d’existence et les KAT-TUN n’avaient jamais sorti un seul album, un seul single. Ils sont pourtant le groupe le plus populaire actuellement dans les rangs de la Johnny’s Entertainment, et leur appellation d’origine contrôlée de poulets aux œufs d’or leur a permis de donner des concerts en one man ainsi que de chanter des titres spécialement composés et écrits pour eux, contrairement aux autres juniors qui doivent se contenter de reprendre les tubes de leurs aînés. Ce Best Of rassemble donc les succès des KAT-TUN en concert, ceux qui font hurler les japonaises et permettent à chacun de leur DVD live de faire un séjour dans le top 3 de l’Oricon.

Les KAT-TUN version studio

L’album débute par la désormais célèbre réplique de Kôki « we are K.A.T.T.U.N, it’s show time », introduction de SHE SAID, une des chansons hymnes du groupe au pop rock énergique, simple mais d’une efficacité durement contestable. C’est presque émouvant d’entendre pour la première fois un titre des KAT-TUN avec des arrangements sur mesure et un son impeccable d’enregistrement studio, bien loin des tentatives de fans désespérés de bricoler des albums dans leur chambre en isolant la bande son des précieux DVD live.



Autre grand tube, autre style, NEVER AGAIN se donne des faux airs de R’n B. Chacun y fait la démonstration de ses talents vocaux accompagné par une boîte à rythme poussée et une guitare sèche discrète. Tanaka Kôki s’occupe comme toujours des parties rappées de sa grosse voix virile pendant que ses collègues se partagent les couplets chantés. Akanishi Jin prouve qu’il n’a pas seulement une voix doucereuse, il n’hésite pas à crier et monter dans les aigus voire suraigus, il sait tenir la note. Son camarade de gloire, Kamenashi Kazuya profite lui aussi du studio pour pousser sa voix fluette sans risquer la fausse note fatale. Sur le break musical, Nakamaru donne un coup de main à la boîte à rythme en jouant l’human beat box. Comme d’habitude, on entend très peu Taguchi Junnosuke et Ueda Tatsuya, leur solo se limite à une phrase, ils sont surtout là pour donner plus de consistance aux refrains tout en chorus.

En sa qualité de « best of », l’album enchaîne ainsi tous les grands tubes qui font le bonheur des fans en concert, l’excellente GOLD au refrain ultra efficace, la dramatique Wilds of my heart, la très célèbre Harikana Yakusoku… toutes donnant dans le pop rock commercial à avaler les yeux fermés. Malheureusement le best of se sent obligé de nous servir aussi quelques ballades, et on ne peut couper aux chansonnettes mielleuses débordantes d’amour brisé et autres sentiments larmoyants ; l’incarnation en est PRECIOUS ONE. On a de la chance dans notre malheur, c’est la dernière piste et rien ne nous empêche d’éteindre notre chaîne hifi avant ses premières notes.

On peut tout de même danser un petit slow sur I LIKE IT sans risquer le malaise. Le morceau est plus proche d’un R’nB que d’une love song de boys band, son refrain chanté en canon sonne vraiment agréablement à l’oreille, on se sent bercé par les voix douces des garçons.



Pourtant toutes ces chansons qui nous réjouissent en live ont beaucoup moins d’attrait sur CD et passé le plaisir de les écouter sans les hurlements parasites de la foule hystérique, on s’ennuie un peu. Les KAT-TUN sont avant tout amusants pour leurs vestes à loupiottes, leurs chorégraphies mal réglées, leurs fausses notes, leur déhanchés sexy et leur apparente bonne humeur, au delà de tout cela, leur musique apparaît bien fade.

Quelques inconnues

Ce best of n’est pas si best of que ça. Il compte parmi ses rangs quelques intruses, sept nouvelles pistes. On en vient à se demander pourquoi la Johnny’s Entertainement n’a pas tout simplement appelé « premier album » ce premier album et a voulu lui donner un statut de best of ; au final, il y a autant de nouveaux morceaux que d’anciens.

La première nouveauté est la quatrième piste, MIRACLE, elle tranche avec le style des KAT-TUN que l’on classe facilement dans la variété rock vaguement hip hop à ses heures, mais cette piste nous offre un son electro dance assez laid et ce n’est pas le chant mollasson qui rattrape la bévue. Les autres nouveaux titres, bien que pas mauvais fondamentalement, restent anecdotiques. Ils déclinent la recette habituelle du groupe sous toutes ses formes sans innover, la ballade mièvre Blue Tuesday, le pseudo rock industriel de Butterfly, le pop rock gentil de Rush of light. On aurait préféré qu’ils nous épargnent ces titres sans intérêt majeur et nous offrent les solos des six comparses, en particulier la très chaude Ha-Ha de Akanishi.



Les nouvelles chansons ne sont heureusement pas toute dénuées d’intérêt et ONE ON ONE est un petit morceau de hiphop à l’ambiance dramatique bien sympathique. Nakamaru fait preuve de son talent à postillonner dans son micro, près d’une minute de human beat box made in KAT-TUN soutenu par Kôki décidément très convaincant dans son rap. RHODESIA est proche de real face et possède un son rock à l’atmosphère lourde rendue par des riffs empruntés au heavy et un chant sur l’offensive qui donne une certaine force au titre. Real face telle qu'elle est sur le single du même nom manque à l'appel sur l'album mais on peut tout de même apprécier une version remixée par
Matsumoto Takahiro, son compositeur.

On se réjouissait, et même jubilait, à l’idée de retrouver les chansons phares des KAT-TUN réunies sur un CD avec la qualité audio d’un album studio, mais finalement ce qui fait le charme des six garçons ne filtre absolument pas à travers cet album. L’intérêt des KAT-TUN résiderait-t-il uniquement dans leurs belles gueules, leurs costumes emplumés et les chorégraphies explicites ? On doit bien avouer que oui… Pourtant, on peut d’ores et déjà prévoir le succès du best-of qui squatte la première place du classement Oricon depuis une semaine.

Lorraine Edwards


Sortie : 22 mars 2006
Référence Regular Edition : PCCA-2245
Site officiel : www.j-storm.co.jp/J-OneRecords/page_top.html

Tracklist :
01 - SHE SAID
02 - NEVER AGAIN
03 - I LIKE IT
04 - MIRACLE
05 - BLUE TUESDAY
06 - RHODESIA
07 - GOLD
08 - WILDS OF MY HEART
09 - SPECIAL HAPPINESS
10 - ONE ON ONE
11 - BUTTERFLY
12 - RUSH OF LIGHT
13 - Harukana Yakusoku
14 - PECIOUS ONE
15 - REAL FACE"1

>>> Acheter la version officielle de cet album chez notre partenaire YESASIA (environ 21 euros)
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême