Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Namie Amuro - Space of Hip-Pop

Après avoir redoré son blason avec l’album STYLE loué par la critique, Namie Amuro a signé l’été dernier un retour en fanfare dans les plus hautes sphères avec le succès retentissant de son Queen of Hip-Pop, sans nul doute l’album le plus personnel qu’ait jamais enregistré celle qui fut, il y a dix ans déjà, la Reine de la Jpop. Namie a coutume de dire que ses chansons ne sont jamais réellement terminées tant qu’elles n’ont pas connu la consécration d’une interprétation en live. On a pu prendre toute la dimension de cette affirmation lors de la précédente tournée de l’artiste, le SO CRAZY TOUR 2003-2004, une série de concerts monumentaux qui a su donner un second souffle à tous ses plus grands tubes et consacré Namie comme l’artiste aux "performances live les plus impressionnantes d’Asie" (MTV Video Music Awards Japan 2005). Avec cette nouvelle tournée SPACE OF HIP-POP 2005, c’est au tour des chansons du dernier album, taillées pour le live, de prendre vie sur scène…

Un DVD live de Namie Amuro est toujours un grand évènement pour ses fans, tout comme pour la critique, qui a chaque fois ne tarit pas d’éloge sur la qualité du spectacle offert par l’artiste. Il faut dire qu’avec bientôt 15 ans de carrière et 10 ans d’expérience de la scène, Namie est rodée à l’exercice périlleux de la prestation en public. Son chant est désormais irréprochable, tandis que l’excellence de ses performances chorégraphiques n’est plus à démontrer. Car c’est là la grande motivation de Namie : comme elle l’a toujours revendiqué, elle n’est sans doute pas la meilleure chanteuse au monde, ni la meilleure danseuse. Mais pour ce qui est de la combinaison chant + danse, elle sait qu’elle peut inscrire son nom au panthéon des plus grands, et voilà donc l’objectif qu’elle se donne. Un objectif d’ores et déjà rempli avec brio : rares sont en effet les artistes qui, y compris parmi les stars internationales, sont capables d’enchaîner plus d’une trentaine de dates avec à chaque fois près de 2h de concert pour autant de prestations alliant chant et danse sans jamais recourir au playback.

Le SO CRAZY TOUR avait dans ce domaine mis la barre très très haut. Il faut dire que dix ans de carrière solo, ça offre un potentiel de tubes non négligeable à exploiter, et autant de titres charismatiques dont Namie et son équipe ont su tirer le meilleur parti pour offrir un spectacle auditif et visuel frisant la perfection. Inutile de dire donc que l’on attendait beaucoup de ce SPACE OF HIP-POP TOUR. Passons sur le packaging hideux au possible, aux allures de tabloïd américain avec ses couleurs flashy désastreuses et ses accroches ridicules, pour nous intéresser au contenu, comme toujours réduit au strict minimum à savoir le spectacle, sans le moindre bonus. Le concert est globalement construit en trois parties : tout d’abord une dizaine de titres très récents pour la plupart issus du dernier album, suivis par quelques standards de Namie provenant de ses opus précédents, pour finir sur un tir groupé de ballades. Une structure relativement logique sur le papier qui a toutefois ses inconvénients à l’écoute. Car si certes les chansons de l’album Queen of Hip-Pop étaient pour la plupart excellentes, elles n’ont pas toutes le charisme et la variété des titres qui ont fait le succès pérenne de Namie pendant tant d’années. Si bien que, il faut l’avouer, la première partie du spectacle aurait presque tendance à sonner répétitive…



Un show un peu froid

Le concert s’ouvre sur Queen of Hip-Pop, une intro moins punchy que le fabuleux Put’Em Up du SO CRAZY tour mais plutôt bien menée par une Namie Amuro au costume très classieux alliant un débardeur imitation corset avec une jupe plissée, un chapeau et de longues bottes à talons aiguilles, le tout dans des tons mêlant noir et rose violacé. Sans transition, l’artiste enchaîne sur le sexy WANT ME, WANT ME pour une prestation très pro (trop ?) bien servie par des arrangements live aux couleurs funky. Ce sont ces mêmes arrangements efficaces que l’on retrouve ensuite sur WoWa, le titre phare parmi les inédits du dernier album de Namie. Pour l’occasion, l’artiste est rejointe par l’inévitable panthère rose, dans un décor de mur de briques dans lequel danseurs et danseuses (tous excellents dans leur numéro bien rodé) contribuent à offrir ce qui est sans doute la première prestation remarquable du show.



S’ensuivent alors d’autres titres issus de la discographie récente de l’artiste : I Wanna Show You My Love, GIRL TALK (après un changement de costume au profit d’une jolie petite robe noire ornée d’une cravate en pierres collées à même le tissu), the SPEED STAR (qui sort un peu du lot grâce à un bout de chorégraphie innovant avec une chaîne), My Darling (et son guitariste chevelu), ou encore Ups & Downs. A chaque fois, l’impression est la même : irréprochable, tant sur le plan vocal que pour ce qui est de la danse. Mais trop parfait. Les chorégraphies sont rodées et exécutées avec brio, mais manquent de punch (les talons aiguille c’est sexy mais c’est pas l’idéal pour mettre le feu à une scène, aussi doué soit-on) et se ressemblent toutes une peu, avec beaucoup de mouvements de bras de faible ampitude et de petits sauts. Namie semble concentrée sur ses prestations et peu échanger avec le public. Il faut dire que la réalisation n’est pas très concentrée sur les rapports de l’artiste avec la foule : la patte du génial UCHIGIN sur le SO CRAZY tour manque ici cruellement. Et surtout, tous les speechs de l’artiste ont été purement et simplement supprimés du DVD, qui se transforme ainsi en une succession de tableaux sans transition au sein desquels Namie en est réduite à faire sa star avec un professionnalisme à faire pâlir de jalousie le plus dévoué des employés de bureau nippons. Même Violet Sauce, dont on espérait une chorégraphie ultra-sexy dans la lignée du film SIN CITY dont elle assure la promotion, se contente d’une énième prestation carrée mais dénuée d’une vraie personnalité.

C’est dans les vieux pots…

Et puis tout à coup, comme par enchantement, Namie se réveille. Après un ALL FOR YOU anecdotique où la chanteuse assure une performance vocale impeccable tout en regardant par terre une bonne partie du temps, place aux vieux tubes. Et là finie la concentration, finis les excès de zèle, finies les prestations trop carrées. Dans un ensemble bleu turquoise froufrouté assez hideux, Namie se lance avec Don’t Wanna Cry, peut-être l’un des titres ayant le plus mal vieilli de son répertoire ; pourtant, la sauce prend très vite, le public réagit, Namie retrouve le sourire et la complicité avec la foule. Il était temps, et l’on ne pourra que regretter que le directeur artistique de cette tournée n’ait pas réussi à assurer la même ambiance sur la première partie du show ! Pareil relâchement a tout de même ses inconvénients : le puissant ALARM y perd en percutant et aurait gagné à se trouver placé plus tôt dans la setlist. Il en ira de même pour SO CRAZY et Put’Em Up un peu plus tard, d’autant que la chorégraphie géniale de la chanson n’est vraiment pas conçue pour être dansée sur talons… BODY FEELS EXIT confirme par contre n’avoir rien perdu de son incroyable efficacité après dix ans d’existence, notamment grâce à une chorégraphie légèrement remaniée, et surtout la voix de Namie, plus rauque qu’à ses premières heures, qui colle bien mieux au morceau. Et la prestation de l’artiste sur LOVE 2000 constitue une excellente démonstration de l’aboutissement que constitue le live pour ses chansons, tant la piste prend en concert une autre dimension.



Aussi paradoxal qu’il puisse être, le fait est que l’on aime voir Namie en jogging et baskets. Car c’est là l’assurance qu’elle va enfin pouvoir exprimer pleinement ses talents de danseuse, et que le show va gagner en puissance. Après la traditionnelle présentation des musiciens, Namie revient sur scène, comme pour la tournée précédente, en interprétant le charismatique You’re My Sunshine. Malgré une réalisation particulièrement exécrable sur ce morceau, qui nous fait perdre le meilleur angle sur la plupart des portions les plus impressionnantes de la chorégraphie, l’efficacité est de mise et l’on se laisse enfin définitivement gagner par l’euphorie qui est celle de tous les lives de Namie Amuro. Chase the Chance fait également son effet, et après un Say The Word aux arrangements live toujours aussi plat, Namie poursuit sur sa lancée pour nous offrir un show époustouflant sur No, l’un des meilleurs titres de l’album Queen of Hip-Pop. C’est là que toutes les critiques exprimées sur le début du concert prennent toute leur importance : lâché dans la masse des anciens morceaux de l’artiste, dont la tenue lui permet enfin de se défouler sur scène, et tandis que la complicité entre Namie et son public a repris ses droits, No fait l’effet d’une bombe. Enfin une chorégraphie avec une certaine originalité, avec une vraie recherche esthétique dans la synchronisation des danseurs, avec une adéquation impeccable entre les changements de rythme du morceau et le mouvement global de la marée humaine qui investit la scène ! Impressionnante de maîtrise et de charisme, Namie Amuro met le feu à la scène, pour le plus grand plaisir des spectateurs qui l’ovationnent à la fin de sa prestation.

Le rappel est assez bref, avec tout d’abord le fameux Put’ Em Up scandaleusement positionné sur un passage complètement relâché du spectacle là où le morceau aurait sans doute aidé à mettre de l’ambiance sur le début de la setlist. Le concert s’achève toutefois de la plus belle des façons : CAN YOU CELEBRATE, la ballade-phare de l’artiste, dans une version réarrangée à l’interprétation poignante et au final super mignon ; White Light sur laquelle Namie nous délivre une prestation pleine de charme ; et enfin le surprenant I Love You aussi fédérateur sur scène qu’il était insipide sur CD, et qui constitue du coup une excellente conclusion à ce concert.



C’est un fait, les impressions que laisse finalement ce DVD sont assez mitigées. C’est d’abord la déception qui prime, parce que la première partie du concert est assez froide et répétitive, parce que le show est mal filmé, parce que Namie y est souvent présentée comme une star de papier glacé, parce que certains titres capitaux de l’artiste ont été mal exploités et s’avèrent par conséquent très frustrants. Mais en conclure que ce DVD est mauvais serait une grave erreur. Car Namie Amuro nous livre ici un spectacle encore une fois monstrueux sur le plan technique, impressionnant de maîtrise vocale et surtout de maîtrise scénique, avec des chorégraphies en béton armé que peu d’artistes commerciaux au monde sont capables de réaliser. Elle nous fait également cadeau de ses traditionnels petits numéros de charme, nous offre ses plus grands tubes avec leur efficacité indéniable, auxquels s’ajoute quelques petits nouveaux tel que WoWa ou No dont les versions live sont déjà d’anthologie. Bref, même si ce concert est un cran en dessous du SO CRAZY tour, il est évidemment indispensable à tout fan de l’artiste, et se place sans nul doute comme le meilleur spectacle sorti sur DVD en ce début d’année. Souhaitons maintenant que l’entourage de l’artiste sache se renouveler afin de mieux mettre en valeur les nouvelles productions de Namie. Entre son nouveau single en collaboration avec la chorégraphe de Janet Jackson, et l’Arena Tour qu’elle prépare pour le second semestre, ce ne seront pas les occasions qui vont manquer.

Kévin Petrement


Sortie : le 15 mars 2006
Référence : AVBD-91403

Tracklist :
01 - Queen of Hip-Pop
02 - WANT ME, WANT ME
03 - WoWa
04 - I Wanna Show You My Love
05 - GIRL TALK
06 - the SPEED STAR
07 - My Darling
08 - Ups & Downs
09 - Violet Sauce
10 - ALL FOR YOU
11 - Don't wanna cry
12 - ALARM
13 - Body Feels EXIT
14 - shine more
15 - SO CRAZY
16 - LOVE 2000
17 - You' re my sunshine
18 - Chase the Chance
19 - Say the word
20 - No
21 - Put 'Em Up
22 - CAN YOU CELEBRATE?
23 - White Light
24 - I Love You

>>> Acheter la version japonaise officielle de ce DVD chez notre partenaire YESASIA (environ 34 euros)

Visuels © avex

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême