Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

MONKEY MAJIK - Sora wa Maru de

En cet été 2007, le soleil tape fort, très fort sur la tête des Japonais… à tel point qu’ils entendraient des compatriotes chanter en anglais et sans accent à la radio ! Ils ne sont pourtant pas victimes d’une hallucination, sauf que ces incroyables Japonais ne sont pas 100% authentiques : il s’agit du phénomène nippo-canadien MONKEY MAJIK. Sorti fin juillet, Sora wa Maru de, le quatrième album du quatuor, est aussitôt monté sur le podium de l’Oricon pour se maintenir en bonne position après quelques semaines. Un classement mérité pour un CD à savourer sans plus attendre.

Depuis l’arrivée de la musique occidentale dans l’archipel, des nombreux artistes étrangers ont voulu chanter en japonais, motivés à l’idée de faire du chiffre auprès d’une population très consommatrice de disques, ou tout simplement pour faire plaisir aux fans. Parmi ceux-ci, on pourra citer Freddie Mercury, The Carpenters, Tokio Hotel… mais aussi des Français : France Gall, Alain Delon, Cloclo ou encore Mireille Mathieu. Bien sûr, leur accent faisait généralement sourire, même si les Japonais, traditionnellement peu enclins à accepter les étrangers, étaient flattés et amusés que leurs artistes préférés fassent cet effort. Depuis la fin de la guerre, les métis et résidents étrangers se sont multipliés et certains ont voulu pousser la chansonnette... Le groupe WaT avec son leader germano-américano-nippon Eiji Wentz est l’un des plus en vue, suivi d’une petite troupe d’artistes : Mika Todd (l’Hawaïenne sage et illuminée des Mini Moni), Ai, Angela Aki, OLIVIA, Anna Tsuchiya... Tous ces artistes ont du sang japonais et sont plus ou moins imprégnés par la culture de ce pays grâce à leur famille et/ou leur environnement. L’année 2000 voit le commencement d’un nouveau phénomène avec l’arrivée sur le marché nippon d’un Hawaïen (né en Chine…) plus blanc que blanc, Shen, qui ose rapper en japonais avec son groupe Def Tech… On sait aujourd’hui avec quel fantastique succès Def Tech est devenu le leader du genre. À peine le phénomène se tasse-t-il qu’un autre groupe intégrant aussi des étrangers commence à percer : MONKEY MAJIK.



Avec seulement environ 100.000 non-asiatiques au Japon, les autochtones sont encore tout surpris d’en entendre certains parler leur langue. Les étrangers étaient un peu les bêtes de foire des plateaux télé : très souvent ridicules donc distrayants par leur bilinguisme. Mais aujourd’hui, la donne change. Shen a ouvert une voie et ses aînés suivent : ces étrangers maîtrisent la langue maternelle de nippons stupéfaits, et ceux-ci semblent davantage prêts à les accueillir. Après les millions de CD écoulés par Def Tech, MONKEY MAJIK cumule désormais les ventes en centaines de milliers d’exemplaires et l’excellent Sora wa Maru de, fraîchement disponible, s’affirme comme leur plus grande réussite commerciale et musicale. Le quatuor fondé en 2000 à Sendai (ville de la préfecture de Kagoshima située au nord de l’île principale) mixe donc les origines, avec les deux chanteurs/guitaristes et frères canadiens Plant (Maynard, 31 ans ; et Blaise, 27 ans) associés aux musiciens Japonais Takuya "tax" Kikuchi à la batterie et DICK à la basse.

Après six ans de travail, MONKEY MAJIK sort de l’anonymat avec le single Around the World en 2006, choisi pour être le générique d’une nouvelle adaptation live de la légende chinoise Saiyuki, menée par l’acteur-chanteur Shingo Katori (SMAP) qui y joue le rôle de l’homme-singe Son Goku. Drôle de coïncidence : grâce à un primate, MONKEY MAJIK s’octroie la 62ème place du top singles 2006 avec plus de 164 000 copies vendues. Encore plus étonnant, sachez que le nom du groupe vient d’une chanson (disponible sur le single MONKEY MAJIK x MONKEY MAGIK) tirée d’un vieux drama des années 70 ayant également pour thème Saiyuki, interprétée par le groupe Godaigo qui a lui aussi un membre étranger en son sein. Après un troisième album, Thank you, sorti en mai 2006 -le premier en major-, la logique commerciale suit son cours et MONKEY MAJIK sort ce 25 juillet 2007 son nouvel opus, Sora wa Maru de.



Sora wa Maru de est un album complet et homogène, composé de quinze titres qui mélangent avec onctuosité paroles en anglais et en japonais. On y apprécie des compositions dans un style pop américain, avec un son léger, très "zen", sublimé par la guitare sèche, rappelant à certains moments Jack Johnson pour son côté folk et acoustique. Quelques flows hip-hop se glissent timidement de-ci de-là, avec l’intervention d’amis guests : m-flo et SEAMO. Ces passages, sans être d’une quelconque originalité, s’intègrent facilement à l’ensemble. MONKEY MAJIK joue beaucoup sur la connivence de ses chanteurs canadiens qui assurent l’essentiel de la mélodie, les instruments servant davantage à accompagner un ensemble très doux. Les frères Plant ont de très belles voix, reposantes et bien posées, très agréable à écouter, complétée de temps en temps par les backvocals des musiciens nippons. On obtient ainsi une musique mainstream lounge, aérienne et chaleureuse, idéale pour se prélasser sous le soleil de l’été.

Comme le nom du CD l’indique, MONKEY MAJIK a voulu faire de la première piste Sora wa Maru de son tube de l’été. Ce pur régal, un peu plus rythmé que leurs habituelles productions, jouit d’un son naturel, sans ajout synthétique superflu dont abuse la Jpop en général. Ça se boit comme du petit lait, et préfigure le reste de l’album. Celui-ci inclut comme il se doit les cinq singles sortis depuis Futari (troisième album commercialisé en octobre 2006) : Picture Perfect (février 2007), Sotsugyou, Soshite Mirai He (mars 2007) , Change (mai 2007) et MONKEY MAJIK x MONKEY MAGIK (fin juin 2007, pour la promotion du film Saiyuki, avec comme tube l’excellent Around the World). Around the World apparaissait déjà dans le troisième album, mais se voit cette fois proposé dans une version remasterisée à l’occasion de la sortie en salle cet été au Japon du film Saiyuki. Pour introduire cette reprise (placée en fin de CD) et pour pimenter un peu plus avant son écoute, on y entend les cris du comédien-chanteur-bouffon Shingo Katori (SMAP). Toujours en pleine forme, ce pitre-là. On regrettera l’absence d’édition CD+DVD qui aurait intégré le clip tout en images de synthèse avec personnages SD. Picture Perfect, autre single ici en piste 4, est l’un des morceaux les plus hip-hop de Sora wa Maru de. Réalisé en collaboration avec m-flo (qui en propose une version plus péchue sur son très bon album COSMICOLOR), ce morceau conventionnel sort un peu de l’univers de MONKEY MAJIK par son côté groovy, mais réussit à s’y insérer par le jeu délicieux de la guitare acoustique, marque d’identité du groupe. A la suite de Picture Perfect, on retrouve le single qui a le moins bien marché parmi les cinq derniers : Sotsugyou, Soshite Mirai He, avec la participation du rappeur SEAMO. Totalement hip hop, sur un rythme lent, celui-ci manque de punch et de charisme pour convaincre et ne deviendra certainement pas un classique de MONKEY MAJIK.



L’aîné Maynard, la "belle" Plant [NDE : la direction de la rubrique ne cautionne pas cette blague…] (le petit frère Blaise au look de surfer, sans être le leader, pèse le plus dans la dualité du chant par sa très belle voix suave qui fait trembler plus d’une fille...), ancien professeur d’anglais, a du être séduit par la beauté du son ancestral japonais et de ses instruments. Dans le morceau le plus "électrique" du CD, Change, il décide d’utiliser le shamisen à bon escient en faisant appel aux Yoshida Brothers, deux artistes spécialistes en la matière. Le clip vidéo magnifiquement stylisé mérite le détour, avec une magnifique partie hip-hop loin des clichés américains. Pour clore l’album après Around the World, MONKEY MAJIK raconte en musique la légende indienne bouddhiste Gandhâra de la saga Saiyuki, un titre déjà disponible dans le single MONKEY MAJIK x MONKEY MAGIK (juin 2007), ici bonifié dans une version plus rythmée et moins soporifique. À noter qu’il s’agit d’une reprise de Godaigo, dont la chanson originale fut exploitée pour la version 70’s de la série.

N’hésitant pas à inviter quelques amis avec pertinence (comme le fait m-flo à un rythme industriel), MONKEY MAJIK nous offre une délicieuse plage musicale de détente, avec un duo magique au chant, et une orchestration acoustique aussi simple que reposante. Sora wa Maru de est album "zen" ensoleillé étonnant par sa maturité, un régal à l’écoute qui nous fait dire que ce quatuor-là a la classe sans avoir besoin d’artifices. Voilà un très bon CD accessible à tous, et à découvrir au plus vite pour qui les aurait loupés. Ah !… si tous les étrangers voulant chanter en japonais avaient leur talent...

Pierre-Yves Tonin


Sortie : 25 juillet 2007
Référence : AVCD-23314
Site officiel : www.monkeymajik.com

Tracklist :
01 - Sora wa Maru de
02 - No Snow In December
03 - Mitsumoto
04 - Picture Perfect
05 - Sotsugyou, Soshite Mirai He
06 - Change
07 - Futari
08 - LONG SHOT PENNY
09 - Pretty People -Japanese ver.-
10 - Negai
11 - Smile
12 - MAYBE
13 - I Miss You
14 - Around The World + GOKU! (movie ver.)*
15 - Gandhara (fast ver.)*
*bonus tracks

Extraits audio de tous les titres :
www.mu-mo.net/id/monkeymajik/discography/product/AVCD-23314.html

Visuels © MONKEY MAJIK
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême