Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

GIRLS' GENERATION - Gee

Le Hello!Project en pleine déchéance, AKB48 qui tente un croisement avec Idoling!!! pour surnager, le retour raté de SPEED et celui de MAX dont on n’espère pas grand-chose… Les girlsbands japonais sont has been… mais la relève n’est pas loin ! Après la suprématie des boysbands, la Corée semble vouloir redonner leurs lettres de noblesse aux formations purement féminines. Pour preuve, 2007/2008 a notamment vu la percée des Wonder Girls produites par JYP, et de leurs rivales GIRLS’ GENERATION -ou So Nyuh Shi Dae- de l’écurie S.M. ENTERTAINMENT. Après quelques titres hyperglycémiques, un premier album éponyme en novembre 2007, rebaptisé BABY BABY lors de sa réédition 2008, et de nombreuses controverses, les neuf nymphettes sortent un premier mini-album, Gee. Celui-ci s’avère être bien meilleur que les productions "girlsband" asiatiques actuelles, chacune des cinq pistes s’inspirant d’un genre particulier en revisitant la pop, le rock, la ballade, le sweet R’n’B…

A moins d’être immunisé contre le diabète musical, peu de choses ne pouvaient pousser à écouter ce Gee après la série de chansons over-glucosées de GIRLS’ GENERATION (Kissing you, Baby Baby, Into the new world…). Cela dit, la réussite commerciale du CD attire l’attention : Gee a en effet su tirer avantage de son retard pour profiter de l’absence des Wonder Girls (occupées à lancer leur carrière aux USA) et réaliser un score étonnant, surpassant celui de NOBODY (lancé par les WG à la rentrée). Un girlsband étant ce qu’il est, il ne faudra pas s’étonner de retrouver une nouvelle fois un maximum de titres très pop, avec des mélodies sucrées à souhait, des petites voix haut perchées, des soupirs de lolitas, des arrangements dignes des années 80 et des onomatopées répétées ad lib.

Le titre éponyme Gee est une piste pop entraînante et addictive grâce à l’imparable  fusion de deux ingrédients : les répétitions chantées qui ponctuent le refrain ("Gee Gee Gee Gee, baby baby baby" ou "No no no no") et un rythme syncopé vintage qui ne laisse aucun répit à l’auditeur, en apportant toute son énergie et sa dynamique à la tessiture légère des filles. Musicalement, on sent le soin apporté aux arrangements, façon années 80, quand les ingénieurs son prenaient un vrai plaisir à rajouter plein de sonorités électroniques. Ça pétille et ça donne envie de se trémousser, avec ce petit truc "frais" que l’on attend généralement d’un girlsband ; une sensation que l’on avait récemment oubliée en raison des productions de plus en plus bâclées de Tsunku. Gee est donc parfaitement calibré, avec un côté Lio (Banana Split), Morning Musume dans leur période Koi no dance site, ou Alizée dans le chant "à la lolita" ; avec des chorégraphies à la Perfume pour le clip !



Après ce très bon début, la vraie surprise du CD vient de la seconde piste, Way to go, qui fait encore beaucoup de bien aux oreilles. À l’instar du single numérique pop-rock de mai 2008 (Haptic Motion, le même, arrangé un peu différemment) et de la plupart des productions asian-pop qui invitent de manière exceptionnelle des guitares, Way to go emprunte une belle batterie et des riffs de grattes qui ne sonnent pas faux ! Certes, ça se compare à du Miley Cyrus, du Jonas Brothers ou du Avril Lavigne plus qu’à du blink 182 ou Nirvana… mais on se surprend à se laisser porter par le rythme up-beat et l’énergie de ce morceau échevelé et entêtant. Du Youjeen / Cherry Filter en plus kawaii-pop, en quelque sorte ; évidemment signé kenzie, l’un des compositeurs et arrangeurs vedettes en Corée, auteur de nombreux hits (pour GIRLS GENERATION, DBSK, etc.).

Dans la veine pop-loli de Gee, GIRLS’ GENERATION nous offre deux pistes sweet R’n’B comme les Sud-coréens savent faire avec le très sympathique Destiny et le plus anecdotique Let’s talk about LOVE. Avec un peu de culot -et beaucoup de mauvais esprit- on pourrait dire que Let’s talk about LOVE est la version coréenne du Let’s talk about sex d’En Vogue. Même rythme et accroche R’n’B du début des années 90, mais au hip-hop abrupt et tonique d’En Vogue se substituent la mélodie simplette et les voix fluettes des GIRLS’ GENERATION, avec cette sirupeuse propension à faire de la soupe sur un rythme tout de même potable de base. On tirerait bien à vu sur le chorus, les "wooooohoooo" et le piano qui ont loupé la dernière chanson de Noël d’EXILE… Destiny est en ce sens bien meilleur : les voix y sont bien retravaillées en postproduction pour leur donner ce rendu semi haché et métallique pendant les couplets, avant de se radoucir pour un refrain entêtant et facile à retenir. Dans un style plus proche de BoA, Destiny est une piste plutôt agréable et formatée, mélange typiquement coréen de pop et de sweet R’n’B. En plein milieu du CD, Dear.Mom ravira les plus fervents amateurs de ballades asiatiques. Ça transpire la mièvrerie et les bons sentiments, les notes sont pleurnichées sur un piano et quelques violons, accompagnés d’une boite à rythmes… On se croirait chez Disney. Cela dit, c’est le genre de chanson qui marche sur ce continent ; il suffit de constater les ventes supérieures des mauvaises ballades sur n’importe quelle bonne piste up-tempo…



À l’heure où les girlsbands, notamment japonais, se déprécient à mesure qu’ils intègrent de plus en plus de membres, les Coréennes de GIRLS’ GENERATION -pendant féminin aux Super Junior- font office d’exception qui confirme la règle. Gee est une vraie bonne surprise dans son genre, qui a réussi à détrôner le mauvais tube NOBODY, quoique obsédant, des Wonder Girls. En dépit ce petit succès naissant, beaucoup trop de controverses persistent à l’encontre du groupe : la haine émanant des fans de boysbands (lors du dernier Dream Concert, les fan-clubs de DBSK, Super Junior et Triple S ont protesté contre le retour de GIRLS’ GENERATION en faisant régner un silence de mort dans les tribunes), et la langue bien pendue de membres connues pour leurs égos surdimensionnés. Récemment, c’est TaeYeon qui aurait eu des propos diffamatoires concernant l’hôpital où elle avait subi une intervention, mais sa palme de la bêtise revient à cette phrase qui commente le physique d’Alicia Keys : "pour une noire, elle est belle". Tollé général, bien évidemment, ce qui n’aidera probablement pas GIRLS’ GENERATION à se rendre populaire auprès des foules. Cela dit, l’intérêt d’un girlsband tient moins à ce que les filles ont à dire, qu’à ce qu’elles peuvent se mettre sur le dos. Et si leur ouverture d’esprit n’a apparemment d’égal que la longueur de leurs mini-jupes/shorts, on peut se féliciter que les GIRLS’ GENERATION aient toutes des jambes aussi épaisses que l’avant-bras de l’auteur de ces lignes ! Ça fait toujours neuf paires de gambettes à regarder bouger !

Wendy Roeltgen


Sortie : 7 janvier 2009
Site officiel : http://girlsgeneration.iple.com

Tracklist :
01 - Gee
02 - Way to go
03 - Dear.Mom
04 - Destiny
05 - Let’s talk about LOVE



>> Acheter le CD coréen officiel de Gee chez YESASIA (environ 8.50 euros)

Visuels © S.M. ENTERTAINMENT (sauf autre mention)

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême