Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

ARASHI - Believe/Kumori Nochi, Kaisei

La stratégie marketing de Johnny & Associates, toujours aussi subtile qu’un rouleau-compresseur, aura fait son effet. Si EXILE a réussi à être le groupe de l’année 2008 au Japon, le boysband ARASHI aurait pu prétendre au titre : quatre singles - tous classés dans le top 10 annuel -, un album live en tête des charts, des séries TV et des films qui ont remporté tous les honneurs, Satoshi Ohno devenu l’acteur le plus attendu en 2009 (notamment avec Uta no Oniisan), Ryuusei no Kizuna vainqueur d’une flopée de trophées dont le meilleur drama 2008, tandis que Kazunari Ninomiya est récompensé pour son jeu. De son côté, le film de la série Hana yori Dango, HYD Final avec Matsumoto Jun, explose le record d’entrées en salle... Tout a été mis en œuvre pour que les dix ans d’ARASHI ne passent pas inaperçus. Vous allez en manger toute l’année, avec un quintet prêt à vous dévaster les neurones. 2009 démarre par un carton, celui du single Believe/Kumori Nochi, Kaisei qui totalise plus de 210.000 copies écoulées le premier jour d’exploitation, et plus d’un demi-million en une semaine ! Un score que l’on n’avait pas vu depuis KAT-TUN il y a trois ans !

Ce 25ème single d’ARASHI est un double A-side habilement lié à deux gros événements de ce premier trimestre. Believe est en effet la chanson-titre du dernier film de Takashi Miike, Yatterman (adaptation d’un manga dans laquelle Sho Sakurai tient le premier rôle), alors que Kumori Nochi, Kaisei est un solo du leader Satoshi Ohno à l’occasion de son nouveau drama, Uta no Oniisan. Sur le thème rebattu du dépassement de soi et de la foi dans l’avenir, ARASHI offre ici un CD très pop disco kawaii scintillante, certes commercial et commun… mais sacrément efficace !

Believe s’appuie sur un rythme hyper catchy, boosté par une boîte à rythme affolée, édulcorée de quelques violons, quelques notes au piano ou arpèges plaqués ça et là. Il faut que ça plaise à la midinette. De nombreux changements et ruptures de rythme (plus que de mélodie) ainsi que l’alternance au chant des cinq idols masculines assurent le côté power-pop. Ohno ayant droit a son propre solo en seconde piste, on l’entendra beaucoup moins dans ce morceau ; cette originalité renouvelle de manière sympathique la discographie d’ARASHI. Grâce à ce choix stratégique, MatsuJun nous gratifie de quelques phrases dans un canard parfait, on bénéficie des trémolos légers de notre enfant du placard préféré (Ninomiya), et de la petite voix d’Aiba la marmotte. Le rap de Sho est violent, posé en plein milieu d’un passage musicalement calme et appréciable avant que Believe ne reprenne rapidement en amplitude et en puissance. Rien à redire. C’est un concentré de Jpop telle qu’on l’attend.



Le clip déçoit un peu par son univers largement repris d’un précédent single, Truth/Kaze no mukou e. L’ambiance reste sombre, quoique pas vraiment oppressante, et la chorégraphie a été simplifiée à son maximum (profitant à des plans fixes sur les cinq chanteurs) alors qu’on en attendait beaucoup, en adéquation au rythme et à la puissance de Believe. Par contre, la seconde version du clip surprend. Entièrement réalisé par le studio Tatsunoko (à l’origine de l’anime Yatterman), il s’agit d’un mini-film tout en animation pour la sortie du single-thème du long-métrage. Selon un scénario tout simple, les cinq idols revêtent pendant quelques minutes les attributs de cinq héros de la série Time Bokan et consorts, avec les superpouvoirs correspondants. Si on aime le côté personnel de l’interprétation "anime" d’ARASHI (Sho, le plus papa poule de la bande, sauve un enfant ; Aiba, qui co-anime une émission sur les animaux, protège de son corps une portée de chiots en se vautrant une énième fois ; alors que Nino joue à la DS dans une serre…), on regrettera cependant des visuels globalement laids. Ce second clip n’apporte pas grand chose, et ne sera qu’un teaser supplémentaire pour les fans d’ARASHI les plus acharné(e)s.

Kumori Nochi, Kaisei de Satoshi Ohno est toujours aussi pop, mais un poil plus soft, plus groove que disco. Ne manquant pas d’attrait, la chanson semble pourtant et de prime abord beaucoup moins travaillée que la matraque Believe, ceci tenant certainement aux nombreuses sonorités jazzy resucées (piano, slap de basse et riff discret de guitare). Tie-up avec Uta no Oniisan oblige, quelques voix enfantines viennent glisser quelques "La La La" facilement irritants. Kumori Nochi, Kaisei n’est pas transcendantale mais fort sympathique et apporte un brin de fraîcheur très relatif (si l’on reconnaît que la chanson n’a rien d’original) au single. En tant que meilleur chanteur de la clique, Ohno est largement à son aise dans cet exercice, ce que les précédentes tentatives solos déposées au gré des albums du groupe avaient déjà prouvé. Satoshi Ohno a également composé sa chorégraphie et, pour se démarquer (de manière toute relative) de l’industrie Johnny’s, se sont glissées deux filles parmi ses danseurs. Fait assez incroyable pour être remarquable !



Enfin, la dernière piste exclusive de l’édition simple CD, Tobira, se positionne comme la petite sœur de Believe. Encore plus disco que celle-ci et encore plus ensoleillée que Kumori Nochi, Kaisei, Tobira pourrait être le nouvel hymne de DisneyLand Tôkyô ! Cette piste pop l’est tellement que, sans avertissement préalable, l’auditeur frise le lavage de cerveau. Pour les fans de Jpop légère et sans prétention, c’est un vrai bonheur. Pour tous les amateurs de musique un tant soit peu travaillée, c’est un véritable affront. Mais n’enlevons pas à Tobira son pouvoir : l’écouter suffit à mettre de bonne humeur !

Logiquement et en adéquation avec tous les pronostiques, Believe/Kumori Nochi, Kaisei s’est propulsé sans effort à la première place du top Oricon le jour de sa sortie (214.000 ventes le 4 mars), et s’est même payé le luxe d’un score inédit depuis trois ans : plus de 500.000 exemplaires en une semaine (les chiffres exacts tomberont dans les prochaines heures). On peut cependant douter de la pérennité du phénomène reposant sur la réactivité de la fanbase, particulièrement mobilisée pour les boysbands et prête à investir dans de multiples éditions à collectionner (on dénombre trois éditions dont deux limitées CD+DVD, l’une mettant en avant ARASHI et la seconde Satoshi Ohno). Cela n’enlève rien aux qualités de Believe/Kumori Nochi, Kaisei, rayon de soleil vivifiant au pays de la ballade guimauve… ARASHI commence ainsi sa dixième année d’existence avec un brio qu’on ne pourrait lui contester.

Wendy Roeltgen


Sortie : 4 mars 2009
Référence édition limitée 1 : JACA-5132
Référence édition limitée 2 : JACA-5134
Référence édition standard : JACA-5136
Site officiel : www.j-storm.co.jp/arashi


Édition limitée 1 (CD+DVD Believe/Kumori Nochi, Kaisei)
Tracklist CD :
01 - Believe
02 - Kumori Nochi, Kaisei starring Satoshi Ohno
Tracklist DVD :
01 - Believe (clip)


Édition limitée 2 (CD+DVD Kumori Nochi, Kaisei/Believe)
Tracklist CD :
01 - Kumori Nochi, Kaisei starring Satoshi Ohno
02 - Believe
Tracklist DVD :
01 - Kumori Nochi, Kaisei starring Satoshi Ohno (clip)


Édition standard (simple CD Believe/Kumori Nochi, Kaisei)
Tracklist CD :
01 - Believe
02 - Kumori Nochi, Kaisei starring Satoshi Ohno
03 - Tobira
04 - Believe (instrumental)
05 - Kumori Nochi, Kaisei (instrumental)
06 - Tobira (instrumental)


A lire également : notre interview avec Kazunari Ninomiya en 2007

>> Acheter l’édition limitée 1 CD+DVD chez YESASIA
>> Acheter l’édition limitée 2 CD+DVD chez YESASIA
>> Acheter l’édition simple CD chez YEASIA

Visuels © J-Storm Inc.

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême