Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Moi dix Mois - Europe Tour 2005 ~Invite to Immorality~

L’impatience des fans de Mana et des amateurs de metal gothique est comblée : Midi:nette sort simultanément deux éditions DVD de la tournée européenne de Moi dix Mois, dont un collector contenant deux disques et un photobook. La tournée européenne 2005 ne comptait que deux dates : Munich le 26 mars et Paris deux jours plus tard. Le groupe de visual-rock avait rempli la Locomotive et on retrouve dans les deux éditions l’intégrale de ce concert, soit 86 minutes de dark metal symphonique dans une chaude ambiance.


La Regular Edition se contente d’un unique DVD avec au menu, deux reportages et bien sûr le live parisien. Moi dix Mois y interpréte la totalité du dernier album Nocturnal Opera et la moitié de Dix Infernal. L’ensemble homogène fonctionne très bien et les chansons les plus calmes, douces ou nuancées (Perish, Mephisto Walz…) sont jouées au milieu du concert, permettant de larges première et troisième parties fracassantes. Moi dix Mois a aussi dévoilé durant ce concert un nouveau morceau à la sonorité heavy : unmoved. Un peu anxieux en quittant Tôkyô, le groupe a aussitôt été conquis par l’expressivité du public européen. Une dizaine de caméras ont pu filmer le concert français qui s’est tenu à guichet fermé. La foule passionnée apparaît à de nombreuses reprises et devient l’un des acteurs majeurs du spectacle, en particulier lors du final Pageant : tous les bras levés se balancent d’un coté et d’autre au rythme de la musique, comme lors des lives japonais, mais avec encore plus d’ampleur et d’unité. Impressionnant.



Un show surnaturel

Mana est bien sûr le musicien le plus en vue. Impassible, le guitariste approche régulièrement son parterre de fans en émoi et parade comme un demi dieu devant ses fidèles, affirmant ainsi sa place de leader incontesté. Juka le chanteur n’est pas en reste, il passe même plus souvent à l’image que les autres membres du groupe. Par sa gestuelle, son visage expressif et ses sourires, il dégage beaucoup d’émotions. On le voit même sauter en dessinant des cercles avec sa cape. Le voir aussi démonstratif, c’est une grande première, preuve du plaisir qu’il a pris ce soir-là. Son chant se perd un peu à la fin de certaines envolées, mais cela apporte un côté vivant, authentique, plus "live" en parallèle aux parties synthétiques préenregistrées. La révélation vient de K, deuxième guitariste et membre le plus récent, qui dégage un charisme et une présence fantasmagorique incroyable sur scène, avec sa crête ébouriffée, son maquillage et ses lentilles effrayantes. Ses interventions chantées (vomies ?) lors de Shadows Temple, alliées à son regard terrifiant et à son allure cauchemardesque, sont saisissantes et déchirantes de puissance. Monstrueux, au point de pulvériser sa prestation sur le dernier album. Le bassiste Kazuno, souvent illuminé sous les projecteurs, joue en retrait mais on le verra plusieurs fois venir côtoyer la foule au bord de la scène. Quant à Tohru, il reste quasiment invisible sous son casque, cloîtré derrière sa batterie. En tout cas, on ne lui reprochera pas d’avoir été mauvais, loin de là. Que ce soit au niveau musical ou sur le plan du spectacle visuel, Moi dix Mois a assuré et ce DVD fait honneur à leur prestation inoubliable.

Le film du concert bénéficie d’un gros travail de remasterisation sonore. Alors qu’on profitait d’une musique massive et lourde en live, avec des basses surpuissantes (ce qui accentuait le côté black, inattendu mais assez jouissif), on redécouvre complètement la performance de Moi dix Mois avec un son très clair proche de celui des albums. Chaque instrument exprime pleinement son potentiel, en particulier le chant de Juka et les titanesques interventions gutturales de K. Le nirvana aurait été atteint avec la présence réelle des claviers (au lieu d’un enregistrement) et de la voix féminine qui sublime certains titres (Monophobia, Vestige). Ne soyons pas trop exigeants, le rendu a largement de quoi faire frémir de plaisir. Quant aux cris du public, ils sont en grande partie atténués sans pour autant disparaître, cela aurait été dommage de se priver de l’ambiance hystérique qui enflammait la salle.



Le montage vidéo est une autre grande réussite de ce DVD. Le nombre de caméras a permis de multiplier les plans : larges, serrés, en plongée ou contre-plongée, vues depuis la scène ou depuis les balcons… une richesse digne des grosses productions avec des cadrages graphiques parfaitement choisis. Le montage dynamique mais pas stroboscopique est un modèle du genre du début à la fin ; avec une petite nuance pour La dix croix, un chouïa trop mou comme son interprétation par le groupe. On profite pleinement des superbes jeux de lumières en adéquation avec la musique. Néanmoins, quelques défauts empêchent ce DVD d’atteindre la perfection. Les deux côtés avant de la scène ne bénéficient pas d’un éclairage frontal, ce qui place la plupart du temps Mana et K en contre-jour complet. On note aussi un grain assez présent sur l’image, loin d’être dramatique ou gênant, mais il sera visible en zoom 16/9ème sur grand écran ou sur PC. En étant encore plus maniaque, on relève aussi quelques flous et hésitations de zoom. Oublions ces petits défauts comparés aux qualités évidentes, la réalisation de ce concert est remarquable.

Backstage

Côtés bonus, les deux premiers documentaires sont présents dans les deux éditions (mais placés sur le DVD 2 de la version collector). Ils résument chronologiquement, dans une sorte de best-of particulièrement bien monté et agréable à regarder, les deux "journées-concerts" du groupe à Munich (13 mn) et Paris (9 mn). C’est une bonne occasion de voir avec du recul la foule qui s’est pressée au Georg Elser Hall (une queue vraiment très… noire avec une proportion impressionnante de filles) et à la Loco (cadrages serrés sur des spectateurs excités et de nombreux plans sur les gothic lolita). Le reportage allemand dévoile quelques images de l’installation de la salle, des lumières, et on peut assister quelques instants à la balance. Sympathique également et surtout plus rare : le groupe s’amuse à poser devant la caméra en backstage, grimaces à la clé. Alors que les cris hystériques du public commencent à résonner dans les loges, la concentration et une pointe d’appréhension se lisent sur les visages. La vidéo se termine par une chanson complète extraite de ce concert, avec un son brut de décoffrage extrêmement saturé. Plus courte, la version parisienne s’attarde davantage sur le public et les nombreux costumes portés par les fans. La mise en place des caméras et les essais d’éclairage précèdent la séquence maquillage. Quelques images de la conférence de presse (fond musical uniquement, aucun mot ne parviendra à nos oreilles) et l’entrée acclamée de Moi dix Mois sur scène concluent le reportage, avant un plan plongeant de la foule en plein concert, durant lequel on peut entendre le son puissamment lourd tel qu’on le percevait de la fosse. Saluons la réalisation de ces deux courts-métrages, trop succincts peut-être, mais complets et rondement menés au niveau du rythme et de la pertinence des images retenues. Pour les cinq autres documentaires bonus, il faudra passer à la Limited Edition…



Les "plus" de l’édition limitée

Cette dernière est vendue dans un fourreau cartonné à dominante bleu nuit. Le verni mat séduit au premier abord mais la faible épaisseur du boîtier et l’absence de gaufrage ou de verni sélectif sur le logo rendent l’ensemble un peu léger. À l’intérieur, le double DVD du concert, dont une deuxième galette qui contient les deux premiers reportages et cinq vidéos inédites, accompagne le photobook 135x185 mm dédié à Mana. On était en droit d’attendre un beau livret dos carré collé avec couverture cartonnée, on a finalement affaire à un pauvre carnet vulgairement agrafé qui n’a rien à voir avec le style sophistiqué du leader de Moi dix Mois : vingt pages de magnifiques photos certes, gâchées par un support inadmissible pour un produit aussi cher et luxueux.

Ambiance carte postale pour les deux premières vidéos supplémentaires du deuxième DVD : Mana se pavane devant monuments parisiens (3mn) et autres vieilles pierres munichoises (4mn). Voilà de quoi faire rager les fans qui ont loupé leur dieu vivant au Trocadéro ou devant l’Arc de Triomphe. Le leader de Moi dix Mois s’amuse (tout en gardant son inexpressivité faciale) et pose avec un accordéoniste bavarois dans les rues de la ville allemande… À réserver aux adoratrices absolues et contemplatives du personnage. Dans le troisième reportage (4mn), on assiste au tournage des vidéos incrustées durant le concert et à la prise de photos du livret. Rien de bien passionnant mais le rendu des images en couleurs réelles nous fait esquisser un léger sourire : le mysticisme de la séquence en forêt vire légèrement en une atmosphère plus… "cosplay dans les bois". Sans intérêt pour le commun des mortels. Le bonus suivant déçoit beaucoup, il synthétise en 6 minutes le passage de Mana à Japan Expo 5 l’année dernière. On n’y voit presque rien à part le musicien souffler quelques mots inaudibles à son interprète durant trois secondes, quelques plans très rapides sur la séance de dédicaces et… Mana qui joue comme un gamin avec une bouteille d’Orangina géante devant une pub Ricard. Instant mémorable de ce DVD. Reste une dernière vidéo qui se recentre sur le groupe et sur la musique : un extrait de l’ultime concert de la tournée 2005 au Shibuya-AX de Tokyo. Il mixe en 4mn30 Silent Omen et le nouveau titre unmoved. Les japonais ont eu droit à de puissants fumigènes et à une déco un peu plus poussée (toiles d’araignées…). C’est lors de ce concert que le chanteur Juka, blond pour l’occasion, a fait ses adieux au public et au groupe.



Mana dans les bois, Mana sur les Champs, Mana devant la Tour-Eiffel… Mana à Paris-plage, c’est en bonus caché ?

Cette édition limitée n’apporte que très peu de choses. Le photobook terriblement "cheap" et le box ne sont pas à la hauteur ; quant aux vidéos supplémentaires, elles n’intéresseront que les admiratrices de Mana-sama. Inutile de rêver : si elles espèrent entendre un mot de leur idole, elles seront déçues. Petite précision, la plupart des reportages bonus ont pour seul fond sonore des versions instrumentales de Mephisto Waltz, Vestige, Shadows Temple… Les amateurs de karaoke peuvent se réjouir.


Point de tergiversation, ce DVD Europe Tour 2005 de Moi dix Mois est un must-have pour quiconque apprécie la musique du groupe. Visuellement, c’est une petite claque, les productions des gros studios devraient s’en inspirer : montage dynamique et fluide, cadrages aussi variés que pertinents… Une vraie réussite. Le public présent à Paris redécouvrira le concert avec un son remasterisé d’une grande clarté, sans oublier les jeux de lumière parfaitement mis en avant. Les deux petits reportages consacrés à la tournée complètent à merveille le live. Une réussite qui se paie le prix fort : 50 euros l’édition standard. Une version européenne sortira peut-être chez Mabell, comme le Scars of Sabbath, à un prix plus conventionnel. Cependant, rien n’est annoncé pour le moment. L’édition limitée à 15 euros de plus n’intéressera que les fans absolu(e)s par son contenu, mais elle déçoit avec son photobook à la finition bas-de-gamme inacceptable pour ce type de collector.

Eric Oudelet


Référence Limited Edition : MMBV-039 (DVD 1) & MMBV-040 (DVD 2)
Référence Regular Edition : MMBV-041
Format : DVD japonais zone 2 NTSC
Sortie : 27 juillet 2005
Site officiel : www.midi-nette.com/mdm

DVD 1 (concert) :
00 - silent omen
01 - the Prophet
02 - front et baiser
03 - MAD INGRAIN
04 - Night breed
05 - unmoved
06 - Pessimiste
07 - Vestige
08 - Invite to Immorality - Nocturnal Romance
09 - Perish
10 - Mephisto Walz
11 - Dialogue Symphonie
12 - Vizard
13 - Ange
14 - forbidden
15 - La dix croix
16 - Shadows Temple
17 - Monophobia
18 - Pageant
19 - silent fear
20 - Ending

DVD 2 (bonus) :
01 - MARCH 26th - München Concert Documentary
02 - MARCH 28th - Paris Concert Documentary
03 - The Memory of Mana - The day in München*
04 - The Memory of Mana - The day in Paris*
05 - Image Shooting Documentary*
06 - Japan Expo & Photographic Magnifique Shooting*
07 - Europe Tour 2005 ~Invite to Immorality~ Final - April 24th SHIBUYA-AX Digest*

* Bonus uniquement disponible sur l'édition limitée. La Regular Edition ne propose qu'un DVD avec l'intégrale du concert et les deux premiers reportages.

Visuels (sauf packshot) © Midi:Nette Co.Ltd
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême