Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

GLAY - G4

Lorsque GLAY sort un nouveau single, on peut s’attendre à un carton commercial et G4 n’échappe pas à la règle : ils se classent déjà 2ème du top Oricon (classement des ventes CD japonais) avec plus de 130 000 exemplaires écoulés en une semaine. Teru, Hisashi, Jiro et Takuro ont de l’expérience en matière de bon pop rock et cela se ressent. Dès la première chanson de ce maxi single dynamitant, le quatuor nous fait bien comprendre qu’il compte revenir sur le devant de la scène après une année vierge de nouveauté. L’expérience a du bon et GLAY nous offre ici une panoplie de chansons toutes plus savoureuses les unes que les autres, dont le thème principal est… l’Amour.



Le premier titre, ROCK’N’ROLL SWINDLE, donne tout de suite le ton : "Wake up ! Wake up !" s’écrie Teru en anglais, pour être sûr que tout le monde comprenne bien. Cependant, lorsque l’on étudie plus avant les paroles, on se rend compte que le thème de cette chanson au tempo rapide et aux riffs percutantes n’est pas aussi léger qu’on le pensait. La musique surdosée en vitamines prouve que, même en évoquant le thème déprimant des ivrognes dans le métro, il faut garder espoir : il faut savoir se relever de sa chute et poursuivre un nouveau rêve. D’ailleurs, le PV ("Promotional Video" ou clip vidéo) de ROCK’N’ROLL SWINDLE, avec ses allures militaires, accentue le sentiment général qui se dégage de la chanson : il faut se battre pour vivre mieux. Teru arrive à forcer sa voix douce et sensuelle pour donner du peps et faire rocker toutes les mamas japonaises. GLAY nous oblige ici à avoir une attention soutenue à la limite de l’excitation. Leur énergie est communicative. Ne vous étonnez donc pas si vous ressortez de l’écoute du titre complètement speedé : c’est le but.

Visiblement content de nous avoir bien réveillé, GLAY enchaîne avec Dareka no tame ni ikiru, aussi dynamique que son prédécesseur, mais qui contient tout de même plus de mélodie et de fraîcheur. Logique lorsque l’on parle d’une personne qui souhaite s’attacher sérieusement et arrêter de papillonner. On revient à du bon vieux pop rock entraînant et harmonieux, avec les énergiques "wooh wooh wooh" du chanteur qui alternent avec des petits passages softs. Les guitares sont toujours très techniques et s’harmonisent parfaitement, preuve d’expérience. Teru retrouve sa gamme et chante extrêmement bien. La mélodie du refrain est simple et accrocheuse. On se surprend à fredonner du yaourt pour accompagner au mieux le vocaliste, et on bouge encore son corps en rythme mais avec légèrement moins d’empressement que sur la chanson précédente.



Autant le début du single pète le feu, autant les deux dernières pistes se radoucissent fortement. Pourquoi ? Elles parlent d’amour… (le fait de se marier et d’avoir des enfants aurait-il rendu GLAY romantique ?). Koi est une véritable surprise. Pour ceux qui ne connaissent pas GLAY, le titre pourrait laisser penser à une belle balade dégoulinante de sentiments mielleux… Pas du tout. GLAY vaut beaucoup mieux que ça. Koi commence avec des riffs lourds et pesants qui masquent presque la voix de crooner de Teru, dont la performance mêle langueur, mélancolie, et envie. Il mériterait pourtant de ressortir un peu plus. Cela donne une atmosphère sérieuse qui met en valeur les paroles. En écoutant ces dernières, on réalise que le morceau traite de l’ambiguïté entre "koï" et "aï", deux mots symbolisant l’amour en japonais mais avec des connotations différentes, l’un se rapprochant plus d'un amour enfantin proche du désir et l’autre du véritable Amour avec un grand A. Les paroles sont d’une poésie rare, surtout les refrains avec leurs rimes finissant par "oï" et "aï". On se laisse facilement envahir par la profonde beauté de cette chanson douce et émouvante, dont le thème ne peut que nous toucher de près et faire vibrer notre coeur. Koi est indéniablement la pièce maîtresse de ce maxi single.

Le dernier titre, LAYLA, suit le même pattern surprenant que ROCK’N’ROLL SWINDLE : le sujet triste et sérieux est l’amour de toute une vie qui n’a pu être assouvi, thème accompagné d’une musique joyeusement pop agrémentée d’une petite mélodie langoureuse qui ravit les midinettes et donne la pêche. La batterie est bien présente, la gratte enlevée, et Teru qui s’excite de temps en temps donne une dimension combative à la chanson. Avec cette touche originale, GLAY arrive à aborder des sujets délicats tout en donnant envie d’aller de l’avant. Pour tous les Français qui ne parlent pas japonais, la musique seule ne laisse aucunement présager de la profondeur des paroles, ce qui est bien dommage.



GLAY est un groupe qui démontre sa maturité dans ses chansons aux paroles très recherchées et percutantes. La musique, à la fois pleine de sensibilité et d’énergique, reste jeune et enthousiaste. De ce fait, le quatuor arrive à toucher les publics de tous ages, hommes et femmes. De plus, difficile de rester insensible devant la belle voix de Teru, l’une des plus appréciée par les Japonaises (comme on les comprend…). Si l’on devait résumer le message de ce maxi single, cela donnerait : "ne passez pas à côté de votre vie ni de l’amour". Ce thème est universel, c’est sans doute pour cela que, mis à part un véritable talent, GLAY a autant de succès. G4 est aussi brillant que sa jaquette et offre indéniablement le meilleur de GLAY. A se procurer absolument !

Gwenaelle Durand


Sortie : 12 juillet 2006
Référence : TOCT-22277
Site officiel : www.glay.co.jp

Tracklist :
01 - ROCK’N’ROLL SWINDLE
02 - Dareka no tame ni ikiru
03 - Koi
04 - LAYLA
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême