Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Utada Hikaru - ULTRA BLUE

Chahutée en raison de son récent nouvel échec en occident et des ventes médiocres de ses derniers singles au Japon (malgré d’excellents scores en téléchargement légal), Utada Hikaru misait gros avec ULTRA BLUE, son quatrième album… attendu depuis quatre ans. Sorti le 14 juin 2006, le CD a fait l’unanimité, explosant l’Oricon Chart avec 500 000 exemplaires écoulés en à peine une semaine, pour aujourd’hui (8 août 2006) approcher les 900 000 unités. Entre onirisme, féerie, fantastique et mélancolie, ULTRA BLUE est une extraordinaire invitation au voyage à la force émotionnelle bouleversante.

A seulement 23 ans, Hikki (surnom d’Utada Hikaru) a déjà une carrière bien remplie et surtout une discographie parsemée de titres cultes qui ont marqué l’histoire de la J-Music. Rappelez-vous… A 16 ans, son premier album japonais First Love s’écoule à dix millions d’exemplaires dans l’archipel… Un record phénoménal et inégalé. Suivront de nombreux hits (et autant de ventes impressionnantes)… dont le thème du jeu Kingdom Hearts de Square, acclamé dans le monde entier. Après son mariage événement en 2002 avec Kiriya Kazuaki, Utada ne se distingue plus que par quelques singles : COLORS puis Darekano Negaiga Kanau Koro, chanson de fin du film CASSHERN. La star de la pop japonaise décide de retenter sa chance sur le juteux marché américain qui l’avait rejeté à ses tous débuts. Pour ce faire, Hikki délaisse son public nippon pour préparer un album soi-disant calibré pour les States : Exodus. Son style est sacrifié, tout ça pour un bilan prévisible et sans appel : un nouveau flop, confirmé plus tard en Angleterre. C’est en longeant les murs que la chanteuse a dû rentrer au bercail… pour un retour providentiel ! La miss se remet à l’ouvrage en 2005, retrouve la magie de sa période faste et nous livre plusieurs singles tout simplement magnifiques : Be My Last, Passion puis Keep Tryin’. Associés sur un même disque aux "vieux" (mais toujours aussi bons) singles orphelins COLORS et Darekano Negaiga Kanau Koro, ainsi qu’à plusieurs nouvelles compositions, voici donc après quatre ans d’attente l’album événement de ce milieu d’année 2006 : ULTRA BLUE.



La première petite moitié du CD sonne comme un conte merveilleux qui prend vie au cœur de notre imaginaire. La mélodie électronique du soft dance This Is Love nous ensorcelle. C’est un appel irrésistible vers le monde fantastique dessiné par Hikki, tout comme Alice fut subjuguée par le pays des merveilles. La chanteuse à la voix virevoltante enchaîne les arabesques lyriques sur une instrumentale binaire, une simplicité rendue magique par la maîtrise vocale. La ritournelle et l’atmosphère doucereuse créées par les multiples choeurs agissent également comme un charme enivrant et délicieux. Le récent single Keep Trying’ prolonge le rêve éveillé. Plus aérien, avec des effets d’échos, ce second morceau amène une sensation de mystère envoûtant, renforcé par des effets vocaux déconcertant au premiers abords : l’espace d’un instant, Hikki semble glisser vers la mauvaise pente… avant de revenir tout aussi acrobatiquement dans le feeling de la mélodie. On en resterait ébahi, complètement surpris et épaté par cette petite touche audacieuse rare dans la pop music de nos jours. BLUE poursuit ce formidable voyage planant, avec un lyrisme chargé en émotions, et un refrain pop guilleret aussitôt suivi d’un chorus d’une douceur littéralement enveloppante. ULTRA BLUE distille une sensation de bien-être rarement égalée. nichiyo no asa en piste 4 agit comme une première pause dans cet album euphorisant. La voix de la chanteuse se fait plus fragile, et s’efface au profit d’une rythmique basique. Ce morceau peu marquant fait finalement office de transition vers Making Love et ses percutions urbaines, suivies du grand retour de l’électronique pétillante des premiers titres. L’instrumentalisation semble vibrer alors qu’Hikki nous subjugue par ses envolées. Absolument délicieuse de sensualité, la mélodie en devient quasiment orgasmique au moment des chœurs. Le titre du morceau prend tout son sens… (à écouter en pensant à sa moitié). Et puis que dire du court passage aux sonorités un tantinet chinoises et enfantines ?... Encore une petite gâterie musicale en dehors de toute logique et qui distingue cet album de toute la concurrence formatée. Profitez-en bien car le sentiment de béatitude va laisser place à une mélancolie toute aussi intense…

Brusque changement d’atmosphère, Darekano Negaiga Kanau Koro nous fait passer d’un monde magique tout rose à un paysage gris et délavé, couvert de nuages larmoyants. Ce titre fut réalisé pour CASSHERN, premier long-métrage de Kiriya Kazuaki, photographe, réalisateur de clips vidéo et mari d’Utada. Ce film fantastique qualifié d’ultime manga live par son éditeur, surprend par son style singulier et audacieux, fascine les amateurs d’esthétisme léché, mais peut tout aussi bien paraître ridicule pour le plus grand nombre. A voir absolument ! Revenons plutôt à cette magnifique chanson qui, elle, remporte tous les suffrages ! Darekano Negaiga Kanau Koro nous pénètre de sa tristesse profondément touchante. La souffrance pourrait être belle ? En tout cas, on ne se lasse pas de réécouter cette sublime composition.



Retour à la légèreté avec l’ancien single COLORS et son accompagnement synthétique au profit d’une ballade électronique agréable. Un peu moins entraînant que le début du CD, COLORS fonctionne tout de même très bien, même si l’on préfère vite la fraîcheur du titre suivant : One Night Magic, réalisé avec la participation colorée de Yamada Masashi, chanteur de THE BACK HORN. Plus léger et guilleret, ampli d’insouciance, One Night Magic pétille avec son petit air de salsa. On se pose tout de même des questions sur la cohérence des ambiances de cette partie d’album : de bons voire très bons titres, enchaînés sans logique compréhensible. Bizarre… Et ce n’est pas l’atmosphérique Kairo, superbe avec son chant langoureux et plaintif, ni WINGS, suave, léger et plus printanier (mais pas vraiment charismatique), qui nous apportent la réponse. Cette suite nous laisse momentanément perplexe quant à l’orientation du CD.

La fin d’ULTRA BLUE retrouve une unité de style avec deux somptueuses ballades. Toutes deux sont sorties cette année en single, à commencer par Be My Last qui nous submerge avec une fusion chant/guitare poignante. La voix très douce d’Hikki nous cueille, puis virevolte tendrement sur l’accompagnement léger de la guitare sèche. Quand on a du talent et un peu de virtuosité, il suffit de peu de chose pour captiver irrésistiblement son auditoire… Après l’interlude Eclipse qui fait office de "loading", Passion clôt l’album de la plus belle des manières. Le titre a d’ailleurs été choisi par Square-Enix pour être le thème du jeu Kingdom Hearts 2. Utada Hikaru y réalise une performance cristalline à la Björk, une nouvelle démonstration éblouissante de lyrisme pour cette invitation au voyage, sur une rythmique hypnotisante rappelant le tressautement d’un train sur les raccords de rails. Ça nous donnerait des ailes…



C’est donc un peu sous le coup de l’émotion et l’impression d’avoir pris une dose d’endorphine (encore le coup du Making Love ?) que l’on se retrouve amorphe et béat dans son canapé à la fin de l’écoute. On n’a certes pas trop compris l’égarement vers le milieu de l’album mais on n’a qu’une envie : retrouver les chansons d’ULTRA BLUE en clips sur un DVD. Cruelle déception : aucune édition CD+DVD n’existe ! Il faudra patienter jusqu’au 27 septembre et la sortie du Utada Hikaru single Clip Collection quatrième du nom (UH4) pour se satisfaire. Avec les clips de COLORS, Darekano Negaiga Kanau Koro, Be My Last, Passion et Keep Tryin’, on peut déjà parler de DVD indispensable. Pourquoi un disque séparée ? Par tradition chez Hikki et plus encore par logique économique…

Placé sous le signe de la féerie, du rêve et du voyage, ULTRA BLUE bouleverse par la force émotionnelle de ses chansons. Certains titres touchent profondément par leur mélancolie alors que d’autres à l’entrain communicatif semblent magiques. On ne peut rester insensible aux charmes de cet album et, bien que l’on puisse lui reprocher un manque d’unité et de logique vers le milieu de la tracklist, c’est globalement une franche réussite, un des meilleurs CD pop de l’année à ne manquer sous aucun prétexte. Ne loupez pas cette odyssée fantastique, envolez-vous au pays du rêve, ce rêve (ultra) bleu…

Eric Oudelet


Sortie : 14 juin 2006
Référence : TOCT-26067
Site officiel : www.toshiba-emi.co.jp/hikki

Tracklist :
01 - This Is Love
02 - Keep Tryin’
03 - BLUE
04 - nichiyo no asa
05 - Making Love
06 - Darekano Negaiga Kanau Koro
07 - COLORS
08 - One Night Magic feat. Yamada Masashi
09 - kairo
10 - WINGS
11 - Be My Last
12 - Eclipse (Interlude)
13 - Passion

>>> Acheter la version japonaise officielle de cet album chez notre partenaire YESASIA (environ 21 euros)

Visuels © TOSHIBA-EMI
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême