Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

TRAX - Cho-Woo

Il y a quelques mois, Rose le charismatique batteur de TRAX a annoncé son départ, laissant un grand vide dans le cœur des fans. Bien que dépourvu de son musicien emblématique, le groupe sort enfin un premier album en Corée le 18 juillet 2006. "Ce n’est pas trop tôt !" diront certains, après les excellents maxi singles rock/metal Paradox, Scorpio ou Rhapsody déjà disponibles depuis longtemps. Mais après l’écoute de Cho-Woo, les avis sont très partagés sur le revirement musical du groupe. Le CD manque d’énergie, beaucoup trop de ballades rendent la tracklist fade. Cho-Woo abandonne la puissance qui a forgé l’âme de TRAX pour des sonorités plus pop que rock. Les trois Coréens chercherait-ils un nouveau public, poussé son éditeur S.M. en plein triomphe avec ses boysbands ? Est-ce que Rose a emporté avec lui l’âme et le punch de la formation d’origine ?

La première chanson donne tout de suite la tendance : Cho-Woo est un opus très calme et mélodique. Cette première ballade intitulée Young-Hon-Eul Gam-Sa-An-ah, trop longue et lente, nous ennuierait presque. La voix du chanteur Typhoon est certes très belle et a pris de la maturité, mais la mélodie est on ne peut plus classique, avec quelques petites notes de piano typiques des "ballades de lover pour danser un slow". On peut également trop facilement anticiper les notes qui se succèdent, sans originalité. L’énergie à laquelle nous a habitué le groupe et la batterie de Rose manquent déjà cruellement.
Après ce premier titre romantique, chacun espère retrouver du bon rock ou du néo-metal… Mais TRAX continue sa série de chansons sirupeuses avec Chuk-je et Cho-Woo qui se veut être le titre phare de ce premier album. Les violons de sortie rendent le tout encore plus mélodramatique… Celles qui aiment ce genre de chansons seront ravies et sortiront les mouchoirs pour pleurer à l’écoute de ces plages douces et larmoyantes. Petit point positif : Typhoon s’est vraiment amélioré au chant. Désormais, sa voix peut monter plus haut et sans fausse note.



A ce moment-là, les fans de la première heure commencent à tomber dans un profond désespoir. Mais surprise ! Avec Liez et Paradise, on finit par entrer dans la partie la plus "brutale" de l’album… qui est aussi la plus courte. Les premières notes nous tirent aussitôt de notre profonde léthargie. Dans la pure lignée des chansons néo-metal de TRAX, Liez délivre enfin une bonne dose d’énergie, de la même veine que les précédentes productions du groupe, lorsque Rose était là. Quelques scratchs, un chant tantôt clair et aérien tantôt violent… Ces ingrédients en font un morceau accrocheur. Malgré tout, la batterie reste assez peu présente et le titre n’offre pas non plus un son très original, il manque toujours le petit quelque chose qui faisait toute la personnalité de cette jeune formation. En somme, un titre bien sympathique, sans pour autant créer l’événement. Toujours dans un style néo-metal, Paradise est basique et sent grandement le réchauffé, le "déjà entendu". On a l’impression d’écouter une sorte de mix, entre Paradox et Scorpio, en moins réussi puisque la batterie reste décidément très peu audible. Par contre, les bons riffs de guitare dépotent.
Si l’on devait citer un titre qui a le mérite d’en surprendre quelques-uns, ce serait certainement CRAZY qui fait figure d’OVNI dans la discographie du (désormais) trio coréen. Cette ballade, moins sirupeuse que les premières, sonne pourtant tout aussi pop, mais avec quelques nuances funky données par la guitare et le chant lors des couplets. Cela donne à cette chanson une touche qui rappelle la production du groupe anglais Gorillaz. Quant au refrain, on ne peut pas faire plus pop rock dans le genre.



Après ces trois titres néo-metal et pop rock on retourne (malheureusement) vers une succession de ballades mélodramatiques. Il ne fallait pas jeter les mouchoirs trop vite... Avec Total Eclipse et This Love, les violons sont encore de la partie et les rares solos de guitare ne sont guère impressionnants de technicité. Rien de bien original encore une fois, même si cela reste joli à entendre. Mais où a bien pu passer toute la fougue de ces musiciens ? This Love aurait très bien pu être chanté par n’importe quel boysband du type Johnny’s ! Ce n’est pas forcément ce qu’on attendait de nos petits Coréens. Ont-ils été contaminés par les Super Junior et Dong Bang Shin Ki ? SM Entertainment va-t-il définitivement faire de TRAX un énième groupe charmeur de minettes ? Ce n’est pas la neuvième et dernière chanson inédite qui ôtera nos inquiétudes. Quelques douces notes de piano, et c’est reparti pour une dose de miel… Sad wedding song est une ballade pop rock typique qui peut sembler familière. Il s’agit en effet d’une reprise en coréen de Eien no tochuu des W-inds. On peut donc toujours se brosser pour trouver quelque chose d’innovant, n’est-ce pas ? Cette chanson reste tout de même très touchante et pleine d’émotions. On peut se consoler en se disant qu’il s’agit de l’une des meilleures ballades du CD avec Total Eclipse, pour peu qu’on aime ce genre musical.

En bonus, le groupe nous gratifie de bonus tracks : deux de leurs meilleurs titres issus de leurs deux premiers maxi singles. Il s’agit bien entendu des excellents Paradox et Scorpio avec lesquels le groupe a conquis ses plus grands fans ! On ressent vraiment un réel fossé entre cette période (révolue ?) et ce qu’ils nous ont montré avec leurs nouveaux titres. Ces deux "anciens" morceaux néo-métal sont aussi bons dans leur composition que bien interprétés au chant, renforcé par des chœurs, entre douceur et rage. La batterie n’est pas là pour faire de la figuration (en particulier sur Paradox) et la guitare joue un rôle parfait, alternant mélodie, rugissement et absence planante dans Scorpio. Mais était-ce un choix judicieux d’inclure deux chansons déjà connues de tous ? N’aurait-il pas mieux valu qu’ils proposent deux nouvelles compositions du même acabit (voire meilleure) à la place ?



Au final, ce premier album n’est pas foncièrement mauvais et ravira certainement un nouveau public, mais il ne restera pas dans les mémoires. On attendait bien mieux de cette formation en provenance du pays du matin calme. A la fin de l’écoute, les fans de TRAX se retrouveront donc probablement déçus, voire dépités : Cho-Woo est lent et mièvre. Un peu de douceur, d’accord ; mais ici, 90% de l’album se compose de chansons mielleuses, plus banales les unes que les autres… Ça donne envie de s’endormir plus qu’autre chose, et ce n’est pas du tout le but a priori recherché quand on achète un CD de TRAX. Le départ de Rose trouvait très certainement ses raisons dans des divergences musicales, il l’a d’ailleurs plus ou moins révélé. Cho-Woo donne vraiment l’impression que, sans son batteur, TRAX a perdu une partie de son âme. La pochette ainsi que la plupart des photos promo reflètent parfaitement cette situation de manque dans leur composition graphique : les trois artistes laissent une place vide parmi eux… Puisque l'on parle de la jaquette, nous pouvons également remarquer un changement dans leur look, un style moins "rock emprunt de visual", davantage "boysband à la gueule d’ange". Le groupe de metal est-il vraiment en passe de devenir ce genre de "produit de masse" pour son label S.M. Entertainement, tout comme le sont les Super Junior et autres Dong Bang Shin Ki ?

Julie Carvalho


Sortie : 18 juillet 2006
Site Officiel : www.thetrax.com

Tracklist :
01 - Young-Hon-Eul Gam-Sa-An-ah (Embrace One's Soul)
02 - Chuk-je (Carnival)
03 - Cho-Woo (First Rain)
04 - Liez
05 - Paradise
06 - CRAZY
07 - Total Eclipse
08 - This Love
09 - Sad wedding song
- Bonus Track -
10 - Paradox
11 - Scorpio
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême