Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

SMAP - Pop Up!

SMAP… Même si vous ne connaissez pas, ce nom vous est certainement familier. Il s’agit tout simplement de la team de beaux gosses la plus célèbre au Japon. Ses membres enfilent tour à tour les costumes de chanteurs (mais pas encore musiciens…), acteurs, présentateurs télé, comiques, cuisiniers, etc. Ils constituent l’élite d’une classe d’artistes nippons qui se veulent bons dans tous les domaines : les "talento". Comme chaque été depuis 2002, ils sortent un album. L’opus 2006 (le dix-huitième de leur carrière) est disponible depuis le 26 juillet et se nomme Pop Up!. Tout un programme...

SMAP est un groupe japonais dont les initiales synthétisent leur leitmotiv : "Sports and Music Assemble People". Cette formation masculine, créée de toutes pièces par la société Johnny & Associates en 1988, comptait au départ six membres mais le beau Katsuyuki Mori a préféré se concentrer à sa vraie passion, la course automobile, et a décidé de quitter SMAP en mai 1996. Le groupe est donc actuellement composé du leader Masahiro Nakai, de Takuya Kimura (dit Kimutaku), Goro Inagaki, Tsuyoshi Kusanagi (bilingue japonais/coréen) et enfin la vraie star du groupe : Shingo Katori (le chouchou, le plus jeune, le plus drôle et surtout le plus beau). Cette équipe de joyeux drilles réussit à durer car, avant tout, elle a réussi à se souder en tissant des liens d’amitié très solides. Passionnés et véritablement professionnels, ces éternels sex symbols ne sont apparemment pas prêts de jeter leur tablier de cuisinière. Vous en connaissez beaucoup des boys band qui durent depuis plus de 18 ans ? Combien de temps ont duré les 2Be3 ? On tient là une équipe de tenaces ; reste à savoir ce que vaut leur production…



Ce nouvel album Pop Up! comporte deux CD pour un total de 17 pistes et une durée de 84 minutes, ce qui est peu pour deux disques. Il a la particularité d’avoir été composé par de très nombreux musiciens, ce qui n’est pas sans conséquence, nous y reviendrons. On peut y noter la participation de Kunihiko Kase, Syouichirou Hirata, Takacha, Teppei Shimizu, Aqua Timez… Les SMAP se contentent du rôle d’interprètes, comme beaucoup (trop) d’artistes.

Les premières pistes de l’album donnent la couleur : Pop Up! est un mélange musical brouillon d’éléments instrumentaux non structurés qui mixe batardement les genres. On commence par du jungle et du hip hop bruités à la bouche, suivi d’une piste plus dance et d’une ballade qui nous repose de ce premier enchaînement pas très heureux ni agréable à l’écoute (au contraire). TRIANGLE de Yoshiyasu Ichikawa nous convainc presque avec sa mélodie douce accompagnée d’un piano et un chant suave. Mais globalement, jusqu’à STAY en piste 11, nous avons droit à un trop plein de styles : techno, dance, hip hop, pop… Il y a même une chanson totalement "rock" : Daijobu. Son intro démarre à 100 à l’heure, on est de suite emballé… mais dès qu’arrive le chant, tout s’écroule. La mixité des genres et l’assemblage des multiples identités musicales induites par la pluralité des compositeurs ne fonctionne pas, d’autant plus que les titres pop présentés sont d’un classicisme déconcertant, dénués de toute originalité. On est loin de l’extase…



On peut toutefois sortir deux ou trois titres du lot mais il faut attendre la fin du premier disque pour cela. Armez-vous de courage ! La onzième piste STAY mérite ainsi d’être écoutée. De la même facture qu’un titre classique des Backstreet Boys, c’est une ballade pop reposante menée par un piano à la sonorité agréable, hélas dénaturée par une boîte à rythmes. Cependant, le chant et tout particulièrement le refrain sauvent cette piste. SMAP a bien compris qu’il fallait sortir le grand jeu avec ce STAY ("rester" en anglais) car on était vraiment à deux doigts de partir après les longues minutes de médiocrités précédentes... Heureusement, la chanson suivante, qui n’est autre que la face A du single sorti le 19 avril dernier, Dear WOMAN, se révèle être la meilleure de toutes. Ce titre dance dynamique jouit d’une partie vocale et d’une musique vraiment sympathiques. On ressent immédiatement les moyens mis en oeuvre pour cette chanson, autrement plus importants que pour le reste de l’album. On sent un travail, une finition et un soin particulier accordé pour son statut de single en début d’année. Cette composition a été sélectionnée pour faire la promotion d’un shampoing d’une grande compagnie de cosmétique japonaise (Shinseido). En achetant le single, un petit échantillon était offert, ce qui fut même un motif pour vendre le disque en pharmacie ! Bref, pourquoi ne retrouve-t-on pas l’enthousiasme de Dear WOMAN dans toutes les chansons ?
C’est avec un optimisme retrouvé qu’on découvre la première plage du deuxième disque : Onnanoko to Love Song. Miracle, le début est là encore très convainquant ! Avec la participation de la chanteuse Rinko Urashima (vocaliste pour les albums et les tournées de DREAMS COME TRUE), ce long morceau de plus de sept minutes est un pur moment de romantisme, avec un passage où Masahiro Nakai et madame Urashima chantent en duo. La musique est vraiment belle, digne d’une bande originale d’un long métrage de Disney. On est cependant surpris par le changement de style à mi-parcours avec l’arrivée du hip-hop… Un choix artistique incongru et désolant. On pensait enfin avoir trouvé une chanson qui nous prend véritablement à cœur, mais ce plaisir est gâché par cette idée incohérente.

Toutes les bonnes choses ont une fin et le reste de ce CD reflète l’une des caractéristiques majeures de l’album : le bazar. Entre essayer de se lancer dans un morceau pop à la sauce chinoise (Kimiga iru où la voix de Kimutaku impressionne réellement) dans du jazz avec L-O-V-E, ou oser recycler à la sauce hip hop un vieux tube pop de Kenji Sawada en 1979 (TOKIO)… Tout cela sonne faux et l’association des genres musicaux ne fonctionne toujours pas. C’est le constat principal et global qu’on peut faire à la fin de l’écoute : il n’y a pas de liant stylistique entre toutes ces musiques composées par des artistes de divers horizons artistiques. Rien ne peut relier toutes ces compositions si différentes les uns des autres. Rien, sauf un petit gimmick, un bruitage qui représente bien la pauvreté créative de "l’œuvre" et qui se trouve intégré dans presque chaque titre, cette sonorité synthétique n’est autre que le scintillement d’une étoile filante s’évaporant dans le ciel étoilé... Un effet Disney-esque utilisé pathétiquement et à outrance dans certains morceaux.



En prise à une incohérence musicale généralisée et fatale, Pop Up! souffre aussi d’un déséquilibre dans la qualité de la production de ses (trop) nombreux titres. On aurait préféré un bon CD plutôt que deux décevants… Dear WOMAN a eu un traitement de faveur (sortie en single quelques mois plus tôt), il a donc été soigné à l’époque. Aujourd’hui, SMAP mise sur lui pour vendre l’album alors que le titre se retrouve noyé dans ce qui se résume à un pur produit commercial, avec son lot de réactualisations stylistiques (hip hop, boite à rythmes…) qui entachent des chansons telles que Onnanoko to LOVE SONG et STAY.
Comme pour tous les derniers albums de SMAP, Pop Up! n’a eu qu’un succès relatif : certes acheté en masse par les fans, il fut rapidement enlevé des linéaires et ses PLV (Publicités sur Lieu de Vente) jetées au bout de quelques jours. Pop Up! a très rapidement trouvé sa vraie place : rangé en petite quantité au fin fond des rayons avec les autres productions commerciales du même type. Restons optimiste, la seule bonne surprise vient de Kimutaku avec son Kimiga Iru qui est vraiment convaincant. Serait-il l’espoir de demain du groupe ?
Messieurs de SMAP, on a bien compris que vous êtes des "chanteurs", mais faites-nous plutôt rire à la télévision ou émouvez-nous au cinéma. Quand on pense à un éventuel dix-neuvième disque, nos oreilles font la grimace.

Pierre-Yves Tonin


Sortie : 26 juillet 2006
Référence Regular Edition : VICL-62113/4
Référence Limited Edition : VICL-62111/2
Site officiel : www.jvcmusic.co.jp/-/Discography/A002763/-.html

Tracklist CD 1 :

01 - THEME OF 018
02 - TAKE OFF
03 - NAI YAI YAI
04 - SIMPLE
05 - PARIPIA!
06 - TRIANGLE
07 - Moai
08 - CALL YOUR NUMBER
09 - Hoshizora no Shita de
10 - Daijobu
11 - STAY
12 - Dear WOMAN

Tracklist CD 2 :
01 - Onnanoko to Love Song
02 - Kimiga Iru
03 - L-O-V-E
04 - TOKIO
05 - EVERYBODY

Crédit photo : © 1999-2006 Victor Entertainment
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême