Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

kagerou - kurohata (version européenne)

Attendu depuis des mois par les fans français, ce quatrième album de kagerou va en surprendre plus d’un par l’orientation musicale prise par le quatuor. Finis le visual kei et la démesure musicale des deux premiers albums, kurohata est la suite logique de guroushoku. L’épuration est de mise, plaçant en avant les mélodies vocales appuyées par des guitares plus légères, des rythmiques plus dansantes et des mélodies qui tendent par moments vers la pop. Déjà la tournée européenne d’avril 2006 qui était passée par la France (Paris, Strasbourg et Lille) avait montré un changement notable d’orientation vestimentaire, en recentrant le propos sur la musique. Tout cela avait été confirmé par les dires des musiciens, visiblement désireux d’avancer et de faire de kagerou un groupe différent, plus mature, sans doute plus original aussi, débarrassé des artefacts d’apparat que représentaient leurs vêtements et leur maquillage.

Dès les premières notes de Lily, la production annonce la couleur par sa volonté manifeste d’éviter les saturations et les grosses guitares. L’esprit est délibérément jazzy, alerte, dansant, appuyant un refrain pop. Cette tendance se confirme sur d’autres titres tels que Shizumu sora et Kusatta umi de oborekaketeiru boku wo sukuttekureta kimi qui étonnent, mais finalement rassurent en nous prouvant que le groupe est capable de progresser et qu’il possède toujours, au bout de sept ans, une indéfectible volonté d’aller de l’avant. Cela nous donne un morceau introduit à la guitare sèche (Shizumu sora) qui permet ensuite au groupe de démarrer sur de lumineuses harmonies électriques. La voix sait se faire enjôleuse, déchirée, se posant, accélérant, pour mieux délivrer un superbe refrain. Quant à Kusatta umi de oborekaketeiru boku wo sukuttekureta kimi qui clôt l’album, c’est un parfait single pour le marché japonais qui sera ravi de cette fausse ballade tourmentée, dont le crescendo presque douloureux est soutenu par une batterie puissante et efficace.



Une fois passées ces surprises mélodiques, les fans du précédent album vont tout de même retrouver une partie plus énergique. Mais les réminiscences néo-métal de rakushu ou de kagerou ont disparu. L’énergie est punk sur les morceaux Hakanaki Gekijou ou Stesudan shittyoushou, nous offrant quelques riffs sautillants, qui lorgnent sur la scène punk-rock actuelle, sans pour autant copier les artistes occidentaux. Assaisonnées à la sauce japonaise, les mélodies de ces deux compositions permettent de les élever au-dessus des chansonnettes pour adolescentes venues des Etats-Unis. Cela se confirme sur les orientations rock de titres tels que Baita no Yuuutsu et l’excellent Kogarashi, dont les guitares, très claires, sont dépourvues d’effets, ce qui développe de nouvelles couleurs, surprenantes, mais ô combien agréables chez kagerou. Surtout que l’on retrouve également de puissantes chansons aux riffs bien métalliques : (Shitsuren tolu na no mujou et Seisai to hanyaku) qui permettent à yuana de nous offrir de puissants riffs mais également ses meilleurs solos (écoutez celui de Shitsuren tolu na no mujou et vous comprendrez ce que cela signifie) et à la paire rythmique kazu/shizumi de nous prouver tout son talent. Les contrastes entre ces morceaux venus d’horizons très différents apportent une richesse incroyable à ce disque qu’il faut écouter de nombreuses fois pour en découvrir toute la portée. En tout cas, tout cela devrait permettre au groupe de délivrer de nouveaux concerts pleins de dynamisme.

La troisième partie du disque est composée de morceaux typiquement japonais qui renvoient aux anciens Bow Wow (notamment avec l’album Hard Dog sorti en 1983) par leur aspect torturé, leur volonté d’innover et de mêler éléments mélodiques orientaux et puissance occidentales. Aka no kyoshoku est un titre torturé, à la basse omniprésente et vrombissante, qui appuie une voix de folie, qui passe des graves aux aigus, transposant un évident mal de vivre. Un titre superbe qui vaut aussi pour ses arrangements volontairement dissonants, inscrits dans la trame musicale comme des images d’Epinal. Mais que dire de Rakka suru yume et de Zettyou spice qui ouvrent sur de folles explorations d’un metal innovant, alerte, furieux, torturé et qui développent de plus des refrains étonnants ? Nous sommes dans une musique à la démarche artistique bien définie, qui cherche à apporter un plus à un groupe déjà établi. Ce désir d’ouverture est louable et se doit d’être reconnu et apprécié.



Alors certes, le groupe a évolué, changeant d’orientations musicales, apportant de nouvelles touches à son rock pluriculturel, ne voulant pas s’embourber dans de perpétuelles redites, mais force est de constater que kurohata est une réussite musicale et artistique. La pochette, sobre et énigmatique, attire immanquablement le regard. Quant au livret, tout en noir et blanc, il nous présente le groupe dans de nouveaux costumes, plus sobres, plus dépouillés, reflets de changements musicaux. La version européenne contient les paroles transcrites en romanji dans le livret, avec des traductions en anglais et en allemand. C’est toujours un plus pour les fans qui veulent accompagner leur groupe fétiche de la voix durant les concerts.

Denis Labbé


Sortie française : 5 septembre 2006
Sortie japonaise : 19 juillet 2006
Référence japonaise : LZL-017
Site officiel : www.kagerou.jp

Tracklist :
01 - Lily
02 - Baita no Yuuutsu
03 - Tonarimachi no konojo
04 - Shitsuren tolu na no mujou
05 - Rakka suru yume
06 - Aka no kyoshoku
07 - Shizumu sora
08 - Kogarashi
09 - Hakanaki Gekijou
10 - Seisai to hanyaku
11 - Zettyou spice
12 - Stesudan shittyoushou
13 - Kusatta umi de oborekaketeiru boku wo sukuttekureta kimi

Visuels : © Lizard.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême