Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Shonan no kaze - Riders High

Au Japon comme ailleurs, le hip hop n’est plus dans ses glorieuses années. Même si la tendance est encore d’actualité, suivie par de nombreux aficionados, peu d’artistes arrivent encore à percer. Le groupe à la mode était jusqu’à alors le duo "métisse" Def Tech mené par la voix de deux chanteurs : SHEN le blanc américain et MICRO le Japonais. Ça marchait bien et la véritable concurrence nipponne s’avérait presque nulle. En mars 2006, un single intitulé Junrenka bouleverse l’ordre établi, lancé par une équipe purement japonaise avec un nom 100% made in sushi : Shonan no kaze. Avec leur musique symphonique et leur voix marquante, ils confirment et font mouche au coup suivant : l’album Riders High cartonne.

Shonan no kaze est composé de quatre rappeurs : le leader RED RICE, HAN-KUN, WAKADANNA et SHOCK EYE. Leur moyenne d’âge approche la trentaine, ce qui est très élevé pour un groupe de hip hop qui réussit à rebondir dans le milieu. La formation existe depuis 2001, il leur a donc fallu endurer cinq années de dur labeur durant lesquelles ils sortirent cinq singles (dont leur premier Ôenka avec la collaboration de MOOMIN qui eut un réel succès d’estime) et trois albums, avant d’atteindre la vraie consécration cette année.



C’est donc le succès de leur cinquième et dernier single Junrenka en mars 2006 qui marque un tournant dans leur carrière. Shounen no kaze sort le grand jeu et collabore au thème commercial du jeu vidéo Winning Eleven, la simulation de football mondialement célèbre de Konami (connu sous le nom de Pro Evolution Soccer en Occident). La machine est en marche mais il faut maintenant sortir l’album de référence. Ce sera chose faite le 30 août dernier avec Riders High. Ils envahissent le marché et se hissent aussitôt dans le haut des charts. Dès la première écoute, on sent que les progrès sont immenses. Les bonnes ventes sont donc la juste récompense d’un très bon CD ! De la qualité, du travail, du talent, et surtout une voix ; tels sont les quatre éléments qui caractérisent cet album de la maturité.

Riders High reprend les clefs qui faisaient le succès du rap du début des années 90 : de la vraie musique avec de vrais instruments, une platine et une voix hors du commun. Voilà des ingrédients simples pour créer un hit.
La voix de WAKADANNA n’est pas mélodieuse ou douce comme on pourrait le croire pour simplement accompagner avec délice les instruments classiques qui font leurs apparitions de temps en temps. Non, sa voix est profonde, grave, gargantuesque. Elle sort des tripes, casse le rythme pour s’y insérer parfaitement. C’est une vraie réussite. On peut entendre des chorus féminins en anglais, par exemple dans Happy Today tiré d’un fameux gospel américain, avec la participation de MINMI (la vocaliste d’Osaka) dans un style proche des cantatrices afro-américaines. Ces chœurs s’incorporent eux aussi justement à l’ensemble. Même les samples ultra-utilisés jusqu’à l’usure dans toutes les productions actuelles, comme ce fameux bruitage dont raffolent les Japonais (la petite étoile scintillante…), parviennent à briller sans nous tirer un seul soupir de lassitude. Du grand art.
De la guitare, du piano, des cuivres, des percussions, des instruments à vent, tout le monde y retrouve son compte. La musique touche de nombreux styles, à chaque fois dans le respect, sans qu’ils ne se voient détruits par un agencement mauvais ou approximatif de la mélodie et des chants. Parmi les surprises, on pourrait presque se surprendre à bouger son corps sur le début ska de Haôju, un rythme peu habituel pour un CD qui joue avant tout la carte hip hop. Après la forme, passons au fond : aucune violence dans le texte (ni dans la musique d’ailleurs), le Japon est loin d’utiliser le hip hop pour exprimer sa haine ou divulguer des messages politiques. Là, nous avons droit à des histoires d’amour et des moments de la vie quotidienne...



Junrenka, tout en étant bien sûr le meilleur morceau de l’album, est très bien entouré et aucune autre chanson ne se démarque des autres. C’est ensuite une simple question de goût pour savoir lesquelles gagneront les faveurs du public au karaoké. Riders High est une franche réussite, tournant en boucle dans de très nombreux magasins branchés et dans les stations services nipponnes… On ne peut que souhaiter à Shonan no kaze de poursuivre sur cette voie et de produire des CD de cette facture à la chaîne. Que les artistes de tous bords en prennent de la graine et de la bonne ! En les remerciant.

Pierre-Yves Tonin


Sortie : 30 août 2006
Référence : TFCC-86204
Site officiel : www.134r.com/index.html

Tracklist :
01 - Intro
02 - Riders High
03 - OH YEAH
04 - Itsumo dare ka no sei ni bakkari datta ore
05 - Jurenka
06 - Sanctuary
07 - JUMP AROUND
08 - Hare nami to Song
09 - Happy Today feat. MINMI
10 - Inu no uta
11 - One room
12 - Karasu (crow)
13 - Haôju
14 - See you again

Visuels © 134Recordings
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême