Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

L'Arc~en~Ciel - AWAKE

Un peu plus d'un an s'est écoulé depuis SMILE, l'album du retour à la compétition de L'Arc~en~Ciel, dont les membres avaient souhaité s'adonner (avec succès !) aux joies du sport individuel entre 2001 et fin 2003. Par bonheur l'ambiance virile des loges de salles de concert leur a manqué, et si SMILE faisait figure d'échauffement, AWAKE marque la grande rentrée parmi l'élite de Laruku après quelques singles de préparation particulièrement prometteurs. La foule est en délire, les coureurs sont dans les starting blocks, et si vainqueur il y a il sera connu dans tout juste 55mn20, au terme des 12 épreuves que compte ce dodécathlon musical !

yukihiro, le batteur du groupe, le reconnaissait lui-même : SMILE manquait d'efficacité. Cette fois le mot d'ordre est donc différent. Les quatre musiciens du groupe affichent avec cet album une ferme volonté : celle de créer de nouveaux tubes, pour renouveler leur stock de classiques constitué de grands succès des années 90. Et force est de constater qu'ils ont mis le paquet ! Pas moins de trois sorties single très rapprochées ont précédé cet album, des singles tous promus disques d'or dans la semaine de leur lancement. Et c'est sans compter les passages TV, les innombrables interviews et couvertures de magazines, et les partenariats promotionnels bien vendeurs tels que des collaborations autour du manga à succès NANA de Ai Yazawa, et de l'anime Full Metal Alchemist. Sur un plan plus musical également, l'artillerie lourde a été déployée. Plus que jamais c'est hyde qui s'impose comme l'âme du groupe, tandis que tetsu se concentre plutôt sur le projet P'UNK~EN~CIEL. Le chanteur signe ainsi les paroles de dix des titres de cet album, et la musique de six chansons.

Mais la surprise vient de yukihiro, qui nous avait jusque là habitués à de rares morceaux ou très hard, ou très conceptuels, et réalise avec New World un gigantesque coup de génie dans un style on ne peut plus conventionnel. La piste s'ouvre sur une excellente mélodie à la guitare, instrument qui constituera ensuite le coeur musical du titre. Après le premier couplet rythmé, dont le dynamisme tranche avec le chant de crooner de hyde, un pont très bref nous conduit jusqu'au refrain. Et quel refrain ! Une merveille d'efficacité, dans laquelle ken se défoule sur sa guitare, à laquelle tetsu confère une grande profondeur à la basse, et sur laquelle hyde rugit littéralement avec une énergie qu'on ne lui avait pas connue depuis bien longtemps. La recette est appliquée sur un peu plus de 4mn que beaucoup trouveront trop courtes tant cette chanson est magistrale ! A ce jour, si la discographie de Laruku était pleine de très bons éléments, ceux-ci s'avéraient toujours manquer d'un petit quelque chose que l'on retrouvait pourtant dans beaucoup d'autres titres. Avec New World, pour la première fois, L'Arc nous livre LA piste complète, celle qui définit le mieux le style du groupe et avec lui ce soft rock japonais dont ils sont l'un des chefs de file depuis plus de 10 ans.



Avec un tel petit bijou en ouverture, le disque commence très bien. Mais être à la hauteur sur tout le reste du CD risque de s'avérer compliqué. Et pourtant ! Premier inédit de cet album : LOST HEAVEN, futur générique de fin du film de Full Metal Alchemist. Là encore, la recette est connue et efficace, et la chanson rappelle bon nombre de vieux succès des premiers albums de L'Arc, comme DIVE TO BLUE ou Lies and Truth. Avec le son si particulier de la guitare de ken sur les ponts musicaux, la rythmique élaborée de yukkie et les passages réguliers de hyde entre rauque et clair, grave et haut perché, il s'agit là d'une belle réussite. Tout comme d'ailleurs celui qui suit. Jojoushi, sorti en single juste avant l'album, et l'une des plus belles ballades que compte la discographie du groupe, et se démarque par un côté très classe. Flûte et violons ouvrent le morceau, tandis que la basse et la guitare électrique se livrent ensuite à un sublime duo, servis par une rythmique discrète et efficace. hyde se livre à une interprétation de haut vol, qui oscille entre le crooner et le lyrique et prend une dimension impressionnante lorsque les violons viennent à nouveau se mêler à l'accompagnement sur la seconde moitié de la chanson.

Autre ballade, également très intéressante : TRUST. Là encore, l'ensemble de la chanson rappelle nettement les plus anciennes créations de L'Arc, remises au goût du jour par des arrangements modernes. La grande force de ce morceau, c'est tetsu, qui en est le compositeur : la ligne de basse est tout simplement géniale, et les choeurs réalisés par le bassiste lui-même offrent une grande profondeur à la chanson. Avec Killing Me juste derrière, L'Arc joue dans un registre complètement différent, très rythmé et riche en guitares électriques, à la limite du College Rock à l'australienne sur les couplets. Efficacité à de nouveau de mise, doublée d'une grande énergie positive mais qui ne touche pas autant que l'aérien New World.



Cinq petits bijoux pour débuter cet album, il fallait bien que les choses se gâtent un peu. C'est chose faite avec AS ONE, une création de hyde qui porte la marque de ses travaux les plus sombres. Couplets chargés en guitares très graves et chant (majoritairement en anglais) très peu articulé composent les couplets de ce morceau qui vire ensuite au rock à influence nordique par son refrain à l'effet chorus démesuré. Il faut aimer... Toujours dans les bizarreries riches en choeurs et échos divers, My Dear est un peu plus agréable à l'écoute, instaurant une ambiance aqueuse et baroque grâce à des violons synthétiques sur lesquels viennent se greffer un clavecin et la basse de tetsu. Le résultat est une chanson très douce, bien réalisée, mais à laquelle il manque peut-être un tout petit rien sur les refrains pour la faire sortir du lot. Un manque, c'est d'ailleurs le défaut dont souffre EXISTENCE, une piste composée par ken qui est assez représentative du style caractéristique du guitariste. L'accompagnement est assez épuré, un rock assez sombre et grave qui manque à la fois de puissance et de légèreté.

Jiyuu e no Shotai est connue depuis maintenant un an, puisque sortie en single juste après SMILE, et marquait le retour de L'Arc~en~Ciel aux sonorités qui ont fait son succès. Le titre est plutôt bien fichu et sympathique, quoi que lui aussi dépourvu de ce supplément d'énergie qui aurait pu en faire une grosse référence. A l'inverse, Ophelia fait un peu figure d'OVNI dans la discographie du quatuor, même si la chanson ne surprendra pas réellement les fans de hyde. Piano et cuivres légers au menu, mis en valeur par une basse omniprésente et des violons également très marqués : voilà ce qui compose l'instrumentation de ce titre très riche et racé, qui n'aurait sans doute pas vraiment marqué les esprits en single mais trouve toute sa place dans le contexte de cet album. En comparaison, Hoshizora s'avère assez fade dans le registre de la ballade, avec une réalisation un peu brouillonne et sans grande envergure, associée à un classicisme outrancier. Dommage, puisque le morceau est relativement joli écouté seul. Enfin pour achever ce CD, nous avons droit un autre titre au potentiel pas très bien exploité : twinkle, twinkle, dont les bonnes idées (le couplet en chorus et l'excellente mélodie à la guitare électrique en accompagnement) sont noyées dans les arrangements presque trop bons pour figurer sur la B.O. d'une série made in AB Production.

Bilan des courses : une performance un peu déséquilibrée, qui souffre des défauts de ses qualités. Après un départ en trombe comme rarement un album de rock nippon n'en a compté (avec notamment New World qui fait figure de favori pour le titre de meilleure chanson de l'année), difficile d'assurer le train. Heureusement quelques bons passages de témoin permettent au disque de trouver un second souffle d'un niveau un peu plus facile à maintenir. Mais l'incroyable tir groupé qualitatif de la première moitié du disque, à lui seul, devrait suffire à satisfaire les supporters les plus exigeants, de même que les techniciens prendront plaisir à découvrir les quelques petits trésors d'inventivité qui figurent sur ce CD. L'Arc~en~Ciel finit donc la saison en beauté, et pour remercier ses fans leur offrira un single inédit dès le 20 Juillet avec Link, le générique de début du film de Full Metal Alchesmist. Avant de passer à la période des transferts pour préparer la sortie de l'album de P'UNK~EN~CIEL, confirmée il y a peu !

Kévin Petrement


Sortie : 22 juin 2005
Référence : KSCL-837
Site officiel : www.larc-en-ciel.com

Tracklist :
01 - New World
02 - LOST HEAVEN
03 - Jojoushi
04 - TRUST
05 - Killing Me
06 - AS ONE
07 - My Dear
08 - EXISTENCE
09 - Jiyuu e no shotai
10 - Ophelia
11 - Hoshizora
12 - twinkle,twinkle

>> Acheter la version officielle japonaise d'AWAKE chez YESASIA (environ 21 euros)

Visuels © MAVERICK D.C.
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême