Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

Koda Kumi - Black Cherry

La fin 2006 fut un véritable parcours du combattant pour l’aînée des soeurs Koda, une cavalcade qui a commencée fin novembre par le flop magistral de sa collaboration avec les goss’bo d’EXILE : WON’T BE LONG. Kumi est ensuite vaillamment retombée sur ses pattes en sortant le 6 décembre un single-preview alléchant, Cherry Girl, titre phare de son 7ème album, couplé à unmei, une ballade sirupeuse à souhait. Et puis il y avait ce fantasmagorique projet Amazing Nuts ! passé presque inaperçu, malgré le sympathique Twinkle. avex avait tout misé pour braquer les projecteurs sur Kumi avant que ne tombe le couperet du 31 décembre mais… la miss perd finalement le Grand Prix des Japan Record Awards, se faisant piquer la vedette par Kiyoshi Hikawa, chanteur d’enka pour midinettes et ménagères de plus de 50 ans. Dur dur de quitter 2006…

Une chose reste sûre, c’est bien Koda Kumi qui peut se targuer d’avoir fait les choux gras des journalistes en 2006. Entre singles enchaînés à la vitesse de l’éclair, promotion survoltée, shorts et tops réduits à leur strict nécessaire avant de déployer robes meringues et toque de fourrure à faire pâlir Macha (comprenne qui pourra) de jalousie, Koda Kumi aurait pu être l’artiste de l’année. Elle l’a assurément été d’un point de vue lucratif, mais à trop vouloir gaver l’auditeur, l’auditeur se lasse. Et tout le monde le sait, l’indigestion de cerise, ça file la…



La reine du clafoutis, c'est Kumi !

Du sucre, du beurre, du lait, des cerises dénoyautées (ou "laisser ici votre cerveau") et un peu de farine, pas de doute, ce Black Cherry est une tarte façon clafouti un peu mollassonne, servi en trois variantes (les éditions CD+DVD incluent une dizaine de clips et un petit making-of frustrant pour qui ne parle pas japonais). Pourtant, la recette était une fois de plus suivie à la lettre : introduction à forte tendance instrumentale aux accents R'n'B très en vogue, puis alternance de morceaux R’n’B survitaminés et de ballades hyperglycémiques, avant de se finir avec une reprise. Mais ô surprise, c’est un remix d’une de ses propres productions : WON'T BE LONG.

Parmi la foultitude de morceaux, bien peu nous étaient inconnus. On retrouve sur Black Cherry le très mauvais Koi no tsubomi qui avait rapidement été supplanté l'été dernier par les quatre singles du 4 hot wave que l'on retrouve également ici, ainsi que deux versions solos de WON'T BE LONG (dont l'intérêt se limite à la vision qu'en aurait une taupe), et une version chantée en anglais du TWINKLE. Que penser de Cherry Girl et unmei sortis à peine deux semaines avant ? A moins que leur raison d'être fut uniquement celle d'une vitrine promotionnelle pour le Black Cherry grâce à ses deux clips, très aguicheurs dans leur style. Cherry Girl a un bon goût de retour aux sources des succès tel que Butterfly ou Cutey Honey, lui aussi générique d'un drama. Kuu y est hyper sexy, joue encore avec ses doigts, les bouteilles, le bar, les gerbes d'eau et presque tous les objets oblongs qui lui passent à portée de bouche. La piste est entraînante, et l'on regretterait presque l'utilisation à outrance de back vocals : ils coupent les ailes d'un morceau qui aurait pu être merveilleusement pop. A l'inverse unmei est une ballade plate et rabâchée. Elle ne vaut que par la voix chaude de Kumi, rhabillée pour l'occasion d'un superbe lamé violine, et la présence d'instruments qui sonnent vrai comme le piano et la guitare sèche, car même le bridge vocal est indigne. Le choix fut néanmoins judicieux de l'insérer juste après le platissime I'll be there. On aurait presque l'impression qu'a côté de ce mauvais morceau, unmei n'est certes toujours pas transcendant, mais néanmoins écoutable. La dernière tarte de l'album revient cependant à Candle Light, une énième ballade surannée, interprétée par Kumi accompagnée d'un unique piano. L'ensemble ne serait pas désagréable, à priori, mais Candle Light rompt complètement le rythme qui s'était ravivé après JUICY. Ce titre au clip torride (inclus sur le DVD) avait fait couler autant d'encre que de sueur à l'époque du 4 hot wave, avant de relancer la machine avec Cherry Girl.



Une petite cure de vitamine C ?

Si l'on oublie un instant les trop nombreuses ballades et autres chansons d'amour à teneur garantie en sucre (dont aucune ne vaut pourtant les sublimissimes YOU ou feel sorties l'année dernière), on aura plaisir à écouter et se repasser les quelques morceaux survitaminés que comporte Black Cherry. Tout d'abord, il y a ce Ningyo-hime, dont nous avions déjà fait une critique dithyrambique. Il tranche toujours autant avec le répertoire de Koda Kumi malgré l'incorporation de guitares électriques similaires –et fort plaisantes-dans Cherry Girl et JUICY (quoiqu'un peu hors saison). Parmi les nouveautés, Puppy se démarque rapidement de l'ensemble avec ses claquements de doigts, ses bris de glace et sa rythmique qui rappellent instantanément le répertoire de Rihanna, petite soeur encore très pop de Beyonce. Kuu se sort plutôt bien de l'exercice, quoiqu’encore trop japonisant, avec ses envolées à la Bontempi pendant les refrains ou le bridge. Il était assez risqué de vouloir croiser Tommy february6 à un P.Diddy sans tomber dans le mauvais goût ! Milk tea et tsuki to taiyô sont, quant à elles, deux chansons mid-tempo aux accents acoustiques très chauds. Sans prétention, elles vous rappellent à quel point il peut faire bon dans un gros pull avec une tasse de thé à la main. Redoutablement agréables voire entêtantes, ce sont certainement les meilleures winter songs de Kumi depuis longtemps. Le très pop Twinkle illumine un peu la fin de l'album, mais on ne peut que regretter le choix peu judicieux de faire chanter Kumi en anglais. Kumi nous y prouve une énième fois sa capacité à chanter dans un yaourt parfait (l'effet milk tea de la piste précédente ?). Et quand Kumi reprend pour elle les couleurs de l'arc en ciel avec GO WAY!!, pompé à 90% sur l'emblématique Go west des Petshop Boys, la piste ressemble à une énorme farce que seule peut concurrencer sa précédente collaboration avec les rappeuses de Heartdales (pour la reprise comico-R'n'B du tube mondial It's a small world, hymne des industries à bonheur Disney). Non, a vrai dire, la perle de cette album revient sans conteste à à Get Up&Move!! la seconde piste où Kumi joue à elle toute seule les Pussycat Dolls.



Trop de Kumi peut-il tuer le Kumi ? C'est la question que l'on se pose après avoir écouté ce septième album de la belle. Toujours dans les charts et surmédiatisée, Kumi n'a même plus la chance de faire quelques jolies surprises pour le lancement d'un album. Si Cherry Girl n'était sorti en single deux semaines plus tôt, il aurait pu faire office de piste culte de cet album, d’autant plus qu’il s’agit du générique et thème principal du drama du même nom dans lequel joue Kumi, et que l'on peut retrouver en bonus de l'édition CD+2DVD. Et Kumi actrice ? N'y pensez même pas ! Elle a certes du talent pour chanter et jouer les chaudasses, mais n'a pas le charisme d'une Cat's eye ou d'une Coyote Girl, Elle essaye pourtant, et en vain, de les imiter dans ce drama… vraiment dramatique. Bénéficiant d'une réalisation poussive et d'un scénario des plus abusifs, on ne retiendra que le sourire de la belle pour nous faire oublier la douleur d'avoir supporté 30 minutes aussi mal montées.
Quittant pour un temps les rythmes trop sexy du R'n'B qui lui colle à la peau, Kumi s'enfonce dans les ballades trop sérieuses de diva à voix. De ce fait, Black Cherry reste un album bancal et simplement pop, avec de très bons titres intrinsèques, mais qui n'a pas la saveur sucrée des précédents albums.

Wendy Roeltgen


Sortie : 20 décembre 2006
Référence édition CD+2DVD :
RZCD-45506
Référence édition CD+DVD : RZCD-45507
Référence édition CD : RZCD-45508
Site officiel : www.rhythmzone.net/koda

Tracklist CD :
01 - INTRODUCTION
02 - Get Up & Move!!
03 - Ningyo-hime
04 - Yume no Uta
05 - Tsuki to taiyou
06 - Puppy
07 - Koi no tsubomi
08 - WON'T BE LONG ~Black Cherry Version~
09 - JUICY
10 - Candle Light
11 - Cherry Girl
12 - I'll be there
13 - unmei
14 - With your smile
15 - MILK TEA
16 - Twinkle*
17 - GO WAY!!*
18 - WON'T BE LONG ~Red Cherry Version~*

Tracklist DVD 1** :
01 - Koi no tsubomi (clip vidéo)
02 - JUICY (clip vidéo)
03 - With your smile (clip vidéo)
04 - I'll be there (clip vidéo)
05 - Ningyo-hime (clip vidéo)
06 - Yume no Uta (clip vidéo)
07 - Cherry Girl (clip vidéo)
08 - unmei (clip vidéo)
09 - Twinkle feat.SHOW (clip vidéo)
10 - Premium Making

Tracklist DVD 2*** :
Drama Cherry Girl starring Kumi koda

>>> Acheter l'édition CD+2DVD officielle chez notre partenaire YESASIA (environ 37 euros)
>>> Acheter l'édition CD+DVD officielle chez notre partenaire YESASIA (environ 28 euros)
>>> Acheter l'édition CD simple chez notre partenaire YESASIA (environ 21 euros)


* uniquement incluses dans la first press
** inclus dans les éditions CD+DVD et CD+2DVD
*** inclus dans l’édition CD+2DVD uniquement
Visuels © avex / Rhythm Zone

Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême