Orient-Extrême, le magazine des cultures asiatiques
Actu ZIQ
Critiques
Personnalités/Evénements

 
Facebook MySpace YouTube Orient-Extrême YouTube Orient-Extrême
Nosphere Capsule Tokyo MANGA PARTY FESTIVAL TAIYOU mikan music network HIGASHI MUSICa Fly in ParisSOUNDLICIOUS YESSTYLE agence ACPP Cap CoréeHAN’Seu Festival Jpopdb YESASIA
Nos partenaires

AAA - ALL

Le groupe Jpop AAA (Attack All Around) est lancé en septembre 2005 par la grande maison de disque japonaise avex trax. Son originalité réside principalement par son line-up mixte : cinq garçons et trois filles, soit huit chanteurs et/ou danseurs qui ont notamment travaillé sur scène avec Ayumi Hamasaki. AAA multiplie les sorties et les prestations live, sans oublier de se faire remarquer par des clips percutants. C’est d’ailleurs grâce à leurs vidéos qu’ils ont conquis des fans en Occident. AAA fait partie des grandes révélations de l’année 2006, comme mihimaru GT ou ayaka dans un autre style, et leur best-of ALL compile leurs plus populaires titres sortis en singles.

Après avoir débuté à six, AAA est aujourd’hui composé de huit membres : le leader Takahiro Nishijima, les chanteurs Naoya Urata, Mitsuhiro Hidaka et Misako Uno, auxquels s’ajoutent quatre "dance members" qui participent tout de même aux chœurs : Shuta Suevoshi, Shinjiro Atae, Chiaki Ito et Yukari Goto. La production parie donc sur la musique mais aussi sur l’image très dynamique du groupe pour toucher les adolescents, à grand renfort de chorégraphies sophistiquées, parfois acrobatiques… AAA ne chôme pas depuis sa création. En moins de deux ans, ils ont déjà sorti trois albums : ATTACK (le 1er janvier 2006), REMIX ATTACK (le 23 mars 2006, en simultanée avec le DVD AAA Live Tour 2006 - 1st Attack) et enfin ALL qui est sorti le 1er janvier 2007, le tout à grands renforts de publicité. Entre ces albums, pas moins de douze singles et mini albums étayent l’année 2006. Autant dire qu’AAA attaque le marché japonais de front. Leur carrière étant toute récente, ALL compile principalement les singles du groupe, qui ne sont pas tous de la même qualité ni originalité, et qui sont ici desservis par une répartition assez déroutante.



ALL commence très fort avec quatre titres très accrocheurs. Ces morceaux ont en commun un rythme très rapide et des refrains chantés en chœur qui restent dans la tête pendant un bon moment. Hallelujah offre tout d’abord une ambiance légèrement funky. Un tempo saccadé et un clavier harmonieux caractérisent cette chanson en anglais et japonais, aussi pleine d’espoir qu’un hymne religieux… mais beaucoup plus pop et acidulée qu’un discours du saint-père avec, en bonus, des petits sons de clochette, une intro slamée et quelques scratchs. On est alors prêt pour le rock’n’pop Hurricane Lili, Boston Mari, l’un des meilleurs titres de l’album, bien que la voix de Misako soit un petit peu trop criarde pour être véritablement appréciée [NDLR : si vous appréciez Kana, ça passera comme sur des roulettes !]. Elle s’époumone dur, en alternance avec la belle voix suave et douce de Takahiro. Musicalement, c’est rondement mené et les refrains sont extrêmement faciles et agréables à retenir. Attention à l’effet addictif : vous risquez de l’avoir en tête à longueur de journée !

Encore plus fort et percutant, le survolté Let it beat! explore un registre futuriste et synthétique à grands renforts d’électronique. Rythmique flirtant avec l’eurobeat, partie instrumentale rock, solo hip hop… Ce hit énergique au clip électrisant prouve une nouvelle fois l’excellence d’AAA dans la fusion à dominante pop. Arrive ensuite un autre hit en puissance, la meilleure chanson de l’album, à savoir Samurai heart -Samurai tamashii-. Surprise, ce sont des instruments classiques japonais qui assurent l’intro, très vite rejoints par de violents riffs de guitare… qui laissent place à un ping-pong vocal stylé hip hop ! L’alternance et la conjugaison des courants musicaux rap et rock/metal (comme NOIZ parfois) fonctionnent à merveille, l’accompagnement des musiciens traditionnels japonais (wadaiko, koto, shimasen…) parachève le tout avec réussite. Ne loupez pas non plus le clip et ses chorégraphies/cascades, mélange d’une imagerie et d’un univers traditionnels (les ninjas, les instruments ancestraux, les dojos…) à de nombreux éléments fashion (le concept des boys/girls band, les détails des vêtements, les mèches dans les cheveux, les nombrils percés à l’air…). Cet excellent Samurai heart -Samurai tamashii- rappelle la fusion similaire proposée par TRI-ANGLE de Dong Bang Shin Ki feat. BoA & The TRAX, et clôt une redoutable première partie de compilation.



Les six titres suivants entrent dans la catégorie soft pop. Chewing gum est même une ballade, une chanson d’amour qui n’a rien de transcendant si ce n’est d’ingénieuses petites notes de xylophone qui donnent un aspect féérique à la mélodie. Les autres morceaux sont rythmés et ont tous des styles différents, notamment le "toonesque" Kimono Jet Girl qui tombe comme un cheveu sur la soupe, un peu comme un délire des PUFFY ou des Morning Musume branchées sur du 20 000 volts. Dans ce style, la chanson est assez réussie : un rythme ultra rapide, des voix féminines un peu nasillardes et aigues, et le refrain repris indéfiniment. Amusant et déconcertant, on peut apprécier la coupure qu’il crée ou au contraire se sentir pour le moins dérangé par son vide musical au milieu d’un CD plus abouti… Soul Edge Boy (dans un registre plus rock), "Q" (très speed et un peu fou) et Champagne Gold sont quant à eux des titres pop sympathiques. Champagne Gold possède une ambiance résolument eurobeat avec ses solos de synthé frénétiques, au point de se croire en plein épisode d’Initial D ou sur un des remix trance d’Ayumi Hamasaki, mais cela reste du AAA avec un rythme effréné et des refrains chantés en chorus. Winter lander!! est quant à elle très mélodieuse, plus calme, et les paroles sont romantiques (toi et moi, seuls au milieu de l’immensité blanche hivernale…). On apprécie énormément la présence d’un trompettiste qui apporte un peu de rusticité dans la musique généralement assez synthétique. Le petit passage rap, toujours chanté par Mitsuhiro, fait sourire : c’est l’une des marques de fabrique du groupe.

Les derniers titres gâchent un peu l’album. Il aurait peut-être mieux valu s’arrêter après dix morceaux. Shalala Kibou no Uta, Us et Miskansei sont tous décevants. Shalala Kibou no Uta est un slow à l’atmosphère un brin funky et soul qui se laisse écouter grâce à ses alternances de chorus et de solos au chant. A part ça, c’est mou du genou. Us est encore plus paresseux dans le même style, sans identité ni intérêt, et aurait très bien pu être chanté par un groupe de Johnnies sans surprendre personne. Mikansei, une sorte de ballade champêtre qu’on pourrait rapprocher d’un Aruiteru des Morning Musume, finit de nous ensommeiller totalement après son intro à l’harmonica. Là encore on ne retrouve pas l’engouement des AAA qui nous avaient séduits avec des morceaux dynamitant et excessivement énergiques. Il aurait peut-être été plus judicieux de répartir plus équitablement les chansons de cette compilation plutôt que de miser sur un decrescendo rythmique (voire qualitatif…). La véritable déception nous vient du DVD de l’édition limitée : il ne propose que trois vidéos, même pas les clips de "Q", Let it beat! ou Samurai heart -Samurai tamashii- (dont les captures ornent ces pages)…



La compilation ALL reflète bien ce qu’est AAA : un jeune groupe mis sous pression pour pouvoir inonder le marché et s’imposer chez les ados. Les compositions sont globalement bonnes, voire excellentes avec un premier tiers de CD ébouriffant à s’écouter en boucle. Mais avex a tendance à privilégier la quantité au lieu de la qualité. Ainsi, si certains morceaux sont de pures réussites, d’autres sont plus anecdotiques, impression certainement renforcée par la comparaison avec les très bons titres du début de CD, et une tracklist non homogène qui va en s’effilochant, construite selon une décroissance énergique et qualitative sensible. AAA met le paquet sur une image forte, avec une musique et des clips visuellement étonnants, mais derrière leur image, il n’y a pas d’équipe stable : les chansons étant toujours écrites par des personnes différentes. Le groupe pourrait donc s’effondrer du jour au lendemain, même si avex met les moyens nécessaires pour garder ses huit poulains unis à la pointe de la mode musicale japonaise. A n’en pas douter, AAA mérite d’être découvert, en espérant qu’ils gardent le rythme et continuent de nous surprendre en secouant le monde de la Jpop. Plusieurs sorties remplissent déjà le calendrier : un cover album le 7 février (CCC -Challecge Cover Collection-) et trois nouveaux singles le 21 mars (dont une collaboration avec Town&Country).

Gwenaelle Durand


Sortie : 1er janvier 2007
Référence édition CD+DVD : AVCD-23106
Référence édition CD simple : AVCD-23107
Site officiel : www.avexnet.or.jp/aaa

Tracklist CD :
01 - Hallelujah
02 - Hurricane Lili, Boston Mari (Original Long Version)
03 - Let it beat!
04 - Samurai heart -Samurai tamashii-
05 - Chewing gum
06 - Soul Edge Boy
07 - Kimono Jet Girl
08 - "Q"
09 - Champagne gold
10 - Winter lander !!
11 - Shalala Kibou no Uta
12 - Us
13 - Mikansei

Tracklist DVD :
01 - Mikansei [clip]
02 - Hurricane Lili, Boston Mari (Original Long Version) [clip]
03 - Mikansei [Off Shot Movie]

>>> Acheter la version japonaise CD+DVD officielle chez notre partenaire YESASIA (environ 28 euros)
>>> Acheter la version japonaise simple CD officielle chez notre partenaire YESASIA (environ 21 euros)

Visuels © avex
Orient-Extrême TV : les vidéos produites par Orient-Extrême